Tag Archive for Claude Lise

Pour un Mémorial en hommage aux victimes de l’esclavage

Conception, réalisation et installation d’une œuvre d’art en hommage aux victimes de l’esclavage, au sein du Jardin des Tuileries, à Paris

— Par Janine Bailly —

J’ai en mémoire la supposée création d’un Conservatoire départemental de musique, danse et théâtre en Martinique, à Fort-de-France. Un projet voté en 2008 et porté par Claude Lise, alors Président de ce qui était encore le Conseil Général. En 2010, Claude Lise avait d’ailleurs posé la première pierre du bâtiment avec le Ministre de la culture de l’époque, Frédéric Mitterrand, sur un terrain jouxtant les ruines dites  « du Vieux Moulin », au quartier Desrochers. Je peux en témoigner, mon appartement s’étant trouvé à l’époque fort près de ce site pressenti… Ce Conservatoire verra-t-il vraiment le jour ? On est en droit d’en douter si l’on voit la végétation qui, à l’heure actuelle, a seule repris possession du lieu…

Forte de cet exemple, et avouant être trop peu au fait des mœurs politiques, locales, nationales, gouvernementales tant élyséennes que ministérielles, je ne sais si les projets perdurent lorsque l’on passe ici d’une structure à l’autre, là-bas d’un ministre responsable à son ministre successeur… Si tel n’est pas le cas, il est néanmoins toujours bon de savoir ce que nous avaient concocté Franck Riester et  Annick Girardin.

Lire Plus =>

Le CMAC en crise : historique

Opération de déstabilisation au CMAC : après Manuel Césaire, Josiane Cueff ?

— par Roland Sabra —

Le débrayage du 06-12-2011

Le 30 avril 2010 Claude Lise, alors Président du Conseil Général mettait fin aux fonctions de Manuel Césaire, administrateur de l’éphémère regroupement CMAC-Atrium et qui de toute façon ne souhaitait pas s’aventurer davantage sur une planche savonnée.  Ce n’était là que l’épilogue, provisoire et non définitif, on va le voir, d’un énième épisode de la guerre picrocholine qui agite le vaisseau amarré rue Cazotte à Fort-de-France. Manuel Césaire avait estimé que les entraves du Conseil Général de l’époque à l’accomplissement de ce pourquoi il avait été nommé, « filialement » relayées à l’intérieur de la structure par des enjeux de pouvoir lui rendaient impossible l’accomplissement de sa mission, en conséquence de quoi il préférait jeter l’éponge. Parmi les chausse-trappes, on assista à une grève minoritaire, sept grévistes en tout et pour tout, se conclure en quelques heures par une augmentation de salaire de 150 Euros. Officiellement le conflit avait la forme d’une opposition entre deux projets de fusion des structures du CMAC et de l’Atrium.

Lire Plus =>