Musiques

Nelson-Rafaell Madel et les figures féminines : après Andromaque, Antigone.

Nelson-Rafaell Madel, que l’on attend à la Martinique, est reçu dans l’émission « L’Oreille est hardie »

À Tropiques Atrium Scène Nationale, à 20 heures, les 2 et 3 octobre 

« L’Oreille est hardie »

Cest  une émission conçue et animée par Patrice Elie-Dit-Cosaque, sur « La1ere.francetvinfo ».

« Écouter parler les Outre-mer… Les chercher là où ils se trouvent mais aussi (et surtout ?) là où on ne s’attend pas toujours à les trouver, qu’ils soient « ici », « là-bas », « ailleurs »… Les chercher dans les livres, dans les films, sur les réseaux sociaux, dans les voyages, dans les voix, dans les regards, dans les maisons, dans les rues… et parler d’eux.

Surprendre avec des thématiques peu souvent mises en avant concernant les Outre-mer ; surprendre également en revisitant des sujets parfois maintes fois abordés, leur donner un reflet actuel. Bref, parler des Outre-mer résolument modernes, actuels, débarrassés des sempiternels clichés… Parler, écouter des Outre-mer ancrés dans leurs réalités, pas des Outre-mer fantasmés ou rêvés… »

Nelson-Rafaell Madel

Comédien et metteur en scène martiniquais, il se forme notamment auprès de Yoshvani Médina, metteur en scène cubain, puis de Claude Buchvald à Paris.

Lire Plus =>

À propos du  Biguine Jazz Festival 2020

Avec retard Madinin’Art publie ci-dessous le début d’un article de CaribCreoleNews consacré au Big ‘In Jazz Festival qui s’est tenu dans les conditions particulières créées par la pandémie. Ce  texte dont le titre est « Martinique. Le Big’in Jazz Collective : Un nouveau concept et de nombreux talents ! » est signé Deborah Vey.

Fort-de-France. Jeudi 3 septembre 2020. CCN. Comme chaque année, la Martinique se prépare à son Biguine Jazz Festival, évènement incontournable du Jazz afro-caribéen. Mais comme chacun sait, cette année la Covid 19, défait tous les plans, et oblige les uns et les autres à se réinventer. Se réinventer dites-vous ? C’est peu ou mal connaitre cette équipe qui fête ses 18 ans cette année ! Il n’est absolument pas question de faire l’impasse. Ils feront autrement ! Dès le 21 juin, ils annoncent la couleur en réunissant 8 merveilleux musiciens pour nous mettre en haleine. Ralph Lavital, Yann Négrit, Maher Beauroy , Sonny Troupé, Tilo Bertholo, Stéphane Castry, Ludovic Louis et Jowee Omicil nous interprètent « Mi bel jouné ». Au menu de ce new concept « Big’In Jazz Collective », il y a eu un confinement sous dizaine en résidence Chanteclerc peu surveillée, servi sur un parterre d’œuvres musicales de compositeurs émérites martiniquais, guadeloupéens, et en guest une œuvre internationale.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 26 septembre

Sortie  au Royaume-Uni du dernier album des Beatles, « Abbey Road », le 26 septembre 1969

Abbey Road est le onzième album original publié par les Beatles, paru le 12 septembre 1969 en France, le 26 septembre 1969 au Royaume-Uni, et le 1er octobre aux États-Unis et au Canada. Bien que sa sortie précède celle de Let It Be, paru en mai 1970, il est le dernier album enregistré par les « Fab Four ». Le 20 août 1969, les quatre Beatles sont réunis pour la toute dernière fois en studio et, vers la fin de septembre, au moment où le disque paraît, John Lennon met fin au groupe en lui annonçant son départ définitif. La séparation des Beatles n’est toutefois officialisée qu’en avril 1970.

Après l’échec des sessions du projet Get Back en janvier 1969, Paul McCartney, au nom de tout le groupe, contacte le producteur George Martin pour lui proposer d’enregistrer un album « comme avant ». Après quelques enregistrements effectués entre février et mai 1969, les quatre Beatles se réunissent une dernière fois aux studios EMI de Londres (qui seront renommés plus tard les studios Abbey Road), en juillet et août 1969, pour mettre en boîte une collection de chansons dont la plupart avaient été composées, répétées et/ou enregistrées sous forme de démos à l’époque de l’album blanc et du projet Get Back, toutes retravaillées pour l’occasion.

Lire Plus =>

« Lang kreyòl gen yon sèl ras, li rele libète »

19e édition du «Mois du créole à Montréal» du 3 au 30 octobre 2020

Montréal, Québec, le 27 aout 2020 – Le KEPKAA est fier d’annoncer que la très populaire chanteuse SENAYA, décrite par les critiques et ses fans comme «une bête de scène à la voix chaude, mélodieuse et authentique», a accepté d’être la porte-parole de la 19e édition du «Mois du créole à Montréal» qui se tiendra du 3 au 30 octobre 2020 sous le thème : «Lang kreyòl gen yon sèl ras, li rele libète / Le créole n’a qu’une race, c’est la liberté».

Montréalaise d’origine sénégalo-guadeloupéenne, SENAYA est aussi auteure, compositrice-interprète et productrice. Là où il y a du groove et de l’énergie, il y a SENAYA. Sa musique, baptisée «SOÛLKREÔL», part du blues aux rythmes de l’Afrique et des Caraïbes en passant par le jazz, le soul, le funk, le folk et le negro spiritual.

Le «Mois du créole» a déclaré SENAYA «est un grand évènement multiculturel et multidisciplinaire du répertoire culturel mondial, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’accepte le rôle de porte-parole».

Pour bien situer cette grande fête, il convient de rappeler que le «Mois du créole» est un évènement qui a pris naissance à Montréal sous la bannière de KEPKAA le 5 octobre 2002.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 18 septembre

Il y a 10 ans déjà disparaissait Patrick Saint-Éloi le 18 septembre 2010

Patrick Saint-Éloi, né le 20 octobre 1958 à Pointe-à-Pitre et mort le 18 septembre 2010 (à 51 ans)1 au Moule, est un chanteur Guadeloupéen . Son nom reste associé au groupe Kassav’.

Patrick Saint-Éloi est le pionnier du Zouk Love et l’un des piliers du Zouk dans la Caraïbe. Il est l’auteur et l’interprète du titre West Indies, le premier tube de Zouk Love sorti en 1982 sur son 1er album solo Mizik Sé Lanmou (« la musique c’est de l’amour »).

Biographie
À l’âge de 17 ans, il quitte la Guadeloupe pour se rendre à Paris, afin de tenter sa chance dans la chanson. Des cours de chant lui permettront d’atteindre une maîtrise vocale certaine et une rencontre avec le bassiste Georges Décimus sera capitale pour son avenir. Il intègre le groupe Venus One dont il devient le chanteur attitré.

En 1982, il rejoint une formation qui deviendra plus tard le fameux groupe Kassav’. Il l’intègre tout d’abord en qualité de choriste. S’ensuivra une série de concerts marqués par le succès de ce groupe.

Lire Plus =>

Toots Hibbert, figure historique du reggae, est mort

La star du reggae et leader du groupe mythique Toots & The Maytals, Frederick « Toots » Hibbert, est décédé à l’âge de 77 ans des suites du coronavirus. Lui qui était hospitalisé depuis le début du mois à cause d’une forme sévère de Covid-19.
« C’est avec le cœur lourd que nous annonçons le décès Frederick Nathaniel « Toots » Hibbert ce soir, entouré de sa famille, à l’hôpital universitaire des Antilles à Kingston, en Jamaïque », a annoncé son groupe Toots and the Maytals sur les réseaux sociaux.
La cause du décès n’a pas été précisée mais son entourage avait fait savoir fin août, sur le compte Facebook du groupe, que Toots Hibbert avait été admis à l’hôpital où il « attendait les résultats d’un test au Covid-19 ». Il avait ensuite été plongé dans un coma artificiel, à la suite de « complications respiratoires ».
Bien qu’il soit moins connu que son compatriote Bob Marley, c’est à Toots Hibbert que l’on attribue l’origine du reggae avec une chanson sortie en 1968, « Do the Reggay ». 
Le genre musical indissociable du rastafarisme, mouvement spirituel qui sacralise l’empereur éthiopien Haïlé Sélassié et promeut l’usage de la ganja, ou marijuana, a connu un grand succès mondial grâce à des classiques de Bob Marley (1945-1981) et son groupe the Wailers.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 11 septembre

Création à Paris de l’opéra-rock Starmania le 11 septembre 1979

Starmania est un opéra rock cyberpunk de Michel Berger sur un livret de Luc Plamondon. Créée le 10 avril 1979 au Palais des Congrès de Paris, l’œuvre est devenue, au fil des productions et des enregistrements, l’un des spectacles les plus joués et les airs, parmi les plus célèbres du répertoire francophone.

Joué à différents endroits dans le monde, il a fait l’objet de multiples adaptations tant en anglais qu’en français. L’album studio original de 1978 s’est vendu à plus de 2,2 millions d’exemplaires rien qu’en France, se positionnant ainsi à la septième place des meilleures ventes d’albums au niveau national1. Starmania fut l’un des tout premiers opéras-rock francophones entièrement chantés2.

Le projet initial de Michel Berger, Angélina Dumas, qui date de 1974, est une réflexion autour du syndrome de Stockholm et de l’histoire de l’enlèvement de Patricia Hearst, qui en 1975, s’est finalement ralliée à la cause de ses ravisseurs. La Bande à Baader est aussi une référence de Starmania pour Plamondon et Balavoine3,4. De par ses thèmes et le monde dépeint, Starmania rejoint le mouvement cyberpunk (terme cependant jamais utilisé par ses créateurs).

Lire Plus =>

Femmes et Jazz : « C’est dans le jazz qu’on trouve le plus de gens qui pensent être progressistes et ne le sont pas »

Femmes et Jazz : On a parlé sexisme avec Sélène Saint-Aimé et Laura Perrudin

— Propos recueillis par Aude Lorriaux —

La contrebassiste Sélène Saint-Aimé et la harpiste et chanteuse Laura Perrudin sont invitées du festival Jazz à la Villette qui fait la part belle aux artistes féminines

  • Le festival Jazz à la Villette se tient à la Villette, à Paris, du 4 au 13 septembre 2020.
  • Il fait la part belle aux femmes et à la diversité.
  • Nous avons rencontré la harpiste et chanteuse Laura Perrudin et la contrebassiste Sélène Saint-Aimé, pour parler lune, sexisme et harpe électrique.

C’est un Jazz à la Villette reformaté aux couleurs du Covid, mais un festival tout de même, riche d’une programmation  qui fait cette année la part belle aux femmes.

20 Minutes a rencontré la harpiste et chanteuse Laura Perrudin et la contrebassiste Sélène Saint-Aimé, pour évoquer la place des femmes dans le jazz, et les difficultés qu’elles peuvent rencontrer (ou pas). Interview croisée dans le jardin de la Petite halle de la Villette, envahi par les guêpes.

Lire aussi : MJF2019 : Wizik Touch et Sélène Saint-Aimé

Jazz à la Villette programme beaucoup de femmes cette année, mais ça n’a pas toujours été le cas dans le jazz.

Lire Plus =>

La cantatrice Christiane Eda Pierre est décédée

Christiane Eda-Pierre (née le 24 mars 1932 à Fort-de-France (Martinique) et morte le 6 septembre 2020 dans les Deux-Sèvres) est une soprano française, l’une des toutes premières cantatrices noires de carrure internationale en France métropolitaine et dans le monde aux côtés de Barbara Hendricks, Maria Anderson et de Léontyne Price.

Jeunesse et formation
Née en 1932 à Fort de France, rue Galliéni, Christiane Eda-Pierre dans un milieu d’artistes, elle est la fille d’Alice Nardal, une d’une professeure de musique qui enseigne au lycée Victor-Schœlcher (Fort-de-France) et au collège Pérrinon et de William Eda-Pierre, un journaliste au Courrier des Antilles, sa tante Paulette Nardal, est une femme de lettres et journaliste martiniquaise, une militante de la cause noire, elle est une des inspiratrices du courant littéraire de la négritude et la première femme noire à étudier à la Sorbonne, fondatrice de la revue « La Revue du Monde Noir », son grand père est un pianiste et un flûtiste accompli, sa grand mère est elle-même organiste.Très jeune, Christiane Eda-Pierre apprend le piano avec sa mère. Après ses études secondaires chez les chanoinesses de Saint Augustin, elle part à Paris où pendant deux ans, elle étudie le piano à l’École normale de musique de Paris, mais en les cours de Charles Panzera, elle passe du piano au chant lyrique, et elle entre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris où elle suit des cours auprès du baryton Louis Noguera pour le chant, auprès de la comédienne Gabrielle Fontan pour la diction.

Lire Plus =>

L’éphéméride du 7 septembre

Naissance à New York de Sonny Rollins le 7 septembre 1930

Sonny Rollins, né Theodore Walter Rollins, est un saxophoniste ténor et compositeur de jazz. Il est largement reconnu comme l’un des musiciens de jazz les plus importants et influents de l’ère post-bebop.

La longue et prolifique carrière de Sonny Rollins au saxophone ténor commence vers l’âge de 16 ans. Certaines de ses compositions comme St. Thomas, Oleo, Doxy et Airegin sont devenues des standards de jazz. Ses soixante-cinq ans de carrière lui donnent aujourd’hui le statut de dernier géant en activité. Improvisateur, croisant les genres, poussant à leurs limites le son et le phrasé, Sonny Rollins incarne l’esprit de quête inlassable du jazz. Sonny Rollins est toujours en tournée en 2013 après avoir survécu à la plupart de ses contemporains en compagnie desquels il enregistra, tels John Coltrane, Miles Davis, Max Roach et Art Blakey.

Biographie
Les premières années
Bien que Sonny Rollins soit né à New York, pas très loin des temples de la musique noire new-yorkaise comme Le Savoy ou l’Apollo, ses parents sont originaires des Îles Vierges américaines2.

Lire Plus =>

La radio de service public, soutien concret de la filière musicale et culturelle

— Par Sibyle Veil, présidente-directrice générale de Radio France —
Face aux nouvelles plateformes d’écoutes, la puissance prescriptrice de Radio France n’est pas en reste. Avec ses 15 millions d’auditeurs par jour, le groupe public amplifie cette saison son implication auprès du secteur musical.

Tribune. Depuis ma nomination à la tête du premier groupe radiophonique du pays il y a un peu plus de deux ans, on me pose régulièrement la question de l’avenir de la radio. Sommes-nous encore en phase avec les pratiques du temps ? Les nouvelles plateformes d’écoutes vont-elles nous remplacer, purement et simplement ?

La musique nous donne une éclatante preuve du contraire. Avant l’été, une jeune artiste de la scène française – Cléa Vincent – déclarait dans Libération qu’«un seul passage sur France Inter rapporte autant qu’un million de clics sur Spotify en droits d’auteur». Plus récemment, la société d’artistes-interprètes Adami publiait une analyse comparative montrant que 14 passages à la radio produisaient pour un artiste l’équivalent du revenu qu’il pouvait toucher pour 1 million d’écoutes en streaming gratuit et 250 000 écoutes en streaming payant.

Lire Plus =>

Un parfum de Portugal flotte sur Paris

Le Fado, musique typique portugaise, peut se découvrir de nouveau à Paris

Le mot fado est dérivé du latin fatum, « destin ». Le verbe portugais « fadar » signifie « prédestiner ».

Style musical incontournable du Portugal, le fado est un chant mélancolique. Il exprime une certaine nostalgie d’une chose perdue, ou jamais atteinte. La chanteuse ou le chanteur de fado, qu’on nomme « fadista », « fadiste » en français, est accompagné-e par une « guitarra » (sorte de cistre en forme de mandoline) et par un « violão », guitare basse acoustique — des instruments à cordes pincées. À Lisbonne, le fado peut être aujourd’hui accompagné au violon, au violoncelle ou à l’orchestre, mais il ne se dispense pas de la guitare portugaise. Ce chant exploite en général des thèmes récurrents : la « saudade¹ », l’amour inaccompli, la jalousie, la nostalgie des morts et du passé, la difficulté à vivre, le chagrin, l’exil… 

Né dans les quartiers populaires du Portugal dans les années 1820/1840, le fado s’est ensuite étendu pour être aussi écouté et apprécié par la bourgeoisie.

Lire Plus =>

Le Windies, bar éphémère de l’hôtel La Batelière. Semaine du 25 au 30 août

Pour la fermeture des Windies : la der des ders…

Du Mardi au Dimanche  :

16h/18h Thé Pays ((Dégustation de thé, café, pâtisseries et mignardises) – Playlist by TETZ – Une ambiance unique pour vos rendez-vous d’affaires – Un moment gourmand à partager en famille ou entre amis

Samedi 29 Août :

16h à 18h30 : K’RIBEAN FIT by STEPHANIE COTREBIL
Le concept « Boost your energy » débarque au WINDIES pour une session fitness kraché difé sur des mix de DJ KILLERZ
Entrée libre : Uniquement sur réservation
17h/19h : MASTER CLASS (Session de 30min) avec les rhums TROIS-RIVIERE/ Vente privée de bouteilles – Uniquement sur réservation
ROOTS AND GROOVE « FESTIVAL » /  CEREMONIE DE CLÔTURE
20h30 : ROOTS AND GROOVE By RAYMONIA MOCO reçoit MAHER BEAUROY
Et de nombreux invités de sa saison – Entrée libre (consommations obligatoires), uniquement sur réservation –
22h30/00h : Dj ACE (Collectif TAG LIFE)

Dimanche 30 Août 

Lire Plus =>

Alfred Varasse : Un véritable plaidoyer en faveur du tambour martiniquais

— Propos recueillis par Rodolf Étienne —

Percussionniste, enseignant en tambour, griot de la tradition, Alfred Varasse poursuit son engagement de militant en faveur de l’instrument et du patrimoine, nous invitant à une relecture de notre histoire, avec le tambour martiniquais au centre du discours, au cœur même du débat. Il revient sur son parcours de musicien et nous témoigne son engagement qui n’a en rien changé, sinon évolué, pour plus de place encore pour ce mythique instrument, au sein de la société martiniquaise et, plus largement, antillaise.

Pour rentrer dans le vif du sujet, tout commence pour toi en France, par une rencontre, et plus encore, par une relation suivie avec Aimé Césaire ?

Oui, effectivement. Quand je rencontre Aimé Césaire(1), je suis musicien à Paris, percussionniste-batteur, et j’expérimente de nouvelles approches avec des musiciens tels qu’Emilien Antile(2), Al Lirvat(3) ou encore Henry Guédon(4), avec lesquels j’interviens sur des albums. Je suis arrivé en France en 1973. Je vivais alors une vie de musicien professionnel et je profitais de ces expériences pour améliorer mes qualités et mes compétences.

Lire Plus =>

Biguine Jazz  Festival : un évènement musical majeur

Du 15 au 25 aout 2020

Big band

Le Biguine Jazz Festival est un festival jazz afro caribéen et créole, son principal but est de révéler notre jazz reposant sur nos racines rythmiques traditionnelle tout en étant ouvert sur le monde par ses créativités mélodiques et harmoniques et à la virtuosité des musiciens…

Malgré les contraintes imposées par le coronavirus, les organisateurs proposent un programme riche avec des artistes en résidence pendant 8 jours, un film mémorisant ces moments et un concert de restitution.

 Le Big’In Jazz Collective 

L’idée de lancer une vitrine promotionnelle de la musique passe par la création d’un ensemble de musiciens de la Caraïbe (Martinique- Guadeloupe Haïti). Huit musiciens-créateurs composent ce Big in jazz collective : Maher Beauroy, Sonny Troupé, Tilo Bertholo, Yann Négrit, Ludovic Louis, Ralph Lavital, Jowee Omicil, Stéphane Castry.

Leur mission est d’assurer le rayonnement, la valorisation et la transmission du répertoire caraibéen incarné par plusieurs grands noms (Léona Gabriel, Alexandre Stellio, Eugène Mona, Kali, Marius Cultier, Solon Goncalves, Malavoi). 

 

Le Big In Jazz In The Cloud est fier de vous présenter le Biguine Jazz Collective 🎉✨🎉💫 Le BJC est un collectif de…

Publiée par Biguine Jazz Festival sur Vendredi 14 août 2020

 

Lire Plus =>

Une 18e édition du festival « Biguine Jazz » très particulière

Le Biguine Jazz Festival

Il se déroulera du 15 au 25 août 2020. C’est un festival qui « se positionne clairement comme le festival de référence du Jazz Afro-Caribéen, en terme de révélations et de découvertes. Pour ce faire, il  exploite le vivier inépuisable des jeunes artistes émergents qui seront les têtes d’affiche de demain. » (Publication du Festival 2019)

Malgré les contraintes imposées par le coronavirus, les organisateurs proposent cette année un programme riche, avec des artistes en résidence pendant huit jours, un film pour garder la trace de ces moments inoubliables, et un concert final de restitution.

Du 17 au 24 août, la villa Chanteclerc à Fort-de-France, accueillant une résidence d’artistes, se transformera donc en studio artistique. Les invités de « Biguine Jazz »  vont travailler ensemble, arranger les standards de la musique antillaise et du jazz caribéen… À l’issue de cette résidence, le « Big In Jazz Collective » doit proposer un répertoire de huit œuvres, sept titres arrangés plus une composition, le mardi 25 août 2020 à 20h00, dans les Jardins de l’Appaloosa, au François.

 

Le Big’In Jazz Collective 

L’idée de lancer une vitrine promotionnelle de la musique passe par la création d’un ensemble de musiciens de la Caraïbe (Martinique / Guadeloupe / Haïti).

Lire Plus =>

Gwendoline Absalon : « Le créole est pour moi une poétique et une langue sacrée »

— Par Michel Bampély —

Dans ce portrait qui lui est consacré, l’une des figures montantes de la scène des musiques du monde, évoque son parcours mené de luttes contre le déterminisme familial et son émancipation par la créolité.

Parce qu’« un bon cœur soulage toujours un cœur en peine », la voix apaisante et l’élan poétique intense de Gwendoline Absalon, remplit mon salon dans lequel défilent sur la platine, une à une, les chansons de son dernier album Vangasay. « J’ai toujours aimé faire des concerts dans des structures hospitalières, avec des gens à handicap très lourd. J’accompagne les gens dans un cheminement parfois difficile ». Et l’on se sent bien après l’écoute du disque, comme emporté par la voix bienveillante et le chant initiatique de cette jeune passeuse native de Saint-Denis de l’île de la Réunion. Les arrangements du pianiste Hervé Celcal, entre pop, jazz, et world feront le reste. Ils créeront en moi cette sensation de mieux-être telle une plante tropicale aux vertus thérapeutiques. « Il est important d’être à l’écoute des autres et de mon propre corps » ajoute la chanteuse.

Lire Plus =>

« Partez en vacances en Martinique » et en musique!

Du 1er au 30 août, de nombreux concerts gratuits auront lieu dans différents hôtels de la Martinique. Une opération programmée par le Comité Martiniquais du Tourisme afin de soutenir deux secteurs particulièrement impactés par la crise sanitaire : le tourisme et l’événementiel. L’épidémie de Covid-19 sévissant toujours, les normes sanitaires et la limitation du nombre de participants resteront bien évidemment en vigueur.  Il faut réserver sa soirée auprès des hôtels concernés.

Ainsi, durant tout ce mois d’août, une trentaine d’artistes se produiront dans 12 hôtels de la Martinique.

Les concerts offrent un accès gratuit grâce à un partenariat entre la Collectivité Territoriale de Martinique via le Comité Martiniquais du Tourisme et l’Etat, via la Direction des Affaires Culturelles (DAC).

Parmi les artistes inscrits dans une programmation musicale très éclectique, on peut citer : Harry Diboula, Kali, Godzom, Pipo Gertrude, Guy-Marc Vadeleux, Max Telephe, Joël Lutbert, Victor O, Roro Kaliko…

Lire Plus =>

Découvrir le « matrimoine musical », un site répertorie les œuvres de plus de 700 compositrices

Baptisée « Demandez à Clara », en référence à Clara Schumann, cette base de données lancée en juin rassemble 4 662 œuvres, de 1618 à 2020.

De Francesca Caccini au XVIIe siècle à Camille Pépin au XXIe : une plateforme numérique répertorie les œuvres de plus de 700 compositrices pour faire découvrir des artistes longtemps éclipsées. Baptisée Demandez à Clara, en référence à Clara Schumann (brillante pianiste, compositrice et épouse du célèbre compositeur) cette base de données gratuite a été lancée en juin par une équipe dirigée par Claire Bodin, directrice du festival Présences féminines consacré aux compositrices du passé et du présent.

« Depuis notre tendre enfance, on n’entend pas de musique de compositrices, ou si rarement qu’on n’en garde pas la mémoire« , affirme Claire Bodin à l’AFP. « A nous musiciens et musiciennes, aucun ‘matrimoine’ n’a été transmis ; on a été biberonné à l’idée du génie du grand compositeur, toujours un homme, sans jamais s’interroger sur le répertoire des compositrices« .

Cet outil, financé par l’action culturelle de la Sacem, a répertorié pas moins de 4 662 oeuvres de 770 compositrices de 60 nationalités, de 1618 à 2020.

Lire Plus =>

JazZ à la PoiNTe ! de retour à la Pointe Faula

Jazz à la Pointe redémarre dès le mois Août pour 3 journées de festival à la Pointe Faula, Vauclin, Martinique. 

*JazZ à la PoiNTeLe Dimanche 2 Aout : Raymonia Moco et R’Nold nous embarqueront dans leur SOUL TRAIN!

Raymonia Moco chanteuse et choriste aux multiples influences : gospel, soul, jazzy, zouk, traditionnel antillais et bien d autres. évolue en qualité de choriste sur les scènes aux côtés d artistes renommés, mais s impose et est reconnue comme chanteuse lead
R’Nold , « la voix qui fait vibrer les cordes sensibles », ,est un chanteur et Compositeur- Interprète Martiniquais de Black and Pop Music…

*Festival Sé Ta NOU! Le Samedi 29 Août, pour la première fois sur notre scène, straight from Gwada : Missié SADIK!

Lire Plus =>

Apprendre le Beatbox, avec l’artiste martiniquais VEN

L’artiste VEN, Human Beatboxer, sera en résidence au Domaine de Tivoli tout le mois d’août. Il sera accueilli par l’association « Terre d’Arts » en partenariat avec Tropiques Atrium, dans le cadre du programme « TRANSAT » (voir ci-dessous).

Venez à sa rencontre, ou participez aux ateliers qui auront lieu tous les mercredis du mois : 5, 12 19 et 26 août !

Les Ateliers

Pour les enfants à partir de 7 ans : Atelier « Découverte du BeatBox »
De 11h à 12h – tous les mercredis du mois d’août

Pour les adolescents et adultes : Atelier « Sensibilisation à la création musicale »
De 14h à 17h – tous les mercredis du mois d’août

Nombre maximum de participants : 10. Merci de bien vouloir vous inscrire à l’adresse suivante : venicebeatbox@gmail.com

Retrouvez Ven – Human Beatboxer :

— sur facebook

— sur madinin’art

— sur instagram

Qu’est-ce que le programme « Transat »  ? 

Le projet de l’artiste VEN, en lien avec Tropiques Atrium et Terre d’Arts, a été sélectionné pour la Martinique dans le cadre de ce programme.

Lire Plus =>

Jocelyne Béroard en concert

Dimanche 26 juillet 2020 à 19h au parc culturel Aimé Césaire

Une belle personne, une femme de caractère, une voix qui n’appartient qu’à elle et qu’elle offre en partage pour le bonheur de tous avec un souci de vérité, de sincérité et de générosité.

Lire : Jocelyne Béroard au lycée Schoelcher

  Jocelyne Béroard, dans la vie comme sur la scène ne triche pas. Profondément humaniste elle refuse tout communautarisme et se donne comme mot d’ordre : Avancer!

La Présidente du SERMAC :« C’est une artiste de dimension internationale qui est profondément enracinée dans sa culture créole. Il était nécessaire qu’elle vienne enflammer le cœur des Martiniquais. C’était naturel que ce soit elle. Ce sera un très grand moment de notre festival ».

Dans l’ouvrage « Les apparences dépouillées », une suite d’entretiens menés par Laurent Laviolette Jocelyne Béroard déclare page 172 :

J’ai vécu vingt-six ans en France métropolitaine, et depuis les années 2000, je vis en Martinique. Je connais donc bien les coulisses du show-business français. L’industrie du disque signait principalement avec des courants musicaux à la mode, parce que c’était rentable d’un point de vue économique.

Lire Plus =>

Candidature à la Maison Blanche : coup de « com » ou réelles ambitions ?

L’artiste Kanye West dévoile quelques éléments de son programme présidentiel.

Qui est Kanye West ?

Selon Wikipédia : « Rappeur, auteur-compositeur-interprète, réalisateur artistique, réalisateur et designer américain, Kanye West est l’un des plus gros vendeurs de disques de l’industrie musicale, avec plus de 32 millions d’exemplaires vendus et 100 millions de téléchargements à travers le monde. Il est également l’un des artistes les plus récompensés aux États-Unis d’Amérique, à 21 reprises lors des Grammy Awards, ce qui fait de lui un des artistes ayant le plus de victoires, et le plus jeune avec un si grand palmarès ».

Le rappeur et homme d’affaires américain Kanye West a annoncé samedi 3 juillet 2020 dans un Tweet qu’il se portait candidat à la prochaine présidentielle des États-Unis de novembre. Est-ce à considérer ? Apparemment oui, si l’on en croit l’interview publiée mercredi dans le magazine économique « Forbes ». À défaut de véritable programme, Kanye West lève le voile sur quelques grands axes de son plan. Mais doit-on pour autant prendre au sérieux ce rappeur à l’attitude de plus en plus erratique ces dernières années ?

Lire Plus =>

Dire le Coronavirus en chansons ?

Avec plus ou moins de bonheur, plus ou moins de pertinence ou d’impertinence, plus ou moins de justesse et de subtilité, des chanteurs ont voulu exprimer leur ressenti. Ou faire un constat post-confinement. Ou tirer des leçons de ce que nous venons de vivre. Si Pierre Perret semble convaincre, Renaud quant à lui désespère ceux qui par-delà les années lui sont restés fidèles !

« Corona song », la nouvelle chanson de Renaud : embarrassante ? La question est posée.

S’il est resté discret durant le confinement, qu’il a passé dans sa résidence de l’Isle-sur-la-Sorgue, le chanteur a pris ses fans par surprise, ce mercredi 8 juillet, en dévoilant un titre sur le Covid-19. Nombreux sont ceux qui ont manifesté leur consternation après avoir écouté la chanson intitulée « Corona Song ». Très vite, l’effet de surprise a cédé la place à une grande consternation. Sur la forme comme sur le fond, « Corona Song » constitue le geste le plus embarrassant d’un homme qui jusqu’à présent s’est relevé de tout. Heureux pour Renaud que le ridicule ne tue pas : cette chanson franchit allègrement les limites du genre.

Lire Plus =>

Le poète dub jamaïcain Linton Kwesi Johnson lauréat du PEN Pinter Prize 2020

Poète et icône du reggae, Linton Kwesi Johnson, 67 ans, est le lauréat 2020 de ce prix créé en hommage au dramaturge Harlod Pinter et dédié à la liberté d’expression.

Qualifié de « légende vivante » par un des membres du jury, le poète jamaïcain et reggaeman Linton Kwesi Johnson s’est vu décerner mardi 7 juillet le PEN Pinter Prize 2020, notamment pour « sa férocité politique » et son « impact culturel colossal« . Il recevra son prix lors d’une cérémonie virtuelle en octobre prochain.

Créé en 2009 par l’organisation caritative PEN en hommage au dramaturge Harold Pinter, disparu en 2008, et dédié à la liberté d’expression, ce prix récompense chaque année un écrivain qui, comme l’avait dit Harold Pinter en recevant son prix Nobel en 2005, a su jeter « un regard inébranlable et indéfectible  » sur le monde et montrer une « détermination intellectuelle farouche pour définir la véritable réalité de notre vie et de nos sociétés  ».

Un lauréat honoré mais étonné

Linton Kwesi Johnson, 67 ans, s’est montré surpris de recevoir le PEN Pinter Prize, sept ans après avoir déjà obtenu le Golden PEN Prize.

Lire Plus =>