Manifestations culturelles

Wifredo Lam, la construction d’une esthétique

le 27 avril 18h Campus Schoelcher

berthet_lamLe peintre cubain Wifredo Lam (1902-1982), de renommée internationale, est l’initiateur d’une peinture métissée alliant modernisme occidental et symboles africains ou caribéens. Il a côtoyé tous les mouvements d’avant-garde de son époque – cubisme, surréalisme, CoBrA – qui incitent à la liberté, favorisent l’accès à l’inconscient ou explorent le merveilleux, à travers l’automatisme graphique… Mais Lam affronte également les problèmes du monde ; il poursuit dans son œuvre le même combat que son ami, Aimé Césaire : « peindre le drame de son pays, la cause et l’esprit des Noirs ». Il a ainsi inventé un langage propre, unique et original, pour « défendre la dignité de la vie » et « saluer la Liberté ». (http://www.wifredolam.net/)

*****

L’oeuvre de Wifredo Lam occupe une place singulière et paradoxale dans l’art du 20ème siècle, exemplaire des circulations plurielles des formes et des idées dans le contexte des avant-gardes, échanges et mouvements culturels inter et transnationaux qui ont constitué le « modernisme élargi » décrit par Andreas Huyssen autrement et bien avant que la question de la globalisation ne soit posée dans les années 1990.…

Lire Plus =>

« Paroles de créoles » 5ème édition

— Communiqué de « Tous créoles »—

Pour sa 5ième édition, notre lecture-spectacle paroles_de_creoles_2016« Paroles de créoles » a repris ses quartiers en 2016, dans le cadre du Printemps des Poètes, dans les salons du ministère des Outre-Mer, à Paris. Et ce fut un réel succès : environ 200 personnes se sont pressées rue Oudinot, dans la prestigieuse salle Louis-Delgrès, mardi 19 avril dernier.

À cette occasion, dans son message d’accueil la ministre Madame George PAU-LANGEVIN a tenu à remercier l’association pour cette belle initiative et a vivement salué et encouragé l’action permanente de « Tous Créoles ! » dans sa démarche de contribuer à la rencontre et au dialogue entre les toutes les composantes de nos sociétés créoles. Marie-Line MORMIN, responsable de la section parisienne de « Tous Créoles ! », a poursuivi en présentant l’association et les ambitions qu’elle se donne au service de la Rencontre avec l’Autre par le biais, notamment, de la promotion des cultures créoles et la diffusion de la pleine connaissance de nos Histoires.…

Lire Plus =>

Césaire en Haïti. Retour sur un séjour (mai-décembre 1944)

Mardi 26 avril à 18h45 à la BU du campus de Schoelcher

cesaire_haitiDe mai à décembre 1944, Aimé et Suzanne Césaire ont été les hôtes de la première république noire indépendante, à la demande du président d’Haïti, afin de participer aux travaux du Congrès international de philosophie et de connaissances.

Chercheur en anthropologie au CRPLC-CNRS, spécialisé dans la question de la migration haïtienne dans les Antilles, Dimitri Béchacq consacrera son intervention à cette rencontre entre Haïti et les Césaire, épisode peu ou mal connu de leur parcours d’engagement.

La rencontre à laquelle la BU vous convie, ce mardi 26 avril à 18h45, doit beaucoup à la sérendipité, cette variante scientifique du hasard qui fait qu’ à la suite d’un concours de circonstances fortuit et dans le cadre d’une recherche concernant son centre d’intérêt principal, un chercheur est entraîné sur un nouveau champ d’investigation.

C’est ainsi qu’au détour de recherches croisant l’histoire de l’ethnologie en Haïti et la migration haïtienne dans les Antilles, Dimitri Béchacq, chercheur en anthropologie au CRPLC-CNRS, a décidé de s’attarder sur un épisode peu ou mal connu du parcours engagé d’Aimé Césaire.…

Lire Plus =>

Un griot au Saint-Esprit

— Par Roland Sabra —

un_griot-3L’ouverture de la soirée s’est faite par une lecture « triphonique » de présentation de l’invité. D’emblée il a revendiqué sa filiation, son appartenance au monde des griots et pas n’importe lesquels comme son père le déclarait en 2001 « La première famille de griots, ce sont les K……, je suis un de leurs descendants. En Europe, on ignore ce que veut dire griot : pas seulement un conteur, mais tout à la fois le dépositaire de la mémoire de son peuple, mémoire uniquement orale, un maître de la parole, un généalogiste qui connaît toutes les ascendances de chacun, le maître des cérémonies, gardien des traditions et des coutumes, et, surtout, un médiateur⋅ Le griot est celui qu’on épargne durant les batailles parce qu’on aura besoin de lui ensuite pour faire la paix, celui aussi qui tente de résoudre les conflits au sein des familles, là où le chef n’a pas à intervenir⋅ ».

Il s’est incliné un genou à terre devant son cousin, plus âgé que lui, présent en Martinique depuis des décennies et qui signe ses articles dans un grand quotidien antillais sous un nom de plume légèrement occidentalisé.…

Lire Plus =>

Navires obsolètes : démantèlement ou sabordage ?

Café U à la BU du campus de Shoelcher lundi 18 avril à 17h 30

navire_hsLe café U vous invite à la BU du campus de Schoelcher Lundi 18 avril à 17h30

Le Café U vous propose une intervention de Damien Devault intitulée :
Navires obsolètes : démantèlement ou sabordage ?

La problématique du démantèlement des navires obsolètes soulève la question de leur sabordage comme solution possible à la déconstruction de ces bâtiments en fin de vie. Démantèlement « classique » ou sabordage radical : les impacts environnementaux (dont sanitaires), les aspects juridiques soulevés par les deux termes de cette alternative seront évoqués au cours de cette présentation ainsi que les pratiques ayant cours dans ce domaine de par le monde.
Damien Devault appuiera son propos sur une étude qu’il a récemment menée sur ce sujet en vue d’éclairer la décision publique.
Damien Devault est Docteur en biogéochimie et dynamique des polluants. Sa thèse, soutenue à Toulouse en 2007, est disponible sur thèses.fr.…

Lire Plus =>

Hassane Kassi Kouyaté, riche de vie, riche d’Afrique

Le 14 avril  à 19 h Médiathèque du Saint-Esprit

rpl_hassane_kassi_kouyate— Par Faubert Bolivar, Rencontres pour le lendemain —

…Comment a-t-il fait pour réussir à vivre pleinement plusieurs vies en une seule et en à peine un demi-siècle ? Metteur en scène, conteur, musicien, danseur, comédien et enseignant, Hassane Kassi Kouyaté est tout un monde. L’homme qui s’est confié à nous ce matin du 23 mars dans son bureau, a à son actif 56 mises en scène professionnelles, qui ont fait le tour du monde. De toute évidence, après seulement un an et demi à la direction de Tropiques Atrium Scène nationale, il nous a démontré ce dont il était capable. Les faits sont là, parlons de l’homme. Monsieur Kouyaté est pétri de la grande tradition orale africaine. Tradition dont, par ailleurs, il est un digne porteur, un passeur, attitré. En effet, Hassane est un griot. Il est, dit-il fièrement, « dans une mission de griot ». Il faut savoir qu’au Burkina Faso où il a ses racines, les Kouyaté sont une caste de griots.…

Lire Plus =>

La route sous toutes ses coutures…

Franck Michel à la BU Schoelcher, mardi 12 avril, 18h45

anthropo_vadrouille« Franchir le seuil, c’est donc couper les ponts. Tout voyage véritable traverse l’expérience de la rupture ».
Docteur en ethnologie de l’Université de Strasbourg, anthropologue, chercheur fixe ou itinérant, Franck Michel, a fait de la route et de la question du « déplacement dans l’espace, volontaire ou contraint », [Larousse] ses terrains d’action et de recherche permanents. Déplacement dans l’espace, au-devant de l’autre autant qu’au cœur de soi-même… Auteur d’une quinzaine d’ouvrages, Franck Michel, pour cette rencontre à la BU, nous présentera en particulier Routes : éloge de l’autonomadie, essai anthropologique aux élans militants paru aux Presses de l’Université Laval (Québec).

Le chercheur nous y éclaire sur le sens du voyage, en parcourt la longue histoire et la vaste géographie, questionne avec attention et humour l’identité du voyageur sous toutes ses espèces : touriste grégaire ou indépendant, vacanciers de toutes conditions, migrant, pèlerin, nomade, stoppeur… A travers ses nombreuses pérégrinations, F.…

Lire Plus =>

Autour de « 40 entretiens d’artistes » et « La Réception de l’art »

le 14 avril 2016 de 18h 30 à 21h 30 Bibliothèque Schoelcher à Foyal

Rencontre autour des ouvrages « La réception de l’art » , le 21ème numéro de la revue Recherches en Esthétique et « 40 entretiens_&_receptionentretiens d’artistes : Martinique et Guadeloupe » — Tome 1 & 2, publiés sous la direction de Dominique Berthet

Intervenants :

Dominique Berthet, Directeur de Recherches en Esthétique

Anne-Catherine Berry, enseignante

Yolande Salomé Toumson, enseigmante

 …

Lire Plus =>

« Sur la route du sucre », 10ème édition à Trinité

Samedi 9 avril à 18 h 30, à la Maison de la culture de la Trinité / Gratuit

au_temps_des_iles_a_sucreDans le cadre de la 10e édition de « Sur la route du sucre » , Patrick Baucelin, présente son documentaire « Au temps des îsles à sucre » . Après la projection, place à une rencontre avec les comédiens en costumes d’époque…

Les quarante minutes du documentaire dépeignent les diverses plantations de sucre qui existaient dans les Caraïbes au temps de l’esclavage, ainsi que la vie des esclaves sur les plantations.

Ce film, qui a été présenté à Roseau au bureau du Comité du Festival de la Dominique le mardi 29 Mars 2016, fait partie d’un ensemble que Patrick Baucelin consacre à la Caraïbe.

Prenant la parole lors du lancement du film, Patrick Baucelin il a déclaré:  » «Mon travail ne se fait pas dans une optique commerciale parce que je pense que cela est très important pour les jeunes et les gens des Caraïbes en général et dans le monde de connaître l’histoire« .…

Lire Plus =>

« La mise en jouissance du sens chez Hervé Télémaque » par Alexandre Alaric

Dimanche 10 avril 2016 , 10h à la Fondation Clément

Cycle de conférences

Alexandre Alaric présentera une lecture de l’oeuvre d’Hervé Télémaque en mettant en évidence son profond et majeur enseignement quant à ce que suppose peindre en Caraïbe en contexte colonial et postcolonial. À n’en pas douter, il s’agit autant d’un itinéraire que d’une méditation sur la relation au monde de l’artiste, comme d’une éducation sentimentale.
En poursuivant son cheminement, Alexandre Alaric ne cherche pas à en donner des clefs, mais plutôt à rendre sensible l’énigme de sa démarche.
ALEXANDRE ALARIC
Maître de conférences à l’Université des Antilles, Alexandre Alaric enseigne la philosophie du langage, la linguistique générale, l’esthétique littéraire et la théorie du discours dans les Caraïbes. Il est actuellement
Directeur du Département de Lettres Modernes de l’UA
CONTACTS PRESSE
Régine Bonnaire
Fondation Clément
Tel : 05 96 54 75 47
courriel : regine.bonnaire_at_gbh.fr…

Lire Plus =>

La prégnance du lieu dans la Caraïbe

les 14 et 15 avril 2016

Co-organisateurs : Cécile BERTIN-ELISABETH et Dominique BERTHET

Amphithéâtre Hélène Sellaye, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines

Université des Antilles, Campus de Schoelcher

Jeudi 14 avril

8h00 : Accueil.

8h15 : Ouverture officielle avec Mme Corinne MENCE-CASTER, Présidente de l’Université des Antilles ; M. Jean-Emile SYMPHOR, VP Pôle Martinique et M. Raphael CONFIANT, Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines.

8h45 : Ouverture scientifique avec Cécile BERTIN-ELISABETH, PR, UA et Dominique BERTHET, PR, UA, co-organisateurs

9h15 : Invitée d’honneur : Luz SEVERINO, plasticienne (République Dominicaine) : Dialogue avec Cécile BERTIN-ELISABETH :…

Lire Plus =>

An ti pawol pou pli bel flè

jocelyne_beroard_r_p_l_lRencontres pour le lendemain, Carte blanche à Jocelyne Béroard

— Par Mikaella Rojas Fanon —

Jocelyne, c’est d’abord une jolie fleur. Silhouette gracile qui émerge aux côtés d’un pianiste en route vers sa légende, et qui ravit nos sens en incarnant une fleur éprise d’un oiseau. Jocelyne, c’est la compassion sans limites qui fait appel à l’astre solaire, et qui réclame un peu de chaleur et de lumière pou…

Tjè a moun ka soufè

Tjè a moun ka pléré

(…)

Tjè a moun ki mové

Tjè a moun ki pa janmen enmé dan vi a yoi

Jocelyne, c’est notre Soleil en exil, celle qui sait parler à nos âmes endolories par la grisaille de cet endroit mystérieux qu’on appelle « Là bas ». Quand Jocelyne crie cet interminable « Yéééééééékrik !ii », au Zénith, le public qui lui répond sans faillir a, pour la plupart, quitté les Antilles depuis longtemps, et probablement jamais assisté à une veillée funèbre traditionnelle au pays.

Lire Plus =>

Recherches en Esthétique n° 21 : « La réception de l’art »

Mardi 15 mars, à 18h, ESPE de Martinique (route du phare, Fort-de-France)

recherche_esthetique_n°21Lancement du 21° numéro de la revue Recherches en Esthétique,

sur le thème « La réception de l’art »

Intervenants : Cécile Bertin-Elisabeth, Olivia Berthon et Dominique Berthet.

Vente de la revue / dédicaces ce soir là

La réception de l’art

*****

DIRE LA RÉCEPTION
Culture de masse , expérience esthétique et communication
— Par Laurence Allard —

La question de la réception semble devenue centrale depuis quelques années dans de nombreuses études sur les productions de la culture des médias de masse (cinéma, télévision…). En effet, à la croisée des approches critique (« cultural studies ») et empirique (« recherche sur les effets », « uses and gratifications »…), un courant d’études de réception (1) des textes des médias de masse a maintenant sa place, aux côtés des théories de la réception en littérature. Ces études nous semblent contribuer à affirmer la valeur des textes de la culture de masse, principales sources d’expérience esthétique pour la plupart d’entre nous.…

Lire Plus =>

Rencontres pour le lendemain : Jocelyne Bérouard

Le 15 mars à 19h au Saint-Esprit

rencontres_lendemain_berouard

Version française

Nous avons le plaisir de vous inviter à la 3ème édition des Rencontres pour le lendemain, qui aura lieu le mardi 15 mars 2016 à la Médiathèque Alfred Melon-Degras (Saint-Esprit) à 19 heures.
A cette occasion, nous donnerons carte blanche à Madame Jocelyne Béroard,
qui sera entourée de : Michel Béroard, Marie-Denise Grangenois, Michel Thimon, Danièle René-Corail, Adams Kwateh, Marie-Claude Béroard et Michel Thimon. Nous vous remercions de votre participation à cette soirée et nous nous réjouissons d’ores et déjà de l’occasion de rencontrer cette artiste exceptionnelle.
L’équipe des Rencontres pour le lendemain.
Version créole
Sa ké an plézi pou nou wè zot adan 3e konbit Sanblé pou jou dèyè,
an Médiatek Alfred Melon-Degras nan bouk « Saint-Esprit » mardi 15 mars 2016 pakoté 7 è dswè.
Oswè-tala nou ké ba Manzè Joslin Béwa tiket
épi makoumè’y, padavwa i kriyé yo vini mofwazé : Marie-Denise Grangenois, Michel Thimon, Danièle René-Corail, Adams Kwateh, Michel èk Marie-Claude Béwa.


Lire Plus =>

Rencontre littéraire « Écrire au féminin pluriel »

josephine_draciusAvec l’écrivaine Suzanne DRACIUS autour de l’ouvrage qu’elle a préfacé intitulé JOSÉPHINE, IMPÉRATRICE DES FRANÇAIS, REINE D’ITALIE de Sainte-Croix de la Roncière

le VENDREDI 4 MARS 2016 de 19 h 30 à 21 h 30

À L’ESPACE MUSÉOGRAPHIQUE BERNARD DAVID
39, rue Justin Roc, DIAMANT, MARTINIQUE en compagnie de Marie-Line AMPIGNY (première lectrice).
Au tout début de la rencontre, un hommage sera rendu par Madame Isabella EUSTACHE à son compatriote le grand écrivain italien Umberto ECO, récemment décédé.
Oser Joséphine… Il y a deux grandes figures féminines antinomiques en Martinique : Joséphine et Lumina Sophie dite Surprise. À l’une Suzanne Dracius a consacré une pièce, à l’autre, une préface.…

Lire Plus =>

Dominique Berthet : critique d’art et/ou mentor ?

Présentation de « 40 entretiens d’artistes (Martinique – Guadeloupe)« 

dominique_berthet— Par Roland Sabra —

Deux événements sont à l’origine des quelques remarques éparses ci-après exposées. En premier lieu l’ édition de la reprise d’une quarantaine d’entretiens parus initialement dans la revue de Dominique Berthet Recherches en Esthétique et en second lieu la soirée Rencontres pour les lendemains organisée autour de l’artiste martiniquais Ernest Breleur. La lecture de l’entretien inaugural de la re-publication des 40 entretiens est une interview d’Ernest Breleur par Dominique Berthet réalisée en avril 1996. Les différentes périodes qui ont ponctué l’oeuvre de l’artiste jusqu’à ce moment de son parcours sont évoquées en termes de ruptures et de continuité avec un questionnement général sur le sens de l’œuvre, de la vie, de la mort et de la résurrection. Questions posées sur un au-delà du travail d’un artiste particulier et qui contribuaient à la création d’un espace d’intimité entre l’intervieweur et l’intervieweur. Un an plus tard, en août 1997 un second entretien venait confirmer cette intuition.…

Lire Plus =>

Considérant M. Ernest Breleur…

— Par Patrick Chamoiseau —

ernest_breleurConsidérant M. Ernest Breleur, je dirais ceci.
Cette œuvre est importante. L’artiste est considérable.
Examinons ce que je mets dans ces deux termes : l’important, le considérable

A
L’œuvre breleur est importante

1 – L’œuvre importante augmente notre réel. Elle ébranle les certitudes qui nous permettent de vivre et qui nourrissent notre idée du beau, du vrai, du juste, du pertinent, du bienfaisant… Toute œuvre importante augmente le réel par un tourbillon d’interprétations possibles qui sollicite votre participation, qui vous oblige à exister autrement en face de son indéfinition. L’indéfinition c’est la préservation d’une grande intensité de possibles. Elle est inconfortable pour celui qui veut être rassuré. C’est pourquoi il est plus facile et plus fréquent de rejeter une grande œuvre, que de la confronter. L’autre manière de la fuir, est de vouloir à tout prix l’expliquer. Celui qui se lance dans une explication, c’est à dire qui cherche à en enlever et les ombres et les plis, prend le risque de se couper de l’œuvre qui elle, demeure et demeurera malgré tout infiniment ouverte.…

Lire Plus =>

« Aimé et Suzanne Césaire à Port-au-Prince en 1944 : les coulisses de la diplomatie culturelle française dans la Caraïbe »

Conférence de Dimitri Béchacq mardi 16 février à 18h aux Archives

les_cesaire-2Cette intervention présentera les derniers résultats de mes travaux menés dans le cadre du programme de recherche « Histoire de l’ethnologie en et sur Haïti ». Quels sont les ressorts et l’impact du séjour d’Aimé Césaire en Haïti en 1944 ? Si ce dernier n’était pas investit dans la discipline ethnologique au même titre que ses contemporains haïtiens, il a cependant eu une influence considérable sur la scène intellectuelle de Port-au-Prince. Cette influence a fait l’objet d’une première enquête dont l’objectif fut d’inscrire les relations et connexions intellectuelles régionales dans une actualité géopolitique et sociale, notamment marquée par la question raciale.
Cette dernière perspective sera poursuivie avec le dépouillement des archives départementales martiniquaises et en déplaçant donc la focale à partir du contexte social (martiniquais), national (français) et régional (la place de la Caraïbe pendant la Seconde Guerre Mondiale) qui présida à la venue de Césaire à Port-au-Prince. Ces archives livrent en effet des renseignement précieux sur le rôle politique et culturel que les représentants du Comité français de libération nationale comptaient alors jouer au niveau régional, et plus précisément en Haïti, à partir de ses colonies et de leurs acteurs les plus influents, dont Aimé Césaire et Suzanne Roussi-Césaire.…

Lire Plus =>

Conférence du CEREAP, en lien avec le CRILLASH, sur « Frida Kahlo »

le mardi 12 janvier, à 18h, ESPE de Martinique

cereap_kahlo

Intervenants : Anne-Catherine Berry, Lise Brossard, Sophie Ravion-D’Ingianni

Frida Kahlo

Née le 6 juillet 1907 d’un père d’origine allemande (Wilhelm Kahlo) et d’une mère mexicaine d’origine indienne (Mathilde Calderón), Frida Kahlo mène une vie truffée de drames. Elle est atteinte de poliomyélite à 10 ans et victime d’un tragique accident de voiture qui l’a rend presque invalide à 18 ans, mais qui malgré tout sera la cause déterminante de son talent artistique.
Frida Kahlo, une révélation

Sérieusement blessée lors de son accident, Frida Kahlo subit diverses interventions chirurgicales et espère se rétablir, mais en vain. Elle reste alors alitée pendant plusieurs mois. Elle fait installer un miroir au-dessus de son lit et commence alors à peindre en se servant de son reflet comme modèle. D’où ses nombreux autoportraits, la représentant tantôt comme une martyre, tantôt comme un personnage éreinté.
Frida Kahlo demande l’avis de Diego Rivera (1886-1957), un peintre muraliste renommé, sur ses œuvres.…

Lire Plus =>

« La réception de l’art »

La réception de l’exposition d’art comtemporain : hypothèses de collection

reception_art_prog-1

— Par Jacqueline Eidelman —

«Certains s’en sont moqués: l’art contemporain demande l’accompagnement d’un discours. […] Si les excès de promotion, d’interprétation et de surinterprétation, si les manipulations langagières pour impressionner le non-initié sont effectivement ridicules, il n’en reste pas moins qu’il n’y a pas d’oeil innocent, pas de regard qui ne doive être structuré par des paradigmes de représentation. Il ne saurait donc être question de revenir au pur langage des formes et des objets – pour la bonne raison qu’il n’existe pas».
Yves Michaud, L’Art contemporain, Le dossier, La documentation française, Documentation photographique, n° 8004, août 1998.

Le public des musées et expositions n’est pas un tout homogène, passif et muet. Différentes catégories de visiteurs le composent, des novices aux experts, qui commentent, échangent et interagissent. Intérêt des oeuvres (de quelque nature qu’elles soient: artistiques, scientifiques, techniques…) mais également contribution des aides à la visite sont passés au crible de toutes leurs expériences de visite antérieures qu’elles soient réussies ou ratées: les jugements critiques qu’ils formulent sont fondés sur des points de vue informés ; leur répertoire de compétences mais également leurs univers de référence sont étendus, divers, composites.…

Lire Plus =>

Qu’est-ce- que la pensée postcoloniale?

colloque_pensee_post_colon23- 25 novembre 2015, UA, Campus de Schoelcher, Martinique

Présentation du colloque

Ce colloque international pluridisciplinaire organisé par Alexandre Alaric dans le cadre du groupe de recherche CRILLASH, se donne pour objectif d’analyser ce que peut signifier la « pensée postcoloniale » aujourd’hui.
De quel type de catégorisation relève-t-elle face aux catégories de « modernité », de « postmodernité » ou de « contemporain » ? En quoi se distingue-t-elle des pensées de la mondialisation, de la créolisation et des nouvelles anthropologies politiques et culturelles ?
Ce colloque d’envergure, regroupant plus d’une cinquantaine de chercheurs spécialistes des questions postcoloniales telles qu’elles se posent dans diverses parties du monde, vise également à initier une véritable réception des recherches et études postcoloniales dans le champ du savoir français et antillais. Si le Postcolonial a été travaillé essentiellement par les approches anglo-saxonnes et caribéennes au sens large, s’il apparait et se développe en Afrique du Nord, en Afrique subsaharienne, en Inde, en Grande Bretagne, en Australie, aux États Unis, et dans la Caraïbe anglophone, il n’est que peu interrogé, comme tel, en France et dans la Caraïbe francophone.…

Lire Plus =>

Gwoka : 1er anniversaire de l’inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité

gwoka_unescoSamedi 21 novembre 2015
9h00-12h30 / 14h30-17h30 au Centre Rèpriz, 2 rue Dubouchage à Pointe-à-Pitre
SEMINAIRE : COLLECTE, ARCHIVAGE ET VALORISATION DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL : ENJEUX ET PROBLÉMATIQUES DU TERRAIN
9h-9h30 : Mots de bienvenue et tour de table
9h30-10h45 :
> La collecte du PCI à travers les actions de sauvegarde du Centre Repriz Intervention de Dominique Cyrille, Docteur ès Musicologie de l’Université Paris-IV Sorbonne, Maître de Conférence Department of African and African-American Studies, Lehman College – City University of New York (CUNY), Responsable de la mission Patrimoine au Centre des Musiques et Danses Traditionnelles de la Guadeloupe.
> La valorisation du PCI par la Médiathèque Caraibe (LAMECA) du Conseil Départemental de la Guadeloupe – Intervention de Gustave MICHAUX-VIGNES, Responsable de l’Espace Musique et Cinéma à la Médiathèque Caraïbe
> La collecte du PCI à travers les archives sonores : l’expérience de la phonothèque de la MMSH (Maison Mediterranéenne des Sciences de l’Homme) – Intervention de Véronique GINOUVES, Responsable des archives sonores de la MMSH – Aix-en-Provence, Ingénieure de recherche CNRS – 1re classe.…

Lire Plus =>

Vies d’esclaves d’après les archives judiciaires

Mardi 10 novembre 2015 à 18h aux Archives départementales

voix_esclaves_maitres_accus

Voix d’esclaves : Antilles, Guyane, Louisiane françaises, XVIIIe-XIXe siècles, sous la direction de Dominique Rogers et Maîtres accusés, esclaves accusateurs : les procès Gosset et Vivié (Martinique, 1848) de Caroline Oudin-Bastide

animée par :

Myriam Cottias, directrice de recherches au CNRS

Caroline Oudin-Bastide, docteure en histoire et civilisations de l’EHESS

Dominique Rogers, maître de conférences à l’Université des Antilles

 

Longtemps inexploitées par les historiens spécialistes de l’esclavage, les archives judiciaires se révèlent essentielles pour qui s’intéresse à la vie quotidienne des esclaves : à la barre des tribunaux, au cours de procès où ils sont présentés comme accusés ou témoins mais aussi comme victimes, les esclaves sortent du silence et se racontent. Grâce aux récents travaux d’un groupe de chercheurs du projet européen EURESCL-FP7 CIRESC, leurs voix parviennent aujourd’hui jusqu’à nous. L’ouvrage Voix d’esclaves, recueil d’extraits de textes des XVIIIe et XIXe siècle, nous invite à entendre la voix des esclaves des Antilles, de la Guyane et de la Louisiane françaises.…

Lire Plus =>

« Une esthétique du trouble »

Présentation de l’ouvrage réalisé sous la direction de Dominique Berthet, le vendredi 23 Octobre à 18h30 à la Bibliothèque Schoelcher (FdF).

une_esthetique_du_trouble

Intervenants : 

Dominique Berthet

Olivia Berthon

Christelle Lozere

UNE ESTHÉTIQUE DU TROUBLE
Dominique Berthet
Sous la direction de Dominique Berthet
Ouverture Philosophique – Sri Lanka
ARTS, ESTHÉTIQUE, VIE CULTURELLE SOCIOLOGIE

Quelles relations l’art entretient-il avec le trouble ? Cette notion renvoie au moins à trois acceptions : le trouble des éléments, le trouble des émotions et le trouble social. Trois aspects qui renvoient à l’ambiguïté, l’étrange, l’imprévu, au surprenant, au bouleversant, au malaise. Les œuvres troublantes déstabilisent, dérangent le regardeur. Cet art perturbe et fait vaciller les codes, il déjoue les positions morales, malmène les convenances, la morale, les règles. En cela, cette esthétique du trouble relève d’une posture de résistance.

*****

***

*

Sur le même thème :
Dominique Berthet
Recherches en Esthétique n°17. Le trouble

Extrait de l’éditorial, par Dominique Berthet (p.5)

Dans le prolongement des réflexions sur l’imprévisible (n°15) et sur l’insolite (n°16), ce nouveau numéro de Recherches en Esthétique porte sur la notion de trouble.…

Lire Plus =>