Sorties Martinique

Shirley Rufin – Abstractions photographiques sur corps évanescents

— Par Selim Lander —

Shirley RufinQui a dit que la photographie était un art mineur ? Deux expositions récentes à la Fondation Clément, celle de Philippe Virapin[i], l’année dernière, et celle de Shirley Rufin[ii] actuellement en cours démontrent le contraire. Rien de plus dissemblable pourtant entre les approches de ces deux artistes : le premier, plus « photographe », expose des paysages urbains parfaitement reconnaissables, alors que la seconde, plus « plasticienne », retravaille ses clichés dans les bains, sous la presse et dans l’ordinateur jusqu’à faire s’évanouir le sujet initial. Le point commun, c’est, dans les cas les plus réussis, la fête des couleurs chaudes qui jaillissent du fond noir : celui de la nuit chez Virapin, celui de la toile sur laquelle elle photographie ses modèles chez Rufin.

Les œuvres de cette dernière exposées à la Fondation Clément se présentent en effet comme des abstractions pures. Nul moyen, si l’on n’est au préalable averti, de deviner qu’un corps féminin se cache derrière les taches de couleur de ses tableaux photographiques.

Lire Plus =>

Le Musée de la Vie Rurale de Baton Rouge : un exemple à suivre

— Par Michel Herland —

BR Rural Life Museum 4 (Barn + Acadian House)Il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre mais évertuons-nous quand même. On l’a dit et redit, plutôt qu’envoyer nos apparatchiks du tourisme dans de coûteuses « missions exploratrices » et de gaspiller les deniers de la région dans des campagnes de publicité à l’étranger, il convient de faire les choses dans l’ordre, c’est-à-dire préparer d’abord notre île à accueillir les touristes et aller les chercher ensuite.

Au risque de nous répéter, il y a deux actions à entreprendre d’urgence pour rendre la destination Martinique plus attractive et les hôtels n’en font pas partie. Il n’est d’ailleurs pas du tout certain, même à terme, que notre île doive miser sur le tourisme hôtelier au-delà de ce qui existe déjà. Au contraire, il est sans doute opportun de réduire davantage dans l’immédiat notre offre hôtelière pour assurer un taux de remplissage suffisant. Si, plus tard, un afflux de touriste le justifiait, il serait toujours temps d’augmenter l’offre. Cependant, au jour d’aujourd’hui, les perspectives réalistes de développement se résument au tourisme de séjour chez l’habitant et à la croisière.

Lire Plus =>

Les randos du P.N.R.M.

rzandos_prnm-2015Programme des Randonnées pédestres et Balades découvertes

du Parc naturel régional de la Martinique

 Nous le savons tous, la Martinique dispose d’un patrimoine naturel dont la richesse exceptionnelle est aujourd’hui reconnue. Notre île fait partie des 35 hauts-lieux de la biodiversité dans le monde.
Dans nos balades découvertes, nous allions « préservation du territoire et valorisation des patrimoines martiniquais ». Nous vous proposons des activités
autour de nos ressources patrimoniales et favorisons ainsi les partages d’usages entre les habitants, les touristes et les entreprises artisanales locales.
Tout au long de l’année, je vous invite à emprunter les chemins de traverse et partir à la rencontre et à l’écoute de ceux qui font vivre notre patrimoine.
Les randonnées pédestres, de divers niveaux, allient activité sportive, ateliers d’interprétation du patrimoine naturel et culturel. Ces randonnées sont animées avec le concours de guides et de spécialistes.
Nos randonnées et balades vous permettront de découvrir des lieux, des histoires, des habitants qui font la diversité des paysages de notre île. Du nord
au sud, en passant par le centre, nous sillonnons des lieux magnifiques, chargés d’histoire et d’authenticité.

Lire Plus =>

Journées européennes du patrimoine 2014 : Exposition « Mémoires, monuments, photographies » Monuments historiques de Martinique

—Dossier de presse —

jour_patrim-2014En Martinique, depuis plus de quarante et un ans, la protection des Monuments historiques a permis d’identifier et de protéger une centaine de monuments. Inscrits ou classés, ils se répartissent sur tout le territoire de l’île, depuis le haut des Mornes jusqu’au coeur des villes en passant par les îlets sauvages à quelques encablures de la côte.

Cet ensemble riche et varié couvre une période chronologique très large allant des pétroglyphes de la période précolombienne, aux réalisations modernistes de l’architecte Louis Caillat des années 1950.

Pour ces Journées européennes du Patrimoine, placées sous la thématique du « Patrimoine culturel, Patrimoine naturel », un ensemble de trente-neuf lieux est proposé à la visite. Ainsi, plusieurs propriétaires ouvrent exceptionnellement leurs portes.

L’architecture civile martiniquaise, de la case à la grand’case, a su proposer au travers de nombreuses influences amérindiennes, africaines et européennes, des solutions fonctionnelles et formelles propres à la typicité des lieux et du climat.

Lire Plus =>

Les musées régionaux de Martinique

maisons_volcansDans le Nord
Maisons régionale des Volcans

Immeuble Magalon, Haut du bourg
97260 Morne-Rouge

Après avoir déjà fait la belle balade vers la plus haute commune de Martinique, cette visite hautement pédagogique
vous permettra de tout savoir – ou presque – sur le phénomène volcanique. La Maison des Volcans a été inaugurée en 1991 par les vulcanologues Maurice et Katia Krafft. Le musée permet! grâce à des photos et des documents, de visionner des éruptions de la Pelée sur images d’archives. En particulier, d’apprécier la ville de Saint-Pierre avant et après la dernière éruption meurtrière de la Montagne Pelée, en l9O2 et de comprendre les raisons de cette catastrophe. Plus près de nous, une station d’observation sismique permet de suivre en direct les mouvements de la montagne Pelée… sensations garanties !
Vous pourrez aussi, grâce à des films et vidéos, découvrir le volcan aujourd’hui endormi, sans avoir besoin de l’escalader I Après avoir ingurgité une belle dose de connaissances théoriques et scientifiques, vous pourrez vous dégourdir les jambes pour une petite balade sur les sentiers des Jardins de la Pelée.

Lire Plus =>

Le Parc Naturel de la Région Martinique ( PNRM)

pnmrJusqu’au 30 août, le PNRM ouvre ses portes pour des animations « Grandes vacances » .
Au programme : ateliers artistiques et d’initiation à des techniques artisanales, randonnées, promenades, visites d’exploitation, déjeuners aux saveurs locales, animations musicales et bien d’autres… Plusieurs thématiques sont proposées :
les ateliers du parc,
les balades découvertes,
les randonnées pédestres, les nocturnes du Dubuc,
la famille en fête au Domaine d’Emeraude,
une journée pique-nique à Vatable
les courses de mulets et de chevaux sur la plage,
les balades en calèches, à dos d’âne ou de mulet,
les visites des sites du PNRM,
les animations au moulin de Val d’Or, à Sainte-Anne,
les visites guidées de la ville d’art et d’histoire, Saint-Pierre,
les sorties en bateau.

– Contact : 05.96.64.56.45. E-mail : animation@pnr-martiniquecom. Plus d’infos : www. pnr-martinique.com.

Lire Plus =>

Le Jardin de la Montagne

Le jardin fleuriste de la Montagne s'est installé sur un terrain pentu à flanc de montagne anciennement planté de caféier et cacaoyers.Il s'y étoffe depuis vingt ans dans le respect des arbres existants.

Le domaine de la Pagerie

Cette ancienne habitation autrement nommée Petite Guinée, est le lieu de naissance de Joséphine Rose Tascher de la Pagerie, première épouse (1796) de Napoléon Bonaparte et future impératrice.

La Savane des Esclaves

Gilbert Larose s'est toujours intéressé aux modes de vie de ses aïeuls. Persuadé que cette culture doit se transmettre, il consacre depuis plusieurs années à déboiser, planter et construire un décor de deux hectares, en lisière de la forêt.

Le jardin de Bonneville

La saga du Jardin de Bonneville débute en 1998. Dix années de travail ont été nécessaires à ces passionnés, Patrick et Sylviane Eugénia, pour transformer un terrain d'un hectare et demi, jadis en friche, en un petit paradis vert.

Le Musée de la Banane

Dans le-cadre de l'ancienne.habitation Limbé, sucrière puis rhumière au 18ème siècle, reconvertie à la production de banane au début du 20ème siècle, est présentée une importante collection de bananiers en provenance d'Afrique et d’Asile.

Le Jardin des Senteurs

Le jardin des senteurs occupe un terrain très accidenté en haut d'un morne faisant face à la forêt domaniale du Pérou, partie de l'ancienne habitation Bezaudin, renommée Pied en l'Air dans les années 1930, alors qu'elle vit de la transformation de produits vivriers.

L’Habitation Roro

Le jardin créole de l'habitation Roro est un jardin « au naturel » tenu par Bambou, la jardinière qui est aussi peintre et poète. Les arbres fruitiers (goyavier, manguier, carambolier, mandarinier, cédra etc), et les plantes vivrières, médicinales et ornementales se mêlent sans beaucoup de contraintes sur un espace d'environ trois hectares de terres pentues.

Le Jardin Créole de Marc Malsa

Ce jardin bénéficie d'un avantage rarement partagé : un terrain vaste et relativement plat Toutefois, avant de se faire légère et riche, la terre argileuse a exigé beaucoup de patience à son-jardinier qui n a pas et ne ménage pas sa peine pour l'amender.

Le Jardin du château Depaz

Le château Depaz et ses jardins dominent la distillerie et les champs de canne environnants. Ils forment un ensemble de style néo-classique construit au début des années 1920, sur le modèle du château Perrinnelle, belle demeure des 17 et 18me siècles, détruite en 1902 lors de l’éruption de la montagne Pelée.

L’Habitation Beauséjour

Beauséjour est l'une des plus anciennes habitations sucrières de la Martinique. Elle conserve la maison de maître en bois reconstruite, en 1820, la cuisine extérieure construite en pierre, la chapelle et la rue « case-nègres ».

Le Jardin de la chaudière

Le jardin de la Chaudière s'étend entre maison et rivière qui le borde en contrebas tandis qu'un ruisseau le festonne en amont. C'est un jardin composite patiemment aménagé et qui aujourd'hui âgé de dix ans. affirme sa maturité.

An Griyav La

Le site d'implantation de ce jardin créé.au sein d'une exploitation agricole, fruitière (goyave), bovine et ovine, est celui d'une ancienne habitation sucrière. Les anciens champs de canne sont aujourd’hui plantés de goyaviers tandis que la voie ferrée et la coulisse qui permettaient le transport des fagots de canne vers l'usine située au Robert, sont les chemins qui structurent l'espace de promenade.

La Plantation Beauvallon

Un jardin d'agrément accompagne le domaine de production de plantes et fleurs tropicales de Beauvallon. ll se compose en deux espaces d'ambiance très différente qui sont déterminés par la topographie accidentée du lieu.

Le Jardin de Bel Air

Dans un espace pentu et restreint par la présence de grosses roches rondes qui témoignent de l'activité volcanique passée (bombes), la moindre parcelle de terre disponible est ici mise en culture dans le plus grand respect de la nature et de l'homme.