Tag Archive for Covid-19

Nombre de cas de Covid-19, frontière avec le Brésil… On vous explique pourquoi la situation en Guyane inquiète

Le nombre de personnes contaminées a fortement augmenté ces derniers jours dans le département français d’outre-mer. Un passage au stade 3 de l’épidémie est envisagé pour faire face au coronavirus.

Si ce contenu ne s’affiche pas correctement, cliquez ici

Pendant que l’Hexagone se déconfine progressivement, la Guyane semble prendre le chemin inverse. Depuis quinze jours, le territoire ultramarin enregistre une accélération du nombre de personnes contaminées au coronavirus. Selon la préfecture, 25 nouveaux cas ont été recensés lundi 25 mai, portant à 353 le nombre total de personnes contaminées depuis le début de l’épidémie, sur une population de 300 000 habitants.

Jusqu’ici, le plus grand département de France faisait face à une situation sanitaire relativement maîtrisée, en partie grâce à son étendue et sa faible densité. Une seule personne à ce jour est officiellement morte du Covid-19, mais la multiplication du nombre de foyers de contaminations et la frontière avec le Brésil laisse craindre une aggravation de la situation.

Lire Plus =>

Infirmières, soignantes, caissières : « C’est une bande de femmes qui fait tenir la société »

— Par Florence Brochoire —

Elles sont très majoritaires dans ces métiers peu valorisés et rémunérés. La photographe Florence Brochoire les a suivies.

« Infirmières, aides-soignantes, caissières, enseignantes, aides à la personne, personnel de nettoyage : c’est une bande de femmes qui fait tenir la société ! », soulignait l’ancienne ministre de la justice, Christiane Taubira, le 13 avril, sur France Inter.

Il n’est pas vain de le rappeler, les femmes représentent 91 % des aides-soignants, 83 % des enseignants du premier degré, 90 % du personnel des Ehpad, 90 % des caissiers et 97 % des aides à domicile.

Lire Plus =>

« Mayotte peut et doit être déconfinée en même temps que la métropole » selon Mansour Kamardine, député de Mayotte

— Propos recueillis par Célia Cuordifede —

L’île de l’Océan Indien va devoir rester confinée plus longtemps que prévu, pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Pour le député de Mayotte, Mansour Kamardine (LR), il est nécessaire d’entamer un déconfinement strict avec une distribution de masques gratuits, compte tenu de la difficulté de nombreux habitants à rester confinés. Entretien.

Sur la carte du déconfinement, Mayotte est le seul territoire d’Outre mer classé rouge. Les 280.000 mahaorais devront donc patienter au-delà du 11 mai avant d’être déconfinés. ”La prolongation du confinement est l’unique manière d’éviter la saturation d’un système hospitalier déjà très sollicité par l’épidémie de dengue”, a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe devant les sénateurs, ce lundi 4 mai. Jusqu’ici, l’île de l’Océan Indien a recensé 854 cas, dont 10 décès. 47 personnes sont actuellement prises en charge dans le service de réanimation du centre hospitalier de Mamoudzou.

Mais pour le député de Mayotte, Mansour Kamardine (LR), le gouvernement ”doit prendre en compte les réalités du terrain, où le confinement est pour une grande majorité de la population très compliqué à respecter du fait de la pauvreté, de la promiscuité ainsi que du manque d’accès à l’eau courante”.

Lire Plus =>

Quatorzaine obligatoire cet été pour les ultramarins de métropole allant en Outre-Mer

Interrogé à l’Assemblée sur ce sujet, le ministre de la Santé Olivier Véran a insisté sur le fait que la quatorzaine était « le seul moyen d’éviter qu’on transporte le virus ».

Cet été s’annonce particulier pour tous les Français. Y compris pour les ultramarins de l’Hexagone qui voudraient retourner en Outre-Mer pour passer leurs congés d’été. Interrogé sur cette question par la députée Georges-Pau Langevin, le ministre de la Santé a répondu avec fermeté, dans le cadre de l’examen du projet de loi de prolongation de l’état d’urgence sanitaire. « Oui, il y aura une possibilité de retourner dans les territoires d’Outre-Mer », a-t-il fait savoir, mais en soulignant une condition importante: « moyennement une quatorzaine. » « La quatorzaine est indispensable », a martelé Olivier Véran.

Pas d’exception

« Si on commence à considérer qu’il y a une exception parce qu’on a été soignants en métropole et qu’on a aidé… on peut le comprendre humainement. Mais on peut aussi ne pas le comprendre. L’idée n’est pas de punir ou de donner un bonus, la problématique est de protéger la population », a fait savoir le ministre. 

Lire Plus =>

 Au Brésil, les Noirs touchés de plein fouet par le coronavirus

Faible accès aux soins, emplois très exposés, logements précaires: les Noirs sont touchés de plein fouet au Brésil par le coronavirus, qui jette une lumière crue sur les inégalités raciales alors qu’ils représentent la majorité de la population. Dans l’Etat de Sao Paulo, le plus peuplé et le plus touché du pays, le risque de mourir du Covid-19 est 62% plus élevé pour les personnes de couleur. Le dernier bilan des autorités sanitaires locales fait état d’un taux de mortalité lié au virus de 15,6 pour 100.000 pour les Noirs, contre 9,6 pour les Blancs.

» LIRE AUSSI – Au Brésil, l’autoritarisme de Bolsonaro exacerbé par la «petite grippe»

Au niveau national, si 36,4% des malades transférés à l’hôpital pour syndrome respiratoire aigu sévère sont des Noirs, ils y représentent en revanche 45,3% des décès du Covid-19, ce qui montre que les Blancs ont plus de chances de sortir guéris de l’hôpital.

«Ces chiffres montrent que les Noirs ont plus de risques de mourir parce qu’ils arrivent trop tard à l’hôpital ou tout simplement parce qu’ils n’ont pas accès aux soins», estime Emanuelle Goes, chercheuse de l’institut Fiocruz, référence en santé publique.

Lire Plus =>

Au Royaume-Uni, le coronavirus tue «deux à trois fois plus» les minorités ethniques

Les personnes noires, asiatiques ou d’autres minorités ethniques habitant au Royaume-Uni ont deux à trois fois plus de risque de mourir du nouveau coronavirus que la moyenne, selon une étude publiée jeudi qui s’ajoute à d’autres publications dans ce sens. L’analyse a été menée par l’University College London à partir des données officielles délivrées par les autorités sanitaires britanniques.

«Ce travail montre que, loin de frapper de façon égalitaire, le Covid-19 est disproportionnellement plus mortel» pour les minorités, a expliqué l’un des co-auteurs, Delan Devakumar, jugeant «essentiel de s’attaquer aux facteurs sociaux, économiques et aux freins dans l’accès aux soins qui conduisent à ces morts injustes». Les chercheurs de l’université se sont concentrés sur les patients testés positif au virus et décédés dans les hôpitaux anglais entre le 1er mars et le 21 avril, recensés le service public de santé britannique (NHS). L’analyse de ces données a montré que le risque de mourir du virus est «deux à trois fois plus élevé» pour les personnes noires, asiatiques ou d’autres minorités ethniques que pour l’ensemble de la population.

Lire Plus =>

Emmanuel Macron et la culture : « Des engagements assez flous, sans vision politique »

— Recueilli par Sabine Gignoux —

Critique à l’égard des annonces du chef de l’État en faveur de la culture, Jean-Michel Tobelem (1) professeur en sciences de gestion, appelle à des États généraux pour repenser, avec tous les acteurs, les objectifs de démocratisation de la culture.

La Croix : Comment réagissez-vous aux premières annonces du chef de l’État en faveur de la Culture ?

Jean-Michel Tobelem : La prolongation des droits des intermittents était attendue et c’est un point de satisfaction. Mais le chef de l’État a évoqué ensuite quelques mesures de détails sans annoncer de plan global, précis et chiffré en faveur du secteur culturel. Au total, ses engagements sont restés assez flous.

On les attendait pourtant. Dans cette crise, l’État s’est déjà impliqué très fortement pour soutenir certaines grandes entreprises comme Air France ou Renault. Pourquoi pas la culture ? Les grandes institutions soutenues par la puissance publique continueront probablement à l’être mais il y a lieu d’être inquiet pour toutes les autres structures, privées ou associatives, des festivals, des théâtres, des orchestres qui dépendent largement de la billetterie.

Lire Plus =>

Déconfinement: les élus de Guadeloupe votent une reprise de l’école en septembre

Les élus de Guadeloupe s’opposent à un retour des élèves en établissement scolaire le 11 mai prochain comme annoncé par le gouvernement.

Les élus de Guadeloupe ont voté lundi une motion favorable à la reprise de l’école en septembre, plutôt qu’à partir du 11 mai comme le prévoit le plan de déconfinement voulu par le gouvernement.

Ce sont « 29 maires » (sur 32), « la présidente du département, le président de région », qui s’opposent « à un retour des élèves en établissement scolaire le 11 mai prochain comme annoncé par le gouvernement, tout en prenant en compte la volonté de certaines collectivités qui seraient prêtes pour une rentrée avancée », selon la motion votée par les élus, réunis en conférence territoriale.

Des voix discordantes

Seules quelques voix discordantes se sont élevées pour mentionner un nécessaire retour à l’école, à condition que les conditions sanitaires soient respectées. Du côté de l’Etat, le recteur Mostafa Fourar, a fait valoir que le « droit à l’éducation », tout comme « la santé des élèves et des personnels » n’étaient pas antinomiques.

Lire Plus =>

En Martinique, la crainte d’un déconfinement sans préparation ni moyens

Le collectif Martinique contre le Covid-19, composé de syndicats de la santé, considère que les directives nationales ne peuvent pas s’appliquer intégralement sur le territoire et préconise la généralisation du port du masque sur l’île.

— Par Hervé Brival —

En Martinique, la perspective du déconfinement suscite autant d’espoir que d’appréhension au sein de la population. Selon le dernier bilan de l’agence régionale de santé (ARS), dimanche 3 mai, le département comptait 181 cas confirmés, dont cinq en réanimation, et quatorze décès sont à déplorer depuis le début de l’épidémie. Dans l’île, on craint les conséquences d’une sortie de confinement sans une véritable préparation et sans moyens. En attendant, on s’organise.

Après sept semaines de confinement, pendant lesquelles l’économie de l’île a tourné au ralenti, s’il y a un secteur qui ne souffre pas de cette épidémie, c’est bien celui de la grande distribution. Il faut s’armer de patience dans les longues files d’attente qui serpentent devant les différentes enseignes de l’île. Alors qu’il n’y a jamais eu de rupture dans le ravitaillement des grandes surfaces et que l’industrie locale peut – même modestement – compenser l’absence de tel ou tel produit dans les rayons.

Lire Plus =>

À cause du coronavirus, ces ados ont dû traverser l’Atlantique à la voile pour rentrer chez eux

Ils devaient participer à une croisière pédagogique dans les Caraïbes, puis revenir en Europe en avion. Ces 25 jeunes Néerlandais ont finalement dû traverser l’Atlantique à la voile pour pouvoir rentrer chez eux, aux Pays-Bas.

C’est une traversée de l’Atlantique un peu particulière. Vingt-cinq adolescents néerlandais ont été contraints de changer leurs plans et de traverser l’Atlantique en voilier, à cause de la pandémie de coronavirus.

Imaginez partir à 25 ados, 12 membres d’équipage et trois professeurs pour une croisière pédagogique. Et, une fois dans les Caraïbes, s’y retrouver tous bloqués et devoir changer ses plans à cause d’une pandémie inédite. C’est ce qui est arrivé à ces 25 jeunes Néerlandais.

Un retour impossible par les airs

À leur arrivée dans les Caraïbes, les élèves ont appris que leur voyage allait prendre un autre tournant. Ils n’allaient pas pouvoir aller à Cuba pour prendre l’avion et rentrer en Europe, comme prévu. Alors que faire ?Christophe Meijer, le directeur de Masterskip, la société qui a organisé le voyage, explique au média américain CNN : « Nous avons décidé que la meilleure solution pour les élèves était de rentrer aux Pays-Bas en bateau, plutôt que de rester dans les Caraïbes où la situation était incertaine. »

Lire Plus =>

Coronavirus : pourquoi une deuxième vague épidémique semble inévitable après le déconfinement

Si les débats font rage sur la meilleure façon d’enrayer la propagation du virus quand les déplacements seront à nouveau autorisés, il paraît impossible d’échapper à un rebond des contaminations.

A moins de deux semaines du 11 mai, de nombreux Français trépignent à l’idée de sortir de leur long confinement et de connaître les modalités de leur liberté de déplacement bientôt retrouvée. La crainte du coronavirus n’a pas disparu pour autant et la perspective du déconfinement fait naître de nouvelles craintes : comment se protéger du virus quand les écoles auront rouvert et que les habitants des villes devront reprendre les transports en commun ? Risque-t-on de relancer l’épidémie après tant d’efforts pour l’enrayer ?

>> Coronavirus : suivez les dernières informations sur l’épidémie dans notre direct

Si la réponse à cette dernière question dépendra des mesures mises en place après le 11 mai, et du plan présenté par le gouvernement mardi 28 avril, une chose est sûre : la deuxième vague de contaminations pourra être plus ou moins forte que la première, mais elle aura forcément lieu. Franceinfo vous explique pourquoi.

Lire Plus =>

Épidémie Covid-19 : ce qu’il faut savoir

Informations générales, déplacements et confinement, travail, santé, aides sociales, justice, citoyenneté, initiatives solidaires, garde d’enfants, enseignement, voyages, loisirs… Service-public.fr rassemble dans ce dossier les principales informations et dispositions prises pour faire face à l’épidémie de Covid-19.

Informations générales

Quelles sont les sources d’information officielles et régulièrement mises à jour à consulter ? Quels sont les numéros utiles ? Où trouver les foires aux questions officielles ? Comment contacter les services publics ? Comment se passe la remise d’une lettre recommandée ? Quand prend fin l’état d’urgence sanitaire ? Où trouver les textes de loi du jour ? Quelles sont les reports des délais échus ?

Coronavirus (Covid-19) : comment vous informer ?

Coronavirus (Covid-19) : numéros utiles

Coronavirus : les foires aux questions (FAQ) officielles

Confinement : comment contacter les services publics ?

Recevoir une lettre recommandée pendant le confinement : comment ça se passe ?

Covid-19 : suivez chaque jour les nouveaux textes de loi

L’état d’urgence sanitaire en pratique

Date limite des délais : report pendant la période d’urgence sanitaire

Déplacements et confinement

Quelles sont les règles pour se déplacer pendant le confinement ? Quels commerces et quels établissements restent ouverts ?

Lire Plus =>

Covid-19 : en estimant à 5,7% le nombre d’infectés, l’Institut Pasteur enterre l’immunité collective

Seulement 5,7% des Français auront été infectés par le coronavirus le 11 mai, selon des estimations publiées mardi par l’Institut Pasteur. Le défi du déconfinement sera immense.

Après le confinement, retour à la case départ? Telle est la crainte des experts de l’Institut Pasteur. Ces spécialistes ont détaillé devant la presse mardi après-midi les résultats de l’étude de modélisation publiée ce matin sur le site de l’institut Pasteur* (réalisée à partir des données d’hospitalisation et de décès) qui conclut que seulement 5,7% des Français auront été infectés par le coronavirus le 11 mai. 3,7 millions de Français ont contracté le Covid-19, affirme cette étude. La fourchette de contaminations est estimée entre 2.3 et 6.7 millions. Très loin, donc, du chiffre de 70% permettant d’atteindre l’immunité collective.

« En termes d’immunité, on est quasiment comme au début de l’épidémie », a commenté Simon Cauchemez, l’auteur principal de l’étude, responsable de l’unité de Modélisation mathématique des maladies infectieuses à l’Institut Pasteur, selon qui la situation reste « difficile ». « Pour que l’immunité collective soit suffisante pour éviter une deuxième vague, il faudrait 70% de personnes immunisées.

Lire Plus =>

Nos vies confinées : « Les femmes accomplissent 70 %, en moyenne, du travail familial et domestique »

La présidente de l’association Parents et féministes, Amandine Hancewicz, a répondu à vos questions.

Amandine Hancewicz, présidente de l’association Parents et féministes et consultante sur l’égalité femmes-hommes pour les collectivités territoriales, rappelle l’influence sociale et la charge mentale qui pèsent sur les femmes au quotidien.

KJR : Comment faire pour avoir une vraie répartition égalitaire des tâches à la maison durant le confinement ?
La question n’est pas si simple. Si on prend un couple hétérosexuel, statistiquement, on a de très fortes chances pour que la personne de sexe féminin fasse 70 % du travail familial et domestique. Pour que cela change et obtenir un 50-50, on doit réunir plusieurs conditions :

un travail intellectuel et émotionnel de la part de la personne qui se trouve lésée : réfléchir, constater une insatisfaction, négocier ;
de l’écoute de la part des deux personnes. Or, on a un double problème avec cela : les hommes ne sont généralement pas éduqués à être dans l’écoute et la parole des femmes est décrédibilisée depuis des siècles ;
pour l’homme, un travail de déconstruction qui implique : primo, un minimum de volonté – il doit accepter de prendre conscience qu’il est privilégié, tout en vivant dans une société qui lui envoie des tonnes de messages qui normalisent ses privilèges – ; secundo, une remise en question de schémas de vie, qui ramène à sa propre histoire d’enfant, celle de ses parents.

Lire Plus =>

Le confinement prolongé des seniors est écarté

Le Chef de l’État s’en remet à la «responsabilité individuelle» de chacun, alors que les critiques sur un possible confinement à rallonge pour les plus de 65 ans se multiplient.

— Par Agnès Leclair —

La pression était devenue trop forte. Face à la montée en puissance de la polémique sur le maintien du confinement pour les plus de 65 ans après le 11 mai, Emmanuel Macron a décidé d’éteindre rapidement l’incendie. L’annonce est tombée vendredi, en début de soirée, directement de l’Elysée. Sans attendre la conférence de presse du premier ministre, prévue dimanche. Le président de la République «ne souhaite pas de discrimination» des personnes âgées dans le cadre du déconfinement progressif après le 11 mai et «en appellera à la responsabilité individuelle» de chacun, a précisé l’Elysée vendredi soir.

Cette mise au point est intervenue alors que «les déclarations du professeur Jean-François Delfraissy» avaient enflammées le débat. Mercredi, devant le Sénat, le président du Conseil scientifique sur le Covid-19, avait indiqué d’un ton affirmatif que 18 millions de personnes, les plus à risque de développer une forme grave du coronavirus, dont les «personnes d’un certain âge, au-dessus de 65 ou de 70 ans», resteraient confinées après le 11 mai.

Lire Plus =>

L’écrivain chilien Luis Sepulveda est mort en Espagne du Covid-19

L’écrivain chilien engagé Luis Sepulveda, forcé à l’exil sous la dictature d’Augusto Pinochet, est mort à 70 ans en Espagne du Covid-19, a annoncé jeudi sa maison d’édition.

“L’écrivain Luis Sepulveda est mort à Oviedo. L’équipe de Tusquets Editores regrette profondément sa perte”, a écrit le groupe éditorial espagnol dans un communiqué.

L’auteur était hospitalisé depuis fin février à Oviedo, dans la région des Asturies (nord) où il résidait. Il avait développé les symptômes de la maladie au retour d’un festival littéraire au Portugal.

“Le personnel soignant a tout fait pour lui sauver la vie mais il n’a pas surmonté la maladie. Mes plus sincères condoléances à sa femme et à sa famille”, a assuré sur Twitter le président de la région des Asturies, Adrian Barbon.

Né en octobre 1949 à Ovalle, au nord de la capitale chilienne Santiago, l’auteur avait milité très jeune dans les jeunesses communistes puis dans une branche du Parti socialiste. Ce qui lui avait valu d’être arrêté en 1973 par le régime du général Augusto Pinochet.

Lire Plus =>

Journal intime au temps du coronavirus

-— Par Michel Pennetier —

« Journal intime », parce que je n’ai rien à dire sur les mesures que prend le gouvernement, sur les polémiques autour d’une médication appropriée etc …, ce n’est pas de ma compétence. En revanche, exprimer mon ressenti qui peut être à des nuances près celui de tous mes compatriotes et de tous les êtres humains à travers le monde sous la menace du virus, oui, c’est possible. Mais au-delà, j’aurais à exprimer quelques idées sur le rapport de l’homme moderne à la nature et sur le lien possible entre le phénomène de la mondialisation et l’extension des épidémies, enfin j’essaierai d’imaginer les conséquences possibles, fastes ou néfastes, de cette pandémie. L’un de ses effets, c’est déjà qu’elle donne à penser et à penser fondamentalement sur la condition humaine !

Décembre 2019 à février 2020 , Wuhan

Je vois à la télévision des images de la ville de Wuhan, rues désertes, les rares passants sont chassés par la police et sommés de rentrer chez eux. Ambiance crépusculaire de catastrophe.

Lire Plus =>

À propos du 11 mai : réactions syndicales

SE-Unsa

« Dans son allocution, le Président de la république a annoncé que le retour des élèves et par conséquent des personnels de l’éducation dans les établissements scolaires se ferait à partir du lundi 11 mai .
En tout état de cause , il est évident qu’ il faudrait que l’Education nationale , et le Rectorat de la Martinique préparent ce déconfinement en moins de quatre semaines .
Et dans le cadre de ce déconfinement des questions se posent .

– Comment continuer à appliquer les gestes barrières comme le respect de la distanciation physique dans les salles de classe , dans les cours de récréation , au restaurant scolaire , dans les transports scolaires et dans les internats , à tous les niveaux d’enseignement et particulièrement en école maternelle?

– Compte tenu, de la sécheresse qui sévit actuellement en Martinique et du manque d’eau qui s’ensuit , comment respecter dans les établissements scolaires l’ obligation faite de se laver régulièrement les mains ?

– Le port du masque dit  » grand public  » sera t- il généralisé à l’école , au collège Et au lycée ?

Lire Plus =>

Coronavirus: des députés demandent que les Outre-mer soient «territoires pilote du dépistage généralisé»

La délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale a réclamé ce samedi, dans une lettre au président de la République, que les territoires ultramarins puissent «faire office de territoires pilotes en matière de dépistage généralisé de la population», et qu’ils disposent d’aides économiques spécifiques.

Télécharger la lettre au Président de la République

Dans cette lettre, adressée aussi au Premier ministre, au président de l’Assemblée Nationale et à la ministre des Outre-mer, les députés de la Délégation aux Outre-mer soulignent que «les ultramarins manquent (…) de visibilité sur la quantité et les délais de livraison des masques, de gants, de tests, de lits de réanimation» et réclament «un tableau de bord» des besoins, des commandes passées et des dates prévisionnelles de réception.

Par ailleurs, «lorsque les conditions du déconfinement seront réunies, les territoires ultra-marins devront pouvoir faire office de territoires pilotes, notamment en matière de dépistage généralisé de la population», estime aussi la délégation.

Lire Plus =>

La propagation du Covid-19 en Martinique

Par Peggy Pinel-Fereol —

Détecté pour la 1ère fois à Wuhan en Chine en décembre 2019, le nouveau coronavirus baptisé Covid-19 s’est propagé au fil des mois partout dans le monde et fait des milliers de morts. En janvier 2020, un premier cas est recensé en France. Début mars, le virus est également présent en Martinique.


C’est le jeudi 5 mars 2020 que l’Agence Régionale de Santé de Martinique a recensé les 
deux premiers cas de Covid-19 en Martinique
Ces deux personnes, un homme âgé de 54 ans et une femme de 49 ans étaient de passage en Martinique et 
séjournaient dans un hôtel des Trois Îlets.
Tous les deux ont été pris en charge par le médecin du Samu selon la procédure et placés à l’isolement à l’issue de leurs analyses positives. 

 
De plus en plus de cas


Si au départ le nombre de personnes malades est resté stable, au fil des jours, ce nombre augmentant, l’Agence Régionale de Santé a publié des « 
points de situation » quotidien à partir du 11 mars 2020 afin de recenser le nombre de cas, les patients hospitalisés en réanimation au CHU de Martinique, les personnes guéries et les victimes. 

Lire Plus =>

Un village amérindien de Guyane mis en quarantaine par arrêté du préfet

Le village amérindien de Cécilia sur la commune de Matoury (10 km de Cayenne) en Guyane a été mis en quarantaine par un arrêté du préfet suite à la découverte d’un «foyer épidémique» au Covid-19, a confirmé jeudi 9 avril au soir à l’AFP une source au sein des autorités sanitaires

L’arrêté du préfet daté du 9 avril que l’AFP a pu consulter indique que «10 cas positifs» au Covid-19 ont été confirmés dans ce village arawak de «plus de 50 habitants» et que «le risque de propagation du coronavirus (…) est important». Selon l’arrêté, «le risque de propagation du virus dans la population guyanaise est élevé du fait du non respect par un grand nombre d’habitants de ce village des mesures de confinement».

Les habitants de Cécilia sont «mis en quarantaine pour 14 jours» note l’arrêté qui précise que nul habitant ne peut en sortir sauf sur avis médical, que l’entrée de personne extérieure au village y est interdite et qu’un ravitaillement y sera organisé.

Lire Plus =>

Coronavirus : « Les nouvelles configurations urbaines portent en germe des déflagrations écologiques à haut potentiel de viralité »

L’urbanisation et l’introduction d’espèces sauvages en ville amplifient le risque de passage à l’homme de virus portés par des animaux, estiment Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine, et le scientifique Didier Sicard.

La multiplication des interactions à haut risque entre la ville et la nature devrait nous inciter à faire preuve de plus de discernement. » Photo : Un espace jardinage dans un ensemble de logements sociaux dans le 13ème arrondissement de Paris Danièl Danièle Schneider / Photononstop

Tribune. Depuis plusieurs années, nous accélérons le processus d’urbanisation du monde. Les populations citadines se mesurent dorénavant en dizaines de millions d’habitants. Elles se compteront peut-être demain en centaines de millions si d’autres projets comme celui de Jing-Jin-Ji qui prévoit la construction d’infrastructures entre Pékin, Tianjin, et l’ensemble de la province environnante de Hebei en vue de créer une mégalopole voient le jour. Wuhan, avec près de douze millions d’habitants, ferait presque figure de ville moyenne.

Par leur densité, ces nouvelles configurations urbaines portent en germe des déflagrations écologiques à haut potentiel de viralité. Elles amplifient les risques liés aux envies d’expériences exotiques des populations urbaines.

Lire Plus =>

Coronavirus: confinée, la Guyane risque une crise sociale

Le département d’Outre-mer, habituellement confronté à une situation sociale précaire, doit supporter les conséquences du confinement, au niveau tant économique que social.

« On en est qu’au début, on sent de l’inquiétude, de l’interrogation, un certain désespoir. Ce qui va amener au bout d’un moment à une situation compliquée. Ça ne peut que dégénérer si rien n’est fait massivement et de façon durable. » Benoit Renollet, directeur territorial de la Croix-Rouge, ne cache pas sa préoccupation, alors que la Guyane entre – comme la France métropolitaine – dans sa quatrième semaine de confinement.

Avec 72 cas de Covid-19 officiellement recensés au 6 avril, la Guyane vient de passer en phase 2 de l’épidémie. L’Agence régionale de santé (ARS) admet que le virus « circule » et qu’il ne s’agit plus uniquement de cas importés ou secondaires. Mais même si la pandémie provoque son lot d’inquiétudes, de défiance et de rumeurs apocalyptiques, c’est aussi le confinement qui pourrait avoir des conséquences durables sur la vie du territoire.

En effet, dans ce département largement couvert par la forêt amazonienne, nombreux sont les habitants qui vivent au jour le jour.

Lire Plus =>

Coronavirus, faire face à l’urgence et passer à une autre phase

— Par André Lucrèce & Louis-Félix Ozier-Lafontaine, sociologues —
Nos observations et réflexions nous conduisent à penser que nous sommes passés aujourd’hui à une autre phase de l’épidémie qui affecte notre peuple. Les contaminations au coronavirus ne sont plus exogènes, c’est-à-dire contactés par des personnes venues de l’extérieur (touristes, croisiéristes, visiteurs occasionnels). Aujourd’hui, avec le développement du virus dans notre pays, elles sont endogènes : ce sont des Martiniquais qui contaminent d’autres martiniquais. Le virus Covid-19 est extrêmement contagieux et la contamination gagne chaque jour du terrain dans notre pays.
Ce qui se vit dans la phase dans laquelle nous sommes dorénavant, c’est le danger d’un nombre massif de contaminations et en conséquence un nombre important de décès concernant notre peuple. On doit donc comprendre que le confinement n’est pas une punition, mais un moyen de protection. C’est une question de vie ou de mort dans un contexte sanitaire déjà éprouvé par les empoisonnements massifs, notamment par le chlordécone.
Que chacun en prenne conscience : l’illusion de pérennité ne garantit en rien la survie.

Lire Plus =>

L’évolution de l’épidémie en Guadeloupe

— Communiqué de l’Union Populaire pour la Libération de la Guadeloupe —
Pointe-à-Pitre le 30 mars 2020.
La Direction Nationale de l’UPLG réunie ce samedi 28 mars 2020 a analysé la situation de la Guadeloupe face à l’évolution de l’épidémie du COVID 19.
Constate la gravité de la situation, l’impréparation des autorités face à la menace.
Constate les conséquences des mauvaises décisions prises par ces autorités qui n’ont rien mis en place pour empêcher la propagation du virus ?
Constate les conséquences de la situation dramatique du CHU, la mise en danger de la santé des soignants et la difficulté à organiser une prise en charge acceptable des personnes atteintes.
Considère que la situation actuelle montre bien le mépris de la France envers le peuple de la Guadeloupe.
Soutient l’initiative du syndicat UGTG de traîner l’ARS et le CHU en justice pour exiger des moyens pour les soignants et des tests pour tous les Guadeloupéens.
Apporte son soutien aux Marigalantais et à leurs maires qui ont, au vu des conditions sanitaires actuelles de la Guadeloupe, pris des arrêtés conservatoires pour protéger leur population de l’épidémie et appelle tous les Guadeloupéens à renforcer ce soutien.

Lire Plus =>