Ecologie

Nous tenons encore debout

— Par Florent Grabin, Président de l’Association P.U.M.A. —

Selon le Professeur en biologie moléculaire, Gilles-Éric SERALINI, si nous parvenons à tenir debout, c’est parce que nous avons une énergie fantastique de communication entre toutes nos cellules, un réseau à la fois électromagnétique et chimique, qui permet aux cellules de rester en cohésion et en harmonie.

Pour le Pr Gilles-Eric SERALINI, que se passe-t-il lorsqu’on interfère dans ces réseaux, comme le font par exemple les pesticides ou les perturbateurs endocriniens ?

‘’On se désorganise petit à petit et ça se traduit par toutes sortes de pathologies de la communication cellulaire, c’est le cas de la plupart des cancers, des maladies nerveuses, des maladies immunitaires, des allergies et des maladies hormonales.’’
D’après le scientifique, on ne peut pas expliquer l’augmentation de ces pathologies par des mutations génétiques, qui ne seraient arrivées moins de 50 ans dans la population mondiale, ni par une recrudescence de nouvelles bactéries, ni de nouveaux virus ; en revanche, lorsqu’on soumet des rats aux pesticides de manière chronique, on constate qu’on peut provoquer toutes ces maladies ; ce lien évident, les autorités continuent pourtant de le nier.

Lire Plus =>

La Cour des comptes dresse un constat d’échec des politiques publiques de réduction des pesticides

En dépit de trois versions successives et des 400 millions d’euros engagés, les plans Ecophyto se sont soldés par une augmentation des quantités de produits chimiques utilisées.
— par Par Martine Valo —

Gros retards, imbroglio administratif, absence de résultats et manque de transparence : voilà en substance le bilan dressé par la Cour des comptes de dix années d’action gouvernementale, impuissante à sortir l’agriculture française de sa dépendance aux pesticides. Le premier ministre, à qui ce référé en forme de constat d’échec a été adressé le 27 novembre 2019, disposait d’un délai de deux mois pour y répondre avant que ce texte ne soit rendu public mardi 4 février. Matignon a rédigé une défense in extremis lundi. Son argumentaire recense des mesures censées encourager les agriculteurs à avoir la main moins lourde sur les produits chimiques, mais ne dit pas pourquoi les programmes de mobilisation et les millions d’euros dépensés depuis 2009 se sont jusqu’à présent soldés par une augmentation continue des quantités de produits vendues aux agriculteurs.

 Lire aussi « Jusqu’ici, les agrochimistes ont défini eux-mêmes les modalités de l’évaluation environnementale de leurs produits »

La Cour rappelle qu’en 2008, poussée par l’élan d’optimisme du Grenelle de l’environnement, la France ambitionnait de réduire de 50 % l’usage des pesticides en dix ans, d’atteindre 50 % d’exploitations engagées en certification environnementale vers 2012 et 20 % de surfaces agricoles en bio en 2020.

Lire Plus =>

Alerte rouge aux particules fines en Guadeloupe et en Martinique

Les deux îles ont été placées en alerte rouge aux particules fines. La faute notamment aux sables venus des déserts africains.
La Martinique et la Guadeloupe ont été placées lundi en alerte rouge pour la qualité de l’air, en raison d’une concentration de particules fines liée notamment à un passage de brumes de sables sur les Antilles, ont indiqué les deux préfectures.

En Guadeloupe, « la concentration en particules fines PM10 (catégorie de particules dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres, ndlr) dans l’air a dépassé les 80 ?g/m3 en moyenne sur 24h, valeur correspondant au seuil réglementaire d’alerte », explique la préfecture.

Des brumes de sables provenant d’Afrique

La pollution est liée au passage des brumes de sables sur l’archipel guadeloupéen, mais également à l’activité humaine (combustion d’énergie fossile, moyens de transport, activités industrielles,…), précise le réseau de surveillance Gwadair.

La procédure d’alerte a également été enclenchée en Martinique, a indiqué la préfecture. Ce sable provient des déserts africains et plus particulièrement du désert du Sahara. Ce phénomène est visible surtout en mai et juin et a tendance à se renforcer d’année en année, avec une récurrence de plus en plus importante, selon les spécialistes.

Lire Plus =>

Philippe Descola : « La nature, ça n’existe pas »

L’anthropologue Philippe Descola nous a fait reconsidérer l’idée de nature. Sa pensée a profondément influencé l’écologie, et dessine la voie d’une nouvelle relation entre les humains et le monde dans lequel ils sont plongés. Reporterre a conversé avec lui : voici son interview, à écouter en podcast et/ou à lire.

Philippe Descola est titulaire de la chaire d’Anthropologie de la nature au Collège de France et directeur du Laboratoire d’anthropologie sociale (ENS/EHESS). Il est l’auteur des Lances du crépuscules (Plon, 1993) et de Par delà nature et culture (Gallimard, 2005).

Écoutez l’émission, enregistrée au Ground Control, à Paris     • Lien du podcast ici

Reporterre – Philippe Descola, vous êtes un penseur ‘cardinal’ dans l’évolution de la pensée écologique depuis 20 à 30 ans. Jeune étudiant, dans les années 1970, vous êtes parti au fin fond de l’Amazonie, entre l’Equateur et le Pérou, à la découverte des Achuars. Vous y avez passé deux à trois ans en immersion et plus tard plusieurs séjours. Comment avez-vous vécu chez ce peuple, que s’est-il passé ?

Lire Plus =>

Nous sommes en responsabilité ou en irresponsabilité de notre devenir 

 —-Par Marie-Laurence Delor —
 Nous sommes en risque sanitaire systémique. Il serait temps que les politiques et les collectivités martiniquaises le comprennent. Il serait temps que la société civile (associations, syndicats et autres groupes d’influence) s’en préoccupent. Il serait temps que les médias et les intellectuels s’y intéressent. Le risque sanitaire systémique peut s’entendre, dans le cas martiniquais, comme un effet cumulé de pollutions délétères (chlordécone, sargasse, brume de sable…) dans un contexte de faillite des structures de traitement des déchets de toutes sortes et de crise des politiques publiques de santé. La question de la chlordécone s’inscrit dans cette configuration globale d’urgence sanitaire.  
 
Une urgence pour laquelle il faut d’abord compter sur l’intelligence collective des martiniquais et pour laquelle le message à délivrer à l’État doit être simple et clair: nous exigeons d’être les principaux acteurs et d’être financièrement accompagnés pour la recherche et la mise en place des solutions que nous estimons possibles à court, moyen et long terme. C’est dire que nous sommes, société civile et société politique, en responsabilité ou en irresponsabilité de notre devenir.

Lire Plus =>

Conseil constitutionnel :« la protection de l’environnement » peut justifier des « atteintes à la liberté d’entreprendre »

Il admet sa « valeur constitutionnelle » et acte la fin de l’exportation de pesticides interdits mais produits en France.

— Par Stéphane Mandard —

Dans le combat acharné qu’ils mènent pour continuer à produire en France des pesticides pourtant interdits en Europe en raison de leur toxicité, les géants de l’agro-chimie viennent de perdre une manche sans doute définitive. Dans une décision rendue vendredi 31 janvier, le Conseil Constitutionnel vient de rejeter la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée par l’Union de l’industrie de la protection des plantes (UIPP), qui regroupe Bayer, Syngenta, BASF et tous les fabricants de produits phytosanitaires implantés en France.

Par cette décision inédite, le Conseil constitutionnel reconnaît pour la première fois que « la protection de l’environnement, patrimoine commun des êtres humains, constitue un objectif de valeur constitutionnelle » qui peut justifier des « atteintes à la liberté d’entreprendre ».

La QPC visait l’article 83 de la loi sur l’alimentation (Egalim) d’octobre 2018 interdisant, à partir de 2022, la production, le stockage et de la circulation de produits phytopharmaceutiques contenant des substances actives non autorisées en Europe pour des raisons liées à la protection de la santé humaine ou animale ou à la préservation de l’environnement.

Lire Plus =>

Réparer dans l’urgence la canalisation de Séguineau, dont la CTM à la charge!

Attention ! Nous allons trop loin…

— Par Florent Grabin de l’Association écologique PUMA —

En 2019, la Préfecture a renouvelé pendant le Carême le programme de répartition de la distribution de l’EAU ce qui a, à juste titre, énervé certains usagers privés de cet élément vital à la vie ; selon la Météo, nous aurons en 2020 un carême très chaud, avec pour conséquence une rupture prévisible de l’approvisionnement en Eau.
Dans l’échange que nous avons avec l’État, il reconnaît dans son courrier du 15 novembre 2019, partager nos préoccupations en ce qui concerne la nécessité d’un rétablissement définitif des capacités de transit de la conduite d’adduction de Séguineau ; dans le même temps il nous rejoint sur la disponibilité de la ressource en Eau de la Rivière Capot, y compris en période de Carême, ce qui permet de satisfaire les besoins en Eau d’une partie de la Martinique.
Nous avons toujours affirmé que l’usine de Vivé a une capacité de traitement de 35 000 m3/j, et que la non-réparation de la canalisation de Séguineau au Lorrain prive la population de 14 000 m3/j, avec toutes les conséquences en termes de santé.

Lire Plus =>

La fin des pesticides oui ! Le simplisme non !

— Par Gérard Le Puill —

Yannick Jadot, plutôt discret ces derniers mois, était hier midi [05/01/20] l’invité de BFMTV. Louvoyant à propos de la réforme des retraites, il a en revanche sorti de son chapeau melon cette phrase stupéfiante en direction des agriculteurs : « quand nous proposons de sortir des pesticides, nous installons 200 000 paysans dans notre pays ». Député européen depuis 2009, Jadot ne semble toujours pas savoir comment fonctionne la Politique agricole commune (PAC) à l’entame de son troisième mandat.

Peu présent dans les médias audiovisuels depuis des mois, Yannick Jadot répondait aux questions de trois journalistes le dimanche 5 janvier à midi sur BFMTV. Appelé à donner son avis sur le projet de réforme des systèmes de retraite, il a commencé par déclarer : « Quand on voit ce qui se passe en Australie et le chaos climatique en cours, je me dis que la retraite ne sera plus le sujet majeur ». Il reste à voir si le propos sera de nature à satisfaire les hommes et les femmes en grève contre une réforme qui, en individualisant les droits à pension à l’extrême, ne donnera que des retraites de misère aux travailleurs pauvres et autres précaires dont le nombre ne cesse de croître dans notre pays.

Lire Plus =>

« Cinq ans après, que reste-t-il de ‘l’esprit Charlie’ ? »

À la une la presse, mardi 7 janvier, le cinquième anniversaire de l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo. Cinq ans après, que reste-t-il de « l’esprit Charlie », qui avait soufflé sur la France au lendemain de l’attaque ? […]

À la une de la presse française, mardi matin, le cinquième anniversaire de l’attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo – un attentat qui avait fait 12 morts, le 7 janvier 2015.

À cette occasion, Charlie Hebdo publie un numéro spécial contre les « nouveaux gourous de la pensée ». À la une, un dessin signé Coco : un smartphone géant affiche les logos des grands réseaux sociaux, et écrase la langue et les bras d’un dessinateur: « Nouvelles censures… nouvelles dictatures ». Dans son édito, Riss, rescapé de l’attentat et directeur de la rédaction, accuse : « Hier, on disait merde à dieu, à l’armée, à l’Église, à l’État. Aujourd’hui, il faut apprendre à dire merde aux associations tyranniques, aux minorités nombrilistes, aux blogueurs et blogueuses qui nous tapent sur les doigts comme des maîtres d’école ».

Lire Plus =>

Écologie : « La culture jeune est consumériste par essence »

— Par Olivier Galland, sociologue —

Les études montrent que l’inquiétude écologique est désormais très partagée par les jeunes, mais que ceux-ci restent en retrait dès lors qu’il s’agit de changer de comportement. Il existe donc un fort décalage entre leurs inquiétudes et leurs pratiques.→ DÉBAT. Climat, les jeunes sont-ils vraiment prêts à changer de comportement ?

Ceci n’est pas très surprenant. La culture jeune est consumériste par essence, car elle est fondée sur l’apparence et l’hédonisme. Les jeunes d’aujourd’hui comme ceux d’hier veulent sortir, voyager, prendre du plaisir, etc. Tout les y pousse d’ailleurs, à commencer par les études qui les emmènent de plus en plus loin et donc à prendre des avions qui polluent et à donner des nouvelles par des smartphones anti-écologiques. Ce mode de vie propre à cet âge n’est donc pas, en lui-même, très compatible avec l’économie d’énergie ou la réduction de la consommation.

→ À LIRE. « La Croix » lance ses premières « Rencontres de l’écologie » à Angers

Pour autant, il y a désormais plus de différences sur ces questions au sein de la jeunesse elle-même qu’entre les générations.

Lire Plus =>

Jeunesse et écologie : « De véritables évolutions sont à l’œuvre »

—Par Arnaud Gossement, avocat spécialisé en droit de l’environnement, enseignant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne —
Recueilli par Marine Lamoureux

Le niveau de conscience écologique est très élevé chez les 18-30 ans. Il se situe, selon les études, entre 5 et 10 % au-dessus de la moyenne française. Et cela va au-delà du fait d’être informé : les jeunes ont conscience de la gravité du dérèglement climatique et de la responsabilité humaine dans les changements à l’œuvre. Et ce, quelle que soit la catégorie sociale.

Cela se traduit-il dans les comportements ? La réponse est oui. De véritables évolutions sont à l’œuvre, comparé aux générations précédentes. Mais il faut apporter deux nuances. D’une part, les jeunes les plus mobilisés pour l’environnement sont souvent issus de milieux favorisés, avec un bon niveau d’études. Il existe donc des disparités dans la catégorie « jeunes ». D’autre part, en France, ces derniers quittent le nid familial plus tard qu’ailleurs (à presque 24 ans en moyenne, selon le Crédoc, NDLR). Leurs modes de vie sont donc parfois tributaires de ceux de leurs parents.

Lire Plus =>

Quand on veut être raisonnable il faut faire la révolution…

— Par Florent Grabin, Président de l’Association écologique P.U.M.A. —

Madame la Sénatrice, Monsieur le Directeur de l’ARS,
Par la présente lettre ouverte, nous venons réagir à votre massive communication à destination de la population ; vous avez dû la mettre en œuvre afin de nous discréditer aux yeux de l’opinion publique, celle-ci a pourtant très bien compris nos différents messages sur la dégradation de l’Eau au robinet.
Nous remercions Monsieur le Préfet d’avoir répondu favorablement à notre demande de mener une campagne d’analyse des résidus pesticides chez le consommateur, méthode qui sera pérennisée afin de comprendre l’évolution du biofilm se trouvant à l’interface des tuyaux du réseau de transport de notre EAU de boisson ; la prise en compte de l’ensemble des pesticides dans le plan 4 Chlordécone n’a pas été effective, d’où notre retrait pour ne pas être caution de cette erreur manifeste.
Vous prétendez respecter les normes européennes pour vos analyses, heureusement pour la population, quoique celle de Basse-Pointe ne bénéficie pas du même traitement. Vous avez pu constater que malgré l’apport d’Eau non polluée, vous ne parvenez pas à faire disparaître la présence de la Chlordécone et des autres molécules, ni même à les diluer.

Lire Plus =>

Brésil: la déforestation de l’Amazonie a plus que doublé en un an

Avec le développement de l’élevage et des activités forestières, la déforestation de l’Amazonie s’accélère. Sur un an, elle a plus que doublé en novembre.

La déforestation en Amazonie brésilienne s’accélère. Selon des données officielles obtenues par des images satellite recueillies à l’aide du système d’alerte DETER, elle a plus que doublé (+104%) en novembre sur un an.

Le mois dernier, la plus grande forêt tropicale au monde a perdu 563 km2, soit le chiffre le plus élevé pour un mois de novembre depuis 2015, souligne l’Institut de recherches spatiales (INPE), organisme public de référence pour mesurer la déforestation. Il s’agit d’une hausse significative pour une période où elle est censée être plus faible en raison de la saison des pluies.

Depuis l’entrée en fonction du président d’extrême droite brésilien Jair Bolsonaro en janvier 2019, la déforestation de l’Amazonie brésilienne atteint 8974 km2, soit une augmentation de 84% par rapport à l’année précédente. En 2018, entre les mois de janvier et de novembre, 4878 km2 avaient été déboisés.

Augmentation de 74,5% de la déforestation dans les territoires indigènes

Un autre système utilisé par l’INPE, le PRODES, considéré comme plus fiable, mais dont les données prennent plus de temps à être compilées, a montré fin novembre que la déforestation en Amazonie brésilienne a dépassé le seuil des 10.000 km2 pour la première fois depuis onze ans entre août 2018 et juillet 2019, soit une hausse de 43% par rapport aux douze mois précédents.

Lire Plus =>

L’eau… assumons !

— Par Florent Grabin, Président de l’association écologique PUMA —
L’Eau est le produit alimentaire le plus contrôlé dans notre société, mais aussi le plus complexe et méconnu du grand public qui a besoin d’être informé sur : qui fait quoi ?

Elle parvient au consommateur par deux canaux différents :

En bouteille pour tout ce qui est Eau de source, ce contenant en plastique dégrade l’eau quand il est stocké au soleil dans les parkings des différents distributeurs ; (à ce propos, les services de l’État devraient être plus vigilants, afin de protéger notre population). Selon différentes études il faut varier régulièrement la consommation des eaux en bouteille, du simple fait qu’elles n’ont pas tous les oligo-éléments essentiels à notre équilibre, nous trouvons ceux-ci dans l’Eau du robinet ; selon les différents rapports d’analyses, notre production locale d’Eau en bouteille est exempte de résidus pesticides.

L’Eau du robinet est captée principalement en rivière (90 % de la production) dont celle de Vivé au Lorrain qui a la plus importante usine de production de la Martinique.

Lire Plus =>

Guadeloupe et Martinique : les députés votent le dépistage gratuit du taux de chlordécone

Cet insecticide, utilisé aux Antilles jusqu’en 1993 et toujours présent dans les sols, est un perturbateur endocrinien, classé par l’OMS comme cancérogène possible.

Les populations de Guadeloupe et de Martinique pourront bénéficier d’un dépistage gratuit de leur taux de chlordécone dans le sang, selon un amendement adopté dans la soirée du mardi 17 décembre par les députés, lors de la nouvelle lecture du projet de loi de finances 2020.

Le chlordécone, un insecticide utilisé aux Antilles jusqu’en 1993 et toujours présent dans les sols, est un perturbateur endocrinien, classé par l’OMS comme cancérogène possible. Il a été utilisé aux Antilles dans les bananeraies de 1972 à 1993 et a durablement pollué les sols de Martinique et de Guadeloupe.

Près de quarante ans après l’utilisation de cet insecticide, 95 % des Guadeloupéens et 92 % des Martiniquais sont aujourd’hui, selon Santé publique France, contaminés par le produit, qui a aussi des incidences sur le développement des enfants exposés pendant la grossesse, avec une hausse des risques de prématurité notamment.

L’amendement, porté par les députés de Guadeloupe Olivier Serva (LRM) et Justine Bénin (MoDem), prévoit de mettre en place une prise en charge gratuite du dépistage de la population du taux de chlordécone dans le sang.

Lire Plus =>

Projection / Débat : « Permaculture : la voie de l’autonomie »

Vendredi 20 décembre à 20h30 Tropiques-Atrium

Le collectif Ciné Ô, représenté par Kaléidosphère, Lokal Life, Les Jardins Partagés de l’anse Gaïc et le SEL Martinique Centre, organise des projections bimensuelles pour inspirer et accompagner le grand public à s’ouvrir à la transition écologique et citoyenne sous un angle poétique et humaniste.

Un film de Carinne Coisman, Julien Lenoir
Avec acteurs inconnus
Genre Documentaire
Nationalité Français
Date de sortie 12 juin 2019 (1h 08min)

Synopsis :
La permaculture est bien plus qu’une alternative à l’agriculture moderne, c’est un mode de vie, équitable et durable. Pour mieux la comprendre, une réalisatrice et un éducateur à l’environnement ont parcouru 30 000 kilomètres par voies terrestres et traversé dix pays. De la France jusqu’en Inde avec Vandana Shiva, Maxime de Rostolan et beaucoup d’autres, ils nous présentent ce qu’est la permaculture et comment chacun peut la mettre en pratique. Les moyens d’action, en ville ou à la campagne, sont simples et accessibles à tous. Construction, jardinage, énergie, relations, solidarité, créativité, une nouvelle aventure humaine s’offre à vous !

Lire Plus =>

Chlordécone : ne plus faire du dilatoire !

— Par Pierre Alex Marie-Anne —
C’est l’impression , particulièrement désagréable ,ressentie à entendre les interventions officielles (celle du représentant de l’Etat en Martinique sur ATV le 9 Décembre dernier n’a pas dérogé à la règle) ayant suivi la présentation des conclusions du rapport, par ailleurs remarquable ,de la commission d’enquête parlementaire sur le chlordécone .
L’urgence absolue est ,ne nous y trompons pas , de rétablir au plus vite un minimum de confiance de nos compatriotes à l’égard de leurs dirigeants tant nationaux que locaux.
Les soubresauts auxquels notre société est désormais confrontée ,et qui risque si on n’y prend garde de faire voler en éclats toute notion de cohésion sociale et de solidarité ethnique, imposent d’agir sans tarder en posant des actes concrets et significatifs; l’Etat doit impérativement envoyer un signal fort montrant qu’il a compris la gravité et l’urgence de la situation.
A l’évidence cela ne pourra se faire en renvoyant les solutions ,comme il résulte des déclarations précédentes , à de lointains horizons : nouvelle études sur le lien cancer-chlordécone dont les résultats ne seront pas disponibles au mieux avant cinq ans, examen de plaintes éventuelles par la justice dont le rythme est tout sauf rapide ,ou encore ,c’est le bouquet ,la co-construction entre l’Etat et les responsables locaux ,(quand on connait la propension à la division de nos élus,cela promet !),d’un

Lire Plus =>

Pollution : Martinique ! Réveil !

— Par André-Laurent Labonne —
L’on vous fait connaître,depuis des années que le chlordécone atteindra non seulement votre environnements, c’est à dire déjà votre économie mais encore votre santé et vous restez coi ! L’on vous informe que l’on questionne, compte tenu du chlordécone, la potabilité de l’eau du robinet, obligation légale, et vous restez immobile ! Si vous aviez agit de manière responsable et organisé vous auriez pu éviter bien des violences ou démontrer la violence de l’état sur un sujet qui devrait faire corps.

Vous sentez vous impuissant ? Seriez vous plein de préjugés négatifs contre vous-même, pour laisser quelques dizaines de personnes dire leur mal être face au chlordécone ? Attendez vous de ces dizaines de personnes des résultats positifs pour vous, sans même que vous ayez à quitter votre lit ?

Cette attitude, si elle était vraie, a un qualificatif ! Ou bien attendez vous un échec de ces personnes afin que vous vous en repaissiez, sans vous doutez qu’en réalité c’est votre échec, celui de ceux qui ont peur de leur ombre et restent dans l’incapacité d’appeler un chat par son nom !

Lire Plus =>

La France va retirer la moitié des produits à base de glyphosate

L’Agence française de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé lundi 9 décembre le retrait de 36 produits sur les 69 à base de glyphosate. Le gouvernement a décidé d’interdire cet herbicide à partir de 2021.

Nouvelle étape vers la sortie du glyphosate. Lundi 9 décembre, l’Agence française de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé le retrait de 36 produits sur 69 contenant cet herbicide. « Ils vont être retirés du marché et ne pourront plus être utilisés à compter de fin 2020, en raison de l’insuffisance ou de l’absence de données scientifiques permettant d’écarter tout risque génotoxique » (susceptible d’endommager l’ADN et de provoquer des mutations génétiques, NDLR), indique l’Anses. Ces 36 produits représentaient en 2018 « près des trois quarts des tonnages de produits à base de glyphosate vendus en France », selon l’agence.

Le glyphosate, un herbicide encore massivement utilisé

Dans la liste on retrouve notamment 4 références de la marque Roundup, qui appartient aujourd’hui à Bayer après le rachat de Monsanto. Une requête d’Europe Écologie-Les Verts réclamant au tribunal administratif de Lyon l’annulation de la mise sur le marché du Roundup 720 avait été rejetée le 20 novembre pour un motif de procédure soulevé par Bayer.

Lire Plus =>

Le climat : une profonde rupture

— Par Emmanuel Le Roy Ladurie – normalien, agrégé d’histoire et docteur ès lettres, spécialiste de l’histoire du climat —
Le réchauffement climatique constitue une préoccupation croissante dans le monde. De la première description de l’effet de serre en 1824 jusqu’aux derniers rapports alarmants du GIEC, les alertes se multiplient. Le phénomène actuel s’inscrit dans le temps beaucoup plus long de l’histoire générale du climat.

À quand remonte, selon vous, une approche rationnelle et scientifique des phénomènes climatiques ?

Le climat a longtemps fait l’objet d’une approche religieuse ou mystique. Il était fréquent de prier pour obtenir du beau temps ou de la pluie, voire même d’organiser des processions tout spécialement consacrées, comme en Espagne. À la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, des centaines de sorcières ont été brûlées en Allemagne, notamment à la suite de gelées ayant détruit les raisins et dont elles étaient tenues pour responsables.
Les débuts de l’approche rationnelle sont intimement liés à des considérations agricoles et en particulier viticoles. Dès l’an mil, les agriculteurs récoltant le blé observaient avec sérieux la pluie et l’ensoleillement.

Lire Plus =>

I Poko Two Ta Matnik : un jour sans moteur!

Dimanche 8 décembre 2019 à 9h 30 RV Savane de FdF

Le collectif I Poko Two Ta Matnik appelle à une mobilisation placée sous le thème du « sans moteur », le dimanche 8 décembre dans les rues de Fort de France. Pour cette édition spéciale « Journée mondiale du climat », rejoignez-les munis de vos vélos, skateboards, rollers, patins à roulettes, trottinettes sans moteur, de vos baskets, chevaux… pour un cortège très fun et sans pollution !

L’occasion de découvrir le centre-ville sans circulation, klaxons ni gaz d’échappement ; une utopie de ville mobilisée autour d’une autre façon de circuler.

I Poko Two Ta Matnik réaffirme à cette occasion l’importance que devrait avoir le vélo et les moyens doux dans les politiques publiques (voies cyclables, piétonisation, garages à vélos, parcs, etc.).

Le départ est prévu le dimanche 8 décembre à 9h30 place de la Savane et suivra un parcours délimité et sécurisé. Email : ipokotwotamatnik@gmail.com

⚠️Dimanche 08 décembre 2019 🕤 à 09h30 🕤 📍sur la Savane à Fort de France, AGAPE SE BOUGE POUR LE CLIMAT #nature #écologie #juslocaux #marchepourleclimat

🚨🌳🦋Pour cette édition spéciale «Journée mondiale du climat »🌳, rejoins- la avec ton vélo 🚴🏿‍♀, ton 🛹 skateboard, tes roller, ta trottinette🛴, tes basket👟 , ton cheval🐎, ..

Lire Plus =>

Scandale sanitaire du chlordécone : 500 Antillais demandent à l’État la reconnaissance du préjudice d’anxiété

L’avocat des 500 personnes estime sur franceinfo qu’il s’agit d’une première étape avant une possible poursuite de l’État devant la justice.

Plusieurs associations ont envoyé mardi 3 décembre un courrier au Premier ministre Edouard Philippe pour demander à l’Etat de reconnaître un préjudice moral d’anxiété pour 500 habitants des Antilles exposés au chlordécone, a appris franceinfo auprès de leur avocat Christophe Lèguevaques. Il s’agit d’une première étape avant une éventuelle poursuite de l’État devant le tribunal administratif de Paris.
Un pesticide utilisé pendant près de 20 ans

Le Conseil représentatif des associations noires (CRAN), l’association guadeloupéenne « Vivre » et le collectif « Lyannaj pou depolye matinik » ont initié en septembre dernier une action collective, afin de faire reconnaître la responsabilité de l’État dans le scandale sanitaire du chlordécone aux Antilles. Ce pesticide toxique pour l’homme a été utilisé entre 1972 et 1993 pour combattre un insecte dévastant les bananeraies antillaises. Or, sa dangerosité avait été dénoncée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dès la fin des années 70.

Lire Plus =>

Sept personnes interpellées après les échauffourées devant le centre commercial du Robert

Les réactions politiques :

Photo : Martiniquela1ère

Communiqué de Combat Ouvrier

Libération immédiate des militants

Non aux empoisonneurs –pollueurs et à leur soutien par l’Etat !

Suite au blocage de super marché Euromarché du groupe Bernard Hayot et aux échauffourées ayant opposé des manifestants avec les gendarmes venus en protection du centre commercial Océanis au Robert, 7 militants écologistes ont été mis en garde à vue depuis le 28 novembre.

Les blocages par des groupes de protestataires de centres commerciaux appartenant aux gros possédants békés, s’inscrivent dans le cadre d’actions contre l’empoisonnement des populations de Martinique et de Guadeloupe par le chlordécone. Et pour exiger la réparation par tous les empoisonneurs et notamment par les possédants békés de la banane désignés responsables.

L’Etat a rapidement répondu aux injonctions des mêmes capitalistes en envoyant ses forces de répression en nombre, soi-disant pour protéger leurs entreprises.

L’Etat capitaliste montre qu’il est bien au service des pollueurs et des exploiteurs qui se sont ainsi enrichis sur le dos des ouvriers agricoles et des populations.

Combat ouvrier

  • proteste vivement contre ce qui apparaît comme une répression injustifiée contre les sept militants mis en garde à vue, alors même que les possédants empoisonneurs ne sont jusqu’à ce jour nullement inquiétés.

Lire Plus =>

L’eau… la grande incurie politique.

— Par Florent Grabin, Président de l’association écologique P.UM.A. —

L’Eau, cet important constituant biologique, essentiel pour tous les organismes vivants, a été polluée en Martinique, par des résidus pesticides utilisés dans les bassins versants des captages des usines de production de notre Eau de boisson.

Lors de nos échanges avec Monsieur le Préfet, le 24 janvier 2018, nous l’avions informé de notre inquiétude sur le relargage des molécules autres que la Chlordécone, dans l’Eau au robinet du consommateur, sa réponse nous a rassurés et nous lui avons indiqué que nous l’accompagnerions dans ce programme de la bonne gestion écologique de l’Eau.

Le lundi 4 novembre 2019, nous avons été reçus avec une délégation de la société civile par Monsieur le Directeur de l’ARS accompagné de ses services, cet échange fut très fructueux et enrichissant ; nous avons pu exposer, sans concessions, notre inquiétude sur les ‘’effets cocktail’’ des pesticides se trouvant dans l’Eau au robinet du consommateur.

Nous avons fait savoir que ce qui se passe actuellement sur les réseaux sociaux est déplorable ; attaques permanentes des services de l’ARS ; nous condamnons cette attitude pitoyable, d’autant plus que les fausses informations propagées brouillent les messages officiels à destination de la population.

Lire Plus =>

Chlordécone : «L’État savait dès 1969 que ce pesticide est ultra toxique»

— Par Coralie Schaub —

Le député de Martinique Serge Letchimy a présidé la commission d’enquête parlementaire sur l’impact économique, sanitaire et environnemental de l’utilisation des pesticides chlordécone et paraquat en Guadeloupe et Martinique, dont le rapport a été présenté ce mardi. Il insiste sur la responsabilité de l’Etat dans ce qu’il qualifie de «drame» et de «scandale», le chlordécone ayant été autorisé entre 1972 et 1993 aux Antilles françaises pour lutter contre le charançon du bananier, alors même que les autorités avaient été informées dès la fin des années 60 de la dangerosité de cet insecticide ultra toxique et de sa persistance dans l’environnement. Il presse aussi l’Etat de mettre enfin en place des mesures ambitieuses de réparation et d’indemnisation des victimes et territoires touchés. Sans quoi il y aura, dit-il, «une crise sociale majeure».

Lire Plus =>