Archives du Mois: mars 2017

Piano classique à l’Atrium

— Par Selim Lander —

Dans toutes les époques les vieux réactionnaires ont été inaudibles et même ridiculisés. Qu’on permette quand même à l’un d’entre eux d’exprimer son bonheur (nul n’est obligé à le lire). Oui, ce fut un bonheur d’écouter enfin, pour la première fois en Martinique lors de cette saison 2016-2017, un instrument, le piano en l’occurrence, dans toute sa pureté ou sa simplicité, comme on voudra. Car si nous avons déjà entendu cet instrument pendant le festival de jazz, il était systématiquement amplifié, à l’instar des autres instruments, comme si désormais, pour les musiciens d’aujourd’hui, l’important avant toute chose était d’en mettre plein les oreilles des auditeurs. Il y eut certes des moments de grâce : parfois, dans ces concerts, le batteur a accepté de se calmer, les guitares et basses électriques se sont tues, et l’on a pu avoir une idée de ce que furent les petites formations de jazz d’antan lors d’un bref solo du piano ou un duo piano-contrebasse avec ou non accompagnement discret de la batterie.…

Lire Plus =>

La robotisation détruit plus d’emplois qu’elle n’en crée, selon une étude

— Par Luc Lenoir —
Deux chercheurs du Massachussetts Institute of Technology (MIT) et de la Boston University viennent de publier une étude sur les effets de la robotisation sur l’emploi. Contrairement à leurs précédentes recherches, leurs conclusions sont assez inquiétantes.

Les robots tuent-ils nos jobs? En passant de la théorie à l’analyse empirique sur l’évolution du secteur industriel, deux chercheurs du MIT et de la Boston University sont largement revenus sur leurs conclusions. En mai 2016, la publication de Daron Acemoglu et Pascual Restrepo affirmait que l’apparition des robots dans un secteur se traduirait par une création d’emplois qualifiés qui recyclerait les anciens métiers manuels, et que la transition serait bénéfique pour le niveau de rémunération.Leurs nouveaux travaux, publiés ce mois de mars 2017, prennent appui sur une observation de l’emploi industriel aux Etats-Unis entre 1990 et 2007. Les résultats semblent contredire largement les théories précédentes, les deux chercheurs affirmant désormais: «nous constatons un effet négatif sérieux et marqué des robots sur l’emploi et les salaires».…

Lire Plus =>

A la Croisée/Immersion

Du 4 avril au 29 avril 2017

Peintures D’Iskias PANNIER-FRAINO et de Véronique BOURDON
Galerie Tout’Koulè – Village de la Poterie des Trois-Ilets

Iskias Pannier-Fraino franco-venezuélien et Véronique Bourdon martiniquaise exposent leurs peintures dans l’espace d’art contemporain de La Galerie Tout’Koulè. Les deux jeunes artistes caribéens se sont rencontrés à Pool Art Fair Martinique en novembre 2016 à Fond Rousseau.

Donnant suite à ses Moments Madras, Iskias présente A la croisée : une vingtaine de toiles peintes et dessinées, emplies de nostalgie, d’humour et de tendresse pour le pays Martinique. Ses thèmes de prédilection racontent des scènes de la vie quotidienne martiniquaise rurale et urbaine, issues de son vécu et de son imaginaire où se mêlent tradition et modernité.
Ses œuvres construites selon des entrecroisements de bandes de papier de couleurs, marouflées sur la toile rappellent les motifs géométriques des tissus madras. Dans les vides des entrelacs, tout autant que sur les bandes et dans les marges, Iskias figure à la peinture et au dessin, personnages et décors.…

Lire Plus =>

A.P.C. : soutien au peuple guyanais

 

Asamblea de los Pueblos del Caribe

Assembly of Caribbean People

Assemblée du Peuple Caraïbe

Assemblee van het Caraibissch Volk

Asanble Pep Karayib La

 

DECLARATION DE L’ASSEMBLEE DES PEUPLES DE LA CARAIBE (APC) : SOUTIEN AU PEUPLE GUYANAIS EN LUTTE
Après la vague des mouvements populaires de 2008 et 2009, la grève générale en Guyane exprime le rejet de la politique du pouvoir colonial et le niveau des luttes populaires dans les territoires sous domination française. L’Assemblée des Peuples de la Caraïbe salue la puissante mobilisation unitaire du Peuple Guyanais.
Le peuple Guyanais pose des revendications légitimes concernant l’insécurité, l’éducation, la santé, le développement, l’emploi et la répartition des richesses. ; Il indique aussi clairement sa volonté qu’on s’attaque aux causes des problèmes, en réclamant des moyens conséquents. La multiplication de plans annoncés par les autorités françaises, au cours de dizaines d’années n’a jamais porté de solution aux problèmes du Peuple Guyanais. La multiplication des prisons, la présence de forces militaires –dont on connait le rôle dans les pays concernés- ne seront jamais des réponses ni rassurantes, ni définitives.…

Lire Plus =>

La genèse du Dernier des Justes : André Schwarz-Bart, un « porteur du temps »

7 avril, 14-17 h, Ecole Normale Supérieure, 29 rue d’Ulm, Paris 5, salle 235 C

— Par Francine Kaufmann —
Dans le cadre du séminaire « manuscrit francophone » de l’ITEM
                                                          
Le Dernier des Justes  (*)   premier roman d’André Schwarz-Bart (1928-2006) paru au Seuil en 1959 eut un impact considérable dès avant l’attribution du Prix Goncourt qui le consacra et lui assura une des ventes les plus importantes dans l’histoire du prix. Le livre fut traduit dans un nombre considérable de langues, l’édition américaine dépassant à elle seule les 500 000 exemplaires. C’est que, en français en tout cas, à une époque où le silence pesait encore sur la Shoah, le roman constituait une des premières  sagas identitaires  (Francine Kaufmann) aboutissant à elle : débutant au Moyen Âge, le récit mythico-historique parcourt près de neuf siècles, des Croisades à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, de York à Auschwitz en passant par la Pologne, l’Allemagne et la France pour décrire à la fois le processus qui a mené au génocide et l’esprit dans lequel les Juifs de la diaspora ont vécu cet avènement dans une Europe chrétienne.…

Lire Plus =>

De la négritude au Tout-Monde, histoire d’un dépassement.

— Par Roland Sabra —

« Nous sommes de ceux qui disent non à l’ombre », m.e.s. de Margaux Eskenazi

Ils étaient trois, comme les rois mages, les pyramides, les Parques, les Grâces, ou les marches du podium. Sur la plus haute sans doute Césaire, sur la seconde Senghor, sur la troisième Damas le moins connu mais surement le plus combatif, le plus passionné.

Au cours de la bal(l)ade qui va des pères de la négritude aux chantres de la créolisation du monde Margaux Eskenazi dans « Nous sommes de ceux qui disent non à l’ombre » revisite les textes fondateurs autour desquels s’articule la recherche identitaire afro-caribéenne. C’est par un extrait opportun d’ « Écrire en pays dominé » qui d’emblée contextualise le propos que se fait l’ouverture, vite suivie de Black Label avec son refrain incantatoire et imprécatoire, Black-Label à boire / Pour ne pas changer / Black-Label à boire / A quoi bon changer. Puis c’est Aimé Césaire, incarné par Armelle Abibou qui rappelle les conditions d’émergence de la négritude «  …simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de noir, de notre histoire et de notre culture.

Lire Plus =>

Premier congrès mondial de traductologie

Du 10 au 14 avril 2017 à Nanterre

Le 1er Congrès mondial de Traductologie qui se tiendra à l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense est organisé par la SoFT (Société française de traductologie, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense), La SEPTET (Société d’Études des Pratiques et Théories en Traduction, Société de spécialité de la SAES), le Laboratoire MoDyCo (Modèles-Dynamiques-Corpus, UMR 7114, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense), le CREA (Centre de Recherches anglophones, EA 370, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense).
L’Institut du Tout-Monde est partenaire de l’un des événements académiques majeurs de 2017 : la tenue à l’Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense, du 10 au 14 avril, du premier Congrès mondial de traductologie, qui réunira pendant cinq jours les spécialistes internationaux de cette discipline encore jeune nommée traductologie, étude de l’histoire, des théories et des pratiques de la traduction. Après avoir créé en 2014 parmi nos programmes pluridisciplinaires, un « Cycle Traduction » qui connaîtra en 2017 sa seconde session, nous sommes très heureux de nous associer à cet événement important, d’autant plus qu’il vise à affirmer l’autonomisation d’une discipline qui, ces dernières années, a cherché à asseoir un corpus épistémologique spécifique.…

Lire Plus =>

60 ans d’Europe : nou ront sa ?

— Par Roger de Jaham —

Le Traité de Rome signé le 25 mars 1957 par six pays (l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas) a jeté les bases de l’Union Européenne (UE), qui aujourd’hui regroupe 28 nations* et compte pas moins de 510 millions d’habitants, constituant ainsi le premier marché économique mondial.

Au-delà des chiffres, ce projet -unique dans l’histoire de l’humanité- a surtout garanti la paix à des millions de femmes et d’hommes pendant plus de 60 ans, une première dans l’histoire européenne. Il a aussi apporté la liberté à des millions d’Européens des pays de l’est, qui ont durement souffert sous les dictatures communistes. C’étaient là les objectifs premiers du Traité de Rome, qui évoquait uniquement « les sauvegardes de la paix et de la liberté » par une coopération économique élargie.

C’est dans l’Acte unique (1986) que les États-membres se sont déclarés « décidés à promouvoir ensemble la démocratie en se fondant sur les droits fondamentaux ».

Lire Plus =>

Festival d’Avignon, un programme à l’international

— Par Marie-José Sirach —

Olivier Py a présenté le menu de la prochaine édition. Avec, en guest star, Christiane Taubira.

C’est au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, à Paris, qu’Olivier Py a joué les maîtres de cérémonie pour présenter à la presse la teneur de la 71e édition du Festival d’Avignon: 34 créations, 41 spectacles, du jeune public, du moins jeune public, des expositions, un spectacle itinérant, du théâtre, de la danse, de l’entre-deux baptisé « indiscipliné », des habitués, des pas habitués…

La cour d’Honneur accueillera un spectacle de l’immense metteur en scène japonais Satoshi Miyagi, qui, il y a trois ans, à la carrière Boulbon, nous avait enthousiasmés avec son Mahabharata. Il a choisi de monter Antigone, de Sophocle, féministe avant l’heure, une rebelle, celle qui dit non. Il sera beaucoup question de femmes dans les pièces montées de cette prochaine édition, qu’elles soient héroïnes ou metteures en scène. Il sera aussi beaucoup question d’Afrique, avec des metteurs en scène et chorégraphes qui viendront présenter la vitalité et l’énergie de la scène subsaharienne : Afrique du Sud, Rwanda, République démocratique du Congo, Bénin, Burkina Faso…

Christiane Taubira s’est vu confier le feuilleton inauguré il y a deux ans par Alain Badiou, un rendez-vous quotidien ouvert au public (gratuit).…

Lire Plus =>

Yékri n°6 d’avril 2017

Yékri … Yékra ! Comme ce cri poussé par les conteurs au début des contes créoles d’antan lontan pour solliciter l’attention de leurs auditoires, la newsletter Yékri veut attirer l’attention sur la culture créole, sur les talents ultramarins au sens large. Elle reprend l’objectif de la newsletter Elokans dont elle se veut l’héritière : « représenter une effervescence kréyol en diffusant des informations socio-culturelles liées à l’Outre mer, particulièrement de la Caraïbe et de l’Océan indien. » (Véronique LAROSE, créatrice de la publication Elokans). Elle en reprend également les principes :

 

Télécharger le n° 6 d’ avril 2017

BOUCLAGE DE Yékri n° 7 de mai 2017 : le vendredi 28 avril 2017

CONDITIONS de diffusion de vos actualités socio-culturelles. Yékri paraît mensuellement. Ainsi, pour le relais de vos actualités, adressez-moi ces infos un mois avant :

  • descriptif complet de l’événement : textes en version WORD de préférence, images en JPG ;

  • indications nécessaires : date et horaire, adresse précise de la manifestation, accès-transports,

personne(s) à contacter.

  • chaque structure, chaque particulier s’exprime en son nom propre.



Lire Plus =>

6e conférence du CEREAP: Paul Gauguin en Martinique

Mardi 4 avril 2017 à 18 h

Salle polyvalente de l’ÉSPÉ de Martinique
Conférencières : Anne-Catherine Berry, Lise Brossard, Christelle Lozere
Modérateur : Dominique Berthet

En avril 1887 Paul Gauguin et son ami peintre Charles Laval s’embarquent pour Panama « pour vivre en sauvage. […] . J’emporte mes couleurs et mes pinceaux, et je me retremperai loin de tous les hommes.». Gauguin travaille au percement du Canal dans des conditions difficiles et cherche rapidement à quitter l’île.

En juin 1887 les deux amis débarquent à la Martinique où ils avaient fait escale et s’installent au Carbet dans une ancienne case-à-nègres. Gauguin y passe environ 5 mois.

C’est une révélation pour le peintre : « Je rapporterai une dizaine une douzaine de toiles dont quatre avec des figures bien supérieures à mon époque de Pont-Aven. […] malgré ma faiblesse physique, je n’ai jamais eu une peinture aussi claire, aussi lucide par exemple beaucoup de fantaisie)».

Malgré sa maladie – la malaria contractée à Panama – Gauguin peint une quinzaine de toiles et réalise de nombreux croquis, pastels et aquarelles.…

Lire Plus =>

La chasse aux œufs avec les enfants de « Copain du monde »

— Par le Secours Populaire Français .—

A l’occasion du « Printemps de la solidarité mondiale », le Secours populaire français organise, en avril, partout en France, de grandes chasses aux oeufs. L’argent collecté permet de financer des projets de solidarité dans le monde et l’organisation de villages d’enfants « Copain du monde ».
Les bénévoles et les enfants de « Copain du monde » qui fêtent cette année les 25 ans du mouvement préparent ces journées festives afin de permettre aux familles de profiter d’un moment convivial rassemblant petits et grands. Le principe est simple : après avoir acheté un « permis de chasse », les enfants et leurs parents cherchent les oeufs décorés et cachés dans les parcs ou les forêts et les échangent ensuite contre des friandises (Kinder soutient le Secours populaire en offrant des oeufs).
A Paris, 20 000 personnes sont attendues pour 2 grandes chasses aux oeufs, les 16 et 17 avril, de 10h à 17h, au pied de la tour Eiffel, au Champ-de-Mars.…

Lire Plus =>

Plutôt du côté des Progressistes que des Conservateurs !

— Par Lucien Cidalise Montaise —
Dans les salles obscures, cinéma par ex, les hôtesses, en même temps qu’elles placent leur client, s’évertuent à crier à leur adresse «  Demandez le programme. » Celui du film. Notre avenir étant en jeu, nous nous adressons aux Martiniquais en leur demandant de réclamer et de lire les programmes de tous les candidats à la Présidentielle et à toutes les élections à venir. Lisez les et faites les vous expliquer dans le cas où vous buteriez sur une proposition équivoque. Imposez les dans tous les médias.
Vous comprendrez pourquoi il faut voter Mélenchon au 1er tour de ces Présidentielles. Appliquer le principe simple, efficace et démocratique résumé ainsi « Au premier tour on choisit, au second on élimine… ». Vous pouvez toujours dans le cas d’une situation embarrassante, voter pour le moindre mal ! ou voter blanc. Mais votez d’abord selon vos convictions et vos engagements. Malheureusement, on constate que ce principe est jeté aux orties. Des gens « raisonnables » voteront pour celui ou celle que les Granzongles et Kinboiseurs prétendent être le meilleur, applaudissant de contentement les grandes lignes de ces programmes dignes d’un poème à la Prévert et inspirées de Trump.…

Lire Plus =>

Communiqué de la LDH de Guadeloupe

— Ligue des Droits de l’Homme en Guadeloupe —-
Les sections de la Ligue des Droits de l’Homme en GUADELOUPE expriment leur horreur à la suite de l’agression ignoble d’un enfant de 10 ans d’origine guadeloupéenne, élève à l’école primaire Marcel PAGNOL de Veauche (Loire), ville dans laquelle vivent ses parents depuis longtemps.

En effet, le 14 mars 2017, dans la cour de récréation, ce gamin a été violemment pris à partie par d’autres élèves, du même âge ou plus âgés ; jeté au sol, il a été frappé à la tête, aux côtes, au bras et aux jambes, les blessures constatées médicalement ont entraîné un arrêt de travail de 14 jours.

En attendant les suites de la plainte déposée entre les mains du Procureur de la République, cette agression dépasse l’entendement et fait suite à des précédents actes d’intimidation et de harcèlement exercés à son encontre en raison de sa couleur de peau. Ces actes avaient pourtant fait l’objet de signalements aussi bien à l’Inspection Académique qu’à la Municipalité de Veauche, mais ils seraient demeurés sans suite.…

Lire Plus =>

RCM 2017 – Suite (4) et Fin

Félicité, Clôture

—Par Selim Lander —

Félicité d’Alain Gomis

Voilà un film reconnu par la critique (sélectionné à Berlin, Étalon d’or au dernier FESPACO) qui laisse néanmoins une impression mitigée. Le résumé dans le programme du RCM est parfaitement exact. L’héroïne, Félicité est bien une chanteuse qui se produit dans un bar, « libre et fière » ; à la suite de l’accident de moto de son fils, elle se lance dans Kinshasa à la recherche de l’argent nécessaire pour l’opération ; il y a également un homme, un mécanicien, Tabu, qui s’intéresse à elle : assez d’ingrédients pour faire un bon film.

De fait, on peut regarder ce film comme une tragédie, au sens moderne du terme. Voilà en effet une femme dure, une femme « debout » qui traverse les épreuves avec un courage indomptable. Et les épreuves ne manquent pas quand on est une femme seule, obligée de se débrouiller par elle-même dans la jungle d’une grande ville du Tiers-Monde. La partie centrale du film qui montre Félicité se débattant pour que son fils soit correctement soigné peut être regardée comme une docu-fiction.…

Lire Plus =>

Suisse, Fondation Michalski : les collages & facéties de Jacques Prévert

— Par Dominique Daeschler —

Posée en pleine nature, au lieu-dit Bois Désert, non loin de Lausanne la fondation Michalski pour l’écriture et la littérature, en lorgnant du côté du Léman et des alpes, s’offre le luxe d’une bibliothèque, d’un auditorium et de cabanes suspendues ( pour les résidences) dans une canopée de béton soutenue par une centaine de colonnes.
Elle abrite jusqu’à fin avril une exposition des collages de Jacques Prévert (centenaire de sa naissance cette année).
Fantaisiste, non conformiste, lié très jeune aux surréalistes, Prévert entretient tout au long de sa vie des liens profonds d’amitié avec des artistes tels Miro et Picasso qui l’encouragent dans sa passion du collage. Comme en poésie, l’image est au cœur de sa vie avec, ce qu’on sait moins, une pratique quotidienne du dessin.
Pour ses collages il fait feu de tout bois : images pieuses, magazines, cartes postales reproductions, photos. A partir de cette matière première, il détourne le sens attendu, crée des rencontres insolites, dépayse, chamboule les lieux communs dans une composition rigoureuse.…

Lire Plus =>

En Guyane tout est vu, entendu et connu, sauf la solution

— Par Yves-Léopold Monthieux —

Plus d’habilitations, plus de responsabilité, comme entendu de la bouche d’un sénateur guyanais, ne changeront pas grand chose à l’affaire, les pouvoirs locaux n’ont pas démontré leur aptitude à mieux faire que l’Etat lorsque l’occasion leur est donnée. Et puis, comme le dit un observateur guyanais, personne ne parle d’autonomie ou d’indépendance. Pour sa part, traduisant sans doute l’opinion dominante, un député ne cache pas son impuissance. Il ne voit pas, dit-il, comment les choses peuvent se régler. Donc pas de proposition autre que sectorielle : sécurité d’abord, santé, école, etc… la norme, en quelque sorte. Ce sont les désidératas auxquelles s’ajoutent, comme pour faire couleur locale, des susurrements identitaires.

Evidemment, les Guyanais auront des satisfactions et la grève générale sera levée comme toutes les précédentes. Mais quelles satisfactions et pour combien de temps ? Ils obtiendront des moyens nécessaires pour affronter les difficultés présentes qu’on peut résumer par un gros chèque. La situation de la Guyane ne sera pas réglée pour autant.…

Lire Plus =>

Tropiques-Atrium : programme Avril-Mai-Juin

— Éditorial de Hassane Kassi Kouyaté, Directeur, Tropiques Atrium Scène nationale —

Nous arrivons dans la dernière ligne droite de la saison.

L’oeuvre magistrale d’Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal, ouvre ce trimestre dédié aux écritures caribéennes. Métaphore, pour exprimer le focus que nous déclinons sur la Caraïbe, dans nos salles et dans Territoires en culture.

Télécharger le programme ci-dessous

Nous accordons une large place aux jeunes créateurs basés ici ou dans l’émigration : Catherine Dénécy (Mi-chaud Mi-froid), D’de Kabal (L’Homme-Femme mécanismes de l’invisible), Stanislas Sauphanor (L’Histoire du Royaume de Mirpou), Gaël Octavia (Cette guerre que nous n’avons pas faite), Franck Salin (Bòdlanmou pa lwen).

Jeunesse encore avec la seconde promotion de l’école de théâtre de Kokolampo à Saint-Laurent du Maroni en Guyane (La Nuit des rois), ou encore les lauréats de notre concours Émergence Musique Martinique car il est important de mettre en avant des artistes émergents et de les accompagner. Oxmo Puccino, artiste emblématique, est un temps fort musical qui relie les générations.…

Lire Plus =>

« Moonligth » de Barry Jenkins

— Par Guy Gabriel —

film américain; avec Ashton Sanders,Trevan Rhodes, Mahershala Ali, Naomis Harris

Le destin étrange d’un jeune américain noir dans un Miami qui se bat contre la drogue se présente comme une sorte de triptyque étouffant et passionnant à la fois ; Moonlight est la peinture d’une vie, celle, d’abord, de Little enfant mutique, puis de Chiron (Little devenu adolescent) cet enfant sans père élevé par une mère encore plus perturbée que lui et qui deviendra un jeune adulte violent, une manière pour lui de vivre dans un contexte chaotique, comme si il avait trouvé un moyen d’exister vraiment. Très curieusement, Moonligth est un film plutôt lumineux à la construction classique, en somme, mais mis en scène avec un certain brio ; on assiste à la prise de conscience de sa sexualité de ce garçon, d’abord par le regard des autres, puis par l’expérience ; tout cela est montré avec presque de la tendresse, même si, plus on avance dans le film, on sent que la violence va finir par s’installer dans vie à la fois banale dans cette société, mais où le désir de s’en sortir est loin d’être absent, quelqu’en soit les moyens utilisés ; car on sent bien que le propos du film, ne serait-ce qu’en filigrane, c’est la fracture sociale d’un pays qui s’avère être de moins en moins un pays où l’intelligence occupe une place prépondérante (l’arrivée de son actuel président au pouvoir en est la preuve évidente).…

Lire Plus =>

« La Confession », film de Nicolas Boukhrief

Par Guy Gabriel

 film français avec Romain Duris, Marine Vacth, Ann Le Ny

Nous sommes en pleine seconde Guerre mondiale, pendant l’Occupation ; Léon Morin est le jeune prêtre fraichement nommé dans un petit village français ; son arrivée provoque un certain émoi dans la population ; il est jeune et beau ; les hommes sont au front ou emprisonnés. Emoustillée par ses collègues de bureau, Barny, une jeune communiste, athée, et dont le mari est emprisonné au front, va finir par chercher à rencontrer ce prêtre afin de confronter ses idées aux siennes. Le rapport va être tendu, dans un premier temps….

Après Jean-Pierre Melville (1961), Nicolas Boukhrief s’empare du roman (Prix Goncourt 1952) de Béatrix Beck Léon Morin prêtre, pour en faire un film magnifique, à la fois sur une relation ambigüe entre une jeune femme, aux idées qu’on pourrait qualifier de progressistes et un jeune prêtre intelligent, généreux et attentif au monde qui l’entoure, et sur une époque trouble et troublée ; nous sommes, en effet, en pleine seconde Guerre mondiale.…

Lire Plus =>

Hommage à Henri Melon

— Par Edouard Ancet —

Cher Henri,

A Henri MelonA hauteur de notre proche amitié et également sous le signe de « Raconte-moi ta Commune », associant ma voix à celles de Philippe CUPIT et Daniel BERTE, j’ai plaisir à te présenter très brièvement… (parce que ce soir, nécessité fait loi.)
Nous sommes heureux de te voir honoré en ton Saint-Esprit même, en qualité d’Invité de la présente édition de «  Rencontres pour le lendemain ».

En Acte I, notre Martinique
Tu y vois le jour en 1935, « route du François, à Saint-Esprit, Antilles Françaises, colonie de la Martinique »…
Ainsi parla ton Ainé Alfred, dont cette toute neuve Maison Culturelle perpétue la mémoire. Tu enjambes avec succès tes scolarités spiritaines et lycéennes, couronnées en 1954 par ton succès au baccalauréat de Sciences Expérimentales.
En 1957, tu as 22 ans et, toujours dans le parfait sillage du Grand Frère, du prends le bateau pour la France.

En Acte II, à nous deux la France.
A ta bonne installation en tant que surveillant de lycée à Versailles, à la bonne conduite et au succès de ta licence de lettres modernes effectuée à La Sorbonne,s’associent des activités littéraires et culturelles dont principalement le théâtre que tu aimes bien pour avoir été un abonné fidèle, attentif, parfois critique lors des tournées martiniquaises de la Compagnie Jean Gosselin.…

Lire Plus =>

Yékri : actualités créoles

Gala de charité de l’APID

L’Association Pour l’Information et la Prévention de la Drépanocytose (APIPD) a le plaisir de vous convier à la troisième édition de son gala de charité, le vendredi 21 avril 2017 à partir de 19h au Chalet du Lac de Saint-Mandé, à l’orée du Bois de Vincennes.

La drépanocytose est une maladie génétique héréditaire due à une anomalie de l’hémoglobine, qui entraîne des crises extrêmement douloureuses et une morbidité excessive. A la fois peu et mal connue, cette pathologie qui ne cesse de s’accroître, plonge le malade dans un abyme de souffrance physique et morale ; sans parler des absentéismes que cela engendre pour les écoliers et les salariés.
Depuis 28 ans, l’APIPD joue un rôle incontournable et déterminant dans la lutte contre la drépanocytose. Créée le 28 novembre 1988, l’association est un soutien sans faille pour les malades et leur famille… Son objectif premier consiste à proposer une meilleure connaissance de la maladie afin de mieux prévenir les crises mortelles, mais aussi de sensibiliser et informer les futurs parents ainsi que la population dans son ensemble.…

Lire Plus =>

Aux RCM 2017, d’un continent à l’autre, les derniers feux sur la toile.

— par Janine Bailly —

De ces ultimes séances aux RCM, j’ai eu loisir de voir trois films, venus de continents ou pays différents, Afrique, Amérique, République de Haïti. Trois films propres à nous dépayser, par les lieux, par les personnages, par la forme ou par les sujets abordés.

Guetty Felin a écrit une ode à son île, Haïti, un poème d’images en forme de déclaration, et c’est  Ayiti mon amour, qui sur fond de mer et sable blond, entrelace la vie réelle aux fantasmes de ses personnages. De son île, quand bien même certains plans sont aptes à nous faire entrevoir la pollution des eaux, chiffons épars dans la mer, débris sur la côte au milieu des galets, quand aussi le jeune Orphée pleure son père disparu dans le dernier tremblement de terre, elle donne une vision belle et positive, presque idyllique, effaçant les clichés qui toujours nous parlent de misère et pauvreté, de catastrophes, cyclones et séismes.

L’intrigue reste assez mince, qui entremêle pourtant trois vies.…

Lire Plus =>

« Depwofondis », de Max Diatok

Mémorial Acte – Guadeloupe le 26 avril 2017 à 19h 30

— Par Roland Sabra —

Des profondeurs, je crie vers toi…! L’adresse peut être une prière, une chanson paillarde, une œuvre musicale, un chant d’amour (Oscar Wilde). Elle peut être celle d’un dieu quelconque, d’un amant du fond de sa prison mais c’est toujours un cri et Depwonfondis du chorégraphe guadeloupéen Max Diatok est un cri dansé. Un cri contre la dérive du monde vers les récifs naufrageurs du « Meilleur des monde » et de « 1984 ».

Noir sur le plateau. On les entend marcher avant même de les voir. A l’aveugle. Pas saccadés sur une bande son qui accompagne. Peu importe la destination. L’important est qu’ils marchent. Lumières. Ils sont trois. L’un en costume de ville, un autre en jogging coloré, baskets et veste à capuche, et le dernier en jean et tee-shirt marron col rond et manches courtes. Ils marchent donc, se croisent sans se voir, enfermés en eux-mêmes, dans l’ignorance du monde qui les entoure.…

Lire Plus =>

Médias. Hyperconnecté signifie-t-il hyperinformé ?

— Par Audrey Loussouarn —

Des lycéens du 13e arrondissement débattent autour de la question du rapport à l’information et à la politique. Bruno Arbesu

À l’occasion de la Semaine de la presse, des élèves de terminale se sont approprié le format radio afin de partager leur rapport à l’information et à la politique. Alors que certains vont voter pour la première fois dans un mois.

«Romain, dernière fois… » L’enseignante s’impatiente. Le jeune de 18 ans peine à lâcher son portable et à activer le mode avion, qui ne lui est pas familier. Une anecdote pile dans le thème de l’émission de radio qui s’apprête à être enregistrée dans le studio de Radio Clype, nichée à l’étage du lycée professionnel Galilée, dans le 13e arrondissement de Paris. Car, dans ce décor, Eugénie Barbezat, journaliste à l’humanité.fr, a choisi de se pencher sur le rapport à l’information et à la politique – les deux étroitement liés en cette année électorale – de huit élèves en terminale.…

Lire Plus =>