Tag Archive for Charlie Hebdo

Regarder les documentaires « C’est dur d’être aimé par des cons » & « L’humour à mort » de Daniel Leconte

A l’occasion du cinquième anniversaire de l’attentat contre Charlie Hebdo, franceinfo rediffuse dans son intégralité deux documentaires consacrés à l’hebdomadaire satirique. Dans C’est dur d’être aimé par des cons, le réalisateur Daniel Leconte revient sur le procès intenté en 2007 contre Charlie Hebdo, deux ans après la publication des caricatures de Mahomet. Le film, dont le titre reprend les propos attribués au prophète dans le dessin de Cabu, débute par la conférence de rédaction du journal durant laquelle il est décidé que celui-ci ferait la une.

D’après Daniel Leconte, interrogé par franceinfo« si l’ensemble des journalistes avaient considéré que cette affaire était la leur, que c’était la liberté d’expression qu’il fallait défendre, je parie que cet attentat ne se serait pas produit ». Peu après l’attaque du 7 janvier, qui fait douze morts, C’est dur d’être aimé par des cons avait été rediffusé dans une centaine de salles de cinéma, rappelle L’Obs. En 2016, le réalisateur a également signé un deuxième documentaire, que vous pouvez revoir par ici, qui revient sur l’attentat qui a frappé la rédaction. Daniel Leconte n’exclut pas d’en faire un troisième film, cette fois sur le procès de l’attentat qui se tiendra à partir du mois de mai.

Lire Plus =>

« Charlie Hebdo » : « Nous ne vous laisserons pas seuls »

Élisabeth de Fontenay, Ariane Mnouchkine, Marcel Gauchet, Carlo Ginzburg et d’autres intellectuels saluent la décision du journal d’avoir republié les caricatures qui avaient fait de lui une cible des islamistes.

« Car nous ne nous coucherons jamais. Nous ne renoncerons jamais. » Ces mots, d’une clarté sans fioritures, Riss, directeur de la publication de Charlie Hebdo, les écrit dans son édito du 2 septembre 2020, jour de l’ouverture du procès des tueries de janvier 2015.

Au cours de ces journées tragiques, furent assassinés : à Charlie Hebdo, Frédéric Boisseau, Franck Brinsolaro, Cabu, Elsa Cayat, Charb, Honoré, Bernard Maris, Ahmed Merabet, Mustapha Ourrad, Michel Renaud, Tignous, Wolinski. A Montrouge : Clarissa Jean-Philippe. A l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes : Philippe Braham, Yohan Cohen, Yoav Hattab, François-Michel Saada. D’autres furent gravement blessés, dans leur chair, et dans leur âme à jamais.

Riss écrit aussi : « Si le crime est si difficile à nommer, c’est parce qu’il fut commis au nom d’une idéologie fasciste nourrie dans les entrailles d’une religion. Et rares sont ceux qui, cinq ans après, osent s’opposer aux exigences toujours plus pressantes des religions en général, et de certaines en particulier.

Lire Plus =>

Le recteur de la grande mosquée de Paris: «Que Charlie Hebdo continue d’écrire, de dessiner, d’user de son art et surtout de vivre»

— Par Hafiz Chems-eddine, Recteur de la Grande Mosquée de Paris.—

Alors que s’est ouvert le procès de l’attentat de Charlie Hebdo le 2 septembre, le recteur de la grande mosquée de Paris Hafiz Chems-eddine qui avait pourtant engagé une procédure de justice contre le journal satirique il y a une quinzaine d’années condamne les crimes qui ont été commis au nom de la religion musulmane et «veut avant toute chose s’incliner devant la mémoire des victimes».

Je suis algérien. De naissance, de filiation et de cœur. Je suis originaire de la rive sud de la méditerranée, élevé dans des valeurs de respect de l’altérité, de générosité, d’ouverture à l’autre.Je suis français. D’adoption, d’adhésion et d’adhérence, car amoureux de la République, attaché à ses principes, respectueux de son histoire, avec une mémoire apaisée face à ses pages noires et un attrait pour l’esprit des Lumières qui fut le prélude de la Révolution et de la laïcité.

Je suis musulman par conviction, par héritage et par engagement. Mes parents, eux-mêmes croyants et pratiquants, ne m’ont pas enseigné la tolérance seulement, mais l’acceptation de l’autre, de la différence, la sacralité de l’intégrité physique et le respect de l’espèce humaine.

Lire Plus =>

Charlie Hebdo :«Nous ne nous coucherons jamais. Nous ne renoncerons jamais»

Charlie Hebdo republie les caricatures de Mahomet qui en avaient fait une cible des djihadistes, a annoncé mardi 1er septembre le journal avant l’ouverture du procès de l’attentat qui a fait 12 victimes dans sa rédaction en janvier 2015.

À lire aussi : Charlie Hebdo, la liberté ou la mort

«Nous ne nous coucherons jamais. Nous ne renoncerons jamais», justifie le directeur de l’hebdomadaire satirique, Riss, dans le numéro dont la couverture reprend ces caricatures, en kiosques mercredi et accessible en ligne mardi à midi.

«Indispensable» pour l’ouverture du procès

Ces douze dessins, publiés initialement par le quotidien danois Jyllands-Posten le 30 septembre 2005, puis par Charlie Hebdo en 2006, montraient le prophète portant une bombe au lieu d’un turban, ou en personnage armé d’un couteau flanqué de deux femmes voilées de noir.

À lire aussi : Cinq ans après l’attentat de Charlie Hebdo, le dessin de presse a perdu son mordant

Outre ces caricatures danoises, la une du prochain Charlie Hebdo, sous le titre «Tout ça pour ça», reprend également une caricature du prophète signée par son dessinateur Cabu, assassiné dans l’attentat du 7 janvier 2015.

Lire Plus =>

« Cinq ans après, que reste-t-il de ‘l’esprit Charlie’ ? »

À la une la presse, mardi 7 janvier, le cinquième anniversaire de l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo. Cinq ans après, que reste-t-il de « l’esprit Charlie », qui avait soufflé sur la France au lendemain de l’attaque ? […]

À la une de la presse française, mardi matin, le cinquième anniversaire de l’attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo – un attentat qui avait fait 12 morts, le 7 janvier 2015.

À cette occasion, Charlie Hebdo publie un numéro spécial contre les « nouveaux gourous de la pensée ». À la une, un dessin signé Coco : un smartphone géant affiche les logos des grands réseaux sociaux, et écrase la langue et les bras d’un dessinateur: « Nouvelles censures… nouvelles dictatures ». Dans son édito, Riss, rescapé de l’attentat et directeur de la rédaction, accuse : « Hier, on disait merde à dieu, à l’armée, à l’Église, à l’État. Aujourd’hui, il faut apprendre à dire merde aux associations tyranniques, aux minorités nombrilistes, aux blogueurs et blogueuses qui nous tapent sur les doigts comme des maîtres d’école ».

Cinq ans après, Libération, qui avait accueilli ses confrères au lendemain de l’attentat, dit qu’il est « toujours Charlie », mais se demande ce qu’il reste de « l’esprit » de la mobilisation de ce mois de janvier 2015.

Lire Plus =>

Charlie Hebdo: la une du numéro spécial en vente mercredi

charlie_hebdo_1an_apresEn mémoire de l’attentat du 7 janvier, Charlie Hebdo sort mercredi un numéro spécial avec en une un Dieu barbu, armé d’une kalachnikov et à l’habit ensanglanté, sous ce titre : « 1 an après, l’assassin court toujours ». Ce numéro doit être tiré à environ 1 million d’exemplaires, dont des dizaines de milliers d’exemplaires expédiés à l’étranger. Il comprend un cahier de dessins des disparus, Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré, et des contributeurs extérieurs dont la ministre de la Culture Fleur Pellerin, des comédiennes comme Isabelle Adjani, Charlotte Gainsbourg, Juliette Binoche, des intellectuels comme Élisabeth Badinter, la bangladaise Taslima Nasreen, l’américain Russell Banks, et le musicien Ibrahim Maalouf.
Le dessinateur Riss, patron du journal, grièvement blessé le 7 janvier, y signe un éditorial rageur pour défendre la laïcité et dénoncer les « fanatiques abrutis par le Coran » et « culs-bénits venus d’autres religions » qui avaient souhaité la mort du journal pour « oser rire du religieux ». « Les convictions des athées et des laïcs peuvent déplacer encore plus de montagnes que la foi des croyants », dit-il.

Lire Plus =>

Crash en Égypte : la Russie s’en prend à « Charlie Hebdo »

— Par Pierre Avril —

charlie_russe-2La publication dans l’hebdomadaire Charlie Hebdo, de deux dessins relatifs au crash de l’Airbus A321 provoque une vive polémique en Russie. Sur l’une de ces caricatures, on voit des fragments de l’avion tomber sur la tête d’un djihadiste sous le titre: «L’aviation russe intensifie ses bombardements». Dans un autre dessin, sous le titre: «les dangers du low-cost russe», Charlie Hebdo représente le crâne d’une victime disant: «j’aurais dû prendre Air Cocaïne».

Il s’agit «d’un blasphème, de quelque chose qui n’a aucun rapport avec la démocratie», a dénoncé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Cette publication n’a absolument pas sa place dans notre système public, dans notre pays multiconfessionnel et multinational», a ajouté ce dernier, estimant que «beaucoup» de ses concitoyens «se sentaient insultés».

«Elle témoigne de la profondeur de la crise morale dans la société occidentale et française» s’est insurgé l’un des dirigeants du parti Russie Juste, l’une des quatre formations officielles représentées à la Douma. Et ce parlementaire d’ajouter: «ces gens qui dessinent ainsi, ce sont simplement des pervers moraux». Sur ses comptes Twitter et Facebook, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a également dénoncé une «provocation de mauvaise qualité», qu’elle assimile à de «l’obscurantisme».

Lire Plus =>

« Il n’y a pas de France sans impertinence »

— Par Alain Mabanckou —

En récompensant Charlie Hebdo pour son « courage dans la liberté d’expression », le Pen America a provoqué la colère de six de ses membres, qui s’en sont publiquement émus. Le romancier Alain Mabanckou dit son incompréhension devant cette forme d' »ignorance ».

Je serai présent au « Pen World Voices Festival » organisé par le Pen American Center du 4 au 10 mai pour célébrer les littératures du monde. Et c’est le 5 mai 2015 que cet organisme, fondé en 1922 pour la promotion de la littérature et la défense de la liberté d’expression décernera un prix à l’hebdomadaire Charlie Hebdo.

J’ai appris avec stupéfaction que six de mes confrères, Peter Carey, Michael Ondaatje, Francine Prose, Teju Cole, Rachel Kushner et Taiye Selasi ont décidé de boycotter la cérémonie de la remise de ce prix à l’hebdomadaire français dont le drame du massacre de la rédaction par des terroristes est encore dans nos mémoires. Ces écrivains sont, comme qui dirait, des « poids lourds » dans la littérature d’expression anglaise. Leur attitude et leurs déclarations ne sont donc pas passées inaperçues et, paradoxalement, ce sont elles qui mettent en danger la liberté d’expression!

Lire Plus =>

Pourquoi il est même indécent d’être Charlie

–– Par René Ladouceur —
charlie_passion-400Un ami, agacé, me réveille pour me demander mon point de vue sur, dit-il, « les attaques racistes dont fait l’objet la Guyane». L’auditeur qu’il vient d’entendre sur Radio-Guyane 1ère ne trouve pas de mots assez durs pour fustiger, et sur un ton des plus obscènes, les Guyanais coupables, à ses yeux, de n’avoir pas participé massivement, comme dans l’Hexagone, à la grande marche républicaine du 11 janvier dernier.

Je donne raison à mon ami.Moi non plus, je n’ai pas eu envie de me trouver l’autre dimanche Place de la République, à Paris, pour crier « même pas peur ! », l’autocollant « Je suis Charlie » rivé sur le front. Pourquoi donc ? Je n’ai naturellement pas été indifférent au meurtre de masse, commis de sang-froid, qui a endeuillé la France entière. J’ai même littéralement fondu en larmes en apprenant la mort de Cabu. Rien ne peut ni ne doit justifier un tel assassinat⋅ Dire cela aujourd’hui n’a rien d’original : des millions de personnes l’ont pensé et l’ont ressenti ainsi, à juste titre⋅ Il reste que, dès les premières minutes de cette épouvantable tragédie, une question m’est venue immédiatement à l’esprit : le profond dégoût éprouvé face au meurtre devait-il obligatoirement me conduire à m’identifier avec l’action des victimes ?

Lire Plus =>

Représentation de Mahomet : « L’islam a perdu de vue sa propre histoire »

 — Par Bernard Genies —

Le Prophète apparaît dans de nombreux manuscrits. Sophie Makariou, spécialiste des arts de l’islam, déconstruit toutes les fausses idées véhiculées à ce sujet.

Conservateur du patrimoine, Sophie Makariou a rejoint les équipes du Musée du Louvre en 1994. Elle a été nommée à la tête du département des Arts de l’Islam créé en 2003 et dont les nouveaux espaces ont été inaugurés en 2012. En août 2013, elle a été nommée présidente du Musée Guimet, Musée national des Arts asiatiques à Paris. Entretien.

L’Obs Peut-on dire que l’islam interdit la représentation du Prophète et, par extension, de toute figure humaine?

Sophie Makariou Il n’y a pas stricto sensu de condamnation de la figuration dans le Coran. Ce qui est illicite, c’est l’adoration des images et des idoles. Dans l’arabe archaïque, qui est celui du Coran, on appelle idoles les objets tridimensionnels, donc les sculptures – les bétyles –, qui sont censées être le siège de divinités. Mais selon l’appartenance à l’une ou l’autre des familles musulmanes, les deux plus grandes étant le sunnisme et le chiisme, les modes d’interprétation peuvent différer.

Lire Plus =>

J’écris ton nom, Liberté…

— Par Janine Bailly —
je_suis_un_humainNon, nul n’est tenu de proclamer qu’il est Charlie, du verbe être, ni qu’il suit Charlie, du verbe suivre. Néanmoins, ce qui, au-delà des hypocrisies — certains qui dans leur propre pays musellent la presse et bâillonnent hardiment les libertés ne s’affichaient-ils pas aux premiers rangs des manifestations parisiennes ? — ce qui donc m’a touchée ce dimanche à Fort-de-France, c’est ce rassemblement imprévu sur la Savane. Événement auquel il m’a été donné de participer grâce au message suivant, reçu à l’heure du dessert, comme un petit supplément aux pâtisseries du repas dominical :
« Suite à l’absence de marche républicaine organisée en Martinique ce dimanche 11 janvier, rassemblons-nous à 17h30 place de la Savane ( rue de la Liberté…) pour défendre les valeurs de démocratie, de liberté et de pluralisme.
Nous sommes Martiniquais.
Nous sommes Français.
Nous sommes Charlie
“Le rassemblement, c’est la plus belle réponse à ce que nous venons de vivre”
Merci de partager ce message avec tous vos contacts, par SMS, mails ou sur les réseaux sociaux ».
Nous nous sommes donc retrouvés, quelques centaines de Foyalais et autres, de tous âges, de toutes couleurs, et  sans nul doute de toutes confessions, pour partager à nouveau notre émotion, notre chagrin, notre incompréhension, mais aussi notre espoir et notre foi en l’humanité.

Lire Plus =>

« Lettre aux acheteurs de Charlie »

charlie_pardonneL’Union nationale des diffuseurs de presse (UNDP) adresse une « Lettre aux acheteurs de Charlie » pour un point de situation de la livraison pour les jours à venir des exemplaires de Charlie Hebdo. Ce texte rappelle également le fonctionnement de la distribution de la presse, avec ses contraintes industrielles, même en situation exceptionnelle. Le 7 janvier dernier, un odieux attentat a frappé la rédaction du journal satyrique Charlie Hebdo. Cet attentat, et ses suites, jeudi et vendredi ont provoqué un mouvement d’émotion sans précédent, partout en France. Vous vous êtes mobilisés pour les victimes et pour la survie de l’hebdomadaire, au nom de la liberté d’expression qui fonde la démocratie.
Nous sommes particulièrement concernés par Charlie Hebdo
Les 26 000 marchands de journaux de France sont des Français comme les autres, mais ce sont aussi ceux qui – chaque jour – assurent la diffusion des opinions et des idées auprès de leurs concitoyens. Ils sont touchés, donc, à double titre par les événements et se sont mobilisés sans compter sur cette opération.
Nous sommes solidaires de Charlie, y compris financièrement
Ils ont fait preuve d’une solidarité exceptionnelle avec Charlie Hebdo, en abandonnant leurs commissions sur les ventes du million d’exemplaires initialement programmé.

Lire Plus =>

Man pa Charlie!

— Par Daniel Boukman, militant culturel martiniquais —
je_,ne_suis_pas_charlieMercredi 7 janvier 2015, deux illuminés dont le fanatisme se nourrissait d’une idéologie qui empoisonne et le coeur et l’esprit, ont froidement assassiné les meilleurs de l’équipe du journal Charlie Hebdo.
A travers la France et même au-delà, ce crime souleva des vagues d’émotions . Un slogan « Je suis Charlie » devint le signe de compassions affichées.
Ma raison réfute les divagations de ces gourous qui par le fer et par le feu rêvent le rêve insensé de soumettre le monde à un ordre divin totalitaire dont ils s’autoproclament les dépositaires.
Je refuse de hurler avec les loups (politiques, pseudo philosophes, écrivains renommés, journalistes, chroniqueurs et autres islamophobes) qui hurlent à la mort et dont les hurlements suscitent déjà échos populaires, en France et demain, (qui sait ?) sous nos cieux tropicaux
Cependant ne voulant pas bêler avec les moutons qu’ils soient d’ici, qu’ils soient d’ailleurs, je revendique le droit de déclarer que « JE NE SUIS PAS CHARLIE! »
La liberté d’expression et de conscience est une conquête à préserver mais quand la direction de Charlie hebdo décide de publier ces caricatures qui seront la cause voire le prétexte de cette action criminelle, je n’applaudis pas et je comprends qu’une pareille initiative soit ressentie par les Musulmans comme une profanation, profanation que les tribunaux français n’ont pas jugée comme telle mais qui a dû laisser une blessure profonde au fond du coeur des adeptes d’une religion vécue par des millions et des millions d’hommes et de femmes, et ce qui fut occasion de gaudrioles pour les uns, a armé le bras vengeur de ces deux fous de dieu, de leur dieu.

Lire Plus =>

La violence est-elle soluble dans la religion ?

Par Michel Herland —

laicite_wolinL’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo par deux meurtriers se réclamant d’Allah, puis l’attentat contre un supermarché kasher, obligent à s’interroger sur les liens entre la religion et la violence. Les quelques brèves remarques qui suivent, écrites dans l’urgence, ne prétendent pas faire le tour de la question mais devraient contribuer à l’éclairer.

À quoi servent les religions ? Aujourd’hui comme hier, leur fonction première, celle qui leur permet de trouver facilement des fidèles, est de rassurer. Tout le monde n’a pas l’âme d’un stoïcien pour accepter la mort avec sérénité. Dans les religions primitives le culte des ancêtres traduit la croyance dans une vie après la mort. Les religions du Livre promettent la vie éternelle. Mais tout le monde n’ira pas au paradis : il faut le mériter en respectant toute une série d’interdits et d’obligations. La religion remplit donc aussi une fonction sociale, celle de discipliner les croyants. Les sociétés archaïques étaient toutes religieuses sinon théocratiques.

L’humanité progresse. L’esprit rationnel se substitue peu à peu à la mentalité magico-religieuse. « Peu à peu » donc pas partout et pas chez tous.

Lire Plus =>

« Parler, écrire, imprimer librement… » : la liberté d’expression mise en cause

—Par Maud Vergnol —

liberte_expression-2La une dessinée par Luz a touché dans le mille. La publication de Charlie Hebdo, hier, a fait voler en éclats l’unanimisme de façade 
et les hypocrisies politiques. Réactionnaires et intégristes ne manqueront pas d’exploiter ce drame pour tenter de limiter la liberté d’expression.

«Oui, mais… » Les masques sont tombés. La publication de Charlie Hebdo, hier, a fait voler en éclats l’unanimisme de façade et les tartufferies politiques. C’est dire si la une dessinée par Luz, représentant un prophète la larme à l’œil arborant une pancarte « Je suis Charlie », a visé dans le mille, réplique habile aux tentatives d’intimidation et de pression sur la liberté d’expression. Le spectacle indécent du bal des puissants, dont d’éminents fossoyeurs de la liberté de la presse, orchestré dimanche par François Hollande, a repris hier, accueillant fraîchement la publication de l’hebdomadaire satirique. L’État iranien dénonce une couverture « insultante ». « L’abus de la liberté d’expression, qui est répandu actuellement en Occident, n’est pas acceptable et doit être empêché », a fait savoir la porte-parole de la diplomatie iranienne.

Lire Plus =>

« Charlie », Dieudonné… : quelles limites à la liberté d’expression ?

— Par Damien Leloup et Samuel Laurent —
liberte_expression« Pourquoi Dieudonné est-il attaqué alors que Charlie Hebdo peut faire des “unes” sur la religion » ? La question est revenue, lancinante, durant les dernières heures de notre suivi en direct de la tuerie à Charlie Hebdo et de ses conséquences. Elle correspond à une interrogation d’une partie de nos lecteurs : que recouvre la formule « liberté d’expression », et où s’arrête-t-elle ?

La liberté d’expression est encadrée
La particularité des réseaux sociaux
Le cas complexe de l’humour
Charlie, habitué des procès
Dieudonné, humour ou militantisme ?

1. La liberté d’expression est encadrée

La liberté d’expression est un principe absolu en France et en Europe, consacré par plusieurs textes fondamentaux. « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi », énonce l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme de 1789.

Le même principe est rappelé dans la convention européenne des droits de l’homme :

« Toute personne a droit à la liberté d’expression.

Lire Plus =>

Elsa Cayat et le « divan » de Charlie

— Par Rosa Moussaoui —

elsa_cayatLa psychanalyste tenait une chronique dans l’hebdomadaire. Elle est l’une des douze victimes.
Elle signait depuis plusieurs années la chronique « Charlie Divan ». La psychiatre et psychanalyste Elsa Cayat est la dernière victime dont le nom a été communiqué tard, mercredi soir. « Elsa est peut-être la femme la plus forte que je connaisse, la plus attentive aux autres, la plus chaleureuse. Une femme que j’aime infiniment pour sa liberté d’esprit, son exigence intellectuelle, son extraordinaire gaieté », confie au magazine Elle sa tante, Jacqueline Raoul-Duval. Âgée de cinquante-quatre ans, mère d’une fille, auteure de plusieurs livres sur le couple, le désir, la sexualité, Elsa Cayat passait au crible, deux fois par mois, des faits de société. Son dernier billet s’intitule « Noël, ça fait vraiment chier ». Elle y relate, avec un humour bienveillant, le dialogue avec une patiente exaspérée par le sacro-saint repas familial. Il y est question de père, de parole interdite, d’yeux de poissons, du « lien inconscient qui unit le cœur, la pensée, l’ouïe ».
Penser, continuer à penser 
et poser la question du sens

On ne peut pas s’empêcher de penser qu’Elsa Cayat, seule femme tuée dans cette attaque, n’a pas été prise pour cible par hasard.

Lire Plus =>

Charlie Hebdo : « On ne lâche rien »

Trois millions de « Charlie Hebdo » seront dans les kiosques, l’imprimeur ayant reçu des avalanches de commandes, de France et de l’étranger.

charlie_pardonneLa une du prochain numéro de Charlie Hebdo représentera Mahomet, une larme à l’oeil, tenant une pancarte « Je suis Charlie », sous le titre « Tout est pardonné », un dessin signé Luz. Le journal satirique a ainsi de nouveau dessiné le prophète de l’islam sur sa couverture, pour un numéro qui sera tiré à trois millions d’exemplaires contre 60 000 habituellement, malgré l’attentat qui a décimé sa rédaction mercredi.

Ce numéro comportera « évidemment », comme le journal l’a déjà fait, des dessins sur Mahomet, avait prévenu lundi l’avocat de l’hebdomadaire, Richard Malka. « On ne cédera rien, sinon tout ça n’aura pas eu de sens. L’état d’esprit ‘Je suis Charlie’, cela veut dire aussi le ‘droit au blasphème’, a martelé l’avocat⋅

Lire aussi : Les lois anti-blasphème, un outil de répression qui menace l’ensemble de la planète

Malaise

Mais les manifestations monstre en France contre les attentats, qui ont rassemblé près de 4 millions de personnes, mettent l’équipe de « Charlie » mal à l’aise, a reconnu le porte-parole du journal.

Lire Plus =>

Les musulmans de France n’ont pas à se justifier

— Par Thomas Guénolé —
mosquee_noir_jauneExiger spécifiquement des musulmans de France qu’ils condamnent cet acte, c’est enfermer ces Français dans un étiquetage religieux. C’est donc poser sur eux un regard qui n’est pas républicain.

Quand le Ku Klux Klan pendait des Noirs au nom de la suprématie chrétienne blanche, nul n’exigeait que les clergés chrétiens américains s’en désolidarisent. Au fil des trente années d’attentats de la Fraction armée rouge en Allemagne, nul ne réclama que la gauche allemande réaffirme son attachement à la démocratie. De même, plus près de nous, dans la France des années 1980, personne ne songea à soupçonner l’extrême gauche de ne pas assez rejeter les attentats d’Action directe. Pourquoi ? Parce que dans tous ces cas, considérer les seconds comme a priori suspects de sympathie pour les premiers, c’eût été absurde, ridicule, et pour tout dire idiot⋅

Lire aussi : La peur d’une communauté qui n’existe pas

Par conséquent, comment se fait-il que depuis l’attentat contre Charlie Hebdo, tant de voix s’élèvent pour sommer spécifiquement les dirigeants de l’islam français, et plus largement les musulmans de France, de condamner l’acte et de s’en désolidariser ?

Lire Plus =>

À Fort-de-France, jeudi soir – jeudi noir, mais jeudi l’espoir.

— Janine Bailly —

charlie_se_mwenLa nuit va tomber sur la place Roméro à Fort-de -France, comme elle est aussi tombée sur les locaux du journal « Charlie Hebdo », à Paris. Peu à peu, la foule s’assemble devant la banderole qui, parlant créole, nous rappelle
que la liberté de penser et de dire n’a pas de frontières, et qu’elle s’exprime de même façon, sous tous les cieux, quelle que soit la langue utilisée.
Silence et recueillement sont de mise, les enfants eux-mêmes l’ont compris, qui ne troubleront pas des discours, sobres et pudiques dans leur ensemble, bien que chargés d’émotion autant que d’une juste indignation.
La plus belle image est pour moi celle de ces adolescentes qui, visage grave et tenue sage, lèvent bien haut leur pancarte proclamant « Je suis Charlie ».
Le plus beau moment reste celui où les bougies s’allument, et, dessinant un cercle lumineux autour de la fontaine qui occupe le centre de la place, font reculer la nuit et revenir la lumière, de même façon que l’humanisme fera renaître l’espoir et reculer l’obscurantisme ! C’est du moins ce en quoi je veux croire !

Lire Plus =>

Je suis Charlie

Les médias prêts à mettre en place les moyens humains et matériels nécessaires pour que Charlie Hebdo continue à vivre.

charlie_adeleMercredi à Paris, le journal Charlie Hebdo a été la cible d’une attaque terroriste. Douze personnes sont mortes. Des journalistes, des policiers, des amis. Au nom de tous les groupes de médias de France, nous adressons à nos confrères, à leurs familles, à ceux qui sont morts pour les protéger et à toute l’équipe de Charlie Hebdo nos pensées les plus émues. À travers eux, c’est la liberté de la presse et, plus encore, l’esprit de liberté qui sont touchés en plein cœur. La presse satirique bouscule, éveille et agite les consciences. Elle nous invite par l’humour à mieux déjouer les sectarismes et les fondamentalismes. Ceux qui sont morts hier plaçaient le rire au cœur de nos vies pour nous rendre plus libres. Plus que jamais, la liberté de pensée et la liberté d’expression animent notre travail quotidien. En ce jour de deuil, nous tenons à affirmer que nous ne céderons ni à la menace, ni à la terreur. Nous ne laisserons pas le silence s’installer et veillerons à combattre toutes formes de stigmatisations.

Lire Plus =>

Mettre fin à la barbarie

— Par Robert SAE —

charlie-balle-2Des personnes qui massacrent les membres de leur famille avant de se suicider, des employés ou des lycéens qui déciment leurs collègues et amis à l’arme automatique , des « loups solitaires » ou des « cellules terroristes » qui attaquent des civils innocents à l’arme blanche ou à la bombe, des illuminés qui massacrent des centaines de villageois. Qu’est-ce qui explique cette débauche de barbarie ? Est-il possible d’y mettre fin ? Certains se lamentent : « Le monde est devenu fou ! », « Les derniers temps sont arrivés » et beaucoup se contentent d’espérer passer entre les mailles du filet en implorant la grâce des cieux ! Eh bien non ! Notre devoir est de nous mobiliser pour mettre fin à ces dérèglements qui détruisent nos sociétés. Cela, nous ne saurions y parvenir en nous contentant de réagir émotionnellement à quelques événements dramatiques sélectionnés, hiérarchisés et instrumentalisés. La barbarie s’étale quotidiennement et massivement sur tous les continents. Le bombardement des écoles de Gaza n’est pas moins terroriste que le massacres d’écoliers au Pakistan.

Lire Plus =>

Les martyrs de la Liberté

Rassemblement le jeudi 8 janvier à partir de 17h30, place Roméro à Fort-de-France, à l’appel du Club Presse et des syndicats de journalistes.

je_suis_charlie-2— Par Guy FLANDRINA, Président Fondateur Du Club Presse Martinique —

Ce mercredi 7 janvier 2015 s’est inscrit en lettres de sang dans l’histoire de la presse française.
L’attentat le plus meurtrier dans l’Hexagone, depuis 1961, aura fait douze morts dont quatre dessinateurs de presse, victimes du terrorisme : CABU, TIGNOUS, WOLINSKI, CHARB.
La presse, souvent présentée comme le « quatrième pouvoir », est d’abord et avant tout le rempart de la démocratie et l’étendard de la liberté contre l’obscurantisme et la barbarie d’où qu’elles viennent, et quelle que soit leur nature !
Aujourd’hui, les islamistes sont dans la ligne de mire parce que d’aucuns auraient entendu, lors de l’attaque, les terroristes hurler : « Allah Akhbar » (Allah est  grand) !
D’autres ont, ici ou là, au nom de tel Dieu ou tel Prophète : torturé, martyrisé ou assassiné au droit de telle ou telle autre idéologie.
Leur seul point commun étant, partout et toujours, un dogme fondé sur l’intolérance, le refus de la différence.

Lire Plus =>

Refonder le vivre ensemble par la pédagogie et la lutte contre les inégalités

— Par le Cégom —

charlie_crayon2

Le Cégom prend connaissance avec émotion de l’attentat survenu à Paris contre le journal Charlie Hebdo, qui a fait douze mort•e•s à cette heure (d’autres victimes se trouvant entre la vie et la mort). Nous présentons nos condoléances aux proches des journalistes, caricaturistes & autres personnes décédé•e•s.

Le Cégom, parfois saisi par des parent•e•s inquiet•te•s des fréquentations de leurs enfants, souhaite rappeler que la liberté d’expression est fondamentale dans notre démocratie: elle permet à des personnes de convictions diverses de vivre ensemble sans renoncer à ce qu’elles sont. C’est la Loi républicaine, impartiale & laïque, commune à tou•te•s, qui doit déterminer ses conditions d’exercice; c’est la Justice commune à tou-te-s qui doit être saisie lorsque ces conditions ne sont pas respectées.

Si chacun•e s’autorise à énoncer sa propre loi ou rendre sa propre justice, si l’on affirme que telle ou telle lecture de textes philosophiques ou religieux doit prévaloir, alors on s’engage dans une guerre civile où seule la force viendra décider.

Le sociologue Pierre Pastel, président du Cégom, a déclaré: «Je salue la décision du président de la République de faire du jeudi 8 janvier une journée de deuil national, notamment dans les établissements scolaires.

Lire Plus =>

Même pas peur !

— Par Roland Sabra —

not_afraid« Not Afraid » disaient les neufs panneaux lumineux qui deux heures durant ont tourné autour de la République. Même pas peur en quelque sorte comme le disent les enfants pour défier leur adversaire. Pas sûr que cela renvoie à une réalité vraie. Sur la place flotte un parfum de dénégation, cette révélation d’une vérité gisant au creux de sa négation. Des milliers, nous étions des milliers sur la place de la République, autour de la République, graves, silencieux, ne reprenant pas, ou faiblement les slogans de la poignée de jeunes agrippés aux jupes de Marianne, plus exactement sur le socle d’où elle se dresse et qui mettait en valeur une phrase : « Nous sommes CHARLIE ». Cette phrase on la retrouvait déclinée à la première personne du singulier en affiche, lettres blanches et grises sur fond noir, sur la poitrine de quelques centaines de personnes. « Je suis CHARLIE ». Sentiment de solitude dans la foule. On se parle peu. On est venu seul, en couple, à trois ou quatre, rarement plus nombreux. Un groupe plus étoffé, parle un peu plus fort en italien de la situation….

Lire Plus =>