Étiquette : Jean-Marie NOL

La différenciation : chance ou obstacle de taille pour les Antilles ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

Le Président Emmanuel Macron s’est entretenu récemment avec les élus ultramarins au Palais de l’Elysee pour leur parler de la différenciation et de l’autonomie comme Nicolas Sarkozy avait fait de même en son temps à Petit Bourg pendant sa mandature , et pour concrétiser la réflexion a dépêché deux émissaires en Guadeloupe.

Le Président de la République et le gouvernement sont aujourd’hui décidés à employer une nouvelle méthode sur mesure en fonction des spécificités des territoires. Ils veulent ainsi donner aux élus ultramarins des collectivités de l’océan Atlantique et de l’océan Indien à travers une certaine forme d’autonomie sous l’appellation de responsabilité locale « les marges d’action nécessaires à l’invention de solutions sur mesure » aux problèmes de mal développement économique, de sécurité alimentaire, et de vie chère, qui touchent ces territoires. Mais que cache cette nouvelle stratégie de l’État qui rompt totalement avec la politique d’assimilation institutionnelle du passé ?

Par ailleurs dans quel objectif et pour quelle perspective vouloir instaurer une TVA régionale en lieu et place du dispositif fiscal de l’octroi de mer ?

→   Lire Plus

La « destruction créatrice » n’est -t- elle pas déjà une réalité irrépressible aux Antilles ?

La théorie de la destruction créatrice de l’économiste Joseph Schumpeter est le processus par lequel de nouvelles mutations de la société et innovations viennent constamment rendre les technologies et activités économiques existantes obsolètes c’est à dire dépassées ou périmées. C’est le processus par lequel les entreprises innovantes et les emplois nouvellement créés viennent sans cesse remplacer les entreprises traditionnelles et emplois existants. Au cœur du système capitaliste se trouve, pour Schumpeter, l’entrepreneur qui réalise des innovations (de produits, de procédés, de marchés). En conséquence, la croissance est un processus permanent de création, de destruction et de restructuration des activités économiques. Pour éviter d’être dépassée par l’obsolescence et de disparaître du marché, une entreprise doit adopter une approche proactive et stratégique pour rester compétitive. Pour ce faire, l’entreprise doit rester à l’affût des nouvelles technologies pertinentes pour son secteur et investir dans la recherche et le développement pour innover constamment. Elle doit investir dans la formation de ses employés pour qu’ils puissent acquérir les compétences nécessaires pour travailler avec les nouvelles technologies et s’adapter aux changements du marché. L’entreprise doit être flexible et capable de s’adapter rapidement aux changements du marché en ajustant ses stratégies, ses processus et ses produits en conséquence.

→   Lire Plus

Réinventer la Guadeloupe, c’est mettre l’économie, au centre de la vie du territoire !

— Par Jean-Marie Nol —

L’avenir de la Guadeloupe dépend de plusieurs facteurs, notamment économiques, sociaux, politiques et environnementaux. Le présent de la Guadeloupe pourrait également être façonné par des efforts visant à renforcer le lien social et à promouvoir l’inclusion sociale, en abordant les inégalités économiques, l’accès à l’éducation et aux soins de santé, ainsi que la préservation de la culture créole et des traditions. Nous n’avons jamais autant parlé de politique qu’en 2023 et en ce début de l’année 2024. Ainsi deux experts nommés par Emmanuel Macron le président de la République sont actuellement en Guadeloupe pour travailler sur les questions de l’évolution statutaire ou institutionnelle et dans le même temps une commission ad hoc du Congrès des élus composée d’élus du département, de la Région, des maires, des parlementaires, des partis politiques, mais aussi des experts de la société civile planchent depuis le 29 janvier sur la question institutionnelle . Parmi les réflexions en cours, on retrouve la question de la fusion des deux collectivités, l’autonomie avec la fiscalité, ou encore la refonte de l’intercommunalité. Et pourtant, les problèmes d’ordre économiques s’avèrent aujourd’hui cruciaux.

→   Lire Plus

La Guadeloupe possède plusieurs cartes maîtresses à faire valoir !

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

Si la Guadeloupe est historiquement reconnue comme le pays de l’histoire de la résistance à l’oppression avec l’épopée de Delgres et ses compagnons, des lettres, de la musique, et du sport, de la beauté de ses sites naturels, elle est également réputée pour ses compétences universitaires d’ordre scientifiques, l’esprit entrepreneurial de sa population et ses grandes capacités d’innovation. Bref, son modèle économique et social de demain peut devenir une source d’inspiration pour l’ensemble de l’outre-mer La Guadeloupe peut ainsi s’appuyer sur ses nombreuses cartes maîtresses afin de devenir un pays à forte attractivité pour les investisseurs internationaux en raison de la présence de nodules polymetalliques dans la zone économique exclusive de ses fonds marins Oui, il existe des nodules polymétalliques dans la mer des Antilles. Les nodules polymétalliques sont des formations rocheuses riches en minéraux tels que le nickel, le cuivre, le cobalt et le manganèse, entre autres. Ils se forment sur le fond marin au fil du temps par des processus géologiques complexes.

→   Lire Plus

En Guadeloupe, le changement de modèle économique doit précéder le changement des institutions.

—Par Jean-Marie Nol, économiste —

A l’heure où l’enjeu de la transformation des institutions figure désormais dans chacune des prises de parole des élus et du gouvernement, la question centrale est très clairement de savoir s’il ne faut pas au préalable de mettre en œuvre un nouveau modèle économique en Guadeloupe avant toute modification institutionnelle pour mettre un terme au mal développement. Un changement de modèle économique et social implique une transition significative dans la manière dont une société fonctionne sur les plans économique et social. Cela doit nécessairement inclure des ajustements majeurs dans les structures économiques actuellement en cours, les politiques gouvernementales, les normes sociales, les valeurs culturelles locales et les comportements individuels, notamment le refus de la politique d’assistanat.

Ce changement peut être motivé par divers facteurs tels que des crises économiques, des évolutions technologiques, des changements démographiques, des mouvements sociaux ou des pressions environnementales. Et pour cause, aujourd’hui, nous y sommes et l’objectif doit être à présent de promouvoir la durabilité à l’aide de l’économie circulaire, l’inclusion sociale, l’équité sociétale, la relance de la croissance économique par la production locale, ou de répondre à d’autres défis et opportunités spécifiques à une époque donnée.

→   Lire Plus

L’appauvrissement actuel de notre tissu économique productif n’est plus une fatalité avec les clubs Cigales !

— Jean-Marie Nol, économiste —

L’économie de la Guadeloupe est à la croisée des chemins ,et ce vu les multiples facettes de la crise qui risque de secouer le tissu économique dans les prochaines années. Nous nous devons donc  normalement de  promouvoir un autre modèle de développement basé sur une production durable avec un accompagnement financier digne de ce nom.  Lors d’une précédente tribune de presse datant d’environ 3 ans,   nous avions présenté le projet de la création de clubs Cigales aux Antilles/Guyane . Donc,  il est à noter que c’est dans le cadre de ce nouveau paradigme de développement économique  que les clubs Cigales ont désormais vu le jour en Guadeloupe et Martinique. Ces clubs Cigales à l’avenir devraient pouvoir jouer un rôle important dans le financement de la diversification de l’économie en capitalisant sur notre épargne.  Cela permettra de réduire la dépendance de notre économie à d’autres secteurs axés aujourd’hui sur la consommation et de créer de nouvelles opportunités économiques, notamment dans le domaine de la petite industrie agroalimentaire, des arts, de l’artisanat et du tourisme culturel.

→   Lire Plus

Révolution technologique et mutation sociétale : des enjeux importants pour les entreprises !

— Jean-Marie Nol, économiste —

L’intelligence artificielle commence à intéresser les chefs d’entreprises de Guadeloupe. Les entreprises ont maintenant compris que l’IA allait changer leur modèle économique, et que si elles ne s’y mettaient pas elles seraient dépassées par la concurrence, et que c’est leur existence même qui est en cause dans la décennie actuelle. restera à en apprécier l’ampleur de la mutation sociologique en Guadeloupe et ses conséquences dans ce contexte de totale incertitude que la 15e édition des journées du monde économique débute le 1er février. Les enjeux et les opportunités du numérique et de l’intelligence artificielle seront au cœur de cet évènement. Ce rendez-vous organisé par l’ordre des experts-comptables, de la compagnie régionale des commissaires aux comptes et en partenariat avec la Région est ouvert à tous les acteurs du tissu économique. Destinées aux entreprises comme aux associations, ces journées du monde économiques ont pour objectif de donner des clés à tous pour mieux anticiper les changements actuels. Les chefs d’entreprises et les experts comptables sont intéressés, voire préoccupés par l’IA. Malgré les vents contraires du contexte économique actuel, les dirigeants d’entreprises Guadeloupéenne commence à ressentir le danger et font aujourd’hui preuve d’un pragmatisme et d’une agilité qui leur permettront de préserver et renforcer la rentabilité de leur entreprise à moyen terme.

→   Lire Plus

Exil des jeunes et retraités : Awa… yo pé  ké déviwé an gwadloup ni an matinik !

— Par Jean-Marie Nol, économiste et chroniqueur —

Aujourd’hui en France, on regarde l’avenir avec une certaine inquiétude. En effet, 76% des Français se déclarent pessimistes quant à l’avenir de la France

L’état de la France vu par les Français en 2024: alors que six Français sur dix restent optimistes pour leur propre avenir, leur vision de l’avenir du pays est plutôt pessimiste, selon une enquête Ipsos pour le CESE. Les principales préoccupations personnelles des français concernent le pouvoir d’achat, la santé, l’environnement et les inégalités, mais la pression migratoire, les  incivilités et la délinquance sont leur principale source d’inquiétude pour le pays. Il semble qu’il faille nuancer le constat pour les Guadeloupéens, car la perception de l’avenir n’est pas la même que celle des hexagonaux pour cause vraisemblablement d’un temps ancestral de décalage avec le ressenti des évènements économiques et sociaux.

Depuis les années 2000, l’augmentation de la précarité, la violence de la société, la déliquescence des mœurs, l’implosion de la cellule familiale , la baisse de la démographie et l’expatriation des Guadeloupéens semblent être les sources premières d’inquiétudes des guadeloupéens .  

→   Lire Plus

La mutation économique et le changement des repères sociologiques : révolution ou régression ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste et chroniqueur —

D’aucuns parmi les hommes et femmes politiques de la Guadeloupe prônent une fusion du département et de la région. L’Assemblée départementale a-t-elle l’intention de se saborder ? Certains de ses membres semblent en effet penser que leur institution n’a pas assez de levier de décision et que c’est à la région que les choses véritables se passent vu la prédominance de l’économie sur le social. A notre sens c’est une grossière erreur de jugement. Ce ne serait pas gravissime s’ils avaient l’intention d’en rétrocéder une partie au peuple dont ils tirent leur légitimité, mais ce n’est pas le cas : ils estiment nécessaire, bien au contraire, d’en donner davantage aux institutions politiques Issues d’un régime d’autonomie.

Disons le tout net, ce ne serait pas tragique, toutefois, si l’abaissement auquel ils consentent ne concernait que les institutions politiques de la Guadeloupe. Il faut cependant constater qu’il va bien au-delà, puisqu’ils concernent essentiellement des problématiques d’ordre financières et économiques.

Le nouveau Premier ministre Gabriel Attal promet « de l’action » et « des résultats ».

→   Lire Plus

Pourquoi les épargnants Guadeloupéens et Martiniquais doivent impérativement réinvestir le secteur bancaire et financier  ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste et ancien directeur de banque —
Le secteur bancaire et financier en Guadeloupe est un secteur économique d’importance, car il accompagne le développement rapide de la consommation locale, qui est le moteur de l’économie antillaise. Il s’est développé au xixe siècle sous la forme du Crédit foncier colonial puis de la future Banque de la Guadeloupe, fondée au lendemain de la deuxième abolition de l’esclavage . Il est aujourd’hui supervisé par l’Institut d’émission des départements d’outre-mer, qui représente la Banque de France localement. Le système bancaire de la Guadeloupe présente une structure proche de celle observée en France métropolitaine. Ainsi, les principaux établissements de crédit français sont représentés sur le territoire, avec plus d’une dizaine d’établissements installés. Ils emploient environ 1500 salariés fin 2023 , soit près de 2 % de l’emploi salarié marchand total.
A l’orée des années 2000 , la disparition dans le paysage bancaire et financier de la Guadeloupe des sociétés financières de développement SODEGA et SODERAG qui  ont grandement contribué au développement des entreprises de production en Guadeloupe annonce un changement dans le paysage bancaire local, impacté également par l’arrivée de nouveaux concurrents bancaires et non bancaires (comptes Nickel, Orange , assureurs, crowfunding etc.).

→   Lire Plus

La Guadeloupe à la veille d’un basculement de la départementalisation !

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

Le problème des institutions de la Guadeloupe actuellement, c’est qu’elles ont été construites et pensées pour appliquer un modèle économique qui a été conçu initialement pour sortir de l’ancien modèle productif de la période coloniale et de la déconfiture de l’industrie sucrière. Tout cela, a impliqué un autre modèle économique et social basé sur le développement des services publics et la consommation de masse. Mais maintenant la donne est entrain de changer car une Guadeloupe qui vieillit est par définition un pays qui consomme de plus en plus de services et de produits.

De fait, dans le nouveau modèle économique qui se dessine pour l’avenir, la valeur des services va encore croître de plus en plus fortement et de plus en plus vite.L’augmentation de la classe moyenne explique l’augmentation de la richesse générale. Le fait découle de cet élément démographique qu’il est impossible d’avoir une absence de croissance économique.

→   Lire Plus

Quels seront les bons et mauvais auspices sur le plan économique en Guadeloupe de l’année 2024 ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

Aujourd’hui, la Guadeloupe fait face aux nouveaux défis comme le changement climatique, la transition écologique, et les nouvelles technologies telles que la digitalisation des tâches, la robotisation et l’intelligence artificielle. Et le problème est qu’en Guadeloupe et en Martinique, les dangers à court terme du risque de déclassement d’une économie sous perfusion publique sont occultés par nos responsables politiques du fait d’une absence de vision prospective. Nous ne le répéterons jamais assez, l’économie de la Guadeloupe est une économie sous serre dépendant quasi exclusivement des flux financiers en provenance de la France hexagonale. En ce sens, la France hexagonale a méthodiquement procédé au verrouillage du système Ainsi, les financements publics extérieurs, l’État et les institutions publiques représentent près de 70% du PIB de la Guadeloupe selon notre propre évaluation à partir des données macroéconomique en notre possession. En l’absence de cette irrigation publique, point de salut pour une économie mise sous cloche !
Et dans tous les cas de figure sans la présence des transferts publics, c’est toute l’économie de la Guadeloupe dans son fonctionnement actuel qui s’écroulerait comme un château de cartes..

→   Lire Plus

Quid de la quête de la diagonale du pouvoir pour changer le visage de la France à horizon 2027 ?

— Par Jean-Marie-Nol, économiste —

Un grand chambardement  d’ampleur aura lieu autour du 15 janvier 2024 en France hexagonale et les cartes risquent d’être totalement rebattues en matière politique tant en Guadeloupe qu’en Martinique sur la question en suspens de l’évolution statutaire ou institutionnelle.

Emmanuel Macron se projette déjà dans l’après. Comme si le président ne fondait que peu d’espoir dans la capacité de la classe politique actuelle à réformer en profondeur la Guadeloupe et la Martinique ainsi d’ailleurs que la France hexagonale au vu des mutations technologiques et sociologiques de la société antillaise et française. 

Si les faits politiques et les sondages d’opinion ont encore un sens, Emmanuel Macron devrait pouvoir, sauf accident malencontreux, se sortir sans trop de dommages de la séquence de la loi immigration en procédant dès le début de l’année prochaine à un profond renouvellement de la vie politique française.

→   Lire Plus

Loi immigration : Bruit et fureur, mais rien de régler pour le futur !

— Par Jean-Marie Nol économiste —

Après l’adoption à une très large majorité de la loi immigration, le président Emmanuel Macron a déclaré que la France a « un problème d’immigration » mais n’est pas « dépassée ». A notre sens, il a grandement tort sur ce point ,   car le ver est déjà dans le fruit. Et puis le temps ne joue pas en faveur d’un apaisement sur la question migratoire. Bien au contraire, c’est cette problématique de l’immigration qui risque de conduire à  l’enchaînement de l’instauration d’un régime autoritaire en France.

Le professeur Stephen Smith  spécialiste des études africaines, auteur de « La Ruée vers l’Europe » pense que « L’immigration sera le sujet brûlant de la prochaine décennie ». Sa principale thèse avance que le développement économique de l’Afrique alimente les migrations massives vers l’Europe et en d’autres termes  l’idée est que la jeune Afrique y compris le Maghreb  va submerger le Vieux Continent parce qu’elle serait soumise à un « rouleau compresseur démographique » alimenté par le développement économique et la fécondité très élevée au sud du Sahara et ailleurs sur l’ensemble du continent.

→   Lire Plus

Projet de loi sur l’immigration, une figure imposée où une figure de style d’un nouveau paradigme politique ?

— Par Jean-Marie- Nol —
La problématique de l’immigration est devenue cruciale et d’une brûlante actualité en France. En effet sur cette question les acteurs politiques se livrent à une bataille sans relâche sur ce sujet qui divise profondément la société française. A mon sens, Emmanuel Macron (dont l’intelligence est très largement supérieure à la normale dixit les experts de la chose politique et publique ), a semblé finalement sous la pression des évènements récents intégré le danger de l’immigration pour la cohésion sociétale, (terrorisme, délinquance et criminalité liée à l’immigration, mineurs étrangers incontrôlables, baisse du niveau scolaire du fait de l’immigration, etc…). Ce revirement du chef de l’État est à rebours de la ligne de conduite de ses prédécesseurs qui étaient surtout obnubilés par la nécessité de la main d’oeuvre étrangère pour faire toujours et encore plaisir aux sirènes des patrons français ( Selon un ministre, la France aura besoin de l’immigration pour se réindustrialiser, estimant autour de 100 000 à 200 000 le nombre de talents étrangers nécessaires dans les dix ans à venir et Patrick Martin, patron du Medef d’enfoncer le clou : «Nous aurons besoin de main-d’œuvre venue de l’extérieur» et selon le gouvernement, l’article 3 du projet de loi sur l’immigration est fait pour eux : il facilite la régularisation des travailleurs sans papiers dans les métiers en pénurie de main-d’œuvre.

→   Lire Plus

Économie circulaire et écoles de production, une chance à saisir pour la Guadeloupe !

— Par Jean-Marie Nol économiste —

Les innovations technologiques et d’usage, accompagnées d’un phénomène de déconstruction de notre économie à la fois individualiste et communautaire, imposent une remise à plat de l’organisation de la société au niveau national et local, ainsi que la réinvention d’un nouveau modèle économique et social en Guadeloupe. En effet, l’accélération des transformations induites par le digital et l’intelligence artificielle bouleverse profondément de façon souterraine  la société et les modèles économiques établis. Bientôt plus aucun pan de la vie, aucune activité économique ne semble pouvoir échapper à la nouvelle économie façonnée par la 4 ème révolution industrielle du numérique, de la robotisation, et de l’intelligence artificielle qui se dessine déjà sous nos yeux. La faculté de ce nouveau paradigme semble de nature  à nous desiller les yeux hors des moules de l’idéalisme passéiste des intellectuels contemporains et de l’inertie des élus coupables de cécité. Peut être que cela peut nous aider à comprendre non pas l’utopie de la décroissance, pour l’heure elle a quasiment disparu, mais l’indestructible attrait pour les nouvelles technologies ( Chat GPT entre autres ), et la propension à l’enfermement de ce pays créole-du tout monde qu’est la Guadeloupe qui pourtant se prépare sans doute à une nouvelle mue.

→   Lire Plus

Évolution statutaire versus plan d’action économique stratégique pour la Guadeloupe et la Martinique  ?

— Par Jean-Marie Nol —

Comment le changement climatique et l’intelligence artificielle vont révolutionner nos vies, et rendre le concept politique d’autonomie pour la Guadeloupe et la Martinique obsolète et totalement vide de sens ?

Cette interrogation lancinante devrait selon toute bonne logique trouver une réponse dans la faisabilité d’un Plaidoyer pro Domo de l’élite intellectuelle lucide  pour un plan d’action économique régional stratégique à vision prospective, et ce une fois le soufflet identitaire de l’action politique retombé sans bruit ni fureur avec la crise !

L’intelligence artificielle va continuer à se développer à vive allure au fil des prochaines années et ne manquera pas d’imprimer sa marque sur le prochain projet de développement de la Guadeloupe et de la Martinique. Il incombe maintenant à nos élites politiques et économiques de prendre conscience du danger de disruption brutal du tissu économique et social de la Guadeloupe et de la Martinique.

Le processus de conscience doit permettre  de faire un remue-méninges sur les changements et fractures à venir qui pourraient avoir une incidence extrêmement anxiogène sur la Guadeloupe et la Martinique et de réfléchir de manière prospective à l’aide d’une vision planificatrice à moyen- long terme sur la façon de se préparer à ces changements.

→   Lire Plus

 » Alé viré  » : coup de pression identitaire  , ou subtil coup de bluff ?

Qu’est-ce qui se cache derrière le concept  « Alé viré  » et Alé vini  ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste et chroniqueur —

Ce concept nébuleux qui vient d’apparaître semble avoir été lancé par un rassemblement de jeunes  autour de la classe politique sous l’impulsion première de la sénatrice martiniquaise Catherine Concone , mais sans prise en compte du nouvel environnement économique à horizon 2030 . En effet, gageons que l’intelligence artificielle,les transitions énergétique et écologique, l’économie circulaire vont très prochainement littéralement déchirer le tissu économique et social de la Guadeloupe et de la Martinique .

Sous le titre d’un article de presse traitant de cette question du retour au pays des jeunes diplômés , on peut lire :  » Un retour au péyi ? …Une belle opportunité  !…  Alé Viré  Martinique et Alé Vini Guadeloupe « .Boostée et accompagnée par l’association martiniquaise Alé Viré, Alé Vini a vu le jour en Guadeloupe fin 2019. Cette association, dirigée par Yann Céranton et parrainée par Olivier Serva, député de Guadeloupe, regroupe des bénévoles de tout bord, engagés, motivés et surtout concernés par la problématique du retour au pays.

→   Lire Plus

La crise économique et sociétale pourrait-elle entraîner un effet boomerang sur la Guadeloupe et la Martinique?

— Par Jean-Marie Nol —
L’effet boomerang désigne un mécanisme psychologique, politique ou économique, où une action aboutit à la conséquence inverse de celle recherchée.

La question n’est plus de savoir si la crise migratoire et l’insécurité vont briser la cohésion sociale en France, mais à quelle date l’explosion aura lieu, et très certainement, selon nous, avant la fin de cette décennie en France. Déjà on apprend aujourd’hui par la presse qu’un jeune d’un village nommé Crépol (26) Thomas, 16 ans, a été poignardé à mort lors de l’attaque d’une fête de village par des « jeunes des cités sensibles » armés de couteaux, qui criaient « On va tuer du blanc » Les 9 individus interpellés, dont le principal suspect, sont de type « nord-africain » selon des sources policières.  De l’assassinat de Thomas à Crépol à l’attaque raciste à l’arme blanche contre un  jardinier d’origine maghrébine du Val-de-Marne, les frontières de l’émotion séparent la France en deux camps arc-boutés sur leur identité.

Par ailleurs, nous avons été informés que le principal parti d’extrême droite au pays bas a gagné haut la main les élections législatives.

→   Lire Plus

Le grand désarroi de la société française sera bien préjudiciable à l’avenir des Antilles !

— Par Jean-Marie Nol, économiste —
Dans un monde en crise, les défis de l’action publique sont aujourd’hui multiples (sociaux, économiques, culturels, écologiques, etc.). Donc plus que jamais, pour bien comprendre les tenants et aboutissants de la crise actuelle, il faut d’abord faire l’autopsie du malaise français, lister tous les freins à surmonter par les élus antillais et évaluer les pistes d’action possibles pour tâcher autant que possible de réconcilier l’économie avec une société antillaise désenchantée.

En cette fin d’année 2023, 85 % des Français estiment que la France est en déclin, une hausse significative (+7 points depuis 2022), et 34 % pensent que ce dernier est irréversible. Cette opinion est particulièrement importante pour comprendre la diffusion aux Antilles de ce pessimisme ambiant, notamment nourri par un sentiment généralisé de vivre dans une société violente, « en colère et contestataire », et en proie à une interrogation forte de nature identitaire.

Comment interpréter le profond malaise culturel, économique et sociétal en France haxagonale qui se traduit par une plus forte adhésion aux valeurs autoritaires, et quels seront les répercussions de cette disruption pour les Antilles, sachant que le sort de la  » métropole » est très étroitement lié à celui de notre propre devenir de citoyens français ultra – marins ?

→   Lire Plus

A horizon 2030, de sérieuses menaces existentielles vont planer sur la Guadeloupe !

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

Faute de se projeter suffisamment dans l’avenir, notre pays est aujourd’hui au bord d’une crise profonde. Mais il n’est pas trop tard pour imaginer ce que sera notre société dans quelques années et faire en sorte de s’y préparer au mieux dès maintenant, car une Guadeloupe  isolée de la France hexagonale par la fameuse  différenciation prônée par le gouvernement serait inaudible compte tenu des circonstances au moment de la survenue de nouvelles crises, notamment celle de la réduction drastique de la dépense publique et l’endettement public et privé.

L’année 2030 et les suivantes seront -t-elles de nouvelles annus horribilis pour notre vivre ensemble et notre économie ? 
Contrairement à d’autres pays, il n’existe en Guadeloupe aucune réflexion sérieuse sur ce que le pays pourra devenir en 2030, dans sept ans, c’est-à-dire demain matin ; et encore moins sur ce qu’il peut choisir de devenir en 2040 ou 2050.

Déplorer plus tard et après coup, la montée exponentielle des crises en Guadeloupe sera stérile, car elles répondent à une logique, celle des perdants de la globalisation et du progrès technologique.

→   Lire Plus

Quels enjeux et défis pour la Guadeloupe et la Martinique ?

— Par Jean-Marie Nol, économiste —

La géopolitique et l’anthropologie ont, comme tout le monde le sait ou suppose, des conséquences politiques,  économiques, pour les Antilles,  et qui même pour les experts de Bercy restent difficiles à évaluer.

Multipolaire il y a peu, notre environnement est désormais bipolaire, à savoir Sud contre Nord.
De l’invasion ukrainienne à la guerre Israëlo- palestinienne, et la montée des périls entre les États-Unis et la Chine sur la question de Taïwan, en passant par la crise migratoire de l’Europe : les enjeux géopolitiques sont majeurs actuellement.

Les tensions géopolitiques sont en train de s’installer dans la durée et déboucheront vraisemblablement sur une redistribution globale des cartes de l’économie mondiale. Quels seront les nouveaux rapports de force et nouvelles lignes de fractures qui en seront issus ? Va-t-on déboucher sur un nouvel ordre économique mondial avec un déclin de l’occident et un avantage comparatif économiquement parlant des pays du Sud global, ou simplement faire évoluer l’existant ? Quels seront les perdants et les gagnants du nouvel épisode historique de la cinquième révolution industrielle et technologique de l’intelligence artificielle  ?

→   Lire Plus

L’étonnante composante historique neuro- psychogénéalogique de la Guadeloupe !

— Par JeanMarie Nol, économiste —

Et si nos ancêtres tels Delgres, Ignace, solitude et leurs compagnons continuaient d’exister à travers nous sans que nous en ayons conscience comme le dénote la fameuse proclamation du Colonel Delgres du 10 mai 1802 :

« La résistance à l’oppression est un droit naturel.

À l’univers entier, le dernier cri de l’innocence et du désespoir.

Et toi, postérité, accorde une larme à nos malheurs, et nous mourrons satisfaits ! «

Le psychanalyste Sigmund Freud a dit “ on ne comprendra jamais la personne si on ne va pas voir dans le passé de ces personnes.”

Rien de surnaturel là-dedans et c’est ce que tente d’expliquer l’étude de la psychogénéalogie.

Ainsi dans nos cellules, il y a la mémoire de nos aïeux. C’est ce que l’on appelle l’épigénétique. C’est connu et c’est prouvé par la neuro-psychologie. Cela a émergé avec l’école de Palo Alto en Californie dans les années 1970. De là , est parti par la lecture d’un livre sur la psychogénéalogie, notre désir d’élargir le débat en établissant une corrélation d’ordre neuronale avec l’histoire de la Guadeloupe.

→   Lire Plus

La France a peur !

Halte au feu !
— Par Jean-Marie Nol, économiste —

Il est vrai que cette fois-ci la consigne de la classe politique française était claire: “ les terroristes on va les terroriser ”. Ça m’a rappelé des souvenirs! … Pour l’heure, nous n’en sommes pas là.

L’ ivresse des mots, comme ceux prononcés par le chef de l’Etat à la Sorbonne lors de l’hommage du professeur d’histoire  Samuel Paty, décapité par islamiste radical,   ou encore après la mort du professeur de français Dominique Bernard égorgé par un fanatique musulman a longtemps placée la France hors de la réalité, et nous sommes en train de l’apprendre à nos dépends. Pour exemple, les médias écrivent régulièrement : « selon la formule prêtée à l’ancien président de la République, François Mitterand,, « on ne sort de l’ambigüité qu’à son détriment ». Elle renvoie à l ‘ambiguïté, à la dissimulation du mal par les hommes politiques à une période très récente. L’auteur en est le Cardinal de Retz, qui voulait chasser le cardinal Mazarin du pouvoir et empêcher que s’installe un despotisme d’État. Selon nous, si rien ne bouge, ce despotisme est déjà virtuellement sur une rampe de lancement en France, à horizon de la présente décennie, avec le terrorisme.

→   Lire Plus

Crise : une inertie coupable qui sent déjà le souffre !

— ParJean-Marie Nol, économiste —

La situation économique, agricole, financière, sociale, sanitaire, environnementale, culturelle s’aggrave d’année en année en Guadeloupe et en Martinique, sans pour autant que quiconque depuis la fameuse crise sociale de l’année 2009, au sein du monde politique et économique n’ait le courage de soulever en public les vraies questions qui fâchent et tirer dès lors la sonnette d’alarme. Mais quelle solution recherche encore et que veut de plus le gouvernement français pour endiguer la crise inflationniste en Guadeloupe et en Martinique ?

D’aucuns pourraient qualifier cette inertie de forfaiture et imputer cette dégradation progressive du tissu économique et social de la Guadeloupe et de la Martinique à une fâcheuse corrélation avec les difficultés budgétaires et financières que rencontre la France haxagonale. De prime abord, les faits semblent patents, mais qu’en est-il vraiment ?

Si l’on analyse finement les chiffres de l’ INSEE, force est de constater que ces derniers sont de plus en plus catastrophiques. Ainsi, après le nouveau sommet historique atteint par la dette publique française au deuxième trimestre 2023, en l’occurrence 3 046,9 milliards d’euros, c’est au tour du déficit budgétaire de l’Etat français de battre un nouveau record.

→   Lire Plus