12 search results for "adélaïde corinus"

Adélaïde Corinus à la B.U.

Du 15 au 26 janvier 2018

Dans le hall de la bibliothèque universitaire

Calebasse, collage, peinture, totems, arts de la table… Adélaïde Corinus articule sa pratique créatrice autour de ces divers matériaux et techniques ; elle présente ainsi son travail : « La capacité de réutiliser, recycler et malaxer la matière et les matériaux, c’est transformer l’utile, le commun en pièce unique et artistique. Une feuille, un fruit, un bout de papier : détourner pour métamorphoser ! « 

Porteuse de mémoire, miroir du patrimoine, lien tissé entre hier et aujourd’hui, cette démarche artistique se veut aussi un éclairage singulier sur l’histoire de nos territoires, plongeant jusqu’à leurs profondeurs amérindiennes, comme en témoigne l’utilisation du mot Kwi dans le titre de l’exposition, et à propos duquel le site Potomintan précise : « Nous disons kwi en créole. Les Amerindiens connaissaient la calebasse avant l’arrivée des euro-afros-indo. Autres exemples de mots créoles ayant pour origine les langues amérindiennes: jurumu qui est devenu giraumon. Kwi est l’ustensile en calebasse »…Entre 2016 et 2017, A. Corinus a exposé à Paris, au Havre, à Fort-de-France, à Schoelcher et au Lamentin.

→   Lire Plus

Adélaïde Corinus

25 octobre – 25 décembre 20 17 Galerie d’art de l’aéroport Aimé Césaire

Dans ma quête artistique, je me suis posée nombres de questions, et plus particulièrement sur mon passé : qui suis-je, qui sont mes parents, qui sont mes Ancêtres ? Qui a participé et creusé les SILLONS de ma vie qui forgent aujourd’hui ma personnalité ?

Certaines portes se sont ouvertes avec des recherches en psycho-décodage, en généalogie et en Histoire. Des mémoires enfouies sont remontées et se sont révélées.

C’est cette recherche du Lien qui habite mon parcours artistique, complétée en cela par la connaissance de l’univers qui m’entoure, par mon Île, par mes rencontres et mes échanges, par la matière travaillée et les heures passées à la modeler, à la sillonner.

Je n’ai de cesse de tenter de Comprendre, trouver la Passerelle unissant le visible sur le non-visible. Techniquement, on bute à un moment précis de notre Histoire sur l’Esclave. Mais est-il possible d’aller au-delà ? Nos lignées s’arrêtent-elles sur ce voyage qui a été sans retour mais qui a construit une autre Vie, un autre Avenir sur une autre rive ?

→   Lire Plus

Adélaïde Corinus. « Terre de mémoire, fruits de la Terre » » : l’art éperdument !

Bibliothèque Schoelcher jusqu’au 25 novembre 2016

adelaide_corinus-2— Par Christian Antourel —

Lorsque qu’après l’effort l’artiste se pose face à son œuvre, parfois, dans un ultime élan de lâcher- prise alors miracle de la communication il confie ce supplément d’âme, la substantifique moelle qu’il gardait secrête au creux des mots silence. Alors sans pudeur il livre ses fondamentaux de l’art. Adelaïde est de ceux là, libres et vrais dans le geste et dans le verbe

Adélaïde Corinus est toujours à la recherche de nouveaux défis mais aussi de nouveaux  questionnements. «  Comment faire un lien entre hier et aujourd’hui ? Comment vivre et réintégrer ma mémoire ? Partager mon amour de la Caraïbe avec ses habitants passés et présents ? M’enthousiasmer pour mon histoire, ma culture, ma nature, mon métissage pour mieux nourrir mon imaginaire et stimuler mes créations » De cette exploration est née l’exposition contemporaine que nous propose l’artiste avec la réappropriation d’un héritage surgis d’un passé dirigé ; gommant les barrières du temps et qui bascule vers une option futuriste. Son travail se révèle doux et chaud pour affirmer de nouvelles valeurs et inventer l’esprit et son style simplement.

→   Lire Plus

Adelaïde Corinus expose​ à ​ l’Hôtel Bakoua jusqu’au 26 juin

corinus-1Après une vie professionnelle et personnelle bien remplie, Adelaïde Corinus se consacre aujourd’hui entièrement à sa passion de toujours : l’Art, et de façon protéiforme.
Tout commence véritablement lors de l’exposition « PAPIE EPI CE TOUT » qui l’a alors totalement émerveillé.
En 2006, elle décide donc de rejoindre l’Atelier « SA SE YO » : une nouvelle quête commence.
Ayant déjà évolué dans le monde artistique, avec une formation en colorimétrie (maquillage, conseil en image et développement personnel), c’est une suite logique dans son parcours.
Adelaïde part au Japon se former en Ikebana.
Petit à petit, elle entrevoit une reconversion toute trouvée pour les années qui suivent : se consacrer entièrement à la recherche artistique et esthétique par le biais de son travail d’artiste.
Son travail de plasticienne se décline aujourd’hui en 3 axes :
– Travail de collage autour du papier sous toutes ses formes,
– Photographie,
– Peinture (techniques mixtes).
Pour parfaire sa formation en papier, elle part à Genève (Suisse) rencontrer Elizabeth Beurret, travaillant ainsi à la création de papier japonais et de papier végétal. Adelaïde s’essaye à recycler le papier dans des oeuvres réalisées à partir de pâte de papier : une nouvelle « vie » pour la matière.

→   Lire Plus

Ateliers « Kola Papiè » et « Gravure sur Calebasse ».

Grandes vacances 2018 Domaine de Tivoli

(L’ensemble des Ateliers proposés se déroulent au Domaine de Tivoli à Fort-de-France, Studio/Atelier d’Adélaïde CORINUS, Bâtiment E, parking du bas)
Adélaïde CORINUS, artiste peintre, plasticienne, photographe et collagiste vous propose dès à présent dans son nouveau Studio/Atelier du Domaine de Tivoli à Fort-de-France, des Ateliers de collage et de gravure sur calebasse.
Pourquoi participer à un Atelier ?
Quel que soit, l’âge, c’est se faire plaisir, se rencontrer Soi, l’Autre et la Matière : le désir d’apprendre, de développer sa perception artistique et son talent, et venir partager la passion de l’artiste.
Des cours de 3 heures de temps ; de l’initiation au perfectionnement, pour enfants, adultes et adolescents.

Un enseignement progressif, envisagé pour une acquisition efficace de chaque participant aux techniques des Ateliers. L’objectif est de faire évoluer le stagiaire dans son univers propre et ses sources d’inspirations personnelles. Lui permettre d’acquérir les clefs des techniques, de prendre de l’assurance, de développer son imaginaire et s’épanouir totalement dans une œuvre lui ressemblant.

Télécharger la brochure

→   Lire Plus

Yékri n° 15 de janvier 2018

— Par Malika —

Newsletter de l’effervescence créole

SOMMAIRE

ARTS VIVANTS

  • J’habite une blessure sacré, une œuvre de Max Diakok interprété au théâtre de Ménilmontant (Paris)
  • Mémwè du kwi, exposition d’Adélaïde Corinus à la bibliothèque universitaire du campus de Schoelcher (Martinique)

SANTÉ : recette DETOX par le docteur Marie-Antoinette SÉJEAN, présidente de l’association Nutricréole et ambassadrice-santé de l’Académie de l’Art Culinaire du Monde Créole.

ARTS CULINAIRES

→   Lire Plus

Yékri n° 14 de décembre 2017

Newsletter de l’effervescence créole

— Par Malika —

Mesdames, Messieurs,

Je vous prie de trouver ci-joint le quatorzième numéro de la newsletter Yékri.

SOMMAIRE

ARTS VIVANTS

  • Expositions SILLONS par Adélaïde CORINUS (FORT-DE-FRANCE, Martinique)
  • Formations animateurs en pratiques artistiques et solidaires par Métisgwa (GOSIER, Guadeloupe)

SANTÉ : présentation de NUTRICREOLE fondée par le docteur Marie-Antoinette SÉJEAN

ARTS CULINAIRES

  • Restaurant-rhumerie-cabaret ARMELLE ET HENRI (PARIS 18ème)
  • MIGAN, marché local sur Internet
  • Restaurant CREOLE AVENUE, buffet et grillade (VILLENEUVE-SAINT-GEORGES)
  • NOS TENDANCES TRAITEUR, gastronomie exotique et française (PARIS). Prestations pour les professionnels, les institutions et les particuliers

SOLIDARITÉ/BONS PLANS

→   Lire Plus

Yékri n° 13 de novembre 2017

Télécharger le n°13

SOMMAIRE

ARTS VIVANTS
– Expositions SILLONS par Adélaïde CORINUS (FORT-DE-FRANCE, Martinique)
– Le mois du film documentaire en Martinique (LE LAMENTIN, Martinique)
– Le mois du film documentaire en Haïti (JACMEL, Haïti)
– Les 10 ans de METIS’GWA, rencontre pour un cirque caribéen, Echo n°1 (POINTE-A-PITRE/LE MOULE
SANTÉ : présentation de NUTRICREOLE fondée par le docteur Marie-Antoinette SÉJEAN
ARTS CULINAIRES
– Restaurant CREOLE AVENUE, buffet et grillade (VILLENEUVE-SAINT-GEORGES)
– NOS TENDANCES TRAITEUR, gastronomie exotique et française (PARIS). Prestations pour les professionnels, les institutionnels et les particuliers
SOLIDARITÉ/BONS PLANS
– VOTRE VIE PRATIQUE, plateforme d’échange de mails et groupe Facebook
Bons plans, évènements, astuces, locations, …

→   Lire Plus

La SAA de Martinique au 24ème Salon et Congrès de Généalogie

Du 8 au 10 septembre 2017 au Havre

La SAA (Société des Amis des Archives) de Martinique (soutenue par la CTM, la DAC Martinique et des partenaires privés) accompagnée des associations de généalogie du Robert, du François, de Sainte-Marie, du Marigot, du Lamentin et de Fort-de-France, a le plaisir de vous annoncer sa présence sur le XXIVème Salon et Congrès de Généalogie, qui se déroulera au Havre du 8 au 10 septembre 2017 au Carré des Docks.

L’année 2017 est symbolique pour la ville du Havre puisqu’elle marque le 500ème anniversaire de sa fondation. Le Salon sera un des temps forts des nombreuses manifestations qui animeront la ville durant toute cette année. Le Groupement Généalogique du Havre et de Seine-Maritime, organisateur de cet événement, a décidé cette année de mettre à l’honneur les Outre-Mer.

Pourquoi les Outre-Mer ?

Le choix s’imposait par rapport au passé de la ville et au thème retenu « de la fondation à la reconstruction » Le passé havrais est marqué par la participation au projet colonial dans ses aspects commerciaux et stratégiques, avec notamment la déportation des Africains de part et d’autre de l’Océan Atlantique ou de l’Océan Indien.

→   Lire Plus

Terre de mémoire, fruits de la terre

Exposition à la Bibliothèque Schoelcher de Fort-de-France
4 au 25 novembre 2016

adelaide_corinusAdelaïde CORINUS se consacre plus que jamais à l’Art. Qu’il s’agisse de papier, de fleurs, de calebasses ou de peinture, elle invente et crée une dimension vivifiante, qui invite au rêve, au dépaysement, interroge et flatte notre regard et nos sens…
Des émotions d’enfance…
Née en Martinique, Adélaïde CORINUS, dès son plus jeune âge jouit d’une grande capacité de création, de détournement et d’adaptation.
Son ancienne profession d’esthéticienne lui a offert de belles opportunités, et, aujourd’hui retraitée, sa passion l’occupe entièrement.
Une imagination débordante !
C’est à Genève, en Suisse, qu’elle perfectionne ses créations de papiers japonais et papier végétal.
Travailler le papier sous toutes ses formes la conduit à explorer d’autres techniques, telles que la photographie et la peinture.
Elle a travaillé avec nombre d’artistes en peinture et en gravure sur calebasses.
…Et des projets captivants
De septembre 2015 à juin 2016, pour asseoir son travail de recherche, elle s’inscrit en qualité d’auditrice libre au Campus Caribéen des Arts de Fort-de-France.
S’ouvrent alors de nouveaux défis pour sa recherche mais aussi de nouveaux questionnements :
« Faire un lien entre hier et aujourd’hui ?

→   Lire Plus

Le Discours antillais : la source et le delta

Colloque international les 4, 5 et 6 novembre 2019 en Martinique & Guadeloupe

Organisé par Dominique Aurélia et Laura Carvigan-Cassin

La fortune critique qu’a connu et que connaît encore Le Discours antillais quant à la réception de l’oeuvre conceptuelle d’Édouard Glissant doit certainement beaucoup à l’allure exhaustive de l’étude, tout entière placée dans son inspiration comme dans son ambition intellectuelle, sous l’épigraphe de Frantz Fanon : « une tâche colossale que l’inventaire du réel ». Or, c’est aussi cet aspect qui a étonné lors de la publication de l’ouvrage en 1981 au Seuil : il faut croire que cette ambition d’embrasser le réel de la société antillaise a également dérouté quant à la liberté de sa méthode, cette « hardiesse méthodologique » dont se revendique alors celui qui a déjà une œuvre littéraire derrière lui. Ce double effet dit en lui-même une fascination et un étonnement qui n’a pas cessé depuis la publication, dépassant les classifications. Ce paradoxe d’une réception critique dit certainement aussi la difficulté à percevoir correctement la place de l’ouvrage dans la réflexion d’Édouard Glissant, dont on a pu constater ultérieurement qu’elle ne pouvait s’apprécier qu’au gré du paradigme du mouvement.

→   Lire Plus

Le Discours antillais : la source et le delta

Colloque international les 4, 5 et 6 novembre 2019 en Martinique & Guadeloupe

 

Organisé par Dominique Aurélia et Laura Carvigan-Cassin

La fortune critique qu’a connu et que connaît encore Le Discours antillais quant à la réception de l’oeuvre conceptuelle d’Édouard Glissant doit certainement beaucoup à l’allure exhaustive de l’étude, tout entière placée dans son inspiration comme dans son ambition intellectuelle, sous l’épigraphe de Frantz Fanon : « une tâche colossale que l’inventaire du réel ». Or, c’est aussi cet aspect qui a étonné lors de la publication de l’ouvrage en 1981 au Seuil : il faut croire que cette ambition d’embrasser le réel de la société antillaise a également dérouté quant à la liberté de sa méthode, cette « hardiesse méthodologique » dont se revendique alors celui qui a déjà une œuvre littéraire derrière lui. Ce double effet dit en lui-même une fascination et un étonnement qui n’a pas cessé depuis la publication, dépassant les classifications. Ce paradoxe d’une réception critique dit certainement aussi la difficulté à percevoir correctement la place de l’ouvrage dans la réflexion d’Édouard Glissant, dont on a pu constater ultérieurement qu’elle ne pouvait s’apprécier qu’au gré du paradigme du mouvement.

→   Lire Plus