Musiques

Mon week-end caribéen

— par Janine Bailly —

Les îles ne sont pas ce qu’on pourrait être tenté de croire en regardant déferler aux débarcadères les touristes que vomissent par milliers les ventres de gigantesques paquebots. S’il est vrai qu’il y a comme le dit la chanson, « le ciel, le soleil et la mer », que la luxuriance de la nature, la beauté des plages et des jardins tropicaux, la chaleur du rhum sur les habitations ont des attraits incontestables, il est loisible à chacun de trouver à la Martinique d’autres occupations conformes à d’autres goûts. Ce week-end, outre qu’il était celui de « La nuit européenne des Musées », s’est montré si riche en propositions singulières qu’il fallut bien faire un choix.

« Manmzèl Julie » :

Vendredi soir, au Centre culturel de Basse-Gondeau, séance de rattrapage pour ceux qui n’avaient pu voir « Manmzèl Julie » en juin dernier. La pièce est une « variation caribéenne » à partir de l’œuvre de Strindberg, variation imaginée par Jean-Durosier Desrivières et mise en scène par Hervé Deluge, qui y tient aussi le rôle de Monsieur Jean.

Lire Plus =>

«Symphonie Bèlè»

Suivre la Flamme de la Liberté dans le cadre de la Célébration du 22 Mé de la ville de Fort-de-France 

19h – Départ de la Maison d’Aimé Césaire 

La ville de Fort-de-France et le SERMAC,  
vous invitent  à la Cérémonie consacrée à la Célébration de la Commémoration de l’Abolition de l’Esclavage qui se tiendra le Mardi 21 mai 2019 à 19h30  sous le Grand Carbet du Parc Aimé Césaire .

L’entrée se fera côté entrée Place José Marti.

«Symphonie bèlè» est l’intitulé de ce temps de commémoration au cours duquel l’Histoire Martiniquaise contemporaine se contera en musique portée par (des violons, négro-spirituals, tanbou bèlè et marimba) le tout habillé d’installations plastiques évocatrices.

En ce jour symbolique que notre ‘devenu’ nous aide à réaliser ensemble notre devenir, celui d’une société Martiniquaise forte, et extrêmement riche de sa diversité culturelle.

Soyons nombreux à Suivre la Flamme de la Liberté dans le cadre de la Célébration du 22 Mé de la ville de Fort-de-France 

Lire Plus =>

Chucho Valdés de retour 18 ans plus tard en Martinique

 Le 15 mai 2019 à 20h –  Tropiques-Atrium

Lauréat de six prix GRAMMY® et de trois prix Latin GRAMMY®, le pianiste, compositeur et arrangeur cubain Chucho Valdés est la figure la plus influente du jazz moderne afro-cubain.

Interprète protéiforme, aussi à l’aise à jouer en solo que dans de petits et grands ensembles, son dernier projet, Jazz Batá 2, est une œuvre exceptionnelle dans laquelle il revisite une idée qu’il avait explorée pour la première fois en 1972: un trio piano-jazz mettant en scène des tambours batá. du jeu de pièges conventionnel. Les batá sont les tambours sacrés en forme de sablier utilisés dans la musique rituelle de la religion yoruba, mieux connue sous le nom de Santeria. Sorti le 16 novembre 2018, Jazz Batá 2 marque les débuts de Chucho sur Mack Avenue Records.

Quelques jours plus tôt, le 13 novembre, Chucho avait reçu un prix d’excellence pour l’ensemble de ses réalisations décerné par l’Académie latine des arts et des sciences de l’enregistrement lors d’une cérémonie qui s’est déroulée pendant la semaine du GRAMMY en latin à Las Vegas.

Lire Plus =>

« Cœurs en chœurs », concert lyrique & instrumental à l’église du Sacré Cœur de Balata

Dimanche 19 mai à 17h30, entrée libre à la générosité du public

Pascal Siankowski donnera un concert exceptionnel qui réunira le Chœur Émeraude placé sous la direction d’ E.Paulin, l’Ensemble QCM (flûte, violon, alto, violoncelle) créé en 2013 par Mme C.Laudarin, renforcé pour l’évènement par un hautbois, deux violoncelles, et un trio de guitares classiques. Seront également présents le contre-ténor Alix Pétris, fraîchement lauréat lyrique des Voix Outre-Mer (2019) et le jeune violoniste martiniquais Thomas Raso.
Cette manifestation, placée sous la direction artistique du guitariste-compositeur Pascal Siankowski, proposera un programme original et éclectique qui couvrira plus de trois siècles de répertoire. De la Renaissance anglaise aux airs sacrés de Vivaldi, du sublissime concerto pour hautbois de Marcello ( une première en Martinique) au divin Mozart. Ce concert de solidarité offrira deux créations de Pascal Siankowski, « Libre désormais » – « Le rapt de Ganymède ». Installé sur « l’île aux fleurs » depuis plus de vingt ans, et dont les œuvres rayonnent aujourd’hui dans le monde (pour ne citer que son Stabat Mater Dolorosa, son Requiem pour un Monde meilleur), Pascal Siankowski signe cette année 101 titres.

Lire Plus =>

Fête de la biguine et des musiques traditionnelles

Samedi 4 mai 2019 de 7 h à 22 h aux Anses d’Arlet.

Samedi 4 mai 2019, la ville des Anses d’Arlet accueille la Fête de la Biguine et des musiques traditionnelles de Martinique. Ouverte à tous, cette manifestation, organisée avec notamment l’aide de l’Espace Sud et la CTM, mettra en avant les musiques traditionnelles.

De 7 heures à 22 heures, le public pourra dès l’ouverture profiter d’un cours de biguine sur la plage. Il y aura également des activités pour petits et grands tout au long de la journée

Le programme

7h00 à 8h00 Gym Bidjin/Bèlè bod lanmè anlè plaj-la. Activité physique au son de la Biguine et du Bèlè sur la plage. Ouverte à tous les publics et à toutes les générations.

8h00 à 9h00 Ti déjénen antan Bidjin, antan lontan anlè plas-la. Décolaj épi Mabi épi labsinte ­ Chokola pen o bè proposé par Chocolat Élot ­ Ti nen lanmori ­ macadanm ­ glo coco ­ madou épi blancha ­ ji lokal ­ dité lokal ­ fwi péyi a…

9h00 à 10h00 Bidjin an Lari-a : défilé dansan an tèni tradisyonel.

Lire Plus =>

Obidjoul’s rend hommage à Marius Cultier

24 avril 2019 à partir de 20h

Ce soir sur la scène du Still, hommage au grand pianiste autour d’un quatuor de talents : Josette Symphor, Alick Lowesky, Denis Dantin, Johann Jean-Alexis.
Marius CULTIER, héritier de Thelonius MONK et inspirateur d’Alain JEAN-MARIE entre autres.
Dans le souvenir de ceux qui l’ont connu ou ont « joué avec Lui », des lieux : « L’impératrice » « Le Blénac » « La Bananeraie » « La Moïna »« La Grange » « La Bohème » ,des rues Marius CULTIER aux Terres Sainville , à Rivière salée , aux Abymes(Guadeloupe), des radios « L’ORTF » « Radio CANADA » ,une fresque sur le mur du collège Petit Manoir au Lamentin, et, plus récemment un Lycée Professionnel Marius CULTIER à Dillon, des pays : Porto RICO,Ste LUCIE, BARBADE, TRINIDAD, CANADA,AMERIQUE du NORD ,FRANCE«( L’Olympia » « La salle GAVEAU ») .
Sans oublier ses rencontres avec de grandes vedettes internationales, Dionne WARWICK, Miles DAVIS,Robert CHARLEBOIS, Mac Coy TYNER,Steevy WONDER, Chick CORREA Mongo SANTAMARIA entre autres, sa musique, ses compositions , ses interprétations :Diamant ,Ni telman lontan, ,Ki koulè mamnman ou, Sylvie, Zouk,Easy, Zandoli, Mazouk souvenir, sans oublier le bijou musical « Concerto pour la fleur et l’oiseau » et le terrrrible « Dachin lan ka bouyi »..

Lire Plus =>

Brel : Ces-gens-là

Treize chanteurs de talent et de toutes générations rendent hommage dans l’album Ces Gens-là au poète du Plat Pays, qui aurait fêté ce vendredi, son 90e anniversaire.

De Michel Jonasz, Marianne Faithfull, Bernard Lavilliers en passant par Zaz et Gauvain Sers dans Ces Gens-là, treize chanteurs de toutes générations relèvent un défi périlleux, interpréter Jacques Brel, sur des arrangements de l’Américain Larry Klein.

«Je suis un familier de Brel depuis toujours», écrit sur le livret du disque Larry Klein: le bassiste-producteur-arrangeur, réputé pour ses productions d’albums «crossover» de Joni Mitchell, Madeleine Peyroux ou Melody Gardot, a voulu donner un nouveau lustre aux chansons du grand Jacques, en les habillant, parfois trop, de riches sonorités.

Difficile cependant d’égaler le même degré d’émotion que parvenait à atteindre, par la simple accentuation d’un mot, Jacques Brel l’écorché vif. «Brel a une telle force d’interprétation que c’est difficile de s’attaquer à une montagne pareille», a confié Gauvain Sers. Dans La Valse à mille temps, le jeune chanteur déjoue «le piège de tomber dans la pâle copie en voulant surenchérir à tout prix».

Lire Plus =>

« Vox Caribæi », texte & m.e.s. d’Éric Martinel

Jeudi 11 avril 2019 à 20 h. Tropiques-Atrium

Dans les pas des missionnaires : contacts de civilisations.
Par le biais d’un spectacle associant la narration, la musique et les marionnettes, Vox Caribæi propose un panorama de l’aventure missionnaire à travers la Chine et les Amériques. En six tableaux, sont brossés les caractères de différents peuples.

Grâce à la paléographie musicale, l’ensemble musical redonne vie à des mélodies autochtones notées par les missionnaires ainsi qu’à d’autres airs composés pour la liturgie, entre le XVIe et le XIXe siècle.

En somme, une véritable performance « d’archéologie musicale » à travers laquelle on découvre, tour à tour : la musique des amérindiens, celle des esclaves, celle des colons, et celle de la cour de Chine.

Lire Plus =>

Rolex, Astrid-Maria & Chriss-Morgane Ravaud

Jeudi 14 mars 2019 à 20h – Tropiques-Atrium

Filiaccord
Pourquoi se réunit-on pour faire de la musique ?

Au-delà du plaisir et du partage qu’elle nous apporte, la musique nous unit et nous enrichit.
Quoi de mieux pour cela que de bien se connaître ?

Les Ravaud : Rolex, Astrid-Maria, Chriss-Morgane, père et filles, références de la musique classique en Martinique et qui ont partagé la scène avec des musiciens de renom (Paquito D’Rivera, Désiré N’Kaoua, Olga Valiente…), accorderont leurs individualités pour vous faire découvrir et partager leur passion.

Une famille soudée qui tente de transcender ses émotions, pour mettre au service de la musique, son niveau d’exigence et sa sensibilité.

Au programme : musique écrite, de l’époque Baroque à nos jours et des œuvres en solo,
duo et trio, transposées ou originelles.

Piano : Rolex Ravaud
Flûte traversière : Astrid-Maria Ravaud
Violon Alto : Chriss-Morgane Ravaud
© crédit photo : Agnès Brézéphin-Coulmin

Lire Plus =>

Festival des Nuits Caraibes en Guadeloupe

Un Carnaval Romantique

Le Carnaval a de tout temps inspiré les musiciens, et tout particulièrement ceux de l’époque romantique, comme en témoignent les partitions célèbres du violoniste Nicolo Paganini (Carnaval de Venise), du pianiste Franz Liszt (Carnaval de Pesth) ou du compositeur Robert Schumann (Carnaval op.9 et Carnaval de Vienne). Leurs œuvres et celles de bien d’autres compositeurs de l’époque romantique seront au cœur de cette nouvelle édition des Nuits Caraïbes qui vous emportera dans un tourbillon d’émotions grâce à la voix, au piano, au violoncelle, au violon, à l’orgue et la clarinette.

Avec 9 concerts en deux semaines et la participation de 18 artistes dont près de la moitié résident aux Antilles, ce Carnaval Romantique investira 6 lieux différents, et comprendra pour la première fois un concert sur le thème de l’amour, le jour de la Saint-Valentin au Centre Destreland à Baie-Mahault, et un concert d’orgue à la Cathédrale de Basse-Terre. Pour la première fois également, la Chapelle des Abymes accueillera deux concerts, sur le modèle de ceux proposés à la Chapelle de Néron au Moule.

Lire Plus =>

Frédéric B.Briet en concert à Fort-de-France

Gratuit : samedi 2 février à 19h-à l’Atrium — La Terrasse.

La scène nationale propose une masterclass autour du concert de Frédéric B.Briet intitulé «A silent way». Le contrebassiste est connu pour avoir travaillé la relation musique-danse…Gratuit/Concert public : samedi 2 février à 19h-à l’Atrium — La Terrasse.
Stage 4 au 8 février: «De l’idée au corps, à la musique» Tarif: 30 euros pour 35 heures Contact: 0596.70.79.29

Vers 1980 il débute sa carrière de musicien dans le Quartet Spiral de Simon Goubert, puis dans Magma-Offering et Alien Quartet/Trio de Christian Vander. Jusqu’en 1990 il jouera dans de nombreuses formations en tant que sideman, avec des musiciens tels que : Emmanuel Bex, Georges Brown, Steve Grossman, Michel Graillier, Alain Jean Marie, Siegfried Kessler, Aldo Romano, Alvim Queen, Kenny Wheeler, …

Vers 1990, il rencontre Benoit Delbecq, Guillaume Orti, Olivier Sens, Geoffroy Demasure, Hubert Dupont, Gilles Coronado puis Steve Argüelles et Stéphane Payen, ces rencontres seront à l’origine de la création du Collectif Hask, elles détermineront nombre de ses collaborations et de ses projets, jusqu’à aujourd’hui.

Lire Plus =>

La mort de Michel Legrand

Le compositeur français Michel Legrand est mort dans la nuit à l’âge de 86 ans, a annoncé son attaché de presse à l’AFP.

Michel Legrand, né le 24 février 1932 à Paris 20e, dans le quartier de Ménilmontant et mort dans la même ville le 26 janvier 2019, est un musicien, compositeur, chanteur et arrangeur français. Sa carrière de compositeur pour le cinéma lui a valu de remporter trois Oscars.

Ses parents, le compositeur Raymond Legrand (1908-1974) et Marcelle Der Mikaëlian (sœur du chef d’orchestre Jacques Hélian, d’origine arménienne) divorcent quand il a trois ans.

Michel Legrand étudie le piano et l’écriture au Conservatoire de Paris de 1942 à 1949, dans les classes de Lucette Descaves, Henri Challan et Nadia Boulanger notamment, tout comme sa sœur aînée Christiane Legrand, qui sera successivement membre de groupes de jazz vocal tels que les Blue Stars, les Double Six et les Swingle Singers. Il se prend de passion pour le jazz après avoir assisté en 1947 à un concert de Dizzy Gillespie avec lequel il collaborera quelques années plus tard, écrivant en 1952 les arrangements pour l’orchestre à cordes qui accompagne le trompettiste dans ses concerts européens.

Lire Plus =>

Ven, le Human Beatbox Martiniquais

— Par Djamila Farah —

Vous ne le connaissez pas encore… Mais tendez l’oreille et surtout restez branchés ! Vous ne tarderez pas à entendre parler de lui.

Vous pourrez le chercher sur la toile. Pas une photo de lui n’est encore visible. Si vous voulez le croiser, il vous suffit de vous rendre à Tropiques-Atrium. Ce sont eux qui l’ont détecté et lui ont proposé une résidence d’artiste depuis cette saison 2018/2019.

Ce jeune artiste martiniquais aussi discret, réservé que sensible est tout simplement talentueux. Voilà un jeune qui mérite amplement d’être soutenu et d’être encouragé. Porteur d’un art nouveau sous les Tropiques, il faut être fort pour oser déranger les codes et affronter seul un public novice en la matière.

Ven, nous avons eu la chance de le découvrir samedi 22 décembre à l’Habitation Gradis, à Basse-Pointe, dans le cadre du dispositif Territoires en Culture de Tropiques Atrium. Face à un public nombreux, bavard, non encore habitué aux spectacles en salle, commentant en live and direct ce qui se passe sur la scène, Ven surprend les spectateurs par le vrombissement de sa voix qui imite à la perfection celui d’un moteur.

Lire Plus =>

Marius Cultier : il y a 33 ans déjà…

Marius Cultier
23 Avril 1942-23 Décembre 2018
33 ans déjà !

Ce 23 décembre 2018, voila 33 ans que nous a quitté ce talentueux pianiste qu’était Marius CULTIER, héritier de Thelonius MONK et inspirateur d’Alain JEAN-MARIE entre autres.
Dans le souvenir de ceux qui l’ont connu ou ont « joué avec Lui », des lieux :  « L’impératrice » « Le Blénac » « La Bananeraie » « La Moïna »« La Grange » « La Bohème » ,des rues Marius CULTIER aux Terres Sainville , à Rivière salée , aux Abymes(Guadeloupe), des radios  « L’ORTF » « Radio CANADA » ,une fresque sur le mur du collège Petit Manoir au Lamentin, et, plus récemment un Lycée Professionnel Marius CULTIER à Dillon, des pays : Porto RICO,Ste LUCIE, BARBADE, TRINIDAD, CANADA,AMERIQUE du NORD ,FRANCE«( L’Olympia » « La salle GAVEAU ») .
Sans oublier ses rencontres avec de grandes vedettes internationales, Dionne WARWICK, Miles DAVIS,Robert CHARLEBOIS, Mac Coy TYNER,Steevy WONDER, Chick CORREA Mongo SANTAMARIA entre autres, sa musique, ses compositions , ses interprétations :Diamant ,Ni telman lontan, ,Ki koulè mamnman ou, Sylvie, Zouk,Easy, Zandoli, Mazouk souvenir, sans oublier le bijou musical « Concerto pour la fleur et l’oiseau » et le terrrrible « Dachin lan ka bouyi »..

Lire Plus =>

Concerts du quartet Luther François

Vendredi 14 & Samedi 15 décembre 2018 à 19h 30 au T.A.C.

Musical Director, Saxophones, Flute : Luther François
Upright bass : Alex Bernard
Piano : Marc Cabrera
Drums : Ricardo François
Son : Marc Escavis

La musique
Le quartet à toujours eu son importance dans l’histoire et l’évolution du Jazz comme musique d’expression individuel, et le nom de John Coltrane a laissé un empreinte indélébile. Luther François poursuit les traces laissées par ce grand maitre du marronage musical que représente le Jazz, reprenant quelques uns de ses compositions (Like Sonny, Crescent, Giant Steps…) et des standards qu’il avait interprété (I Want To Talk About You, Summertime…), et même des sélections de Thelonius Monk, extraits de leur collaboration historique.

Lire Plus =>

Le Festival soufi de Paris veut faire vivre l’altérité

Jusqu’au 17 décembre 2018

— Par Anne-Bénédicte Hoffner —
Le Festival soufi de Paris tient sa deuxième édition du 28 novembre au 17 décembre, avec la conviction que les soufis doivent « sortir de leur réserve face à l’islamisme extrême ».

« Il faut faire quelque chose ». Co-directrice du Festival soufi de Paris et artiste designer, Amel Boutouchent est, avec Abdelhafid Benchouq, l’une des deux chevilles ouvrières de cette deuxième édition qui, du 28 novembre au 17 décembre, met en valeur les arts, la spiritualité mais aussi les valeurs du soufisme dans différents lieux de Paris et de la région parisienne.

 Téléchargez le Programme du Festival Soufi de Paris 2018

« Traditionnellement, le soufisme est un cheminement intérieur qui ne se voit pas et ne s’expose pas. Mais nous avons été poussés à sortir de notre réserve par l’islamisme extrême », reconnaît la jeune femme. Après une première édition clairement engagée dans la cité, cette deuxième édition, qui s’est ouverte par une conférence de la sénatrice et présidente d’honneur, Bariza Khiari, et de l’initiateur du Festival de musique sacrée de Fès, Faouzi Skali, est centrée sur l’altérité.

Lire Plus =>

Clôture du Martinique Jazz Festival 2018

— Par Selim Lander—

Le festival 2018 aura vraiment apporté le jazz au public martiniquais, avec des concerts gratuits sur l’esplanade de l’Atrium mais également à Trois-Îlets, au Lamentin, à Rivière-Salée, au Prêcheur suivis par une assistance nombreuse et souvent passionnée, une vingtaine de concerts en tout, étalés sur une grosse semaine. Les amateurs de la musique classique aimeraient bénéficier d’une aussi riche programmation ! Mais ne crachons pas dans la soupe et félicitons-nous plutôt de l’existence de ce festival, en attendant les « Petites Formes » théâtrales en janvier et les RCM en mars.

La dernière soirée « de prestige », dans la grande salle de l’Atrium, a fait place successivement au pianiste martiniquais Ronald Tulle et à la chanteuse américaine Lisa Simone, deux prestations de qualité quoique dans des genres très différents. Ronald Tulle s’était en effet adjoint pour la circonstance, à côté d’un batteur et d’un percussionniste martiniquais, le bassiste Michel Alibo et le chanteur Tony Chasseur, bien connu chez nous, tous deux emblématiques d’une certaine musique antillaise revigorée par des accents jazzy.

Lire Plus =>

Martinique Jazz Festival 2018 : le programme et les dates

Dimanche 2 décembre 2018 – 16h

 Le Prêcheur
 Espace Samboura
 Yosuke Onuma – Japon
 Franck Nicolas – Guadeloupe

*****

Yosuke Onuma a commencé à jouer de la guitare à l’âge de 14 ans sous l’influence de son père. Aujourd’hui, il est un guitariste de jazz de premier plan au Japon et se produit régulièrement au Tokyo Jazz Festival. Avec neuf sorties à succès et des performances live dans des lieux aussi divers que Hong Kong, l’Indonésie, les États-Unis et l’Italie, il se fait rapidement connaître dans le monde entier. Récemment, ses arrangements pour guitare solo ont été publiés dans un livre, « Hop Step Jazz ».

Vidéo ci-dessous : Yosuke Onuma “ Ti Punch ” en concert à Sunset, Paris

En 2001, Yosuke Onuma sort son premier album, « Nu Jazz », par le biais de Sony Music Japan. Après trois albums de jazz groove, il publie un quatrième album novateur en 2004, « Three Primary Colours », enregistré à New York en trio avec Richard Bona (basse) et Ari Hoenig (batterie).

Lire Plus =>

Le reggae a fait son entrée au patrimoine culturel de l’Humanité

Le reggae a été admis jeudi au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco en raison de sa « contribution » à la prise de conscience internationale « sur les questions d’injustice, de résistance, d’amour et d’humanité ».

Le reggae, musique popularisée dans le monde entier par son icône Bob Marley, a été inscrit, jeudi 29 novembre, sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par un comité spécialisé de l’Unesco réuni à Port-Louis, capitale de l’Île Maurice.

L’Unesco a souligné « la contribution » de cette musique jamaïcaine à la prise de conscience internationale « sur les questions d’injustice, de résistance, d’amour et d’humanité, et sa dimension à la fois « cérébrale, socio-politique, sensuelle et spirituelle ».

Le reggae rejoint ainsi une liste de quelque 400 traditions culturelles (chants, danses, spécialités gastronomiques ou célébrations) allant de la pizza napolitaine au zaouli, musique et danse des communautés gouro de Côte d’Ivoire.

Le comité ad hoc de l’Unesco, qui se réunit jusqu’à samedi pour examiner 40 demandes d’inscription, avait également intégré mercredi les savoir-faire liés au parfum de Grasse en France.

Lire Plus =>

« J’ai soif »: et l’on reste sur sa faim

— Par Roland Sabra —

Serge Barbuscia l’a rappelé à la fin du spectacle : il tient à cœur ce travail déjà présenté dans une première ébauche en Martinique en 2010. D’année en année il en formule des variations. En 2016 c’était avec deux orgues, l’an dernier avec un quatuor à cordes venu de Corée, aujourd’hui de nouveau avec avec un pianiste comme ce fut souvent le cas dans les années précédentes. Mais voilà le pianiste prévu et qui n’était pas annoncé sur les affiches s’est désisté pour des raisons personnelles au dernier moment remplacé dans l’urgence par Antoinette Hartmann. Elle a fait de son mieux dans un spectacle qu’elle découvrait trois jours avant la représentation ! Est-ce du à la raideur, bien compréhensible de son jeu, est-ce du à son manque de complicité avec un Serge Barbuscia un peu terne ce soir là ? Toujours est-il que la magie n’a pas eu lieu. Les mailles du tricotage de Joseph Haydn et Primo Levi étaient un peu larges pour captiver, pour saisir le public.

Lire Plus =>

« J’ai soif », d’après « Si c’est un homme » de Primo Levi et « Les sept dernières paroles du Christ en croix » de Joseph Haydn

Jeudi 22 novembre 2018 à 20h – Tropiques- Atrium

« J’ai soif » est un spectacle qui scrute les profondeurs de la nature humaine et met en exergue son ambivalence. Des notes de Joseph Haydn à la parole de Primo Levi – qui livre dans « Si c’est un homme » son témoignage de survivant du camp de concentration d’Auschwitz – « J’ai soif » résonne comme le cri de tout homme à travers les âges et les mondes.
Découvrant l’écho puissant qui lie ces deux œuvres majeures, Serge Barbuscia a souhaité les faire dialoguer au cœur d’un travail de mémoire ouvert sur plusieurs chants. Avec la complicité de l’artiste peintre Sylvie Kajman, le projet est créé autour de la pluridisciplinarité des arts.
« C’est beau parce que nous sommes vivants, ne l’oublions pas ! » Le Monde.fr

Lire Plus =>

Les chants de Noël nuiraient à notre santé mentale

Elles sont censées être joyeuses et nous faire plaisir lors de moments festifs. Mais si nous les écoutons trop tôt et régulièrement, les musiques de Noël peuvent avoir des effets néfastes sur notre santé mentale… voire nous inciter à faire plus de dépenses !

Nous ne sommes qu’au mois de novembre, mais l’esprit de Noël est déjà là. Les magasins de jouets ne se font pas prier pour diffuser à longueur de journée Petit Papa Noël, All I want for Christmas is You et autres Jingle Bells. Étrangement, ces chansons festives pourraient avoir un effet néfaste sur notre santé mentale si nous les écoutons trop régulièrement.

Nocif pour les employés des magasins de jouets

Linda Blair, psychologue clinicienne et auteure britannique, avait établi en 2017 que l’écoute « répétitive de toutes ces chansons de Noël jouées dans les magasins pourrait être mauvaise pour votre état mental ». Les employés de magasins de jouets sont donc particulièrement touchés.

Les employés de magasins de jouets sont particulièrement exposés à ces musiques.

Lire Plus =>

Rose-Aimée, un douloureux destin

Dimanche 18 novembre 2018 à 16 h. Tropiques-Atrium.

Drame musical inspiré du roman « Rêves Amers » de Maryse Condé : Rose-Aimée vit heureuse dans son petit village à Haïti, jusqu’au jour où la misère l’oblige à quitter les siens. Placée en ville comme restavek (esclave domestique), elle doit supporter le mépris et la méchanceté de sa patronne. Heureusement, elle a l’amitié de Lisa. Fraternité contre méchanceté, courage contre cruauté, à quel prix la liberté quand le quotidien est l’enfer ?
C’est le drame de l’immigration, haïtienne en particulier, qui est ici mis en scène. Cette réalisation a pour objectif de susciter la réflexion de chacun autour des thèmes ô combien d’actualité de l’immigration et de l’esclavage moderne.
Idée originale : Joëlle Fremcourt
Mise en scène & Direction : José Alpha
Assistantes : Mireille Quimbert & Mady Ursulet
Création musicale : Elysé Domergue & Axel Fremcourt-Guy
Chorégraphie : Steeve-Yann Louis-Joseph-Dogué
Costumes : Joëlle Fremcourt & Staff Chorale Arpège
Décors : Armelle Janvion & Ford Paul
Ingénieur du son : Yvan Brard
Batterie : Thomas Bellon
Guitare : Kévin Toris
Percussions : Daniel Dantin
Basse : Axel Fremcourt-Guy
Claviers, programmation & Arrangements musicaux :
Elysé Domergue
Arrangements voix : Elysé Domergue & Joëlle Fremcourt
Chef de choeur Chorale Arpège : Joëlle Fremcourt
Livret : Mireille Quimbert, Mady Ursulet & Joëlle Fremcourt
© crédit photo : Jean-Michel Terrine

Lire Plus =>

La mort du trompettiste états-unien Roy Hargrove


Le trompettiste américain Roy Hargrove, fréquent visiteur des festivals de jazz européens, est décédé à l’âge de 49 ans, a-t-il été annoncé samedi sur sa page Facebook.

«C’est avec grande tristesse et le coeur dévasté que nous faisons part de la disparition de Roy Hargrove le 2 novembre, à l’âge de 49 ans», est-il indiqué.

Roy Hargrove avait percé très jeune, à la fin des années 1980, devenant l’un des chefs de file du mouvement néo-bop, une forme de jazz très rythmé qui a notamment influencé le R&B et le hip-hop.

Selon son agent Larry Clothier à la radio NPR, il a eu un infarctus, après une hospitalisation liée à des problèmes de reins, l’artiste ayant été sous dialyse durant de longues années.

Né le 16 octobre 1969 à Waco, Texas, Roy Hargrove débute le cornet à l’âge de neuf ans, et passe rapidement à la trompette. Elève de Dean Hill, il découvre Clifford Brown, Freddie Hubard, Lee Morgan et Fats Navarro.

Lire Plus =>

Jowee Omicil, un nouvel album au nom de l’amour

— Par Alexis Campion —

Le saxophoniste et multi-instrumentiste Jowee Omicil célèbre l’amour en général et ses racines afro-caribéennes en particulier dans son nouvel album Love Matters!.

A peine un an après qu’il fut révélé en France avec l’album Let’s BasH!, revoilà le pétulant Jowee Omicil, saxophoniste canadien d’origine haïtienne. Love Matters!, nouvel opus intitulé en clin d’œil au mouvement américain « Black Lives Matter », reflète son état d’esprit d’improvisateur afro-jazz libre et impatient, arrivé à la musique sur le tard mais fin prêt à en découdre avec ses jams aussi dansants qu’exubérants. Avec son look de rapper un poil dandy et un poil mystique, ce zigue de 40 ans n’est pas si typique dans l’eco-système du jazz et des musiques du monde.

Telle une pop-star en devenir, cet admirateur de Fela Kuti et de Thelonious Monk a par exemple fait le choix de marchandiser des créations vestimentaires de son cru sur son site en ligne : tee-shirts colorés et blousons mode flanqués de messages positifs… L’été dernier, au festival de jazz de Montreux, c’est lui que le légendaire Quincy Jones a choisi pour officier en tant que maître de cérémonie au concert célébrant ses 85 ans en présence de Manu Katché, Ibrahim Maalouf, Mos Def, Talib Kweli etc.

Lire Plus =>