Catégorie : Yékri

Yékri, le journal des effervescences créoles

Les vœux de Patrick Mathelié-Guinlet pour 2021

Arrête de boire ou de fumer pour cesser d’oublier et réagir, réaliser…
Arrête de croire pour cesser de culpabiliser mais te responsabiliser et assumer ta liberté…
Arrête de supposer que le bonheur et la vérité se trouvent dans un improbable “pote en ciel” au-delà, plus tard ou dans un éphémère paradis artificiel mais vis ici et maintenant pleinement !
Ne t’arrête jamais de penser ni de rêver et surtout continue de penser que tu peux réaliser tes rêves…
La vie est un jeu où l’on ne peut être gagnant qu’avec Descartes en main et la bonne méthode : “Cogito ergo sum !”
Ne t’arrête donc pas de le dire, de l’écrire afin de le communiquer, le partager et faire ainsi d’autres rêver, réfléchir, réagir…

Patrick Mathelié-Guinlet

→   Lire Plus

L’éphéméride du 1er décembre

1er décembre 1955 : dans ce bus, Rosa Parks va devenir la force tranquille de la lutte pour les droits civiques

— Par Chloé Maurel —

En décembre 1955, une femme, noire, américaine, simplement par le fait de rester assise calmement dans un bus, refusant de céder la place à un passager blanc, change la face du monde en termes de lutte contre le racisme : Rosa Parks, une couturière de 42 ans. Récit.

Née en 1913 en Alabama, dans un État du sud des États-Unis où le racisme est alors très fort, dans un pays où la discrimination raciale est en vigueur, d’un père charpentier et d’une mère institutrice, la jeune Rosa étudie à l’Industrial School for Girls de Montgomery, un institut destiné aux jeunes Noires. La jeune fille est marquée par le racisme ambiant. Elle se souvient : « Enfant, je pensais que l’eau des fontaines pour les Blancs avait meilleur goût que celle des Noirs. » À deux reprises, elle voit son école brûlée par le Ku Klux Klan. La ségrégation raciale est alors codifiée aux États-Unis par les lois « Jim Crow », datant de la fin du XIX e siècle et interdisant aux Noirs l’accès à certains lieux publics notamment.

→   Lire Plus

Yékri Yékra l’effervescence créole n° 18 décembre 2020

– Par Malika –

Yékri … Yékra ! Comme ce cri poussé par les conteurs au début des contes créoles d’antan lontan pour solliciter l’attention de leurs auditoires, la newsletter Yékri veut attirer l’attention sur la culture créole, sur les talents ultramarins au sens large. Elle reprend l’objectif de la newsletter Elokans dont elle se veut l’héritière : « représenter une effervescence kréyol en diffusant des informations socio-culturelles liées à l’Outre mer, particulièrement de la Caraïbe et de l’Océan indien. » (Véronique LAROSE, créatrice de la publication Elokans). Elle en reprend également les principes :

BOUCLAGE DE Yékri n° 18 de décembre 2020 

CONDITIONS de diffusion de vos actualités socio-culturelles.

  • Yékri paraît mensuellement. Ainsi, pour le relais de vos actualités, adressez-moi ces infos un mois avant :
  • descriptif complet de l’événement : textes en version WORD de préférence, images en JPG ; indications nécessaires : date et horaire, adresse précise de la manifestation, accès-transports, personne(s) à contacter.
  • Chaque structure, chaque particulier s’exprime en son nom propre.

Pour recevoir Yékri : transmettez-moi votre demande d’inscription par mail mycol5@gmail.com. Je vous inscrirai alors aussitôt.

→   Lire Plus

Yékri Yékra l’effervescence créole n° 17 – novembre 2020

– Par Malika –

Yékri … Yékra ! Comme ce cri poussé par les conteurs au début des contes créoles d’antan lontan pour solliciter l’attention de leurs auditoires, la newsletter Yékri veut attirer l’attention sur la culture créole, sur les talents ultramarins au sens large. Elle reprend l’objectif de la newsletter Elokans dont elle se veut l’héritière : « représenter une effervescence kréyol en diffusant des informations socio-culturelles liées à l’Outre mer, particulièrement de la Caraïbe et de l’Océan indien. » (Véronique LAROSE, créatrice de la publication Elokans). Elle en reprend également les principes :

BOUCLAGE DE Yékri n° 18 de décembre 2020 

CONDITIONS de diffusion de vos actualités socio-culturelles. Yékri paraît mensuellement. Ainsi, pour le relais de vos actualités, adressez-moi ces infos un mois avant :

  • descriptif complet de l’événement : textes en version WORD de préférence, images en JPG ;
  • indications nécessaires : date et horaire, adresse précise de la manifestation, accès-transports, personne(s) à contacter.
  • chaque structure, chaque particulier s’exprime en son nom propre.

Pour recevoir Yékri : transmettez-moi votre demande d’inscription par mail mycol5@gmail.com. Je vous inscrirai alors aussitôt.

→   Lire Plus

Yékri Yékra l’effervescence créole n° 16 – octobre 2020

— Par Malika —

Yékri … Yékra ! Comme ce cri poussé par les conteurs au début des contes créoles d’antan lontan pour solliciter l’attention de leurs auditoires, la newsletter Yékri veut attirer l’attention sur la culture créole, sur les talents ultramarins au sens large. Elle reprend l’objectif de la newsletter Elokans dont elle se veut l’héritière : « représenter une effervescence kréyol en diffusant des informations socio-culturelleshttps://www.madinin-art.net/wp-content/uploads/2017/10/yekri_logo-600b.jpg
liées à l’Outre mer, particulièrement de la Caraïbe et de l’Océan indien. »
(Véronique LAROSE, créatrice de la publication Elokans). Elle en reprend également les principes :

BOUCLAGE DE Yékri n° 16 d’octobre 2020 

CONDITIONS de diffusion de vos actualités socio-culturelles. Yékri paraît mensuellement. Ainsi, pour le relais de vos actualités, adressez-moi ces infos un mois avant :

  • descriptif complet de l’événement : textes en version WORD de préférence, images en JPG ;
  • indications nécessaires : date et horaire, adresse précise de la manifestation, accès-transports, personne(s) à contacter.
  • chaque structure, chaque particulier s’exprime en son nom propre.

Pour recevoir Yékri : transmettez-moi votre demande d’inscription par mail mycol5@gmail.com. Je vous inscrirai alors aussitôt.

MERCI AUX CONTRIBUTEURS ET AUX LECTEURS DE YEKRI !

→   Lire Plus

FOOD TEMPLE AFRICA – Festival des cuisines

– Par Malika pour Kissina Roots Origines –

C’est l’événement à ne pas manquer pour les afrofoodlovers : le Food Temple Africa!!!
Le festival des cuisines revêt les couleurs de l’Afrique le temps d’un week-end du 25 au 27 septembre prochain.
Au programme une pléiade de Chefs et de professionnels des cuisines africaines à découvrir. Plus d’infos : www.carreaudutemple.eu
À vos agendas!!!!

→   Lire Plus

L’éphéméride du 21 août

Nat Turner lance la révolte de Southampton le 21 août 1831

Nathaniel dit Nat Turner, né probablement le 2 octobre 1800 et mort pendu le 11 novembre 1831, est un esclave et un prédicateur afro-américain. En 1831, il conduit une révolte dans le comté de Southampton en Virginie. Cette insurrection sanglante d’esclaves entraîne une répression, légale et illégale, encore plus sanglante, et déclenche dans les États du Sud, la promulgation de nouvelles dispositions durcissant encore plus les Codes de l’esclavage (Slave codes (en)). Dans les années 1960, Nat Turner devient une icône du mouvement du Black Power.

Biographie
Jeunesse et formation
Nat Turner,naît dans le comté de Southampton dans l’État de Virginie où il restera toute sa vie. Il doit son nom au propriétaire de sa mère, Benjamin Turner qui est probablement son père. Benjamin Turner ou l’un de ses fils légitimes lui apprendra à lire, écrire et compter, tandis que sa mère Nancy lui transmet la fierté de ses origines africaines et la haine de l’esclavage. Il entretient également des relations proches avec sa grand-mère paternelle, Bridget, issue de la communauté Kormantin, enlevée en Afrique (dans l’actuel Ghana) et déportée en Amérique à l’âge de 13 ans qui lui transmettra sa foi chrétienne.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 17 août

Capitulation de Port-la-Joye et début de la déportation de l’île Saint-Jean le 17 aoùt 1758.

La déportation de l’île Saint-Jean – actuelle province de l’Île-du-Prince-Édouard, au Canada – a lieu de 1758 à 1759 et constitue un épisode de la déportation des Acadiens (1755-1763), dans le contexte du Grand Dérangement.

La déportation de l’île Saint-Jean a lieu après le siège de Louisbourg. La déportation est ordonnée par l’amiral anglais Edward Boscawen et confiée au lieutenant-colonel Andrew Rollo. Après la chute de l’établissement français de Port-LaJoye le 17 août 1758, les Britanniques construisent le fort Amherst. La population de l’île ayant été sous-estimée, trois vagues successives de déportation sont nécessaires, quoique la troisième ne parvienne pas à capturer qui que ce soit. Certains prisonniers transitent par Louisbourg. Les militaires et membres de l’administration sont envoyés en Angleterre et les civils en France. De nombreux habitants parviennent à s’échapper, notamment avec l’aide des Micmacs et du marin acadien Nicolas Gautier. Les gens restés sur l’île souffrent rapidement de famine. Plusieurs déportés restent prisonniers en Angleterre jusqu’en 1763.

→   Lire Plus

Cinediles Carribbean VOD

– Par Cinediles Carribbean VOD –

Ces vacances partez à la découverte de nouvelles émotions caribéennes !

Les vacances seront #Cinedilesandchill #CinedilesVOD #CinedilescaribbeanVOD#caribbean #cinema #caribbeancinema #fwi#Caraibe

Développée par l’APCAG, CINÉDILES CARIBBEAN VOD c’est une porte ouverte sur un 7ème Art vivant et divers. Celui de la Caraïbe en mouvement !
Visitez dès maintenant le site officiel à: https://buff.ly/3iGD1rb
Restez au courant en suivant Cinédiles sur …
Facebook: https://buff.ly/2AJEHPM
Instagram: https://buff.ly/38BwTfk
CINÉDILES CARIBBEAN VOD propose aux spectateurs un catalogue de films courts ou longs, de fiction ou documentaire, avec les Histoires, les Cultures et les Arts de la Caraïbe.
Une plateforme pour mettre à la disposition de tous, des films primés ou non, des découvertes, des coups de coeur dont l’accès est difficile à cause de la multiplicité des productions, des réseaux, des supports, des freins de diffusion.
L’objectif, promouvoir l’industrie en développant le réseau et un catalogue extensif du cinéma caribéen.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 29 février

Le film Autant en emporte le vent remporte 8 trophées à la cérémonie des Oscars le 29 février 1940.

Le 29 février est un jour intercalaire. C’est le 60e jour de l’année du calendrier grégorien et du calendrier julien en cas d’année bissextile.Il y a eu un 29 février en 2000, 2004, 2008, 2012, 2016. Le prochain viendra en 2020, ensuite en 2024, 2028, etc.
Ce jour n’existe que tous les quatre ans (rythme des années bissextiles) du calendrier julien. Dans le calendrier grégorien on exclut en outre les millésimes divisibles par 100 mais non par 400, comme 1700, 1800, 1900 ; ainsi les années 2000 et 2400, divisibles par 400, sont bissextiles, en revanche 2100, 2200 et 2300 ne le seront pas.
Dans le calendrier républicain français, le jour intercalaire ajouté lors des années sextiles ne se situait pas à cette période de l’année, mais à l’automne, lors du jour de la révolution, situé au-delà des cinq journées des sansculottides, soit approximativement le lendemain du 21 septembre.
28 février – 29 février – 1er mars (ou, exceptionnellement, 30 février)

Autant en emporte le vent (Gone with the Wind) est un film américain de Victor Fleming réalisé en 1939, adapté du roman du même nom de Margaret Mitchell paru en 1936.

→   Lire Plus

Lyly – Artiste culinaire

– Par Malika –

Lyly de NOS TENDANCES TRAITEUR a réalisé sa première interview ce 28 décembre 2019 depuis la cuisine du Club NUBIA(1) où elle officie depuis plusieurs mois.
Rétrospective de cette année 2019 en quatre dates clé relative à cette ambassadrice de la gastronomie créole et des cuisines du monde.
 
23 février 2019 : la première édition de l’élection Miss Maman DOM TOM se déroule à Epinay-sur-Seine. Lyly endosse la double responsabilité d’organisatrice de l’évènement et de traiteur.
 
31 mai 2019 : Yékri Yékra l’effervescence créole consacre un portrait à Lyly sur le site Madinin’art. https://www.madinin-art.net/portrait-du-mois-lydia-bangou-cuisinier-traiteur/
 
06 septembre 2019 : Paco Man’Alma de SMS artists fait appel à Lyly pour prendre en main la cuisine du club NUBIA. Une alchimie musicale et culinaire s’est opérée.
 
03 octobre 2019 : l’académie de l’art culinaire du monde créole décerne le trophée d’honneur à Lyly lors de la 5e édition des Trophées de l’art culinaire créole, dans les salons de l’hôtel de Ville de Paris.
 
Par ailleurs Lyly est le traiteur attitré de Serge Delisle sur le tournage de son film Darknet 3.0.

→   Lire Plus

Affaire des enfants de la Creuse

– Par Malika –

L’histoire des enfants de la Creuse est l’un des épisodes de transferts en masse d’ultramarins vers l’hexagone, favorisé par Michel DEBRÉ et la structure qu’il créé en 1963, le BUMIDOM. Ce transfert forcé est étonnant voire choquant par son étendue géographique et chronologique. En effet, ce voyage sans retour de plus de 2000 petits Réunionnais fut orchestré durant trois décennies, de 1963 à 1982, afin de repeupler 26 départements touchés par l’exode rural. La Creuse fut la plus « pourvue » en enfants ce qui explique que cette histoire fut rattachée à ce département.

« Beaucoup de parents étaient convaincus que leurs enfants partaient pour un meilleur et qu’ils reviendraient régulièrement sur l’île. Mais la plupart n’ont jamais revu leurs enfants. Les noms de ses derniers ont été changés. On a coupé tout lien avec leur famille. On les a considéré comme des orphelins. Certains ont été adoptés rarement pour le meilleur souvent pour le pire (travail forcé, violences…). L’Etat, comme les services sociaux ont une lourde responsabilité dans ce dispositif, même si un rapport de l’inspection générale des affaires sociales de 2002 n’a reconnu aucune faute de leur part… » (1)

 

Trois associations basées en France militent en faveur de la reconnaissance « des enfants réunionnais de force » :

  1. Rasinn Anler https://www.rasinn-anler974.org

→   Lire Plus

L’éphéméride du 3 décembre

Guyane : marche de soutien à Christiane Taubira le 3 décembre 2013

Visée par des attaques racistes à répétition depuis plusieurs semaines, la garde des Sceaux Christiane Taubira, fait également l’objet d’un soutien populaire. Par ricochet en Guyane, un mouvement citoyen s’est constitué samedi dernier : le Comité Dignité et Respect pour « mobiliser la population Guyanaise après les attaques racistes à l’encontre de Christiane Taubira et donc à l’encontre de la Guyane ».
Visée par des attaques racistes à répétition depuis plusieurs semaines, la garde des Sceaux Christiane Taubira, fait également l’objet d’un soutien populaire. Par ricochet en Guyane, un mouvement citoyen s’est constitué samedi dernier : le Comité Dignité et Respect pour « mobiliser la population Guyanaise après les attaques racistes à l’encontre de Christiane Taubira et donc à l’encontre de la Guyane ».

Comparée à plusieurs reprises à un singe, notamment par une enfant lors d’une manifestation d’opposants au mariage homosexuel, par l’hebdomadaire d’extrême droite Minute, ou encore par la conseillère municipale UMP de Combs-la-Ville qui avait posté sur son profil Facebook une image « Y’a pas bon Taubira » et qui a démissionné hier, la Ministre de la Justice Christiane Taubira continue également de recevoir des soutiens massifs.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 2 décembre

Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie est couronnée impératrice des Français le 2 décembre 1804 

Napoléon Bonaparte est — le 2 décembre 1804 — sacré empereur en présence du pape Pie VII à Notre-Dame de Paris. C’est lui-même qui se couronne et pose la couronne impériale sur la tête de son épouse Joséphine, la proclamant impératrice tandis que Pie VII se contente de bénir la couronne. Aucune des trois sœurs de Napoléon ne voulant porter la traîne de l’impératrice, l’Empereur a dû se fâcher pour les y contraindre mais elles s’amusent à tirer dessus pour que Joséphine trébuche

Lire aussi : Joséphine, responsable du rétablissement de l’esclavage par Napoléon?

→   Lire Plus

L’éphéméride du 1er décembre

La Lézarde, roman d’Édouard Glissant, reçoit le Prix Renaudot le 1er décembre 1958

Le Renaudot, l’envol

En 1958, le début de la carrière littéraire de Glissant connaît un tournant : en novembre, l’écrivain alors âgé de trente ans, reçoit le Prix Renaudot pour son premier roman, La Lézarde, publié au Seuil (le Goncourt est attribué à Francis Walder pour Saint-Germain ou la négociation). Ce récit parfois déconcertant par son style poétisé, de la trajectoire d’un groupe de jeunes anticolonialistes martiniquais, enchante la critique par son élan tout particulier. La modernité de la narration, tout comme le propos lui-même, laissent entrevoir à certains l’envol d’une figure essentielle des années qui s’annoncent, et des luttes de la décolonisation qui se profilent et se sont déjà amorcées.

Parmi les commentaires que suscite le roman, on note également cette volonté d’une fidélité à un lieu, dans toutes ses dimensions socio-historiques propres, qui transcende même toute tentation de généralisation ou d’idéalisation. Pour le grand public, un romancier est né, et pour les connaisseurs qui ont déjà lu le jeune poète, l’œuvre s’enrichit.
La réception critique de La Lézarde ne fait pas l’économie des débats à la fois littéraires et idéologiques qui font la toile de fond de ces années (l’engagement, l’anticolonialisme), mais l’essentiel demeure le salut général à un propos singulier et à un style novateur – tel qu’en atteste ce commentaire de Jacques Chessex :

« Depuis quelque trois ou quatre ans, Edouard Glissant s’est révélé comme l’une des voies les plus essentielles de la nouvelle poésie française.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 30 novembre

Chlordécone : Les ministres de l’agriculture et de l’environnement demandent aux préfets de Martinique et Guadeloupe d’élaborer des plans d’action le 30 novembre 1988!

Interdite de puis 1976 au Etats-Unis et seulement depuis 1990 en France, pour permettre l’écoulement des stocks

Chlordécone aux Antilles: «L’État est le premier responsable»

→   Lire Plus

L’éphéméride du 29 novembre

Le massacre de Moïwana le 29 novembre 1986

Guerre civile du Suriname

La guerre civile du Suriname est un conflit qui dura de 1986 à 1992 au Suriname. Il a opposé le gouvernement du Suriname mené par Dési Bouterse au Jungle Commando mené par Ronnie Brunswijk. Le conflit a touché principalement l’est du Suriname, notamment les populations marrons.

La situation s’enlisant durablement, les Jungle Commando ont progressivement évolué vers le banditisme, entre l’attaque de la banque de Moengo et divers trafics sur le fleuve Maroni (essence, or, armes puis drogue).

Conséquence
À la suite de différents combats et massacres (Moïwana, le 29 novembre 1986), la Guyane française a vu affluer plusieurs milliers de réfugiés dans les environs de Saint-Laurent-du-Maroni. Ceux-ci, appelés Personnes Provisoirement Déplacées du Suriname (PPDS), ont été placés dans quatre camps de réfugiés, sous l’égide des Nations unies :

Camp A à côté de l’aérodrome de Saint-Laurent-du-Maroni (A pour aviation, également appelé Vliegveld — signifiant « aérodrome » en néerlandais — par les réfugiés… ) fut le camp de transit des femmes réfugiées attendant un enfant et sur le point d’accoucher, ainsi que toutes autres personnes nécessitant une surveillance médicale resserrée.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 28 novembre

Mike Birch remporte la première édition de la Route du Rhum le 28 novembre 1978

Mike Birch est un navigateur canadien. Il est né le 1er novembre 1931 à Vancouver au Canada.

Il commence très tard la course à la voile, mais se fait connaître par sa victoire dans la Route du Rhum en 1978. En effet, il gagne avec 98 secondes d’avance sur Michel Malinovsky. Son bateau, Olympus Photo, un trimaran Acapella jaune de seulement 39 pieds (moins de 12 m) rattrape le grand et fin monocoque Kriter V.

Cette victoire très spectaculaire marquera la fin des victoires en monocoque et la suprématie des multicoques, bateaux plus rapides mais aussi souvent moins fiables, notamment à cette époque (un autre fameux trimaran prit le départ de cette même course et n’arriva jamais : Manureva, l’ex-Pen Duick IV d’Éric Tabarly, avec Alain Colas à la barre).

Mike Birch continua une longue carrière de course au large, notamment dans les courses françaises, et navigua en course jusqu’à un âge très avancé.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 27 novembre

Charles Poncet de Brétigny débarque en Guyane le 27 novembre 1643.

Charles Poncet de Brétigny est un explorateur français du xviie siècle. Il est le fondateur de la Compagnie de Rouen et de la colonie de Cayenne en Guyane.
Normand, il se fait convaincre par des explorateurs revenus de la Guyane du climat exceptionnel et obtient une concession du roi de France pour cultiver la France équinoxiale, une terre qui avait auparavant connu les expéditions de Daniel de La Touche, sieur de La Ravardière en 1604 et 1612, et Jessé de Forest en 1623-1624.

Le 27 novembre 1643, Charles Poncet de Brétigny arrive en Guyane à la tête de 300 ou 400 hommes, et débarque à l’anse d’Armire, site qui deviendra la ville de Rémire-Montjoly. Il lui fallut deux jours pour longer la côte et achète aux Galibis une colline à l’embouchure de la rivière Cayenne et la baptise « Mont Cépérou », du nom du chef indien. Il y édifie un village protégé par un fort. Cayenne vient de naître. Charles Poncet de Brétigny introduit aussi l’esclavage et persécute les Indiens qui se révoltent.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 26 novembre

Le 26 novembre 2014 le Gwoka est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Le gwoka (ou gwo ka) est un genre musical de la Guadeloupe. Il est principalement joué avec des tambours appelés « ka », famille d’instruments de percussion. Les autres instruments sont le chacha (une sorte de maraca) et le tibwa (instrument formé de deux baguettes de bois qu’on frappe sur l’arrière d’un tambour ou sur un morceau de bambou)1, qui lui, ne fait pas partie du gwoka guadeloupéen mais du bèlè martiniquais. Le gwoka authentique, pratiqué en Guadeloupe, est joué sans les baguettes de bois pour frapper à l’arrière du tambour ou du bambou .

Les différentes tailles des tambours établissent la base. Le plus grand : le boula joue le rythme central et le plus petit : le marqueur (ou makè) marque la mélodie et interagit avec les danseurs, le chanteur et les chœurs; ces derniers sont repris généralement par les spectateurs lors de prestations en public.

Les chants du gwoka sont généralement gutturaux, nasaux et rugueux, bien qu’ils puissent également être lumineux et lisses. Ils peuvent être accompagnés d’harmonies croissantes et de mélodies relativement complexes.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 25 novembre

Le 25 novembre 2019 [marque] le 56ème anniversaire du début du procès de l’OJAM, l’Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique. Un demi-siècle plus tard que faut-il retenir de cet épisode de notre histoire qui reste méconnu ?
Jean-Marc Party • Publié le 27 novembre 2016 à 10h00
Lundi 25 novembre 1963, 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Sont cités à comparaître devant la Cour de sûreté de l’État, 18 jeunes martiniquais de 19 à 33 ans. Une femme et dix-sept hommes. Ils sont étudiants, enseignant, médecin, avocat, artiste-peintre, bijoutier, inspecteur des douanes, ouvrier. Ils risquent jusqu’à dix ans de prison pour « atteinte à l’intégrité du territoire ». Leur délit ? Avoir placardé le matin du Réveillon de Noël 1962, sur les murs de maisons et d’édifices publics, une affiche intitulée « Manifeste de la jeunesse de Martinique », se concluant par un slogan : « La Martinique aux Martiniquais ».

Ce 25 novembre 1963, s’ouvre le procès des militants de l’Organisation de la jeunesse anticolonialiste de la Martinique. OJAM : quatre lettres qui ont semé la panique parmi gendarmes et policiers durant de longues semaines, avant une série d’arrestations en février et mars 1963.

→   Lire Plus

L’éphéméride du 24 novembre

Le 24 novembre 2010 : Yves Tole est désigné Maître d’Art pour son savoir-faire en matière de Gwo-ka. Il est l’unique ultra-marin à recevoir ce titre.

Les métiers d’art sont un des laboratoires du futur. Dans leurs ateliers les quelques trente mille artisans d’art français s’ingénient à restaurer, reproduire, réparer et créer les objets d’art.

Les restaurations des tableaux du Louvre ou du dôme des Invalides, les statues du Jardin des Tuileries ou les broderies des collections de haute couture et vitraux de la cathédrale de Chartres…
Le travail des Maîtres d’Art est partout dans notre vie quotidienne.

Les œuvres des Maîtres d’Art sont quelquefois anonymes ; ceux-ci s’effacent souvent derrière l’artiste et pourtant, sans eux, rien de ce qui charme notre regard ne serait possible. C’est pour mettre en lumière le talent des artisans de l’art que le titre de Maître d’Art a été créé ; c’est également pour rappeler que les éléments et signes de notre culture, musée, monuments, musique, livre, théâtre, sont aussi les résultats de savoir-faire exceptionnels. Chaque œuvre, qu’elle soit liée à la restauration du patrimoine où a la création contemporaine est souvent unique ; elle mobilise une incomparable compétence technique alliée à une capacité d’intervention sans cesse sollicitée.

→   Lire Plus

Appel à candidature du comité Miss Maman DOM TOM 2020

—- Par le Comité Miss Maman DOM TOM —-

Yékri Yékra l’effervescence créole a l’honneur de relayer l’appel à candidature du comité Miss Maman DOM TOM 2020.

Si vous souhaitez représenter les valeurs de la femme, la mère de l’outre mer et mettre en lumière l’éducation, la culture ainsi que partager les valeurs fortes des DOM TOM.
N’hésitez pas à laisser un message un dossier vous sera envoyé par le comité miss maman DOM TOM.

https://www.facebook.com/missmaman.domtom.7?ref=br_rs

→   Lire Plus

« Papa Doc, l’Oncle Sam et Les Tontons Macoutes »

Lundi 18 novembre 2019 à 19h Espace Jean Dame 75002

– par la délégation général à l’Outre-Mer près madame le maire de Paris –

La DGOM (Délégation Générale à l’Outre-Mer de la Ville de Paris) a le plaisir de vous informer de la tenue de la projection du film « Papa Doc, l’Oncle Sam et Les Tontons Macoutes » qui revient sur des faits historiques dû à un climat politique de guerre froide dans les années 60 à 80.

Le film relate les liens entretenus entre l’île de Haïti dirigée par les Duvalier (Papa Doc et Bébé Doc) sous influence, et les États Unis qui prônent une politique ferme anticommuniste, notamment illustré dans le traitement particulier de celle menée pour l’île de Cuba.

Explication de l’histoire dans son contexte, qu’il est encore actuellement difficile d’explicité, selon les termes du réalisateur, Frédéric Tyrode Saint-Louis de « Beau Comme Une Image ».

Projection en avant-première : « Papa Doc, l’Oncle Sam et Les Tontons Macoutes »

Espace Jean Dame

2éme Arrondissement

Le Lundi 18 novembre prochain 

 

Voici le lien pour l’inscription à l’avant première de « Papa Doc » avec le carton d’invitation (en PJ) 

https://www.eventbrite.fr/e/79336025187

→   Lire Plus

Conférence sur le Bataillon du Pacifique

Vendredi 22 novembre 2019 à 18h00 – auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris

– par le délégué général à l’Outre-Mer près madame le maire de Paris –

CONFÉRENCE 

 « L’engagement du Bataillon du Pacifique dans les deux conflits mondiaux »

Vendredi 22 novembre 2019 à 18h00

Auditorium de l’Hôtel de Ville – 5, rue Lobau – Paris 4ème

 

Avec les interventions :

– Professeur Sarah MOHAMED-GAILLARD, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’INALCO – Histoire du Pacifique « L’engagement des soldats calédoniens au sein du Bataillon du Pacifique lors de la 1ère Guerre Mondiale » (sous réserves)

– M. le Maire ou un représentant de la commune de Vesles et Caumont/association La Roselière : « Le Bataillon du Pacifique sur le front de l’Aisne :  les combats de Vesles et Caumont – 25 octobre 1918 »

→   Lire Plus