Étiquette : Dominique Celma

Un palace à la Pointe du Bout : le rêve devient réalité

Par Dominique Celma

Récemment les médias se sont faits l’écho : «  Bientôt un palace aux Trois-Ilets ! «. 

Autrement dit la Martinique aura enfin ‘’son Palace’’. Un rêve !

Considérant le quartier Anse-Mitan/Pointe du Bout berceau du projet, je dirais même que nous vivons un conte de fées car cette réalité en a bien l’air.

Ce site, moteur de l’industrie touristique en Martinique au début des années 70, avait été choisi en fin des années 60 par un état planificateur pour développer le tourisme. A l’instar des projets réalisés en France métropolitaine et dans l’urgence d’assurer l’emploi aux nouvelles générations qui arrivaient sur le marché du travail, le projet, sous la houlette de l’état, en raison des avantages incontestables des lieux,  avait fédéré des investisseurs privés tant extérieurs que locaux. Ainsi fut construit un ensemble intégré constitué d’hôtels de différentes catégories, de logements et bien sûr d’une marina et de commerces. Tout ceci, comme dans l’hexagone, avait vocation à se développer de façon structurée.

Comme dans un conte, il semble qu’une mauvaise fée ait jeté un sort sur la station balnéaire, à peine avait-elle révélée ses promesses. 

→   Lire Plus

« Chlordécone ? Maintenant, ne faudrait-il pas faire preuve de raison ? »

— Par Dominique Celma —

Au sujet du « Scandale du chlordécone » ,  nous avions besoin  que soient apportés au débat,  afin d’être éclairés, d’autres éléments de réflexion que ceux avancés par les associations et parties civiles. Il était temps que la justice s’exprime en donnant des réponses précises aux interrogations légitimes, à l’émoi, à la colère, exprimés ces dernières semaines et, afin d’éviter les actions inconsidérées qui ne peuvent plus être qualifiées d’actions militantes. L’interview du Procureur de la République donne des éléments précis sur la chronologie des faits mais aussi nous rappelle que nous sommes dans un état de droit. Le droit prime sur nos révoltes et frustrations.

Il serait nécessaire que l’information véhiculée par cette interview soit très largement lue et même l’objet d’étude par les jeunes au cours de leur formation. La primauté du droit, la vrai connaissance des faits historiques et leur chronologie, sont de plus en plus absentes dans nos prises de position.  Il faudrait qu’on y revienne.  Nous ordonnons notre société, l’histoire, le monde à partir de notre ressenti : la colère ou ce qui nous flatte devient le moteur de notre action.

→   Lire Plus

T.C.S.P. : une bonne utilisation des fonds publics?

— Par Dominique Celma —

Au cours de la semaine passée, les médias se sont faits l’écho du futur développement du TCSP avec la construction de nouvelles lignes dont une faisant déjà partie, me semble-t-il, du précédent projet.

« Vous avez la parole ! « nous dit on.

En prenant connaissant des articles parus ou des interviews des responsables, je ne peux manquer de relever certains éléments d’information qui nous sont apportés.

Cette consultation apparait clairement comme une obligation remplie par nécessité en s’adressant à des « spécialistes de la communication ». Aucune conviction ne soutient cette démarche : une étape pour parvenir à la construction d’un projet qu’il est hors de propos de remettre en question.

¨Parmi les articles que j’ai pu lire, le témoignage d’une universitaire révèle le manque d’éléments de réponse aux questions qui viennent spontanément avant d’envisager un tel investissement . Voilà qu’on poursuit un projet au budget colossal sans tenir compte des résultats déjà obtenus. Un seul chiffre est avancé : celui du nombre de passages d’automobiles par jour, de 110.000 à 140.000 en dix ans, sur la voie que longe le TCSP.

→   Lire Plus

« Si on refuse un droit à quelqu’un, c’est qu’on ne l’aime pas »

— Par Dominique Celma —

3 000 manifestants à Fort-de-France, 800 000 à Paris (350 000 d’après les forces de l’ordre). C’est bien là le triomphe de la démocratie dans notre république Laïque!
Mais quelle démocratie ? Nous étions pendant des décennies habitués à des manifestations de masse pour obtenir de nouvelles libertés, de nouveaux droits ou pour nous opposer à ce qu’on nous les enlève tel l’énorme manifestation menée par les tenants de l’école privée il y a déjà 30ans.
30 ans plus tard des foules se mobilisent pour refuser à d’autres, une minorité, d’avoir accès aux droits dont eux bénéficient sous couvert de morale ou de convictions religieuses. Il s’agit bien de refus de droits : droit d’accéder aux lois, protections et obligations qui régissent la vie de deux individus qui choisissent de partager leur quotidien, leur vie et d’avoir un projet commun.
Trouvant inspiration dans le Nouveau Testament j’interroge : Vous les 3 000 Martiniquais rassemblés à Fort-de-France et vous les 800 000 Français à Paris il n’y a donc parmi vous aucun qui ne soit divorcé, aucun qui n’ait pratiqué l’avortement, aucun issu d’une famille monoparentale, aucun qui ait des enfants en dehors du mariage, aucun qui soit né en dehors du mariage et qui bénéficie des même droits que les enfants légitimes de son père ou de sa mère, aucun qui soit contre la peine de mort.

→   Lire Plus