“Old Boy” à Madiana

old_boyLA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 01/01/2014

On n’aime pas

En 2004, Park Chan-wook avait frappé fort avec Old Boy. S’inspirant d’un manga, le cinéaste sud-coréen en tirait une variation très libre sur le Comte de Monte-Cristo, où un père de famille détenu quinze années durant dans une chambre d’hôtel sans fenêtre, puis libéré sans explication, partait en chasse de son mystérieux persécuteur… Spike Lee a le mérite de ne pas avoir adouci l’intrigue — la révélation finale ajoute même une dose de sordide. Mais le reste est une calamité. Quand Spike Lee recopie le film coréen, sa réalisation en pilotage automatique est bien incapable d’égaler le style flamboyant de Park Chan-wook. Les rares fois où il s’en démarque, c’est pire.

L’interprétation du pénible Josh Brolin n’arrange rien. Dans la première partie, il surjoue l’homme brisé façon Jack Nicholson sous cocaïne. Dans la seconde, sa palette très limitée d’expressions le rapproche davantage d’Arnold Schwarzenegger période Terminator… — Samuel Douhaire

Télérama

http://www.telerama.fr/cinema/films/oldboy,482958,critique.php

Spike Lee aux commandes du remake d’”Old Boy” : encore plus vain que l’original.

Confié un temps à Steven Spielberg selon la rumeur, c’est finalement à Spike Lee qu’est revenu le remake du succès sud-coréen Old Boy (Park Chan-wook, 2003). Mais un Spike Lee en fin de course, cramé par des années d’échecs et de polémiques, auxquels se sont ajoutés ces derniers mois une sombre affaire de vol de droit d’auteur et un affrontement avec ses producteurs, jugés coupables de l’avoir dépossédé du montage initial d’Old Boy.

Dans ces circonstances, on s’étonnera alors de voir que le cinéaste a réussi l’exploit de s’approprier le concept original pour en faire, surprise, un film encore plus vain et antipathique. Reprenant la trame de départ (un homme, longtemps séquestré, entreprend de retrouver ses tortionnaires pour se faire vengeance), ainsi que les effets de mise en scène à l’épate de Park Chan-wook (angles impossibles, travellings et plans-séquences gratuits), Spike Lee occidentalise ce récit d’exaltation de l’auto-défense et lui adjoint une nouvelle histoire d’inceste à la faveur de flashbacks putassiers. Un dernier naufrage à l’esprit de sérieux franchement grotesque.
 Les Insrocks
https://www.lesinrocks.com/cinema/films-a-l-affiche/old-boy/