Étiquette : mariage pour tous

“Mariage pour tous: Hollande nous a Barjoté.e.s”

— Par Alice Coffin membre du collectif féministe et lesbien Ouiouioui, co-présidente de l’AJL (Association des journalistes LGBT) —

lgbt_flagPour Alice Coffin, la machine à faire oublier comment et au prix de quels renoncements cette loi a été adoptée il y a trois ans est en route. Ne doit rester pour mai 2017 que l’image d’un chemin victorieux tracé par le gouvernement.

On fête ce samedi 23 avril les trois ans de l’adoption de la loi sur le mariage pour tous. Plus on s’éloigne de ce 23 avril 2013, plus François Hollande, les ministres et élu.e.s socialistes, les commentateurs et commentatrices de la vie politique semblent faire de cette mesure, faute d’en voir poindre d’autres, le texte emblématique du quinquennat. Celle que l’on va pouvoir brandir à l’heure des bilans pour dire «ça quand même, c’est la gauche!». La machine à faire oublier comment et au prix de quels renoncements cette loi a été adoptée est en route. Ne doit rester pour mai 2017 que l’image d’un chemin victorieux tracé par le gouvernement et les députés socialistes venus, dans leur grande générosité, accorder des droits aux gays, bi, lesbiennes et trans.

→   Lire Plus

Mariage pour tous: les trois-quarts des Français veulent le conserver

—Selon AFP —

mariage_pour_tousSelon un sondage Odoxa pour i<Télé publié samedi, 73 % des Français et 56 % des sympathisants UMP ne souhaitent pas que la droite supprime la loi sur le mariage pour tous en cas d’alternance. “Si la droite revenait au pouvoir en 2017, souhaiteriez-vous qu’elle supprime la loi sur le mariage pour tous ?” : 73 % des sondés (56 % à l’UMP) répondent “non”, 26 % (44 % à l’UMP) “oui” et 1 % ne savent pas.

Pour huit sondés sur dix (81 %), “les questions économiques et sociales (le chômage, le pouvoir d’achat, les impôts)” doivent être “le sujet abordé en priorité pendant la campagne pour la présidence de l’UMP”, contre 11 % qui privilégient “les questions d’insécurité et de lutte contre la délinquance”, 4 % “les questions sociétales (les valeurs l’identité nationale, le mariage pour tous…)” et 3 % “les questions internationales” (1 % ne savent pas).

→   Lire Plus

La loi sur “le mariage pour tous” a été intégralement validée par le Conseil constitutionnel.

homosexualites-300François Hollande, le président de la République, vient d’annoncer ce vendredi qu’il promulguera dès ce samedi la loi sur le mariage homosexuel. Des mariages pourront donc être célébrés dès la semaine prochaine.

«Le Conseil constitutionnel vient de valider la loi, j’en prends acte avec la satisfaction de constater que le processus commencé il y a plusieurs mois trouve son aboutissement», a déclaré François Hollande en déplacement à Caen, en notant qu’«il y a eu des controverses, trop de controverses».

«Je promulguerai demain la loi qui deviendra celle de la République», a conclu le président.

Les mesures d’applications sont prêtes assure la garde des Sceaux

→   Lire Plus

La “Manif pour tous” contre le droit des autres

— Par Laurent Joffrin, Directeur du Nouvel Observateur—

homosexualite-2L’opposant au mariage homo se bat non pour promouvoir une revendication mais pour empêcher l’autre d’accéder au même droit que soi. Définition même de l’intolérance.
La “Manif pour tous” est devenue la manif contre quelques-uns : tel est désormais le trait principal d’une protestation qui a mal tourné sous l’égide d’une minorité activiste. Réaction pacifique et œcuménique au départ, elle s’est changée en combat acerbe contre le droit des autres. L’histoire retiendra avec quel acharnement, quelle virulence, quelle agressivité une partie de la droite a voulu interdire à une minorité son entrée définitive dans la communauté nationale, en lui déniant l’égalité qu’elle réclame, sans le moindre égard pour son héritage, fait de relégation, de sarcasmes et de discrimination.

On pouvait comprendre, on devait accepter la critique. Le mariage homosexuel est une nouveauté historique qui contredit une immémoriale tradition. Son instauration pouvait choquer, il fallait écouter les objections de bonne foi présentées par ceux qui s’inquiètent de la filiation ou qui craignent pour l’équilibre psychologique des enfants de ces couples nouveaux. Religieuses ou traditionnelles, les convictions sont respectables.

→   Lire Plus

Nestor-Azérot, Marie-Jeanne et Nilor votent contre le mariage pour tous

Face à ces votes rétrogrades d’élus martiniquais  seul Letchimy a voté pour.

La gauche n’a pas enregistré de nouvelle défection par rapport à février, avec même un changement «positif»: l’élu socialiste de Mayotte Ibrahim Aboubacar, qui s’était abstenu en première lecture, a cette fois-ci voté pour.

De nombreux députés ultramarins, qui avaient fait part de leurs réticences sur le texte, ont une nouvelle fois divergé de la majorité en rejetant la loi, aussi bien au sein du groupe socialiste (Patrick Lebreton et Gabrielle Louis-Carabin) que radical (Ary Chalus et Thierry Robert) ou communiste et apparentés (Bruno Nestor Azérot, Alfred Marie-Jeanne et Jean-Philippe Nilor).

On compte aussi des défections du côté des chevènementistes (Jean-Luc Laurent et Marie-Françoise Bechtel, rattachés au groupe PS mais qui disposent de la liberté de vote, se sont abstenus) et d’une poignée d’élus socialistes métropolitains (Bernadette Laclais et Jérôme Lambert, dont l’opposition au texte était connue, ont voté contre, tandis que Jean-Philippe Mallé et Dominique Potier, le tombeur de Nadine Morano, se sont abstenus).

A signaler  que le groupe EELV est le seul à avoir unanimement voté en faveur du projet de loi, comme en première lecture

 

D’après http://www.slate.fr/france/71499/mariage-pour-tous-vote-definitif

→   Lire Plus

Mariage pour tous : les antis et l’opposition se déchaînent

 

 

Deux jours après l’adoption au Sénat du projet de loi sur le mariage entre personne du même sexe et l’annonce par le gouvernement d’avancer au 17 avril le passage en deuxième lecture à l’Assemblée nationale du texte de loi, l’opposition dénonce un “passage en force” et parle de “coup d’État” l’accélération de son réexamen au Palais Bourbon, les opposants au mariage pour tous quant à eux durcissent leurs actions.

La décision du gouvernement de soumettre les articles restant en discussion dès mercredi prochain et non fin mai comme initialement prévu a provoqué la colère des opposants au mariage pour tous et de l’opposition. Le président de l’UMP Jean-François Copé a dénoncé “la volonté délibérée du gouvernement de passer en force au Parlement”, tandis que le député UMP Hervé Mariton a évoqué un “coup d’État”. Le député UMP Philippe Gosselin a pour sa part mis en garde contre “une guerre civile”. Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, a estimé vendredi que “le président de la République prend le risque d’une confrontation violente avec les Français”

La présidente du Parti démocrate-chrétien (PCD, associé à l’UMP) Christine Boutin a estimé samedi sur ITélé que François Hollande et Jean-Marc Ayrault seraient “responsables” des “débordements” qui pourraient survenir en cas de maintien du texte.

→   Lire Plus

Tous contre le mariage pour tous ?

Par Serge Larcher, sénateur

A l’heure où s’est engagé à l’Assemblée Nationale le débat relatif au projet de loi visant à instituer le mariage pour tous, il m’a semblé utile de faire quelques mises au point. Il s’agit de rappeler et d’expliquer ce que sont mes convictions et ce que sera ma position quant à ce sujet.
J’entends que la quasi-totalité des élus des outre-mer seraient opposés à ce texte. S’il est évident que les plus farouches opposants ne manquent jamais de se faire entendre, j’ai le sentiment que la majorité est bien silencieuse. Nombreux sont ceux qui en réalité ne prennent pas ou ne défendent pas leurs positions.
J’entends que ce silence serait une façon de ne pas se mettre « en porte-à-faux » avec un électorat très majoritairement opposé au mariage homosexuel. J’ignore s’il faut donner foi à cette explication. Dans le même temps, j’ignore également si une étude sérieuse a été conduite quant à l’état de l’opinion sur ce sujet dans les outremer, et singulièrement en Martinique. Pour ma part, non seulement je voterai ce texte, mais je m’efforcerai également de le défendre toutes les fois où l’occasion m’en sera donnée.

→   Lire Plus

« Travail, Famille, Patrie » ?

Par Maurice Laouchez

Les débats en cours sur le mariage homosexuel et la procréation médicalement assistée interpellent sur les véritables valeurs de la République.
La Révolution française a imaginé la devise qui devait faire le tour du monde et, à tort ou à raison, a désigné la France comme LE pays des droits de l’Homme. Liberté, Egalité, Fraternité. Or, de nombreuses attitudes montrent que nous sommes davantage dans la défense du travail, de la famille et de la patrie que dans la mise en oeuvre concrète de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.
La formule de « l’Etat Français » , Travail, Famille, Patrie, trouve son origine dans les pleins pouvoirs accordés au Maréchal Pétain le 10 juillet 1940 par des Parlementaires issus des élections de 1936.
En ce temps-là, la France était occupée par les troupes nazies. Il s’agissait d’obtenir d’une population vaincue et humiliée l’Obeissance à l’ennemi vainqueur et au gouvernement qui avait accepté de collaborer avec lui.
La devise « Travail, Famille, Patrie » correspondait à cette situation-là, dans ce lieu-là.
Travailler et obéir à l’employeur, s’occuper de sa famille et obéir au père de Famille, servir la Patrie en respectant les instructions venues de dirigeants asservis et de leurs maîtres étrangers : telles étaient les raisons profondes de la nouvelle devise nationale.

→   Lire Plus

Le mariage pour tous, une mesure de gauche

Par Olivier Ernest Jean-Marie

Après 10 jours de bataille parlementaire, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi sur le mariage pour tous. La position des députés et des maires martiniquais sur cette mesure sociétale interroge la classique division de l’échiquier politique entre droite et gauche.
Une majorité de maires de Martinique rejette l’idée du mariage homosexuel. 3 députés martiniquais sur 4 ont voté contre le texte défendu par Christiane Taubira.
Or, il est convenu que la Martinique est aujourd’hui une terre de gauche où François Hollande a recueilli plus de 68% des suffrages le 6 mai 2012.
Il est surprenant que des élus qui se qualifient d’« homme de gauche » ne soutiennent pas la mesure du mariage pour tous qui figurait pourtant dans le programme de François Hollande.
Ceux qui se bousculaient pour être à la table de François Hollande, ou aux premiers rangs du Grand Carbet le 15 janvier 2012 lors de l’escale martiniquaise du candidat socialiste n’ont pas gagné en crédibilité en se positionnant contre cette mesure majeure du quinquennat du président de la République.
Ni ceux qui, lors de la campagne des élections législatives de juin 2012, se présentaient sur les plateaux de télévision comme les plus grands supporters de François Hollande en brandissant à bout de bras son programme (Bruno Nestor Azerot) ou en affichant les photos démontrant leur proximité avec les leaders du parti socialiste français (Raymond Occolier).

→   Lire Plus

100.000 couples homosexuels en France selon l’Insee

43% des couples homosexuels sont pacsés. Difficile pour autant d’en conclure qu’ils vont se bousculer pour se dire «oui» devant le maire.

Après le vote par l’Assemblée du texte sur le mariage pour tous, l’Insee dévoile une enquête réalisée sur un échantillon de 360.000 personnes.

C’est un calcul qui n’avait jamais été réalisé de manière précise, qui restait inconnu alors même que le débat sur le mariage pour tous a déjà fait rage des mois durant. Environ 200.000 Français déclarent être en couple avec une personne de même sexe, soit 100.000 couples, et 0,6% du total des personnes qui vivent à deux, dévoile une enquête de l’Insee Première (Institut national des statistiques), parue jeudi, et réalisée sur un échantillon de 360.000 personnes.

«C’est un chiffre inédit, avec un degré de fiabilité jamais atteint car l’enquête a été réalisée sur un échantillon très important, commente Pascale Breuil, de l’Insee. Les chiffres précédents étaient en partie fondés sur des estimations et des déductions». Une étude de l’Ined avançait le chiffre de 150.000 couples en 1999. Un calcul fondé sur l’estimation des couples corésidents autour de 1% et un pourcentage analogue à celui des pays voisins.

→   Lire Plus

Mariage gay: l’envolée lyrique de Christiane Taubira après le vote du projet de loi

La garde des Sceaux Christiane Taubira a été ovationnée après l’adoption du projet de loi sur le mariage pour tous à l’Assemblée nationale.Le texte “ne supprimera pas le jeu amoureux, ni chez les homosexuels ni chez les hétérosexuels” a lancé la ministre de la Justice Christiane Taubira, après l’adoption du projet de loi sur le mariage pour tous à l’Assemblée.

“Merci à tous pour ces jours et ces nuits passés ensemble.” Complimentée, même par la droite, tout au long du débat sur le mariage pour tous, la ministre de la Justice Christiane Taubira a été ovationnée ce mardi après le vote de l’Assemblée sur le projet de loi. Il faut dire qu’elle n’a pas manqué d’humour. Ni de poésie.

“Il y a des choses que ce texte ne pourra pas accomplir. Il ne supprimera pas le jeu amoureux, ni chez les homosexuels ni chez les hétérosexuels”, a-t-elle lancé. “Il restera toujours beaucoup beaucoup de femmes, pour vous regarder, messieurs, pour vous observer, pour essayer de percevoir derrière vos carapaces la tendresse qui parfois vous habite, pour essayer de percer les défauts qui se cachent parfois sous des dehors affables, et pour discerner dans l’entrelac de vos talents et vos faiblesses si vous êtes capables de tracer des chemins sur la mer, comme l’écrivait Antonio Machado” (poète espagnol, ndlr), a-t-elle dit.

→   Lire Plus

Serge Letchimy : “OUI au mariage pour tous”

Madame la Ministre, chère Christiane,

Parlementaire en mission, à propos de l’article 349 du Traité de Lisbonne, il ne m’a pas été pas possible de participer en personne aux débats concernant le mariage pour tous. Les champs de bataille ne sont jamais consécutifs et, par ces temps de crise, il nous faut très souvent faire des choix qui permettent de démultiplier nos avancées sur de larges amplitudes et de manière simultanée.

Néanmoins, il me paraissait indispensable d’expliciter mon vote et cela pour deux raisons.

La première, c’est de vous rendre hommage. Hommage à votre courage, à votre hauteur de vue. La seconde, c’est de rappeler cette coïncidence qui me semble hautement symbolique : celle qui aura porté si brillamment le projet de loi concernant la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité, est aujourd’hui la même qui se retrouve à batailler, avec tout autant de force et d’intensité, pour une transformation de nos états de conscience.

Chère Christiane, j’ai le sentiment que c’est le même combat.

Nous avons en commun ce que Césaire appelait une pression historique. Nous qui avons vécu la négation de notre humanité durant les temps esclavagistes.

→   Lire Plus

Christiane Taubira : entre fous-rires et Léon-Gontran Damas

La garde des Sceaux, Christiane Taubira, a été prise mardi d’un fou rire pendant le débat sur le mariage homosexuel à l’Assemblée nationale, puis a récité “Nous les gueux” de Léon Gontran Damas lors de son intervention suivante.
“Monsieur (Philippe) Gosselin, puisque c’est par petits bouts que vous êtes amené…” a-t-elle commencé en pouffant de rire, sans parvenir à terminer sa phrase. “Je vais essayer de vous répondre par pe… par petits bouts”, a-t-elle poursuivi difficilement. Nouveau fou rire. “J’ai un élan à votre égard, j’ai un élan…” est-elle parvenue à ajouter en s’adressant au député UMP avant de se rasseoir sans pouvoir terminer son intervention.

Ce fou rire irrépressible de la ministre a suscité les applaudissements des députés de la majorité, l’hilarité de ceux de l’opposition et des éclats de rire du président PS de l’Assemblée, Claude Bartolone.

Quelque temps après, elle s’est permis une envolée lyrique, en réponse à Hervé Mariton (UMP), en récitant un poème du Guyanais Léon-Gontran Damas, issu du recueil “Black Label” -“je connais par coeur”, a-t-elle assuré- qu’elle avait déjà cité lors de son discours d’ouverture des débats.

→   Lire Plus

Le livret de famille, c’est fini

Par Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste

–Il est impossible d’installer les bouleversements liés aux nouvelles méthodes de procréation médicalement assistée (PMA) à l’intérieur de l’ancienne organisation familiale, dont le cadre législatif avait été conçu pour donner aux enfants nés en son sein un père cumulant les fonctions de géniteur présumé, d’éducateur privilégié et de donneur de nom.

Vouloir fabriquer des livrets de famille en faisant apparaître un “parent 1” et un “parent 2” paraît dérisoire au regard des enjeux, notamment du fait de l’augmentation d’enfants nés par PMA, par dons de spermes, d’ovocytes et, de plus en plus, d’embryons.

LA LEVÉE DE L’ANONYMAT DES DONNEURS

Rappelons donc d’abord un préalable : toute réforme de la parentalité commence par la levée de l’anonymat des donneurs. Il est heureux de constater que les adversaires traditionnellement les plus résolus de cette levée y arrivent petit à petit, face aux dangers potentiels que pourrait représenter le fait que deux femmes ou deux hommes élèvent un enfant dans le déni de la place de l’homme ou de la femme qui aurait pris une part à sa conception.

→   Lire Plus

Mariage homosexuel : “Fonder la filiation sur l’engagement parental plutôt que sur la nature”

Par Martine Gross, sociologue (CNRS)

Sylviane Agacinski, dans sa tribune du 3 février, fait remarquer à juste titre que la procréation médicalement assistée (PMA) telle que pratiquée en France nie la personne du donneur, l’identifie trivialement à quelques cellules, l’objet de son don, et fait passer les parents pour des géniteurs. Elle dénonce un peu plus loin une pratique qui commence à se banaliser, la commande de gamètes sur Internet sans voir que c’est notre système actuel qui précipite les futurs parents dans cette voie. Quand la prohibition se tient en lieu et place d’un encadrement légal éthique et protecteur, il ne reste plus que les marchés parallèles pour réaliser un désir d’enfant aussi puissant chez les couples de même sexe que chez les autres.

Mais elle a tort de rapprocher la PMA, telle qu’envisagée pour les couples qu’elle appelle “classiques” de celle des couples de même sexe. En effet, dans ces derniers, la tentation de passer pour avoir procréé sans l’aide d’un tiers n’est pas jouable. S’il y a bien des familles PMA où le donneur est évoqué ce sont les familles homoparentales.

→   Lire Plus

L’Assemblée adopte l’article 1 ouvrant le mariage aux personnes de même sexe

L’Assemblée nationale a adopté samedi par 249 voix contre 97 le premier article du projet de loi sur le mariage homosexuel, le plus important, celui qui ouvre le mariage aux personnes de même sexe.

Sans surprise, les députés socialistes, écologistes, radicaux de gauche et Front de gauche ont voté pour. Les députés UMP, la plupart des députés centristes ont voté contre. Dans les rangs de l’UMP, seul Franck Riester s’est prononcé pour cet article 1er.

«Nous sommes heureux et fiers d’arriver à cette première étape», a salué la garde des sceaux, Christiane Taubira. «Nous allons établir la liberté pour chacune et chacun de choisir sa ou son partenaire pour construire un avenir commun (…). Il n’y avait aucune raison que l’Etat n’assure pas aussi la protection du mariage» aux couples homosexuels, a-t-elle dit.

«Un vote historique»

Pour l’UMP, Philippe Gosselin a regretté que «le gouvernement s’engage dans un choix de société que nous ne souhaitons pas». «Aujourd’hui, c’est le mariage, l’adoption, demain ce sera la PMA (procréation médicalement assistée) et la question des mères porteuses qui est toujours posée.

→   Lire Plus

Le discours historique de Christiane Taubira, la victoire des Lumières

Le discours de Christiane Taubira en faveur du mariage homosexuel est-il entré dans l’histoire ? Le plaidoyer de la Garde des Sceaux, ce 29 janvier à l’Assemblée nationale, semble indéniablement avoir marqué les esprits. À commencer par celui de la philosophe Laura-Maï Gaveriaux.

Les avancées juridiques et politiques marquantes de notre histoire démocratique ont souvent donné lieu à de grands discours devant l’Assemblée nationale, lesquels constituent autant de jalons discursifs dans l’évolution du rapport de notre société au droit, et ce depuis la Première République. Pour les plus modernes, nous en gardons des archives photographiques ou télévisuelles, aujourd’hui consignées dans la mémoire collective.

Dans les pas de Simone Veil et de Robert Badinter

Pour ma génération, c’est l’image de Simone Veil, en 1974, défendant le projet de loi visant à la dépénalisation de l’avortement. Derrière cette photographie d’histoire, recouverte aujourd’hui du voile de la sérénité que permet de la distance du temps, se trouve en fait une succession de débats houleux et parfois même violents.

Pensez que la discussion du texte s’ouvrit le 26 novembre 1974, et que la loi fut votée dans la nuit du 29 novembre.

→   Lire Plus

Les députés d’outre-mer boudent le mariage pour tous

Par Laure Equy

Enquête — A gauche, ils seront au moins six à ne pas voter le texte. Ils invoquent notamment «un modèle familial plus conservateur» et «des pratiques religieuses plus prégnantes».

«Ici, les gens sont un peu perdus, bousculés dans leurs repères par cette loi. Je dois soutenir ma population et relayer leurs doléances», justifie un député antillais qui raconte les électeurs défilant à sa permanence pour lui demander de ne pas approuver l’ouverture du mariage aux couples homosexuels. Ils sont plusieurs députés d’outre-mer à se rebiffer ainsi contre le projet de loi sur le mariage pour tous. Sur 27 élus à l’Assemblée nationale – dont 19 à gauche –, seule une petite dizaine compte voter le texte.

Les socialistes devraient largement suivre la consigne de vote du groupe à l’exception du Réunionnais Patrick Lebreton qui a écrit à Bruno Le Roux pour lui expliquer son intention de voter contre. Hélène Vainqueur-Christophe (Guadeloupe) hésite encore mais devrait finalement voter pour ou s’abstenir. En revanche, aucun des cinq députés du groupe GDR (gauche démocrate et républicaine, qui regroupe aussi les dix élus du Front de gauche) n’approuvera le projet de loi : Bruno Nestor Azerot, Alfred Marie-Jeanne et Jean-Philippe Nilor en Martinique, Huguette Bello (La Réunion) et Gabriel Serville, successeur de la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, en Guyane.

→   Lire Plus

Lettre ouverte à Monsieur Guaino sur les mariages

Le psychanalyste Jacques-Alain Miller répond au député UMP des Yvelines et ex-conseiller de Sarkozy qui a publié un plaidoyer contre le mariage gay.

Paris, le 29 janvier 2013

Monsieur,

Suétone rapporte dans sa Vie des douze Césars que l’empereur Caligula s’écria un jour : “Plût au ciel que le peuple romain n’eût qu’une tête !” Je souhaitais de même qu’un texte parût qui réunisse les arguments prodigués contre le mariage gay. Ce voeu, vous l’avez exaucé. Dans une prose dont on connaît et la force et l’éclat, vous avez ourdi une lettre tramée de tous ces arguments, et vous en avez ajouté d’autres de votre cru. Rien ne pouvait m’agréer davantage.

Une lettre ouverte ne s’adresse pas seulement à son destinataire, elle est pour tout le monde. Vous souffrirez donc, Monsieur, que je réponde notamment votre croisade sur Le Point.fr contre le mariage gay. J’aurai plaisir à débattre avec un esprit qui ne cache pas ce qu’il doit à nos grands poètes.

Monsieur le Député,

“Avez-vous lu Freud, avez-vous lu Jung, Monsieur le Président ?” Ah ! Monsieur, cette interpellation est digne du “Quousque tandem” de Cicéron.

→   Lire Plus

« Si on refuse un droit à quelqu’un, c’est qu’on ne l’aime pas »

— Par Dominique Celma —

3 000 manifestants à Fort-de-France, 800 000 à Paris (350 000 d’après les forces de l’ordre). C’est bien là le triomphe de la démocratie dans notre république Laïque!
Mais quelle démocratie ? Nous étions pendant des décennies habitués à des manifestations de masse pour obtenir de nouvelles libertés, de nouveaux droits ou pour nous opposer à ce qu’on nous les enlève tel l’énorme manifestation menée par les tenants de l’école privée il y a déjà 30ans.
30 ans plus tard des foules se mobilisent pour refuser à d’autres, une minorité, d’avoir accès aux droits dont eux bénéficient sous couvert de morale ou de convictions religieuses. Il s’agit bien de refus de droits : droit d’accéder aux lois, protections et obligations qui régissent la vie de deux individus qui choisissent de partager leur quotidien, leur vie et d’avoir un projet commun.
Trouvant inspiration dans le Nouveau Testament j’interroge : Vous les 3 000 Martiniquais rassemblés à Fort-de-France et vous les 800 000 Français à Paris il n’y a donc parmi vous aucun qui ne soit divorcé, aucun qui n’ait pratiqué l’avortement, aucun issu d’une famille monoparentale, aucun qui ait des enfants en dehors du mariage, aucun qui soit né en dehors du mariage et qui bénéficie des même droits que les enfants légitimes de son père ou de sa mère, aucun qui soit contre la peine de mort.

→   Lire Plus

Qui défend l’enfant queer ?

Par Beatriz Preciado, philosophe, directrice du Programme d’études indépendantes musée d’Art contemporain de Barcelone (Macba)

 

 

 

Les catholiques, juifs et musulmans intégristes, les copéistes décomplexés, les psychanalystes œdipiens, les socialistes naturalistes à la Jospin, les gauchos hétéronormatifs, et le troupeau grandissant des branchés réactionnaires sont tombés d’accord ce dimanche pour faire du droit de l’enfant à avoir un père et une mère l’argument central justifiant la limitation des droits des homosexuels. C’est leur jour de sortie, le gigantesque outing national des hétérocrates. Ils défendent une idéologie naturaliste et religieuse dont on connaît les principes. Leur hégémonie hétérosexuelle a toujours reposé sur le droit à opprimer les minorités sexuelles et de genre. On a l’habitude de les voir brandir une hache. Ce qui est problématique, c’est qu’ils forcent les enfants à porter cette hache patriarcale.

L’enfant que Frigide Barjot prétend protéger n’existe pas. Les défenseurs de l’enfance et de la famille font appel à la figure politique d’un enfant qu’ils construisent, un enfant présupposé hétérosexuel et au genre normé. Un enfant qu’on prive de toute force de résistance, de toute possibilité de faire un usage libre et collectif de son corps, de ses organes et de ses fluides sexuels.

→   Lire Plus

« Prof du privé et homo, la lettre de l’enseignement catholique m’a beaucoup blessé »

par mammouth-mon-amour

Poster-Tabou

Pour la première fois depuis des années, la tension est palpable entre l’enseignement catholique et la rue de Grenelle. Quelle mouche a donc piqué Eric de Labarre, secrétaire général de l’Enseignement catholique, en adressant sa lettre aux 8 300 chefs des établissements catholiques pour les inviter à  proposer un débat sur le mariage pour tous dans leurs classes ? Depuis des années, l’institution se contente de mettre en avant ses difficultés à joindre les deux bouts, son manque de postes et son obligation de limiter ses places (en 2011, on estimait qu’entre 30 à 40 000 familles avaient vu leurs demandes d’inscriptions refusées). « Depuis les années 1990, seuls 10 à 15 % des parents viennent chez nous pour la dimension religieuse », nous confiait même Eric de Labarre en novembre 2007, dans un article sur le match public/privé. Pour preuve, cela fait longtemps qu’il n’est même plus obligatoire de présenter un certificat de baptême pour inscrire son enfant dans le privé…

Visiblement, les temps ont changé. A quelques jours de la prochaine manifestation contre le mariage gay, les esprits s’échauffent.

→   Lire Plus

“Mieux vaut une paire de mères qu’un père de merde”

 

Par Baptiste Legrand

 

Gays, lesbiennes, hétéros, militants ou simples curieux… Les partisans du mariage homosexuel sont une grande famille colorée. Promenade de pancarte en pancarte.

Il y avait Harlem Désir, Bertrand Delanoë, Jean-Luc Mélenchon, Roselyne Bachelot, Cécile Duflot, Noël Mamère, Pierre Bergé… Les partisans du projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels ont défilé dimanche 16 octobre à Paris. 60.000 manifestants, selon la préfecture de police, 150.000, selon les organisateurs : une joyeuse cohue colorée et pleine d’humour, aux slogans inventifs.

“Touche pas à mon pote gay” Le fameux slogan de SOS Racisme est recyclé pour l’occasion, la main est repeinte aux couleurs de l’arc-en-ciel LGBT. “Ce slogan, c’est une manière de dire que tout le monde peut manifester. Moi, je suis lesbienne, mais ici il y a des gays, des hétéros, toutes les sexualités”, explique la jeune Colombe, emmitouflée dans sa chapka. Ce n’est pas sa maman Elisabeth qui la contredira : elle défile elle aussi, en militante expérimentée. “Ma première manifestation pour les droits des homos, c’était en 1972 !”

Tiphanie et Sophie jouent aux princesses.

→   Lire Plus

Non à un monde sans sexes !

Par Monette Vacquin, psychanalyste, auteur de “Main basse sur les vivants” et Jean-Pierre Winter, psychanalyste, auteur d'”Homoparenté”

 

Les mots de père et mère vont être supprimés du code civil. Ces deux mots, qui condensent toutes les différences, puisque porteurs à la fois de celle des sexes et de celle des générations, vont disparaître de ce qui codifie notre identité.

Il faudrait être sourd pour ne pas entendre le souffle juvénile qui parcourt tout cela. Le coup de balai idéologique capable de renverser des siècles d’usage et de supprimer les mots auxquels nous devons la transmission de la vie doit s’appuyer sur des ambivalences inconscientes bien archaïques, et largement partagées, pour avoir la moindre chance de s’imposer et… de bientôt faire la loi.

Cette violence, déflagratrice, n’est bien sûr pas seulement le fait d’une minorité d’homosexuels demandeurs du mariage. Sans échos collectifs du côté de la question de la perte ou du refus de tout repère transmis, cette violence aurait suscité au mieux le rire ou le malaise, pas la satisfaction pure et simple. Cet événement est cependant agi par une ultra-minorité, avec le recours indispensable d’un langage qui fait la ruine de la pensée : le politiquement correct.

→   Lire Plus

Elu, catho et en faveur du mariage pour tous

Par Florent Serrette Conseiller municipal d’une commune rurale dans le Jura, catholique pratiquant

 

L’évangile selon saint Matthieu indique : «Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre» (5.39). Mais c’en est assez. Dans le débat pour ouvrir le mariage civil et l’adoption à tous les couples, la hiérarchie de l’Eglise catholique et les groupes les plus traditionalistes ne cessent de prendre la parole pour exprimer leur opposition. C’est leur droit. Nous avons besoin de ce débat, où tous les points de vue peuvent être entendus pour peu qu’ils s’expriment avec respect. Mais ils le font bien souvent en utilisant des arguments au minimum caricaturaux, au pire homophobes, sexistes et scandaleux. Relayés par les médias, ils sont considérés comme représentatifs.

La réalité est plus nuancée. Je suis catholique, pratiquant, élu local et favorable à la mise en œuvre de l’égalité pour tous promise par notre devise républicaine, en ouvrant le droit au mariage et à l’adoption pour les couples de même sexe. Je me sens blessé, insulté même, par les déclarations du cardinal Vingt-Trois («supercherie»), du cardinal Barbarin («polygamie», «inceste») ou par les écrits du diocèse de Dijon («pédophilie»).

→   Lire Plus