Sciences & Technologies

Technologies, informatique, téléphonie

Avec l’arrivée de l’IA, 120 millions d’actifs pourraient voir leur job disparaître

Durant les 3 prochaines années, les plus grandes économies du monde vont être touchées par ces changements majeurs.

— Par Valentin Cimino —

Une récente étude d’IBM laisse penser que l’intelligence artificielle pourrait remplacer des millions de travailleurs à travers le monde : 120 millions pour être exact. Cette fois-ci ça y est, l’intelligence artificielle est prête pour faire son entrée sur le monde du travail. Au cours des 3 prochaines années, les 12 plus grandes économies du monde pourraient bien être totalement chamboulées par ce changement majeur.

L’IA arrive-t-elle trop vite dans le monde du travail ?
Pour Amy Wright, co-directrice d’IBM Talent & Transformation : « les entreprises sont confrontées à des préoccupations croissantes face à l’arrivée de l’intelligence artificielle sur le marché du travail. Le fossé se creuse entre les compétences d’une IA et d’un humain. Une prise de conscience sur l’impact que ces nouvelles technologies pourraient avoir sur l’économie mondiale est seulement en train d’émerger. Cependant l’intelligence artificielle n’arrivera pas demain dans notre quotidien, mais bien aujourd’hui ».

Lire Plus =>

La Fabrique du crétin digital

Les dangers des écrans pour nos enfants

Dans son dernier livre La fabrique du crétin digital, le docteur en neurosciences Michel Desmurget s’attaque à plusieurs idées reçues sur les bienfaits de la révolution numérique. Il rappelle les effets délétères des nouvelles technologies sur l’attention et la réussite scolaire.
La Fabrique du crétin digital

Michel Desmurget
La consommation du numérique sous toutes ses formes – smartphones, tablettes, télévision, etc. – par les nouvelles générations est astronomique. Dès 2 ans, les enfants des pays occidentaux cumulent chaque jour presque 3 heures d’écran. Entre 8 et 12 ans, ils passent à près de 4 h 45. Entre 13 et 18 ans, ils frôlent les 6 h 45. En cumuls annuels, ces usages représentent autour de 1 000 heures pour un élève de maternelle (soit davantage que le volume horaire d’une année scolaire), 1 700 heures pour un écolier de cours moyen (2 années scolaires) et 2 400 heures pour un lycéen du secondaire (2,5 années scolaires).
Contrairement à certaines idées reçues, cette profusion d’écrans est loin d’améliorer les aptitudes de nos enfants.

Lire Plus =>

Ecosia : le moteur de recherche écolo qui cartonne

Les feux en Amazonie provoquent un engouement spectaculaire pour Ecosia, le moteur de recherche alternatif qui permet de planter des arbres grâce aux revenus publicitaires générés par les requêtes de ses utilisateurs. Il a franchi le seuil des 15 millions d’utilisateurs en cette fin août.

Ecosia est un métamoteur de recherche solidaire allemand. Il reverse 80 % de ses bénéfices4 selon un programme de reforestation présent partout dans le monde. Ecosia plante des arbres au Burkina Faso, au Pérou, en Tanzanie, à Madagascar et dans douze autres pays. L’entreprise, certifiée B corporation, travaille avec différents partenaires dont WeForest et OZG au Burkina Faso, PUR Projet au Pérou et Eden Projects à Madagascar. En février 2019, plus de 50 millions d’arbres avaient été plantés depuis sa création, ce qui représente plusieurs milliards de recherches au total, à raison de 45 recherches en moyenne pour planter un arbre; soit environ: 2,25 milliards de recherches.

Fonctionnement
Ecosia propose un service gratuit de recherche. Les résultats affichés par le moteur de recherche sont générés par Bing, améliorés par des algorithmes particuliers développés par Ecosia et via des encarts publicitaires par Yahoo!, il affiche des liens publicitaires qui génèrent des revenus à chaque clic.

Lire Plus =>

Olivier Babeau: «Facebook écoute nos conversations pour mieux nous manipuler!»

— Par Olivier Babeau, professeur d’université et président de l’Institut Sapiens —

Entretien mené par Paul Sugy

Olivier Babeau a publié Éloge de l’hypocrisie (éd. du Cerf, mars 2018).

Le réseau social a reconnu avoir fait écouter et retranscrire de nombreuses conversations vocales d’usagers de son application Messenger. Les plateformes numériques améliorent sans cesse leurs outils pour cerner au mieux les préférences des consommateurs et manipuler leurs comportements d’achat, explique Olivier Babeau.

FIGAROVOX.- Facebook a reconnu avoir payé des centaines de sous-traitants pour écouter et retranscrire des conversations sonores d’usagers de Messenger. Cette information vous surprend-elle?

Olivier BABEAU.- Non. Souvenons-nous que Google, Amazon, Microsoft et Apple ont fait exactement la même chose. Et comprenons surtout qu’il s’agit de la traduction logique d’un impératif pour ces entreprises. Les géants du Web offrant des services gratuits vivent à 90 % de la publicité. Or la valeur d’une publicité dépend de deux paramètres: le nombre de personnes touchées et la précision du ciblage. Attirer une audience massive n’est que la première partie du modèle économique: la seconde, plus fondamentale, est d’atteindre le plus haut degré possible de connaissance des consommateurs ciblés.

Lire Plus =>

Amazon et Microsoft pointés du doigt pour leur rôle dans le développement des armes autonomes

Selon le rapport d’une ONG, les deux entreprises font partie des géants de la tech qui pourraient mener à une gigantesque course aux armements dans le secteur de l’intelligence artificielle.

Le film de science-fiction Terminator peut-il devenir réalité ? Selon un rapport de l’organisation non gouvernementale PAX, les entreprises américaines Amazon et Microsoft pourraient chercher à participer au développement des armes de destruction autonomes.

 L’organisation néerlandaise a sondé les principaux acteurs du secteur hautement stratégique de l’intelligence artificielle et a classé cinquante entreprises selon trois critères :

  • Développent-elles des technologies permettant de créer des « robots tueurs » ?
  • Travaillent-elles sur des projets militaires liés à ces technologies ?
  • Ont-elles promis de s’abstenir d’y contribuer dans le futur ?

« Tuer sans implication humaine »

L’usage de l’intelligence artificielle pour permettre à des systèmes d’armement d’automatiquement choisir et attaquer des cibles a provoqué d’importants débats éthiques au cours des dernières années. Pour certains critiques, on pourrait même assister à la troisième révolution de l’art de la guerre après les inventions de la poudre et de la bombe nucléaire.

Lire Plus =>

Applications de retouche photo et données personnelles : le point avec la Cnil

Vous utilisez peut-être des applications de retouche photo pour vous rajeunir, vous vieillir ou encore tester un effet esthétique à partir de l’une de vos photos ? Mais que faut-il savoir sur ces applications en matière de respect de vos données personnelles notamment avant de les télécharger ? Les réponses avec la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil).

Avant tout téléchargement, la Cnil recommande :

  • de passer par un site marchand officiel proposant ce type d’applications ;
  • et de vérifier les éventuelles contreparties concernant l’utilisation de vos données personnelles.

En effet, rappelle la Cnil, vous devez être en mesure de savoir si vos photos sont conservées dans l’Union européenne ou hors UE, si elles sont communiquées à des partenaires commerciaux, si elles sont réutilisées à des fins publicitaires et s’il existe des moyens d’exercer vos droits RGPD (droit d’accès, opposition, suppression…).

Au moment de l’utilisation de l’application, il est également conseillé de vérifier les permissions demandées par l’application pour accéder à votre appareil photo et à vos albums photos.

Lire Plus =>

Google va déployer un nouveau système pour l’envoi de SMS

Google veut ressusciter le SMS. Depuis l’avènement des messageries (WhatsApp, Messenger, Signal, Telegram, iMessage…), le bon vieux « texto » est devenu ringard. Il s’en envoie de moins en moins : 171 milliards en France l’an passé, soit 15 % de moins qu’en 2016, à son pic historique.

Pour enrayer cette lente agonie, Google mène une opération de sauvetage d’envergure, en commençant par la France et le Royaume-Uni. Dans ces deux pays, le géant américain va mettre à jour dans les deux à trois prochaines semaines son appli « Messages » pour tous les utilisateurs de smartphones Android. Ceux-ci pourront alors décider d’adopter une version « Chat » enrichie.

Pour riposter au plus vite, la GSMA (l’association qui regroupe la plupart des constructeurs et opérateurs de téléphonie) a travaillé avec Google. Le groupe américain dispose d’une formidable base installée : trois quarts des téléphones dans le monde utilisent son système d’exploitation, Android. Et il a notoirement échoué à s’imposer dans la bataille des messageries. L’allié était parfait.
Deux handicaps

Sauf que la lenteur des opérateurs a fini par exaspérer le Californien.

Lire Plus =>

La rupture Huawei/Google: qu’est-ce qui va changer pour les consommateurs?

— Par Lucie Ronfaut —

Huawei, géant chinois des smartphones, n’aura bientôt plus le droit d’accéder à certains services de Google et du système d’exploitation mobile Android.

C’est l’agence Reuters qui, dimanche soir, a lâché la bombe. Google a suspendu ses relations commerciales avec le géant chinois des nouvelles technologies Huawei. Cette décision s’inscrit dans un conflit plus global entre le gouvernement de Donald Trump et les autorités chinoises. Pourquoi un tel affrontement? Et quelles conséquences pour les consommateurs des smartphones Huawei, y compris en France? Le Figaro répond à vos questions.

● Qu’est-ce qu’a annoncé Google?

Dimanche, suite à la publication d’un article de l’agence Reuters, Google a confirmé qu’il allait suspendre ses relations commerciales avec Huawei. Cette entreprise chinoise se spécialise dans les équipements télécoms et les smartphones. Or, ces derniers sont équipés, comme l’immense majorité des téléphones intelligents dans le monde, d’Android, le système d’exploitation mobile de Google. Huawei se servait jusqu’ici d’une version modifiée du logiciel. Ses utilisateurs avaient aussi accès à Google Play, une plateforme qui permet aux internautes de télécharger des applications approuvées par Google pour fonctionner avec Android.

Lire Plus =>

Téléphones portables: les accessoires anti-ondes sont-ils vraiment utiles?

— Par Cécile Thibert —

Censés nous protéger de dangers qui ne sont pas prouvés, certains dispositifs peuvent même augmenter la puissance des émissions des portables.

Patch à coller au dos de son téléphone, oreillettes anti-ondes, coques de protection… Ces dernières années, l’émergence de craintes concernant les ondes électromagnétiques a fait naître un marché florissant, celui des accessoires anti-ondes. Leur promesse? Protéger l’utilisateur des ondes émises par son téléphone portable en diminuant leur puissance. Le problème est que l’efficacité de ces dispositifs n’est pas démontrée. Et surtout, ils répondent à un besoin chimérique puisqu’il n’existe à l’heure actuelle aucune preuve d’un effet néfaste des téléphones portables sur la santé, en dépit des centaines d’études réalisées.
Que sont les radiofréquences?

«La focalisation des esprits sur la question de l’efficacité des dispositifs anti-ondes détourne l’attention de la question préalable, qui est: est-il nécessaire de se protéger des ondes émises par la téléphonie mobile?», interroge Sébastien Point, physicien et membre de la société française de radioprotection. Impossible de répondre à cette question sans d’abord s’intéresser à la nature de ces ondes.

Lire Plus =>

Écrans : appel à la « vigilance » pour les enfants… et pour les parents

L’usage des écrans par les enfants et les adolescents doit faire l’objet d’une « vigilance raisonnée », avertissent mardi des scientifiques, invitant aussi les parents à s’interroger sur l’impact de leur propre relation aux nouvelles technologies.

Comportements addictifs, sommeil perturbé, troubles du développement, éventuelle toxicité pour la rétine… Les académies des sciences, de médecine et des technologies ont passé en revue les principaux sujets d’inquiétude.

Dans leur appel, les auteurs prennent soin de souligner qu’on a encore peu de certitudes scientifiques sur d’éventuels effets délétères. Ils refusent également de tomber dans la diabolisation des nouvelles technologies, qui « constituent des outils de connaissance et d’ouverture sur le monde » si elles sont bien utilisées.

Mais les trois académies, qui ont auditionné 12 médecins, sociologues, chercheurs en sciences de l’éducation et spécialistes des jeux vidéo, mettent en garde contre l’excès inverse, qui serait un « fétichisme » d’une société 100% numérique forcément meilleure.

La « surexposition » aux écrans et le « mésusage » qu’en font certains enfants et adolescents – et leurs parents – sont une claire source de préoccupation.

Lire Plus =>

400 radars de nouvelle génération bientôt sur les routes

Trois fois plus à partir de 2020

Installé à 4 m de hauteur, le Mesta fusion 2 scannera jusqu’à 126 véhicules sur cinq voies, dans les deux sens et sur une portée de plus de 100 mètres.

« Plus efficaces et plus résistants », selon le ministère de l’Intérieur. 75% des radars avaient été détruits ou endommagés dans le pays pendant le mouvement des « gilets jaunes ». Ils seront donc remplacés.

Ces nouveaux radars seront perchés sur des tourelles. À 4 mètres de haut. Ils seront capables de mesurer la vitesse, mais aussi de repérer les conducteurs sans ceinture de sécurité ou utilisant leur téléphone portable. Des radars fixes, ce n’est pas la bonne solution pour Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre les violences routières : « Avec un engin agricole, vous pouvez détruire ce type de radars en un quart d’heure. Donc, ce que nous voulons, nous, ce sont des radars embarqués dans des voitures banalisées, car c’est la seule façon de contrôler ces comportements qui sont si dangereux, c’est l’occasion de ne plus fournir des jouets aux casseurs.»

Les dégradations des radars depuis novembre ont coûté 700 millions d’euros à l’État.

Lire Plus =>

Smartphones, ordinateurs, télés… UFC-Que choisir désigne les marques les plus fiables

|…] A la lecture de cet article de quatre pages, on apprend que les marques d’électronique affichent, sauf rares exceptions, des scores de fiabilité « moyens », « bons » ou « très bons ». Sur la trentaine de marques évaluées, deux seulement ont reçu une évaluation « médiocre » sur une famille de produits. Aucune n’a été jugée « mauvaise », le niveau le plus bas de fiabilité.

Les écarts entre les marques sont toutefois importants : la somme des soucis, petits ou grands, rencontrés avec les appareils des marques les moins bien classées est environ deux fois supérieure à celle des produits des marques les mieux notées.
Selon Que choisir, les smartphones de la marque OnePlus sont les plus fiables, avec un indice de 94,8 points, suivis par les modèles de Lenovo (94,1). En milieu de classement, on retrouve deux marques dotées d’une forte notoriété, Samsung (92) et Apple (91,8). La liste se referme sur deux spécialistes des modèles à bas prix, Alcatel (89) et Wiko (88).

Au rayon télévision, les modèles de Panasonic (92,5) et Sony (92,2) sont les plus fiables, tandis que les marques Grundig (85,8) et Hisense (84,4) sont les moins recommandables.

Lire Plus =>

Risques numériques : que faire en cas d’arnaque au faux support technique ?

La question : « On parle beaucoup de personnes se faisant soutirer de l’argent pour récupérer les données de leur ordinateur à la suite d’attaques informatiques. Que dois-je faire si cela m’arrive ? »

La réponse de Service-public.fr : « L’arnaque au faux support technique est une des escroqueries auxquelles on peut être exposé lorsque l’on s’est rendu sur un site internet infecté ou suite à l’ouverture d’une pièce jointe malveillante dans un message. Cybermalveillance.gouv.fr vous explique. »

L’arnaque au faux support technique est une escroquerie qui consiste à effrayer la victime afin de la pousser à contacter un prétendu support technique officiel. Un pseudo réparateur tente alors de la convaincre de le laisser prendre le contrôle de sa machine pour faire semblant de la lui dépanner alors qu’il lui installe des logiciels lui permettant d’accéder au contenu de l’ordinateur.

La victime peut être contactée par SMS, téléphone, courriel, messagerie instantanée, ou voir apparaître un message sur l’écran de son ordinateur, tablette ou smartphone qui lui signale un problème grave (panne, virus, licence de logiciel expirée…) et qui lui demande de rappeler un numéro de support technique semblant officiel, sous peine de perdre toutes ses données ou de ne plus pouvoir utiliser son matériel.

Lire Plus =>

Sécurité numérique : qu’est-ce qu’un bon mot de passe sur internet ?

La question : « J’ai plusieurs mots de passe pour mes démarches en ligne : messagerie, achats, banque, etc. Mon fils me dit qu’ils se ressemblent trop et qu’ils ne sont pas assez sécurisés. Pouvez-vous me donner des conseils pour utiliser des mots de passe suffisamment protecteurs ? »

La réponse de Service-public.fr : « Il existe des règles simples à adopter pour protéger votre sécurité numérique et éviter d’être la proie de cybercriminels. Le site cybermalveillance.gouv.fr vous conseille. »

  • Utiliser un mot de passe différent pour chaque accès : si l’un est piraté, seul le service concerné sera vulnérable ;
  • Créez des mots de passe suffisamment longs et complexes : un bon mot de passe doit comporter au minimum 12 signes mélangeant majuscules, minuscules, chiffres et caractères spéciaux, afin de freiner les attaques réalisées par des ordinateurs qui testent des dizaines de milliers de combinaisons par seconde ;
  • Créez des mots de passe impossibles à deviner : évitez d’employer des informations personnelles faciles à retrouver, comme le prénom de votre enfant, une date anniversaire, votre groupe de musique préféré.

Lire Plus =>

Contre la haine en ligne

« Engageons-nous »

Un collectif de 245 parlementaires, emmené par la députée (LRM) du Lot Huguette Tiegna, s’indigne, dans une tribune au « Monde », que l’état actuel du droit international et européen ne permette pas de lutter contre le phénomène.

Tribune. « Chimpanzé analphabète », « sodomite judéo-communiste », « grosse truie noire », « juif visqueux », « gros nègre de merde », « la bassine à foutre judéo-nègre », « youpin perfide »… Ces mots, d’une rare violence, sont ceux du site Internet raciste, antisémite, sexiste, islamophobe, négationniste, homophobe et xénophobe Démocratieparticipative.biz. Créé en 2016, ce site ouvertement néonazi, dont le nom fait honte au fait démocratique, a multiplié les articles débordant d’injures immondes visant de nombreux citoyens et des personnalités publiques. Très connu sur la fachosphère, ce site abject bénéficie d’une audience inquiétante.

Le 27 novembre 2018, le tribunal de grande instance de Paris a pourtant ordonné le blocage du site Internet en France, après avoir ordonné début octobre 2018 à neuf fournisseurs d’accès à Internet français de rendre impossible l’accès à ce site depuis la France.

Lire Plus =>

Comment le virus Microsoft contamine les classes

— Par Olivier Chartrain —

Le ministère de l’Éducation nationale apporte sa caution à des ateliers numériques proposés aux écoliers et collégiens par une association, Unis-Cité… au service de la multinationale de l’informatique.

«Évangéliser ». C’est le terme, très significatif, employé chez Microsoft pour désigner les actions visant à diffuser le plus largement possible la culture numérique dans la population… et au passage, ramener dans le troupeau du géant de Redmond les brebis qui risqueraient de s’égarer du côté de la concurrence ou, pire, de se tourner vers les logiciels libres. L’inattendu, c’est que, en France, les missionnaires de la multinationale reçoivent l’aval et même l’appui du ministère de l’Éducation nationale, pourtant garant d’un principe de laïcité qui implique de préserver aussi les élèves de la propagande commerciale.

C’était le 18 décembre 2018, sur le campus de Microsoft France à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). On y lançait en grande pompe un programme appelé Jeunes Citoyens du numérique. Avec du beau monde : Carlo Purassanta, le PDG de Microsoft France, Yannick Blanc, président de l’Agence du service civique, Marie Trellu-Kane, cofondatrice et présidente de l’association Unis-Cité, et… Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer.

Lire Plus =>

Lune rouge dans la nuit du 20 au 21 janvier 2019

Éclipse totale de Lune visible en Martinique.

— Par le CDSA —

Rappel : Définition d’une éclipse.

Il y a éclipse quand la Terre, la Lune et le Soleil sont alignés. Ces trois corps célestes sont alors dans le même plan appelé « l’écliptique ».

Une éclipse de Lune se produit lors d’une Pleine Lune. La Terre vient s’interposer entre la Lune et le Soleil dont la lumière ne peut plus parvenir jusqu’à notre satellite. La Pleine Lune semble être progressivement mangée par l’ombre de la Terre.
Une éclipse de Soleil a lieu au moment d’une Nouvelle Lune. La Lune est alors invisible depuis la Terre car elle montre sa face non éclairée. Elle passe devant le Soleil et masque ses rayons qui n’arrivent plus sur la Terre.

L’éclipse de Lune dans la nuit du 20 au 21 janvier 2019 sera totale, c’est-à-dire que la Pleine Lune sera entièrement masquée par l’ombre de la Terre, durant 01h02m mais le spectacle durera 3h17m

Elle entrera dans la pénombre de la Terre à 22h36, elle sera alors à 68° au-dessus de l’horizon en direction de l’est.

Lire Plus =>

Collectivités: 620 millions d’euros pour l’Internet à très haut débit

Cette enveloppe de 620 millions d’euros fait partie d’un engagement de quelque 3,3 milliards d’euros durant le quinquennat 2017-2022…

Le Premier ministre Edouard Philippe a signé pour quelque 620 millions d’euros de subventions de l’Etat pour le déploiement de l’ Internet à très haut débit dans 17 collectivités, [dont la Martinique] via des réseaux dits « d’initiative publique », a indiqué Matignon mercredi.

Les 17 « territoires » concernés sont (par ordre décroissant de l’enveloppe de soutien) l’Ain, l’Auvergne, le Nord-Pas-de-Calais, le Grand Est, la Charente, la Martinique, les Landes, la Loire-Atlantique, le Doubs, le Jura, le Calvados, le Lot-et-Garonne, l’Essonne, les Deux-Sèvres, le Var et la Guyane, pour des soutiens de l’Etat allant de 75 millions à 1,3 million d’euros suivant les cas.
« Un quart de la population française »

Ces engagements, signés lundi, « visent à accélérer massivement le déploiement du très haut débit dans ces 17 territoires qui représentent au total plus d’un quart de la population française », commente Matignon dans son communiqué, qui rappelle les objectifs en matière de haut débit Internet fixe : « généralisation du haut débit partout en France en 2020 et du très haut débit en 2022 ».

Lire Plus =>

Big-bang, une question à résoudre

— Par Paul Mazliak —
Big-bang Jean-Philippe Uzan Flammarion, 304 pages, 21 euros
Dans son ouvrage, Jean-Philippe Uzan revient sur l’ensemble des travaux cosmologiques.

L’auteur est physicien théoricien, spécialiste de cosmologie, et travaille à l’Institut d’astrophysique de Paris. La cosmologie a pour but de formuler une représentation mathématique de l’univers observable. Aujourd’hui, le modèle cosmologique standard repose sur la relativité générale et la physique quantique des particules. La construction de ce modèle commence en 1917, quand Einstein formule les dix équations complexes de la relativité générale ; les solutions de ces équations sont des géométries. Les solutions approximatives trouvées par les physiciens pour la géométrie de l’univers sont les modèles cosmologiques. Einstein propose en 1917 un univers statique, homogène et sphérique. Friedmann établit en 1922 que le modèle cosmologique doit être dynamique. En 1927, Lemaître et Hubble, indépendamment, proposent un univers en expansion, après avoir observé le déplacement vers le rouge du spectre de la lumière émise par les galaxies lointaines. Cette dilatation de l’univers implique une singularité initiale, ironiquement nommée big-bang en 1949 par l’astrophysicien Hoyle.

Lire Plus =>

Le smartphone outil privilégié d’accès à Internet

Le baromètre du numérique 2018 a été publié le 3 décembre 2018. Ce baromètre annuel, piloté par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), le Conseil général de l’économie (CGE) et l’Agence du numérique, étudie depuis 2000 les équipements et les comportements numériques des Français.

46% des Français naviguent sur Internet via un smartphone

Le baromètre 2018 révèle que le smartphone est devenu l’outil privilégié pour se connecter à internet. 46% de la population âgée de 12 ans et plus accèdent désormais au réseau via un smartphone (+4 points par rapport à 2017), contre 35% grâce à un ordinateur (-3 points en un an). Des différences apparaissent toutefois selon l’âge. Les moins de 39 ans privilégient très majoritairement le smartphone alors que les 60 ans et plus recourent le plus souvent à l’ordinateur. Quant aux 40-59 ans, ils sont dorénavant aussi nombreux à utiliser un smartphone qu’un ordinateur.

Cette évolution s’explique par la place prise par le smartphone qui est devenu le téléphone portable de référence (en 2018, 75% des personnes en sont équipées contre 17% en 2011) et le déploiement de la 4G.

Lire Plus =>

Karine Tuil : « Les réseaux sociaux révèlent le pire de nous-mêmes »

L’auteure de L’Invention de nos vies, Karine Tuil, a cessé toutes activités sur Facebook, Twitter et Instagram. Elle en donne les raisons pour la première fois.
Les écrivains ont-ils leur place sur les réseaux sociaux? La romancière Karine Tuil a décidé de se retirer de Facebook, Twitter et Instagram. Elle y était active, suivie, appréciée. Elle y renonce pour se consacrer au temps long. Son jugement est sans appel : les écrivains n’ont pas leur place sur les réseaux sociaux. « Tout me paraissait factice et vain, confesse-t-elle au JDD. L’injonction au bonheur sur Instagram m’était devenue insupportable : je me sentais hors jeu. Je souffrais, j’avais besoin de vraies interactions, d’affections véritables. » Voici quelques extraits de la grande interview qu’elle a accordée au Journal du Dimanche.

Quels sont les bons et les mauvais côtés des réseaux sociaux?
Le bon côté, c’est une forme de socialisation, la possibilité de faire une pause et d’avoir des interactions, de partager des contenus de qualité, notamment dans la presse étrangère. Certains abonnés sont une vraie source d’information.

Lire Plus =>

Obligations des opérateurs téléphoniques, Orange tu es où là ?

—Par Daniel Roucous —

Le gendarme de la régulation téléphonique (ARCEP) a mis Orange en demeure d’accomplir son service universel du téléphone fixe dont il est tenu par arrêté du 27 novembre 2017. L’occasion de rappeler que tous les opérateurs ont une obligation de résultat.

  Dans une note du 23 octobre 2018, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes) explique pourquoi elle recadre Orange qui n’assure pas les services auxquels sont en droit d’attendre ses abonnés.

C’est surtout en milieu rural que ce service de téléphonie fixe et donc d’Internet est à l’abandon comme l’ont déploré les élus de Lozère et de nombreux collectifs d’usagers. A tel point que le Défenseur des Droits a demandé à Orange (ex France Télécom) d’assurer ses missions dans une décision du 19 mai 2017

L’occasion de rappeler que tous les opérateurs de téléphonie, Internet inclus, ont aussi une obligation de résultat envers leurs abonnés. Si la ligne est sous-traitée, c’est l’opérateur principal (à qui est réglée la facture) qui assure, pas question pour lui de renvoyer le problème sur le sous-traitant.

Lire Plus =>

Câbles Internet: 20000 données sous les mers

Pour sécuriser l’accès à Internet et augmenter la capacité du réseau de la Guyane française, Orange a déployé un câble entre la Martinique et Kourou. L’Express s’est rendu sur place pour assister à « l’atterrissement », la connexion du câble sous-marin au réseau terrestre.

Six heures du matin. Sur la plage de la Cocoteraie à Kourou, en Guyane, les marins du remorqueur Ella F, opéré par Orange, s’activent déjà, sous une chaleur galopante. Mètre après mètre, sous le regard d’une poignée de journalistes curieux, ils déroulent « Kanawa », un câble sous-marin destiné à renforcer le maillage Internet du territoire. Sur la terre ferme, tout est déjà prêt pour accueillir ce serpent de mer en fibre optique. Une tractopelle a déjà creusé une tranchée, tandis que des ouvriers s’activent pour le tirer jusqu’à la Beach Manhole, une structure en béton enterrée sous le sable.

« Notre câble fait 1746 kilomètres de long. Il va jusqu’à la Martinique et la Guadeloupe. Nous allons le raccorder à la station Orange la plus proche, elle-même reliée au reste du réseau Internet de Guyane », détaille fièrement Sébastien Tesio, chef de projet Kanawa, les baskets plantées dans le sable.

Lire Plus =>

Ordinateurs, tablettes, smartphones : contre les rançongiciels, que faire ?

Vous venez de lancer sur votre ordinateur, votre tablette ou encore votre smartphone un programme malveillant ? Et votre appareil est maintenant bloqué à cause d’un rançongiciel (ransomware) qui vous réclame de l’argent pour retrouver un usage normal de votre appareil ? Que faire ? Service-public.fr vous explique comment réagir !

En cas de blocage de votre ordinateur, tablette ou smartphone à cause d’un rançongiciel , il vous est demandé de fournir une certaine somme d’argent en échange de la clé de déchiffrement qui devrait permettre de restaurer les fichiers rendus inaccessibles (documents de travail, photos de vacances, musique…). Face à cette situation, Service-public.fr vous recommande :

  • de signaler d’abord le chantage dont vous êtes victime en ligne sur le site www.internet-signalement.gouv.fr  ;
  • et de porter plainte au commissariat ou à la gendarmerie.

Pour vous aider ensuite face à ce type de situation, Service-public.fr vous recommande de consulter le site www.nomoreransom.org , véritable interface entre les victimes et les fournisseurs d’outils et de solutions pour le déblocage et/ou le déchiffrement de vos fichiers bloqués.

Lire Plus =>

« Illectronisme »: près d’un quart des Français ne sont pas à l’aise avec le numérique

Environ 23% des Français ne sont « pas à l’aise avec le numérique », déclarant ne jamais naviguer sur internet ou bien difficilement, selon une étude CSA sur l' »illectronisme », l’illettrisme numérique.

Ce taux s’élève à 58% chez les personnes de 70 ans et plus. Il s’agit d' »une nouvelle forme de fracture sociale », selon Philippe Marchal, président du syndicat de la presse sociale, qui a souhaité en commandant cette étude « sensibiliser » et « permettre une prise de conscience de l’opinion et des pouvoirs publics ».

Si quasiment 9 personnes sur 10 possèdent une connexion internet et un équipement leur permettant de s’y rendre (téléphone, ordinateur, tablette), utilisés majoritairement pour rechercher une information ou envoyer un mail, 16% ne vont jamais ou moins d’une fois par semaine sur internet, et 7% trouvent la navigation difficile.

Parmi ceux qui n’utilisent jamais internet, 42% trouvent cela trop compliqué, 34% n’ont pas confiance dans la protection de leurs données personnelles, mais la grande majorité (70%) invoque, possiblement conjointement, un manque d’intérêt.

Lire Plus =>