Pour un Mémorial en hommage aux victimes de l’esclavage

Conception, réalisation et installation d’une œuvre d’art en hommage aux victimes de l’esclavage, au sein du Jardin des Tuileries, à Paris

— Par Janine Bailly —

J’ai en mémoire la supposée création d’un Conservatoire départemental de musique, danse et théâtre en Martinique, à Fort-de-France. Un projet voté en 2008 et porté par Claude Lise, alors Président de ce qui était encore le Conseil Général. En 2010, Claude Lise avait d’ailleurs posé la première pierre du bâtiment avec le Ministre de la culture de l’époque, Frédéric Mitterrand, sur un terrain jouxtant les ruines dites  « du Vieux Moulin », au quartier Desrochers. Je peux en témoigner, mon appartement s’étant trouvé à l’époque fort près de ce site pressenti… Ce Conservatoire verra-t-il vraiment le jour ? On est en droit d’en douter si l’on voit la végétation qui, à l’heure actuelle, a seule repris possession du lieu…

Forte de cet exemple, et avouant être trop peu au fait des mœurs politiques, locales, nationales, gouvernementales tant élyséennes que ministérielles, je ne sais si les projets perdurent lorsque l’on passe ici d’une structure à l’autre, là-bas d’un ministre responsable à son ministre successeur… Si tel n’est pas le cas, il est néanmoins toujours bon de savoir ce que nous avaient concocté Franck Riester et  Annick Girardin. Alors, faisant fi de mes hésitations, je relaie, je publie… un appel à candidatures, repris il y a peu par la DAC Martinique(Janine Bailly)

Le projet

Alors qu’ils étaient respectivement Ministre de la Culture et Ministre des Outre-mer, Franck Riester et  Annick Girardin avaient annoncé, le vendredi 5 juin, la publication d’un appel à candidatures pour “la conception, la réalisation et l’installation d’une œuvre d’art en hommage aux victimes de l’esclavage”.

On se souvient que le 10 mai 2019, le Président de la République, Emmanuel Macron, avait renouvelé son engagement, pris le 27 avril 2018 à l’occasion du 170e anniversaire de la signature du décret d’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, de voir ériger à Paris, dans le jardin des Tuileries — un site profondément lié à l’histoire des deux abolitions —, un Mémorial rendant hommage aux victimes de l’esclavage.

« Ce projet exprime la volonté d’honorer les victimes de l’esclavage et de reconnaître leur apport inestimable à la Nation. Le Mémorial a vocation à être un lieu commémoratif et de transmission avec une dimension pédagogique forte, en lien étroit avec les associations et les fondations, parties prenantes », indiquait le communiqué de presse émanant des deux Ministères français.

L’emplacement choisi dans le Jardin des Tuileries pour recevoir cette future oeuvre est chargé d’histoire. En effet, il s’agit d’une parcelle qui longe le Jeu de Paume, entre l’ancienne demeure royale et impériale des Tuileries et l’Hôtel de la Marine. « Le Mémorial prendra ainsi place dans ces lieux emblématiques où la Convention nationale vota la première abolition de 1794 et où a été préparée l’abolition de 1848 », précisaient les deux ministres.

Sous leur double impulsion, un comité de pilotage a réuni, autour des Ministères concernés, des représentants de la Ville de Paris, plusieurs personnalités qualifiées dans le champ de la mémoire de l’esclavage et de ses abolitions, mais aussi dans le champ de l’art contemporain et de la conservation des monuments historiques. Ce comité conduira l’ensemble des opérations, et l’établissement public du Musée du Louvre en assurera la maîtrise d’ouvrage déléguée. Un document d’orientation consensuel déclinant les attendus mémoriels et symboliques du mémorial a également été produit.. 

Ouvert à toutes les pratiques artistiques, cet appel à candidatures s’adresse aux artistes ou collectifs d’artistes évoluant dans le champ large des arts visuels. L’appel à participation, diffusé le 5 juin 2020, s’adresse à tous ceux qui souhaitent faire une proposition pour le Mémorial : ils peuvent présenter leur candidature jusqu’au 1er septembre 2020. Une présélection de trois à cinq artistes sera établie par le comité de pilotage. L’artiste retenu sera connu dans le courant du premier semestre 2021, et son œuvre achevée à l’automne 2021. 

Un coup d’accélérateur, donné au dossier, qui est peut-être lié au lancement du plan de commandes publiques établi pour aider les artistes à traverser la crise sanitaire, plan annoncé par le Président de la République lors de sa visioconférence avec le monde culturel, le 06 mai dernier.

Appel à candidatures en ligne / Modalités de candidature

Les modalités de candidature figurent dans le règlement de consultation, accessible gratuitement en français et anglais, au même titre que le reste du dossier de consultation

Les candidatures sont transmises obligatoirement, sur la Plateforme des Achats de l’État (PLACE) par ce même lien.

L’œuvre, propriété de l’État, rejoindra l’inventaire du Fonds national d’art contemporain géré par le Centre national des arts plastiques.

Concrétisation et suite du projet, en 2021

Le 23 mai 2021, à l’occasion de la Journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage, une cérémonie sera conduite par le Président de la République au Jardin des Tuileries en présence de l’artiste, au cours de laquelle la première pierre de l’œuvre sera posée et les maquettes de celle-ci seront présentées. L’œuvre a ensuite vocation à être inaugurée à l’automne 2021.

Présentation de l’annonceur

L’Établissement Public du Musée du Louvre, gestionnaire du domaine des Tuileries, représenté par son Président-directeur Jean-Luc Martinez, assure la maîtrise d’ouvrage déléguée de l’opération objet du présent marché dans les conditions prévues à la convention signée entre l’EPML et les ministères de la Culture et des Outre-mer.

Contacts presse 

Ministère de la Culture / Délégation à l’information et à la communication / Mél : service-presse@culture.gouv.fr www.culture.gouv.fr 

Ministère des Outre-mer / Tél : 01 53 69 26 74 / Mél : mompresse@outre-mer.gouv.fr www.outre-mer.gouv.fr 

À la Martinique, l’appel est relayé par la DAC, le 10.06.2020