Catégorie : Féminismes

Non, elles ne veulent pas être mères, et alors?

4,3% des femmes déclarent ne pas vouloir d'enfants, selon une étude de l'Ined parue ce mercredi. Le non désir de maternité reste tabou.

—Par Claire Hache—

pas_de_bebe325Dans une France féconde -deux enfants par femme en moyenne- elles font figure d’exception. Elles, ces femmes qui ne sont pas mères et ne veulent pas le devenir représentent 4,3% des Françaises, selon les données de l’enquête Fecond réalisée par l’Ined. Ces femmes qui font le choix de « l’infécondité volontaire » restent minoritaires. Mais elles interrogent une certaine vision de la femme, du couple et de l’accomplissement personnel par la maternité.

« Ma mère est assistante-maternelle. Chez nous, il y a toujours eu plein d’enfants et j’adore ça. Je suis gaga devant un bébé, je suis la première à proposer de garder les enfants de mes amis. Je ne fais pas de rejet. Je ne veux juste pas faire des enfants qui subiront le monde tel qu’il est. » Nora, 27 ans, en couple, assume son choix qui s’éloigne de la norme.

→   Lire Plus

Elisabeth Roudinesco : «Notre identité est bien triple : biologique, psychique, sociale»

—Propos recuillis par Cécile DAUMAS—

identite_tripleTout s’est emballé. Un concept mal compris – le genre – une rumeur folle, des peurs irrationnelles. Pourquoi un programme visant à l’égalité, dispensé à l’école, a-t-il laissé croire qu’on allait transformer les filles en garçons et les garçons en filles ? Pourquoi dans le sillage du mariage pour tous, tout projet sociétal concernant la famille est-il désormais vécu par une part de la population comme une mise en danger de l’enfant et un démantèlement de la structure familiale ? Réponses de l’historienne et psychanalyste Elisabeth Roudinesco.

Etes-vous surprise de ces mobilisations au nom de la famille en danger ?
Je ne suis pas surprise. Depuis un an, à l’occasion du vote du mariage pour les personnes du même sexe, on a vu émerger cette forme d’hostilité qui est en fait le symptôme d’autre chose.

→   Lire Plus

« Théorie » du genre à l’école : rétablissons la vérité !

—Par le Webpedagogique—
egalite_hom_femLa « théorie » du genre ça existe vraiment?
Tout d’abord le concept même de théorie du genre n’existe pas. Ce principe a été écrit mille et mille fois mais des radicaux voudraient nous faire croire le contraire. En réalité il existe tout un panel d’études sociologiques et scientifiques que l’on dénomme « gender studies ».

Ça consiste en quoi cette « théorie »?
L’idée est née dans le années 70 auprès de chercheurs américains mais aussi français, que notre identité sexuelle n’était pas uniquement biologique mais aussi sociale via l’acculturation (c’est à dire le berceau social dans lequel on est élevé). Le genre serait une construction sociale. Mais les études ne portent pas que sur le sexe mais bien plus sur la hiérarchie et les inégalités qui demeurent entre hommes et femmes de par leur construction sociale.

→   Lire Plus

30 millions de filles victimes de mutilations sexuelles dans les 10 prochaines années

125 millions de filles et de femmes actuellement en vie dans 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient ont subi une forme de mutilations génitales (soit 90 % des femmes excisées dans le monde).

excision-750

— Par Rémi Barroux —
Le nombre de mutilations génitales féminines tend à diminuer lentement dans le monde, mais trente millions de filles risquent d’en être encore victimes dans les dix prochaines années.  Selon un rapport de l’Unicef publié à l’occasion de la Journée mondiale contre les mutilations génitales féminines et l’excision, jeudi 6 février, ces pratiques continuent de toucher plus de 125 millions de femmes et de filles, dans une trentaine de pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Pour Michèle Barzach, présidente de l’Unicef France :

« Trop souvent, ces actes se perpétuent avec la participation des femmes elles-mêmes, prisonnières du poids de la tradition et de la norme sociale. Mais je suis optimiste : le soutien des femmes à ces pratiques est en baisse, y compris dans les pays à forte prévalence. De plus en plus d’hommes sont, eux aussi, pour l’abandon de l’excision, ce qui est fondamental pour le succès de notre combat.

→   Lire Plus

Avortement : No pasaran !

osez_le_feminisme—Par Hélène Demilly et Anne-Cécile Mailfert, pour Osez Le Féminisme ! —

En ce début d’année 2014, l’horizon international voit se dessiner un contexte particulièrement menaçant pour le droit fondamental des femmes à disposer d’elles-mêmes.

La Tunisie vient d’adopter dans son projet de Constitution un article qui dispose que « le droit à la vie est sacré », formulation imprécise et ambivalente qui laisse craindre de futures interprétations contraires aux droits des femmes, malgré la consécration de l’égalité « entre citoyens et citoyennes » dans ce texte.
Au même moment, en Suisse, un référendum d’initiative populaire propose de supprimer le remboursement de l’IVG par l’assurance maladie. Intitulé « financer l’avortement est une affaire privée », il sera soumis au vote le 9 février.
En Espagne enfin, le projet de loi du gouvernement Rajoy vise à supprimer le droit à l’avortement. Si celui-ci venait à être approuvé par le Parlement, ce serait pour les Espagnoles la fin de leur liberté de choix, marquant une brutale régression dans un pays qui possède l’une des législations les plus avancées au monde dans ce domaine.

→   Lire Plus

Pani moli pour dwa fanm

— Par l’Asociation Culture et Egalité —
ivg_libre_gratuitAttention, en Espagne la liberté des femmes est menacée.
Un projet de loi menace de supprimer le droit à l’avortement pour les femmes espagnoles sauf deux cas particuliers : suite à un viol ayant fait l’objet d’une plainte, ou lorsque la santé physique ou psychologique de la femme est en danger.
L’Espagne peut nous paraitre bien lointaine et notre droit à l’avortement définitivement garanti dans le cadre français. Mais il n’en est rien, l’Espagne est un pays européen comme la France et ce qui s’y passe est le témoin que le droit des femmes à disposer de leur corps est un droit fragile, sans cesse menacé, sur lequel il faut veiller avec la plus grande attention.
Le droit des femmes à l’avortement a été obtenu en France en 1975 au prix de longues luttes menées par des femmes, pour des femmes.

→   Lire Plus

Qui a peur de l’égalité entre les sexes ?

— Par Comité de l’Association de recherche sur le genre en éducation et formation (ARGEF) —

egalite_hom_femLes milieux intégristes et réactionnaires ont lancé une campagne de désinformation sur la «théorie du genre» à l’école. L’enjeu : l’éducation à l’égalité entre filles et garçons.

Depuis quelques semaines, dans la mouvance de la Manifestation pour tous, une campagne de désinformation est lancée dont le but est de convaincre les parents d’élèves qu’une pernicieuse «théorie du genre» est en train de s’infiltrer à l’Education nationale. Cette «théorie», récemment inventée, fantasmée, par les milieux intégristes et réactionnaires, est accusée de nier à la fois le sexe, l’identité, les goûts et le libre arbitre des enfants.

Plus précisément, ces groupuscules ciblent le dispositif ministériel des «ABCD de l’Egalité» qui ont vocation à permettre aux enseignant-e-s d’aborder l’éducation à l’égalité entre filles et garçons par des séquences pédagogiques au sein de programmes existants : sciences, éducation physique et sportive, maîtrise de la langue, histoire etc.

→   Lire Plus

La réussite scolaire passe par la fin des stéréotypes

—Par Marie Duru-Bellat (Sociologue)—

scolariteSi l’on n’est guère surpris par la vitesse à laquelle, à l’heure d’Internet, les rumeurs les plus folles se diffusent, on peut l’être davantage face à la violence des polémiques qui accompagnent les premiers pas des ateliers ABCD, visant à lutter contre les stéréotypes masculin/féminin auprès des élèves. Car de quoi s’agit-il ? Non de leur inculquer une quelconque théorie : on l’a dit et répété maintes fois, il n’y a pas une théorie du genre mais des travaux articulés autour de cette notion. Très simple, elle pose que le masculin et le féminin tels que nous les concevons ne découlent pas mécaniquement de la différence des corps mais résultent de constructions sociales variables selon les époques et les lieux.

De nombreux travaux d’anthropologues (ceux de l’ethnologue Margaret Mead dans les années 1960, par exemple) ou d’historiennes (notamment ceux de l’historienne Michèle Perrot dans les années 1990) en attestent. Il ne s’agit pas de nier qu’il y a des hommes et des femmes, mais de poser tranquillement que, au-delà de ce qui est lié strictement à la reproduction (pour ceux et celles qui choisissent de se reproduire), tout est ouvert…

→   Lire Plus

La détresse des femmes, fruit d’une histoire de lutte !

— Par Véronique Séhier (co-présidente du Planning Familial) et Carine Favier (co-présidente du Planning Familial) —

occupe-toi_de_ton_rosaireLe terme « détresse » apparaît en 1974. A cette époque, les femmes qui le pouvaient avortaient à l’étranger. Des avortements clandestins avaient lieu en France où les femmes et les médecins qui le pratiquaient, risquaient la peine de prison. Dans ce contexte, il s’agissait de «mettre fin à une situation de désordre et d’injustice et d’apporter une solution mesurée et humaine à un des problèmes les plus difficiles de notre temps ».

Il est connu que des services sociaux, des médecins, des miltants et des militantes, aidaient des femmes à avorter. Le terme de « détresse » s’est justifié alors pour obtenir le consensus parlementaire permettant que l’avortement soit toléré en France pour mettre fin à une situation où la loi répressive était ouvertement bafouée, voire ridiculisée…

→   Lire Plus

La violence masculine : une horreur !

 —Par l’Association Culture Egalité —

culture_egalite… Il y a quelques semaines, au François, un homme agressait son ex-compagne, détruisait sa voiture et celle de son père et s’attaquait à sa maison sous le prétexte que cette femme, lassée de sa violence (il avait déjà été condamné 3 fois !), ne voulait plus de lui…
Il y a deux jours, toujours au François, une femme est aspergée d’essence, par son compagnon encore. La violence masculine dans toute son horreur ! La traduction même de la domination masculine dans cet acte inqualifiable, inacceptable. La mort par une souffrance horrible afin de bien punir. Punie pour avoir refusé l’Autre.
Si certain-e-s reprennent cette idée révoltante que tout est de la faute de la femme, la plupart des gens s’interrogent : Comment un homme peut-il arriver à ça ? Quelle est cette barbarie ? Comment peut-on avoir droit de vie ou de mort sur une femme ? Sur cette femme dont cet homme a décidé qu’elle doit être sienne. Elle n’a pas le droit de décider sa vie. « Je te veux, tu dois m’accepter, et c’est insupportable pour moi que tu aies osé ne pas me choisir, me quitter, et en plus, faire le choix d’un autre homme.

→   Lire Plus

Une femme brûlée vive par son ex-compagnon

tous_creoles_325Communiqué de presse de « Tous créoles »

C’est avec indignation que le Conseil d’administration de l’Association « Tous Créoles ! » a appris l’horrible et lâche agression dont a été victime lundi 20 janvier 2014 une femme du François (Martinique), qui a été brûlée vive par son ex-compagnon.

Une nouvelle fois, un homme s’est attaqué à une femme en l’immolant par le feu, un acte de barbarie inqualifiable, que rien ne peut justifier.

Les actes de violence domestique à l’égard des femmes sont quotidiens, sans doute simplement parce qu’elles sont femmes, et que certains contestent leur droit à décider de leur vie.

Mais l’escalade dans cette violence devient insupportable par la fréquence et la brutalité des délits ainsi commis par de tels bourreaux.

→   Lire Plus

Brûlée vive par son ex-compagnon

—Par Rita Bonheur, Présidente de l’UFM —

Toutes et tous solidaires pour condamner cet acte barbare !
violence_faite_auxfemmes-32C’est avec horreur et révolte que nous apprenons l’agression sauvage contre une femme qui a eu lieu ce lundi au François. Une nouvelle fois, un homme s’est attaqué à son ex-compagne et l’a immolée par le feu. Un acte de barbarie inqualifiable, gratuit, que rien ne peut justifier. Une nouvelle fois, une femme est victime de la violence domestique et se retrouve dans un état critique, parce qu’elle est une femme qui a pensé avoir le droit de décider de sa vie.
Une nouvelle fois, cet acte se veut un signal de peur pour toutes les femmes qui voudraient croire qu’elles n’ont pas le droit de se séparer de leur conjoint…violent ou non !
Nous ne pouvons pas continuer à assister, impuissant-es, à ces drames atroces, voire ces tueries et nous contenter de recenser et pleurer les mortes et les handicapées à vie.
Pour les bourreaux, passivité et silence valent complicité, approbation et même encouragement à continuer.
Nous pouvons manifester notre colère et notre condamnation de tels actes inqualifiables par une chaine de solidarité.

→   Lire Plus

Benoîte Groult, le féminisme jusqu’au bout du crayon

— Par Lucie Servin —
ainsisoit_benoite_groultCatel a écrit « Ainsi soit Benoîte Groult« , une biographie dessinée d’une grande figure du féminisme, récompensée par le prix  Artémisia.

Ainsi soit Benoîte Groult, de Catel. Éditions Grasset, 22 euros. «Une bande dessinée, quelle drôle d’idée ! » s’est exclamée Benoîte Groult lorsqu’elle a compris l’ambition de Catel d’écrire un roman graphique sur sa vie. Il faudra toute la force de persuasion de la dessinatrice pour convaincre l’écrivaine que la BD ne se limite pas à Bécassine. Bien lui en a pris.

À quatre-vingt-treize ans, Benoîte Groult est de celles qui ont traversé et marqué l’histoire du féminisme du XXe siècle.

→   Lire Plus

« Adresse d’Elisabeth Badinter aux femmes qui portent la burqa » : un bel article?

— Par Roger BELLEMARE—

burqa_niqab-325J’ai reçu récemment dans un e-mail, transféré cinq fois,  la photocopie d’un article de Mme Badinter paru le 9 juillet 2009 (!) dans le Nouvel Observateur, intitulé : « Adresse à celles qui portent volontairement la burqa » avec comme seul commentaire : « bel article ».  J’ai lu et relu cette adresse et, j’en suis désolé, je ne trouve pas que ce soit un « bel article », mais plutôt un article  consternant.
Pour comprendre celle qui parle, il faut savoir qui elle est et d’où elle parle. Elisabeth Badinter est la fille de Marcel Bleustein Blanchet, elle est féministe mais aussi femme d’affaires. Actionnaire majoritaire du conseil de surveillance du groupe Publicis (4° groupe mondial de publicité) créé par son père, ce qui lui donne collectivement avec sa famille la 51ème fortune de France. Elle fait partie de la gauche sociale-démocrate.
Enfin, elle n’ignore pas que l’Article 9-2 de la Convention Européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales prévoit que : « La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions… que celles… nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.

→   Lire Plus

Une inconnue au Panthéon, pourvu qu’elle soit une femme

— Bruno NASSIM ABOUDRAR Professeur d’esthétique – théorie de l’art à l’université de Paris-III Sorbonne-

pantheonMona Ozouf veut faire entrer deux résistantes au Panthéon, Geneviève Anthonioz-De Gaulle et Germaine Tillion ; Régis Debray, une danseuse, Joséphine Baker. Taguées au pochoir sur les trottoirs du Quartier latin, des listes de «panthéonisables» mentionnent encore Olympe de Gouges, Louise Michel ou Simone de Beauvoir. Toutes des femmes exceptionnelles. C’est une manière subtile de négocier avec la dédicace inscrite au fronton du monument national : «Aux grands hommes, la patrie reconnaissante». «Homme» s’entendrait donc dans le sens d’humain (sens vieilli), mais «l’entre ici», comme résonnent encore les mots sonores de Malraux, ne s’entrouvrirait aux femmes qu’à condition de leur grandeur. Laquelle est supposée universelle, si les modalités en peuvent varier : grande artiste, grande philosophe, grande militante, etc. Une seule grande homme à ce jour, Marie Curie. Pour entrer au Panthéon, être un homme n’est donc pas, ou plus, un réquisit, mais il faut avoir été grand. Pour plusieurs raisons, cette règle, égalitaire en apparence, est en fait inéquitable.

D’abord, elle établit entre les mânes féminines vouées au Panthéon une forme de hiérarchie dérisoire et odieuse.

→   Lire Plus

Jouets de Noël: « Les garçons sont plus contraints que les filles par les normes de genre »

Le choix des cadeaux de Noël est encore très différencié en fonction du sexe de l’enfant. L’analyse de Mona Zegaï, doctorante en sociologie à l’université Paris VIII.

sexe_des_jouetsLes achats de Noël battent leur plein. Sous le sapin, y aura-t-il les mêmes jouets pour les filles et les garçons?

Majoritairement, les parents disent choisir les jouets en fonction des goûts de leur enfant et non de leur sexe. Mais si un garçon veut un jouet socialement attribué aux filles, comme une poupée ou un poupon, par exemple, ils vont davantage le recadrer que pour une fille. On appelle cela le contrôle social. Il y a là une contradiction entre le discours parental et les faits.
Parcours de chercheuse

En école d’informatique, Mona Zegaï passait beaucoup de temps sur les forums de discussion de l’intranet. « Comme il n’y avait que 4% de filles sur 350 étudiants, on m’interpellait souvent sur les rapports hommes-femmes. » Avec La Domination masculine, livre »difficile et génial » de Pierre Bourdieu, Elle abandonne alors l’informatique pour entrer en deuxième année de sociologie par équivalence. Elle entre alors en deuxième année par équivalence, tout en achevant son cursus en informatique.

→   Lire Plus

Filles et garçons : mêmes jouets !

— Par Marie-Josèphe Sellaye-Hardy Dessources, de l’ UFM —

Pour développer toutes les capacités, finissons-en avec les «jouets de filles» et des «jouets de garçons».

sexe_des_jouetsNoël, moment privilégié d’achat de jouets pour les enfants.
Comment, pour nous parents, grands-parents, taties etc… et plus particulièrement les femmes, qui sont le plus souvent chargées des achats, (et bientôt nous l’espérons beaucoup plus d’hommes), choisir celui qui fera plaisir à ceux et celles à qui ils sont destinés ? Mais que représentent réellement ces jouets ?

Objets culturels et sociaux, les jouets sont loin d’être neutres et anodins : à travers eux, les enfants intériorisent les rôles d’adultes, ceux que notre société patriarcale et capitaliste veut les voir assumer plus tard.
Les jouets y préparent chaque sexe et leurs permettent d’intégrer les règles instituées, les normes et les valeurs de notre société. Les jouets participent donc à la construction des enfants. Ils sont autant une source d’apprentissages que de plaisir !

Quels jouets, pour qui ?
Les jouets se répartissent en grande partie en deux univers arbitrairement cloisonnés : « pour filles » et « pour garçons ».

→   Lire Plus

Féminisation du discours!

— Par Muriel Ameller, George Arnauld, Huguette Bellemare, Lydia Ramaël —

langue_sexiste« Les hommes qui agissent dans notre pays »… « Les grands hommes qui font ce pays »… « Bonjour à tous »… « Les hommes politiques »… «Bonsoir chers téléspectateurs »… « Ceux qui nous ont fait le plaisir d’être là aujourd’hui » (il y a 80% de femmes !)… Et même, pour le comble, cette interpellation : « Messieurs les hommes politiques ! »…

… Pourtant grâce à d’âpres et courageuses luttes individuelles et collectives, les femmes ont conquis l’accès à tous les postes professionnels, politiques et économiques. Mais ce langage commun refuse d’enregistrer ces avancées.

Cependant, aujourd’hui, de plus en plus, les femmes se révoltent contre ce déni et réclament la féminisation des titres, des appellations et des discours, ce qui est d’ailleurs inscrit dans la loi. Les femmes veulent sortir de cet exclusivement masculin que l’on prétend neutre (ex : « tous »)  ou générique (« homme avec un grand H » !), mais dans lequel elles se sentent niées. Pourquoi ?

C’est que ce langage ne reflète pas la réalité de la société : numériquement, nous sommes la moitié de la population, et nous sommes présentes dans toutes les professions.

→   Lire Plus

Violences envers les femmes : encore et toujours d’actualité

— Par l’Union des Femmes de Martinique —

violences_conjugalesL’actualité martiniquaise et régionale de ces derniers jours a été abondante en faits de violences envers les femmes : Viol par des ex-compagnons, viol avec objet sur une fillette, séquestrations et violences sur une jeune femme,… jusqu’au meurtre d’une femme guadeloupéenne par son ex-compagnon en France (du fait de la condamnation du meurtrier).

Tous ces drames sont relatés dans des rubriques de faits divers/justice, et vécus par beaucoup comme une banalité, trop souvent tolérés et considérés comme acceptable. Mais Ils sont la face émergée d’un iceberg, sur lequel nous vivons tous les jours. Une réalité qui touche de nombreuses femmes, beaucoup plus qu’on ne soupçonne, ou qu’on ne veut bien se donner la peine de voir.

Oui, les violences envers les femmes continuent et sont importantes.
L’enquête « genre et violences intrafamiliales en Martinique » réalisée en 2008 révélait des chiffres édifiants, et spécifiques aux femmes :

7,3% des femmes déclaraient des attouchements et 8% des viols ou tentatives de viol survenus avant leurs 18 ans,

30% des femmes ayant des relations conjugales avaient déclaré plusieurs atteintes, répétées ou jugées graves dans les 12 mois précédant l’enquête de la part de leur partenaire ou ex partenaire.

→   Lire Plus

Grands projets pour la Martinique : femmes soyons présentes !

— Par Union des Femmes de Martinique—

ufm_325Notre Martinique est actuellement dans une période charnière.
Des échéances importantes auront lieu en 2014, qui se préparent en ce moment : D’un côté les élections municipales, qui vont modeler les politiques communales et intercommunales pour 6 ans, de l’autre la préparation du PADM (Plan d’Actions de Développement de la Martinique), dont l’objectif est de « créer les conditions d’une Martinique solide », de mettre en place un projet de développement pour le territoire, donc à long terme.
Les orientations issues de ces deux démarches, l’une élective, l’autre en mode projet, influeront de façon importante et durable sur notre pays, son organisation, notre devenir donc.

Dans ce contexte, nous nous posons une question : mais où sont donc les femmes ?
Bon, nous voyons déjà les haussements d’épaules et les yeux au ciel que cela suscitera, mais les faits sont là.

Les élections municipales : où sont les femmes ?
Pour les municipales, certes, la loi prévoit la parité, les femmes seront donc présentes, mais où ?
Les résultats des précédentes municipales, malgré quelques progrès, ont montré que la parité s’arrêtait pour beaucoup aux exigences de la loi : combien de femmes deuxièmes sur les listes électorales se sont retrouvées descendues au xième rang des adjoints au maires, chargées des questions traditionnellement dévolues aux femmes : la petite enfance, les écoles, l’action sociale, les personnes âgées… ?

→   Lire Plus

T-shirt d’American Apparel : vulve, poils, règles et masturbation, une imagerie féministe

 

t-shirt_american_apparel« Coup de pub gore d’American Apparel », « le T-shirt qui nous glace le sang »… Le T-shirt Period Power d’American Apparel semble n’avoir pas été apprécié. On y voit la vulve d’une femme qui a ses règles et se masturbe. Visuel trash ou provocation aseptisée ? Réponse d’Emilie Bouvard, critique d’art et auteur de l’article « Présence réelle et figurée du sang menstruel chez les artistes femmes : les pouvoirs médusants de l’auto-affirmation ».

 Quand Petra Collins sort un T-shirt pour American Apparel présentant une vulve poilue en gros plan en pleine période de menstruation doublée d’une scène de masturbation, elle développe sur un support commercial, reproductible, diffusé, porté par centaines, une imagerie effectivement féministe.

 Art et tampons usagés

 Au début des années 1970, réagissant contre un façonnage masculin du corps féminin, dans la société et dans l’art, certains artistes femmes entreprennent de montrer cette double réalité taboue du corps féminin. L’artiste allemande VALIE EXPORT montre le sang menstruel et se masturbe dans le film « Mann und Frau und Animal » (1973). On voit apparaître des tampons et des serviettes hygiéniques usagées dans les installations des Américaines Judy Chicago et Faith Wilding dans le cadre des expérimentations artistiques et féministes menées avec un groupe de professeures et d’étudiantes en art femmes à la Womanhouse (Los Angeles, 1971).

→   Lire Plus

Les femmes ne doivent pas battre en retraite

Appel Les orientations de la réforme annoncée ne feront que creuser les inégalités femmes-hommes.
Par un collectif de militantes pour les droits de l’homme, militantes féministes, syndicalistes, universitaires et artistes

femmes_discussionLa réforme des retraites de 2013 sera-t-elle aussi préjudiciable aux femmes que l’ont été les précédentes ? Ce sera le cas si les options aujourd’hui privilégiées par le Président, le Premier ministre et la Commission pour l’avenir des retraites sont adoptées par le Parlement.

Nous refusons les propositions qui visent à retarder le départ à la retraite et à diminuer le montant des pensions, à l’instar de l’allongement de la durée de cotisation ou de la désindexation des pensions sur l’inflation. Ces orientations, dans la continuité des réformes menées ces vingt dernières années, ne feront que creuser les inégalités femmes-hommes.

→   Lire Plus

Haïti : Les organisations féministes, endeuillées après la mort de la militante Jesi Chancy-Manigat

—Par Emmanuel Marino Bruno —

jesi_chancy-manigatP-au-P, 14 juin 2013 [AlterPresse] — Plusieurs représentantes d’organisations féministes sont endeuillées, après la mort de la militante féministe, Jesi Chancy-Manigat, survenue dans l’après midi du mercredi 12 juin 2013, à la suite d’un cancer, à l’âge de 57 ans, selon les témoignages rassemblés par l’agence en ligne AlterPresse.

« C’est une grande perte au point de vue affectif. C’était une militante très utile à la lutte des femmes et au pays », exprime Danièle Magloire de l’organisation Kay Fanm (maison des femmes).

Après la chute de la dictature des Duvalier en 1986, elle est rentrée au pays pour venir encourager la lutte au sein de groupements et organisations de femmes, surtout en milieu rural à côté de la militante Magalie Marcelin (défunte dans le tremblement de terre du 12 janvier 2010), rappelle Magloire.

→   Lire Plus

Les Femen, un féminisme de type néocolonial

— Par Sara Salem (Doctorante à l’Institut des sciences sociales des Pays-Bas) —

femen-2Groupe féministe basé en Ukraine, une république ex-soviétique, les Femen se sont fait connaître depuis quelques années par des actions provocatrices de grande ampleur et une stratégie systématique de confrontation.

L’une de leurs pratiques emblématiques consiste à manifester seins nus afin d’affirmer que leur corps n’est pas un instrument au service d’une société patriarcale, mais qu’il leur appartient. Le corps des femmes étant instrumentalisé en permanence par les hommes et les médias, leurs manifestations sont une façon de se réapproprier le corps féminin comme symbole de résistance contre la société patriarcale. Se dénuder est donc un moyen par lequel les femmes peuvent « récupérer leur corps » dans le combat d’ensemble contre un système patriarcal.

Certains milieux féministes approuvent cette logique, mais je n’entends pas discuter ici des tactiques féministes. Je veux montrer que la volonté des Femen d’universaliser leur type de féminisme confère un caractère néocolonial à leur militantisme et à leur organisation.

→   Lire Plus

J’enseigne le genre. Et je continuerai à le faire.

 —Par Denis Colombi le 10 juin 2013—

genderCe sera un billet énervé. Très énervé. Fatigué aussi. Fatigué d’entendre des ignares et des incompétents baver de haine sur quelque chose qu’ils ne connaissent pas. Enervé de voir qu’on les laisse faire et que, pire encore, on leur donne raison. Enervé d’apprendre que je fais le mal. Enervé de voir que l’on laisse des mouvements religieux dicter la forme du débat public, surtout en matière d’éducation. Enervé de voir que la laïcité, c’est bon pour les autres, et qu’on peut envoyer paître la science et la connaissance par lâcheté politique et ignorance. Car depuis des années, j’enseigne ce contre quoi aussi bien la Manif de la haine que Vincent Peillon luttent désormais, dans une alliance que l’on voudrait improbable mais qui n’est que celle de la peur. J’enseigne le genre. Et je continuerais à le faire.

→   Lire Plus