Catégorie : Avignon

Avignon : Maryse Condé, Athol Fugard, Gérard Lefort

La vie sans fards— Par Selim Lander —

La Vie sans fards

Adaptation de l’autobiographie de Maryse Condé, par Eva Doumbia, du 9 au 16 juillet, au Festival d’Avignon, à la Chapelle du Verbe incarné,

Maryse Condé a récemment publié un livre autobiographique qui raconte ses amours (et ses maternités) successives, le début de sa carrière de coopérante en Afrique et la naissance de sa vocation d’écrivaine (1). La pièce montée par Eva Doumbia sous le même titre (La Vie sans fards) demeure très fidèle au livre, en restant centrée sur une interprète (Astrid Bahia, remarquable) qui est chargée de l’essentiel de la narration et des adresses à la première personne. Elle est secondée par deux comédiennes, une chanteuse et trois musiciens. Ils ajoutent à la pièce la couleur et le rythme  qui en font un spectacle à part entière.

→   Lire Plus

Sic(k)

sick— Par Michèle Bigot —

Sic(k)
Théâtre à cru, Alexis Armengol,
Festival d’Avignon, off, 2014

Comme le suggère le titre, amalgamant les mots latins « sic » et anglais « sick », signalant pour le premier une citation et désignant pour le second la maladie, ce spectacle d’Alexis Armengol résulte d’un montage de citations et de témoignages, interrogeant ce qu’on peut parfois appeler une maladie, indissociablement celle du corps et de l’âme, la dépendance. Citations de Deleuze, de Duras, témoignages d’anonymes – selon le terme convenu pour les alcooliques- disant tout à la fois le plaisir et la douleur liés à ces substances qui nous servent à atteindre l’inatteignable ; ce que Deleuze appelle « quelque chose de trop fort dans la vie » .

→   Lire Plus

Binari- Souvenirs de la mère

binari— Par Michèle Bigot —

Binari- Souvenirs de la mère
MAC théâtre company
Festival d’Avignon, off 2014, Présence Pasteur
Mise en scène Jungnam Lee

La Corée est très présente cette année au festival d’Avignon, nous livrant des spectacles originaux et variés, allant de la tradition au plus contemporain⋅ Binari appartient à la première catégorie, en tant que relecture du théâtre traditionnel coréen⋅ Les costumes, les masques, la musique, l’évolution des chœurs actualisent la cérémonie traditionnelle telle qu’elle a pu vivre en Corée lors des rites funéraires⋅⋅
Structurée comme un conte, dont le fil narratif est la recherche de la paix pour une âme qui vient de passer de vie à trépas, la pièce présente une succession de tableaux et saynètes.

→   Lire Plus

7… Lost in la mancha

lost_in_la_mancha— Par Michèle Bigot —

7… Lost in la mancha
De et par Pepito Mateo
Festival d’Avignon, off 2014
La Manufacture

Le spectacle de Pepito Mateo, créé en 2013 sous le titre de Monologues revient aujourd’hui en version épurée sous le titre de 7… Lost in la mancha, clin d’œil à Cervantès. Il appartient au genre du one man show I : il en partage les attendus, sobriété de la scénographie, du décor et de l’éclairage, appropriation de l’espace, besoin de variété, prépondérance du jeu de l’acteur, importance de la gestuelle, voire des mimiques⋅Toutefois, il n’en a pas les défauts qu’on trouve volontiers associés aux spectacles d’humoristes, tels que pitreries gratuites, humour lourd voire complaisance.

→   Lire Plus

Retour à Reims

retour_a_reims— Par Michèle Bigot —

Retour à Reims
D’après l’essai de Didier Eribon
Adaptation et mis en scène par Laurent Hatat,
Avec Sylvie Debrun et Antoine Mathieu
Festival d’Avignon, La Manufacture, du 5 au 27 juillet, reprise en février 2015 à la Maison des Métallos

Envisagé du point de vue générique, Retour à Reims est un texte complexe. Il relève fondamentalement du récit autobiographique de Didier Eribon, mais c’est tout aussi bien une peinture sociale de la classe ouvrière et un essai sur le thème de l’appartenance de classe, le poids du déterminisme social, et l’homophobie⋅ On y trouve encore une étude des plus pertinentes sur la situation politique de notre pays et une analyse sociologique pointue et créative de la société française contemporaine⋅ Tout cela paraît difficilement conciliable⋅ C’est pourtant le tour de force que réussit de façon éclatante Didier Eribon, la justesse, la lucidité de l’analyse ne le cédant en rien à la force de l’émotion⋅ Rares sont les ouvrages qui réussissent cet équilibre entre l’émotion du vécu et la lucidité implacable de l’analyse⋅ D’emblée, le lecteur et ici le spectateur sont convaincus et emportés à la fois par la sincérité de ce dire dépourvu de toute complaisance et par son indéniable tendresse pour le milieu qu’il décrit.

→   Lire Plus

Le temps suspendu de Thuram

le_temps_suspendu— Par Michèle Bigot —

Le temps suspendu de Thuram
Une pièce de Véronique Kanor
Mise en scène et scénographie : Alain Timar,
Théâtre des Halles, du 5 au 27 juillet 2014

Répondant à une commande de L’ARCHIPEL dans le cadre de son projet autour des « Mythologies actuelles de la Guadeloupe », Véronique Kanor a écrit ce texte dramatique autour de l’histoire de Lilian Thuram, promu au statut de mythe depuis la coupe du monde de football de 1998. Dans le match de demi-finale contre la Croatie, Thuram accède au rang de héros national en marquant vaillamment deux buts⋅ Mais c’est surtout le geste de penseur qu’il fait pour marquer l’événement qui le fait entrer dans l’histoire⋅ La suite de sa carrière de star sera marquée par son engagement aux côtés des jeunes des cités, ce qui en fait une notable exception dans le monde du football.

→   Lire Plus

Les visages et les corps

les_visages_&_les_corps— Par Michèle Bigot —

Les visages et les corps
De Patrice Chéreau
Mise en scène et jeu : Philippe Calvario
Théâtre de la Condition des Soies,
Festival d’Avignon, du 5 au 27 juillet 2014

Ce spectacle fut créé il y a trois ans au Quartz de Brest, au moment où Patrice Chéreau- grand invité au musée du Louvre- signait une suite de propositions artistiques et un ouvrage du même titre.
Le spectateur est en présence d’un texte, plutôt que de lecture, on parlera ici d’une mise en voix et en espace du texte, car c’est de cela qu’il s’agit, la lecture étant plutôt un exercice de solitude et d’intimité⋅ Ce déploiement dans le temps et l’espace cherche à restituer l’émotion vibrante de l’écriture⋅ Et ce texte est en tout point admirable⋅ P⋅ Chéreau y rend compte de sa vie et de sa carrière théâtrale, étant entendu que chez lui particulièrement, les deux sont indissociables.

→   Lire Plus

L’enfant de demain

enfant_de_demain-2— Par Michèle Bigot —

D’après Souvenez-vous de moi, l’enfant de demain
De Serge Amisi,
Avec Mathieu Genet et Serge Amisi,
Mise en scène : Arnaud Churin,
Chapelle du Verbe incarné, du 5 au 27/07/2014

Cette proposition théâtrale naît de la rencontre du metteur en scène Arnaud Churin avec un texte Souvenez-vous de moi, l’enfant de demain de Serge Amisi . il raconte lui-même comment, à la recherche de textes pouvant conduire des ateliers pour les apprentis acteurs des écoles de la Comédie de Saint-Étienne , il rencontre, au milieu d’autres témoignages sur la vie des enfants soldats d’Afrique centrale, le livre de Serge Amisi. Émerveillé par la langue d’Amisi, qui écrit en Lingala puis traduit en français, pliant, à l’instar d’Aimé Césaire « la langue française à son vouloir-dire », il s’empare du texte pour en faire l’objet et le support d’un travail collectif d’écriture théâtrale.

→   Lire Plus

Léon, Léon, Nègres des Amériques,

leon_leon— Par Michèle Bigot —
Création et mise en scène Valérie Goma,
Textes de Léon Gontran Damas et Léon Walter Tillage
Avec Roland Zéliam et Ggiz à la contrebasse,
Festival d’Avignon, Chapelle du Verbe Incarné, du 5 au 27 juillet 2014

Une génération les sépare ; un vécu de ségrégation les rassemble. Ke premier Léon, , Léon Gontran Damas écrit à Paris Pigments, ouvrant en littérature la voie de la négritude. Il est né à Cayenne en 1912. le premier se nomme aussi Léon, Léon Walter Tillage ; trente ans après (il naît en 1936 en Caroline du Nord) il nous raconte la vie d’une famille de métayers noirs, victimes de l’exploitation éhontée et de la persécution du Ku-Klux Klan. Un destin similaire, des voix différentes, un poète un narrateur, deux modes qui s’entrecroisent, cette contexture étant enrichie par le rap de Ggiz soutenu par la contrebasse. Voyageur inlassable pour le premier, américain profondément enraciné pour l’autre, mais une même dénonciation de la haine raciste et colonialiste.

→   Lire Plus

Thomas B.

thomas_b— Par Michèle Bigot —
Texte et mise en scène Jacques Kraemer,
Festival d’Avignon, Présence Pasteur, du 5 au 27 juillet 2014

L’espace scénique, installé dans une salle de classe s’ouvre sur le lieu de l’écriture, rayonnages de bibliothèque, bureau, porte manteau. Sur l’étagère, en bonne place, cadre avec photo d’un couple d’enfants, frère-sœur. Surtout au centre du centre, la machine à écrire, support et objet de tant de fantasmes, instrument et exutoire de la torture d’écrire. Lumière naturelle, intimité de l’espace d’écrire ou de dire.
C’est dans un tel huis clos, au cœur de Présence Pasteur que Jacques Kraemer reprend le monologue de Thomas B., écrit par lui-même et représenté pour la première fois en 1987 par Denis Manuel au Théâtre du Rond-Point.

→   Lire Plus