Étiquette : Spike Lee

Le festival de Cannes se prépare pour juillet, Spike Lee aux commandes du jury

La 74e édition du festival de Cannes, dont les préparatifs “battent leur plein” pour juillet malgré la pandémie, a un président du jury, le cinéaste américain Spike Lee, première personnalité noire à occuper la fonction.

Spike Lee devait présider le jury l’an dernier, mais le Covid a empêché le festival de se tenir. “Fidèle à ses engagements”, le cinéaste assumera cette fonction lors du festival qui doit se dérouler en début d’été (6 au 17 juillet), au lieu du mois de mai, ont annoncé les organisateurs.

“Les préparatifs battent leur plein, avec de nombreux films visionnés par le comité de sélection”, ont-il souligné, donnant rendez-vous “début juin” pour l’annonce de la Sélection officielle et de la composition du reste du jury, qui devra désigner le successeur de “Parasite” du Sud-Coréen Bong Joon-ho, Palme d’or 2019.

Cette 74e édition est attendue: si les conditions sanitaires permettent sa tenue aux dates prévues, il s’agira du plus important rendez-vous mondial du cinéma depuis plus d’un an. La plupart des autres grands festivals ont été contraints à l’annulation ou se sont tenus en ligne.

– “Passion pour le cinéma” –

La désignation de Spike Lee, cinéaste phare de la cause noire, auteur de films à la fois militants et grand public, confirme, après l’annonce de l’an dernier, le message envoyé par le prestigieux festival.

→   Lire Plus

En juin, retrouver le chemin des salles obscures !

Le Premier Miinistre a confirmé la réouverture ce 22 juin 2020 des cinémas, en France. Après plus de trois mois d’attente, rendez-vous est enfin donné aux cinéphiles, qui vont pouvoir retrouver les salles obscures — tout en respectant certaines mesures de sécurité sanitaire. L’occasion de voir des films dont la diffusion avait été interrompue par le confinement le 14 mars 2020, mais aussi de découvrir les nouveautés qui inaugureront l’été 2020. Quarante à cinquante films, selon les sources, offerts à notre curiosité, une liste dont voici quelques titres, sachant que les cinq premiers seront projetés au complexe Madiana, quand il ouvrira ses portes le mercredi 24 juin à Fort-de-France.

 

De Gaulle, de Gabriel Le Bomin

Un biopic sur une personnalité marquante de l’histoire de France… un film à voir dans le cadre des 80 ans de l’appel du 18 juin. Lambert Wilson y incarne le chef de la « France Libre », dans son exode à Londres pour continuer à se battre contre l’occupation allemande.

Nous, les chiens, film d’animation  de Oh Sung-yoon et Lee Choon-Baek

Pour un retour au cinéma en famille, à voir à partir de 7 ans.…

→   Lire Plus

Deux monstres sacrés du cinéma : Lars Van Trier et Spike Lee

Par Selim Lander —

Lars Van Trier : The House that Jack Built

Le cinéma réserve bien des surprises ; c’est ce qui fait son charme, même si toutes les surprises ne sont pas agréables. Ainsi de The House that Jack Built, le dernier film de Lars Van Trier qui s’enlise assez vite malgré un début tonitruant et sombre à la fin dans le ridicule avec une représentation de l’enfer (pas un enfer métaphorique : le vrai !) cheap et kitch. Il est vrai que regarder les exploits d’un tueur en série pendant presque deux heures devient vite lassant, même si ce dernier (Matt Dillon) est un extraordinaire manipulateur qui parvient toujours à se sortir des situations les plus dangereuses, … jusqu’au moment où le diable (Bruno Ganz) vient réclamer son dû. On se demande d’ailleurs pourquoi (aucun pacte satanique n’ayant été passé) et pourquoi à ce moment-là de l’intrigue (?) Le film est interdit au moins de 16 ans, ce qui se conçoit : conformément aux règles du genre, certaines images s’avèrent difficilement soutenables. On peut, sans dévoiler le scénario, mentionner la séquence au cours de laquelle Jack, notre sinistre assassin, après avoir attiré à la campagne une mère et ses deux jeunes enfants se met à leur tirer dessus comme des lapins… Peu adepte, nous-même, des jeux de massacre – cinématographiques ou non – nous préférons garder en mémoire le prologue du film, la scène qui décida de la vocation de tueur, laquelle scène fait intervenir une dame victime d’une crevaison, une « emmerderesse » si horripilante que l’on comprend qu’un individu psychologiquement fragile comme Jack finisse par « péter les plombs ».

→   Lire Plus

“Old Boy” à Madiana

old_boyLA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 01/01/2014

On n’aime pas

En 2004, Park Chan-wook avait frappé fort avec Old Boy. S’inspirant d’un manga, le cinéaste sud-coréen en tirait une variation très libre sur le Comte de Monte-Cristo, où un père de famille détenu quinze années durant dans une chambre d’hôtel sans fenêtre, puis libéré sans explication, partait en chasse de son mystérieux persécuteur… Spike Lee a le mérite de ne pas avoir adouci l’intrigue — la révélation finale ajoute même une dose de sordide. Mais le reste est une calamité. Quand Spike Lee recopie le film coréen, sa réalisation en pilotage automatique est bien incapable d’égaler le style flamboyant de Park Chan-wook. Les rares fois où il s’en démarque, c’est pire.

L’interprétation du pénible Josh Brolin n’arrange rien. Dans la première partie, il surjoue l’homme brisé façon Jack Nicholson sous cocaïne. Dans la seconde, sa palette très limitée d’expressions le rapproche davantage d’Arnold Schwarzenegger période Terminator… — Samuel Douhaire

→   Lire Plus