Tag Archive for Elie Pennont

«Chimamanda» ou Hamlet revisité côté femmes!

— Par Roland Sabra —

Au fil de sa plume Francine Narèce, revisite les épisodes tragiques de l’histoire de nos îles. Dans «Pour deux francs…», ( voir le compte-rendu de J. Baily) elle interroge: «Que reste-t-il de tous ces sacrifices, Lumina et Ignace, de tant d’autres héros, de tous ces anonymes qui ont donné leur vie pour ceux qui aujourd’hui attendent.». Ce questionnement, tel qu’il est restitué dans les travaux que présentent les Ateliers Théâtre du Sermac, est à mille lieues de tout dolorisme, de toute exaltation de la douleur qui lui attribuerait une haute valeur morale, un rôle transformateur et générateur d’activité créatrice. L’exigence morale de Francine Narèce est autre. Il s’agit d’inscrire l’histoire dans un théâtre de combat jamais terminé, toujours en cours pour l’émancipation. Dans « L ‘habitation Mérida » elle décrit un pays où « où tous les hommes sont Homme », dans l’union, la fraternité et la solidarité et ce sont les femmes qui l’ont inventé, porté en leur sein, mis au monde et qui le font vivre.

Lire Plus =>

« Chimamanda » de Francine Narèce , m.e.s. d’Élie Pennont

Samedi 15 juin 2019 à 19h au T.A.C.

Le théâtre est un genre littéraire peu prisé à ce jour par les auteurs sous nos latitudes. Très peu ont osé le « théâtre de combat », le marronnage dans l’écriture.
Francine Narèce relève ce défi. Cette ambition la pousse à planter sa plume dans l’encre sombre de notre histoire. Elle veut sublimer nos héros oubliés, ces combattants morts pour rien qui ont marqué notre histoire en lettres de sang. Notre histoire regorge de tragédies : que reste-t-il de tous ces sacrifices, celui de Lumina, celui d’Ignace et de tant d’autres encore, de tous ces anonymes qui ont donné leur vie pour ceux qui aujourd’hui attendent ? Serait-ce la peur qui annihile les plumes ? La peur de déplaire aux nouveaux maîtres, la peur d’échouer comme le roi Christophe ou encore Lumumba ? Dans cette réécriture de la tragédie de William Shakespeare, Hamlet, Francine Narèce porte un coup fatal. Ce sont les femmes qui sont mises en avant. Ce sont elles qui ont toujours fièrement porté en secret les ferments de la liberté.

Lire Plus =>

« Pour deux francs… » de Francine Narèce, m.e.s. Élie Pennont.

18 et 24 mai 2019  à 19h à l’Espace Camille Darsière

Pièce de théâtre « Pour 2 francs ou le massacre des ouvriers de la canne au François », une pièce écrite par Francine Naréce (photo) et mise en scène par Élie Pennont.

Commémoration des événements de la grève de février 1900- Interprétation : Élie Pennont, Jean-Claude Duverger, troupe de 6 comédiens – Participation des ballets « les Fonds Blancs » et « Sé nou Menm » »
Deux lycéens, Killian et Matisse, se moquent d’un travail de recherche qu’ils ont à faire sur de grandes figures politiques et culturelles. Alors qu’ils sont en plein fou-rire arrive une jeune fille, Louna, qui leur rappelle quelques grandes dates qui ont marqué l’histoire de leur pays et en particulier février 1900. »
La pièce plonge le spectateur dans une page tragique de l’histoire martiniquaise. « Tous les ingrédients d’une explosion se trouvaient réunis. Elle se produira avec la grève générale des ouvriers de la canne en février 1900. Et la mort de 10 d’entre eux tués par balles le 8 février 1900.»

Lire Plus =>

« Autres nouvelles du 21e siècle », texte Arthur Briand, m.e.s. atelier du Sermac

28, 29 & 30 mars 2019 à 19h. Espace culturel Camille Darsières

9 histoires, entre notes d’humour, clins d’œil aux expressions créoles, … qui entrainent dans des milieux naturels, patrimoniaux, festifs, sociaux,.. A lire aux enfants pour renouer avec la culture des contes.

Auteur : Arthur Briand est originaire de la Martinique où il vit. Il est enseignant. Son île est pour lui une source d’inspiration inépuisable. Il est très impliqué dans la vie associative et sportive depuis de longues années.

Nombre de pages : 124
Format : 145 x 200
Prix : 18,00 euros
ISBN : 978-2-36597-237-6
Rubrique : Roman

Résumé de Xénie Sorel-Pancaldi  ( quatrième de couverture)
« De l’univers de Trigo aux péripéties de Ti Kribich ou encore de Zékal Bleu, l’on est transporté dans un monde de bananeraies et de rivières, de bois, de mangroves, un monde qui traduit l’exceptionnel rapport de l’auteur à la nature, celui de l’enfant, joueur, observateur et espiègle un peu aussi, qu’il a sans doute été !
Plus urbains, Bradjak et Kòn-Lanbi nous font vivre la liesse carnavalesque sans manquer de nous interpeller sur les dérives festives d’une société en perte de repères et sans véritables perspectives… Une belle contribution à la préservation d’un patrimoine fait de mots, de pratiques ancestrales, celles des pêcheurs d’écrevisses à la nasse, des « kòn-lanbiyeur » des jours gras, ou encore des chasseurs de crabes de Pâques…
Traits d’humours piquants, jeux avec les mots, avec la langue créole, expressions parfois crues, insolentes, mais cocasses et toujours bien dosées, sobriquets savoureux des personnages hauts en couleur tels Astiké Lapo ou Bouden Lapia, c’est tout cela qui nous est proposé dans ce recueil qui séduit dès les premières notes par l’authentique simplicité de ce monde qui oscille entre tradition et modernité.

Lire Plus =>

« Le But de Roberto Carlos » de Michel Simonot, m.e.s Hassane Kassi Kouyaté

Samedi 28 janvier 20h Salle Frantz Fanon

Juin 97, France-Brésil. Roberto Carlos est seul, à trente mètres de la cage, à trente mètres du but. Il prend son élan, s’élance, son tir contourne le « mur ». Il réussit l’impossible et marque… un but d’exception ! Incroyable ! Une courbe improbable ! Goooooooaal !

Certes ! Mais cela ne fait pas une pièce de théâtre, à moins que…

Lui aussi est seul. Il veut quitter son pays. Il veut devenir footballeur en Europe. Un rêve, un espoir, un sauvetage. Il revit son périple, cherche ses mots… Les mots qui ponctuent les étapes. Fuite, route, tunnel, barbelés, frontière, interrogatoire. Ou bien encore, passeur, corruption, bakchich, racket… Parfois, attente, espoir… Plus souvent, désillusion, fatigue, douleur, faim, abattement, épuisement.

Il ne raconte pas, mais évoque, pense à voix haute, offre son regard. La parole est là, au présent du doute, tantôt rugueuse et abrupte, tantôt aérienne et musicienne. Est-ce le personnage qui parle ? Est-ce le narrateur ? L’intermédiaire ? Le comédien ? Il est avec nous et nous sommes avec lui, dans « les hautes herbes » qui masquent l’horizon.

Lire Plus =>