Tag Archive for Roger de Jaham

« Amitiés créoles »

— Par Patrick Singaïny, essayiste —

La dernière fois que j’ai échangé avec mon ami Roger de Jaham, c’était en février dernier, à La Réunion, où je suis retourné vivre en 2009, après 10 années passées en Martinique. Il n’était plus chef d’entreprises, je n’étais plus journaliste pour l’hebdomadaire Antilla. Il se rendait régulièrement dans l’Océan Indien, et nous trouvions toujours un moment pour savourer un repas au cours duquel nous confrontions nos points de vue et analyses, à travers différents sujets.

Le ton était toujours très amical et enjoué. Habituellement, il commençait par me raconter longuement et avec plaisir ce que j’étais supposé avoir raté des dernières nouvelles martiniquaises. Puis il se mettait dans la peau du président de l’association « Tous Créoles » auquel j’avais consacré un article dès sa création, dont les propos de l’époque étaient partagés entre vifs enthousiasme et petits doutes. Février dernier à la fin d’un long petit-déjeuner pendant lequel nous nous étions réjouis des changements profonds dans le cours de nos vies respectives, l’ami a voulu s’adresser davantage à l’essayiste.

Lire Plus =>

60 ans d’Europe : nou ront sa ?

— Par Roger de Jaham —

Le Traité de Rome signé le 25 mars 1957 par six pays (l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas) a jeté les bases de l’Union Européenne (UE), qui aujourd’hui regroupe 28 nations* et compte pas moins de 510 millions d’habitants, constituant ainsi le premier marché économique mondial.

Au-delà des chiffres, ce projet -unique dans l’histoire de l’humanité- a surtout garanti la paix à des millions de femmes et d’hommes pendant plus de 60 ans, une première dans l’histoire européenne. Il a aussi apporté la liberté à des millions d’Européens des pays de l’est, qui ont durement souffert sous les dictatures communistes. C’étaient là les objectifs premiers du Traité de Rome, qui évoquait uniquement « les sauvegardes de la paix et de la liberté » par une coopération économique élargie.

C’est dans l’Acte unique (1986) que les États-membres se sont déclarés « décidés à promouvoir ensemble la démocratie en se fondant sur les droits fondamentaux ».

Enfin le traité de Lisbonne (2007) a précisé les valeurs de l’Union européenne, à savoir « le respect de la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité, l’état de droit, le respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités ».

Lire Plus =>

Syriens, nou kontan wè zot !

— Par Roger de Jaham —
syriens_refugiesDevant l’afflux massif de réfugiés en Europe, la plupart des pays se sentent étouffés, pris au dépourvu, piégés, sans réponses adéquates, en position instinctive de rejet. La République fédérale d’Allemagne (RFA), au contraire, a été prompte à saisir tout le profit à long terme qu’elle pouvait espérer de cette immigration.
Sans nier la dimension humanitaire de sa vision (Angela MERKEL est issue de l’Allemagne de l’est et donc sensibilisée aux souffrances humaines imposées par la dictature du communisme), la chancelière s’est en effet rapidement aperçue que d’accueillir ces malheureux réfugiés par centaines de milliers constituerait une chance unique pour son pays. Car si rien n’est fait, après avoir culminé à 82,5 millions d’habitants en 2003, la population allemande chutera à 79,8 millions en 2017, puis à 70,8 millions en 2040 (c’est seulement dans 25 ans). La faute à un indice de fécondité particulièrement faible et à une immigration insuffisante pour le compenser. À quoi s’ajoute le vieillissement de la population, puisque de 27% en 2013, les plus de 60 ans représenteront 37% en 2040.

Lire Plus =>

Péyi nou sé pa an pak cochons !

— Par Roger de Jaham —

decheterie_pointe_courchet

Jeu des erreurs : quelle différence y aurait-il entre ces deux photos ? Aucune ! À part le fait qu’elles ont été prises à près de trois mois d’intervalle.

Le 6 juillet 2015, j’avais adressé un message à la direction de l’Environnement et du Cadre de vie de la Communauté d’agglomération de l’Espace-sud Martinique, avec la première photo, pour dénoncer le fait que la déchèterie de la pointe Courchet au François ne disposait plus de panneau de signalisation, celui-ci ayant été « enlevé à Pâques par des pêcheurs de crabes pour faire des ratières », m’a-t-on avoué sur les lieux…

L’Espace-sud m’a chaleureusement remercié pour ce signalement, puis a transféré mon message « à la personne en charge de la gestion des déchèteries ». La seconde photo permet de penser que depuis juillet 2015 cette personne est en congé administratif, ou encore en congé de maladie, ou de maternité, ou encore en grève, puisque près de trois mois après, la signalisation de cette déchèterie n’a toujours pas été remplacée !

Lire Plus =>

Les puffins de l’îlet Hardy

Aventures scientifiques en compagnie du Père Pinchon

ilet_hardy-1— Par Roger de Jaham —

Vers le milieu des années 1960, nous étions un groupe d’adolescents plus ou moins cousins, en tout cas bons amis, qui avons eu la chance de croiser la route du Père Robert PINCHON. Non pas au Séminaire collège, où celui-ci enseignait les sciences naturelles, car nous étions tous scolarisés au Lycée Schœlcher ; mais l’un d’entre nous, Hugues, était le fils d’un chef d’entreprise martiniquais absolument passionné par la nature et l’histoire de notre île, matières auxquelles il consacrait alors, outre tout son temps libre, une bonne partie de ses ressources financières.

Émile HAYOT, car il s’agit de lui, le fondateur de la Société d’Histoire de la Martinique, contribuait en effet, avec d’autres « sponsors » dont le docteur MORANGE, tout aussi enthousiaste que lui, au financement des travaux et des « expéditions » du Père PINCHON. Ces trois amis nous avaient recrutés avec autorité pour être les tâcherons taillables et corvéables à merci de leurs diverses recherches.

Lire Plus =>