Consommation

consommation

Ces aliments qui nous empoisonnent

Malgré les jolis discours des grandes marques sur le « manger sain », nous n’en avons pas fini avec la malbouffe. Les aliments « ultratransformés » sont partout dans les rayons.

Pauvres en matières premières brutes (légumes, fruits, lait, viande…) mais riches en additifs, ils regorgent d’ingrédients à bas coût, dénaturés pour leurrer notre goût. Sel, sucre et graisses combinés stimulent les pics de glycémie, entraînant des réactions addictives.

Les ingrédients de 100 produits décryptés

Dans son nouveau hors-série Ces aliments qui nous empoisonnent, 60 Millions dévoile de nombreuses aberrations nutritionnelles à travers le décryptage des ingrédients de 100 denrées alimentaires.

Les ingrédients qui fâchent sont souvent dissimulés derrière des allégations alléchantes. Prenons quelques exemples.

Alliées du petit-déjeuner ou bombes de sucre ?

De célèbres poudres chocolatées se présentent comme les meilleures alliées du petit-déjeuner. Nesquik affiche un logo « Opti-déj : fer, vitamine D, zinc ». La préparation a en effet été enrichie en vitamines. Même chose pour Super Poulain qui affiche quatre vitamines et deux minéraux.

Des arguments porteurs auprès des parents.…

Lire Plus =>

Eau : trop c’est trop !

— Par Yvon Joseph-Henri, de l’A3C —

L’immobilisme du maire de Schœlcher a ceci de scandaleux qu’il fait semblant de bouger…pour ne rien changer ! Stratégie ou incompétence ?

Tous les usagers des écoles schœlcheroises attendent depuis deux ans que le site de paiement en ligne fonctionne. Et pourtant, nul besoin d’être ingénieur en informatique pour installer un site de paiement sur internet ! Alors ?

Les années antérieures, les rats se signalaient dans les écoles de la communes faute de mesures préventives, voire définitives !

Idem pour un caniveau dangereux à l’école de Plateau Fofo parce que non protégé, signalé régulièrement à la mairie comme source d’accident, sans que rien ne change… à cause de l’absence de protection, un enfant de grande section est tombé sur l’apex en ciment devant sa classe et s’est ouvert le visage sur 10 cm, pour peu cela aurait pu être plus gravissime encore (octobre 2017),les parents ont exigé par avocat interposé que le nécessaire soit fait, et en début de cette semaine de mars 2018, c’est un autre enfant qui est tombé et s’est fait une légère entorse dans le même canal non protégé en dépit des affirmations municipales.…

Lire Plus =>

Les prix en Martinique : pour une première mesure d’urgence

— Par Yvon Joseph-Henri, président de l’A3C —
Le France Antilles de ce mardi 27 février 2018 pointe du doigt la flambée continuelle des prix – particulièrement des produits alimentaires – en Martinique.

En ligne de mire, pour l’Association des Consommateurs et des Citoyens de la Caraïbe, tout un système d’exploitation et de mise sous tutelle de nombreux fournisseurs des grandes surfaces. Sont donc totalement responsables de cet état de fait, les grandes surfaces distributrices des produits que nous consommons, même si elles partagent la responsabilité avec d’autres acteurs comme nos propres politiques. Nous reviendrons ultérieurement et à part sur notre analyse de tous ces facteurs.

Maintenant, la concurrence étrangère va s’accélérer chez nous comme dans le Monde entier. L’accord de commerce entre l’Europe et le Canada, ne manquera pas d’avoir des répercussions ici. Simplement, à l’allure où va le pays, ce seront des charognards qui viendront récupérer des entreprises moribondes pour nous vendre ce qu’ils voudront.

Monsieur PARFAIT, représentant la grande distribution, tout en avançant des éléments contestables d’actualité dans les négociations qui s’annonce pour les prix du BQP, énonce toutefois un certain nombre de vérités.…

Lire Plus =>

Ces fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides

— Par Julie Ruiz —

Selon une étude menée par l’ONG Générations futures, 89% des raisins et 88,5% des clémentines et mandarines non-bios qu’on trouve dans le commerce contiennent des résidus de pesticides.

Cinq fruits et légumes par jour. Oui, mais pas n’importe lesquels. L’ONG Générations futures publie ce mardi une étude inquiétante sur les traces de pesticides dans nos fruits et légumes. L’association a analysé 19 fruits et 33 légumes non-bios et, selon son rapport, on trouverait des résidus de pesticides dans près de 70% des fruits et 41% des légumes du quotidien.

En ce qui concerne les 33 légumes passés au crible dans cette étude de Générations futures, le plus contaminé est le céleri-branche: 84% des échantillons testés présentent des résidus de pesticides. Sur les autres marche du podium, on trouve les herbes fraîches (74,5%) et l’endive (73%). À l’opposé, l’asperge (3%) et le maïs (1,9%) sont les légumes dans lesquels on retrouve le moins de traces de pesticides.…

Lire Plus =>

Récupération d’eau de pluie : arnaque généralisée ?

— Par Yvon Joseph-Henri, président de A3C —

L’argument d’un vendeur d’aluminium qui se lance dans la récupération d’eau de pluie est que la pluie est généreusement fournie sous nos latitudes ! En réalité, la vraie raison pour laquelle tout le monde – y compris les vendeurs d’aluminium – se jette dans la récupération d’eau de pluie est que c’est le dernier endroit où l’on gagne de l’argent, où l’on peut arnaquer le client !

L’accroche pour la récupération d’eau de pluie, c’est la prise en charge de 50 à 90% du coût par la CTM. L’idée de faire payer la collectivité a quelque chose de délicieux qui fait perdre la tête aux consommateurs qui oublient que des travaux mal faits sont source de dépenses sans fin pour corriger les erreurs et l’on plonge assez rapidement dans un gouffre !

Enfin, comme la CTM ne vérifie aucun chantier, et encore moins la qualité des travaux et le respect des normes, la CTM jette l’argent du contribuable par la fenêtre.…

Lire Plus =>

Poupées et robots « connectés » : oui mais…

Vous souhaitez offrir pour Noël une poupée ou un robot « connecté » qui répond aux questions posées par les enfants ? Oui mais savez-vous qu’au cours de contrôles réalisés en 2017, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a constaté que certains jouets « connectés » collectaient des informations personnelles sur les enfants et leur entourage ?

Suite à ces contrôles, la Cnil a demandé à la société qui proposait ces jouets « connectés » de procéder à leur sécurisation.

La Cnil avait en effet constaté :

le non-respect de la vie privée (enregistrement des conversations échangées entre l’enfant et le jouet, possibilité de communiquer avec l’enfant situé à proximité du jouet, par exemple) ;
le défaut d’information des utilisateurs des jouets (ils ne sont pas informés du fait que le constructeur de jouets transfère les contenus de conversation auprès d’un prestataire de service situé en dehors de l’Union européenne).

Les jouets « connectés », équipés d’un microphone et d’un haut parleur, étaient reliés à une application mobile téléchargeable sur téléphone portable ou sur tablette.…

Lire Plus =>