Étiquette : Rolande Bosphore

«Ti manmay an travay» de Rolande Bosphore

Pour intéresser les enfants de la Martinique et d’ailleurs à l’histoire de ce pays, un parti pris d’écriture qui présente la vie des enfants sur trois périodes, kalina, esclavagiste et post-esclavagiste jusqu’aux environs de 1940 pour éveiller la curiosité des petits mais aussi des grands. Écrire l’histoire des enfants pour les enfants et les autres.

Objectifs d’écriture

Cet ouvrage est en direction des enfants mais aussi de tous ceux qui s’interrogent sur le sort des enfants pendant les périodes suivantes : conquête des îles situées avant le continent dit américain, déportation des Africains, esclavagisme, post-esclavagisme, colonisation. Certains sont renseignés sur les sévices subis par les déportés mis en esclavage, sur le marronnage, sur Le 22 mé, sur la colonisation mais les enfants sont-ils suffisamment bien informés ? Y-a-t-il des supports adaptés pour satisfaire leur curiosité ? Faut-il attendre pour leur dire l’histoire de leur pays ?

« Ti manmay an travay» traite de la vie des enfants depuis le contact entre les Européens et les peuples d’Amérique jusqu’au milieu du XXI siècle, en restaurant la vérité historique au détriment de la légende.

→   Lire Plus

“La fusillade de Bassignac en 1923”, un livre de Rolande Bosphore

C’est dans la longue série de luttes sociales contre l’oppression et pour la défense des valeurs que les Martiniquais ont cherché et cherchent toujours la responsabilité. Il est essentiel de donner une plus grande visibilité et lisibilité à tous les mouvements de lutte pour rendre au peuple martiniquais l’intégralité de son histoire et effacer les pointilles.
Février 1900, février 1923, février 1935, mars 1948, mars 1961, février 1974. Si les mouvements de révolte des ouvriers agricoles se situent à cette période de l’année, c’est parce qu’elle correspond au début des récoltes. Le 9 février 1923, deux ouvriers agricoles ont été tués sur l’habitation Bassignac à Trinité lors d’un mouvement de revendications.

Une jeune Trinitéenne, Rolande Bosphore, docteure en histoire politique et sociale contemporaine, a voulu révéler à travers un ouvrage, après deux années de recherche, cette page oubliée de l’histoire de la Martinique et plus particulièrement du Nord Atlantique. Elle l’a présenté en juillet dernier à la médiathèque de Trinité.

« En ce mois de février 1923, indiquait-elle, les travailleurs avaient accepté de travailler avec la promesse d’une revalorisation de leurs salaires.

→   Lire Plus