L’Habitation Fond Rousseau

Rachetée, il y a peu de temps par un groupe guadeloupéen (groupe Manioukani), l’Habitation Fond Rousseau, à Schoelcher, est en pleine restructuration. Située sur la commune de Schoelcher, l’Habitation se trouve en contrebas du quartier de Terreville, au lieu-dit Case-Navire (derrière la piscine municipale). Elle est au bord de la rivière qui porte le même nom.

Une Habitation du XVIIe siècle

On date les premières constructions au XVIIe siècle. Ce n’étaient alors que des abris précaires inspirés des carbets et ajoupas.
La maison de maître que l’on voit aujourd’hui, n’est pas celle d’origine, mais elle a été reconstruite sur les fondations de la dernière en date. A ses côtés, des dépendances. Et elles sont nombreuses : la maison du géreur, la cuisine, le garage où l’on garait les calèches, la maison des domestiques, les cases des travailleurs, les magasins (stockage), les chais, etc. Et l’usine et son four à charbon de bois. Car on y a fabriqué jusqu’au début du XXe siècle du rhum. Les visiteurs apprécieront les deux roues faisant fonctionner l’usine. La première, une roue à aubes, la seconde, une roue actionnée par la chaudière et le générateur de vapeur.

Des essences remarquables

Après les divers espaces, le public ne manquera pas de faire le tour du jardin où de nombreuses essences méritent que l’on s’y arrête, comme cet arbre dit « à boulets de canon » ou un palmier à huile particulièrement rare et un zamana majestueux. Des sculptures aussi font partie de ce jardin, sculptures de messieurs Césaire, Fanon et Aliker.

Un peu d’histoire…

L’histoire de Fond Plumet, ancien nom de l’habitation remonte au XVIIe siècle :
1671 : Gabriel Turpin (juge) et sa soeur Marie possèdent deux habitations-sucreries mitoyennes.
1687 : Tentative d’élevage de vers à soie. Le domaine se voit érigé en vicomté.
1770 : La famille Hurault de Manoncourt, descendants de l’époux de Marie, deviennent propriétaires.
1792 : Une partie de l’habitation appartient à Jean Ainé, l’autre à Georges Maurice.
1801 : Les époux Percin s’en portent acquéreurs. …/…
1858 : Gabrielle Odile de Percin revend la moitié à un M. Asselin de Monnerville. Mais ne pouvant payer les créances, la propriété lui revient en 1880. 1853 : Vente à la famille Assier de Pompignan
1864 : Vente à Pierre Ducreux 1866 : Vente à Charles Chicot
1878 : La succession Chicot vent à Louis Monnerville
1879 : Vente à la famille Lapeyre 1890 : Vente à Auguste Cottrell
1802 : Suite à l’éruption de la montagne Pelée, la colonne à distiller de l’usine CharlesRousseau (important négociant) est transporté à Fond Plumet. L’habitation prend son nom de Fond Rousseau. …/…
1913 : La propriété passe aux mains de Gaston Louveau de la Guigneraye.
1936 : Suite à une faillite, la propriété passe à Louis Félix Gros-Dubois.
1964 : A la mort de Félix Gros-Dubois, la propriété est divisée entre ses 6 enfants. La veuve Alice Duchamp de Chastaigné en conserve l’usufruit.
1971 : Madame Cardan rachète des hectares qu’elle revendra à la SCI Fish.

 

Source : France-Antilles