Étiquette : Kaori Ito

La biennale : danser, disent-elles !

Rhizomes, & je danse parce que je me méfie des mots

— par Janine Bailly —

Rhizomes, chorégraphie de Jean-Félix Zaïre

Elles seront quatre, ou deux, ou trois, parfois une seule sur le plateau, et paradoxalement c’est cette présence unique qui pour moi fera naître un lien avec la salle, parce que dans sa solitude soudaine la danseuse saura de son corps et de ses gestes exprimer ce qu’elle est, ou ce qu’elle n’est pas, ce qu’elle cherche et qu’elle voudrait saisir. Quatre jeunes femmes diverses, de couleurs, de costumes et de postures, mais toutes le visage tragique, comme muré dans son intérieur, le regard fixé là-bas sur l’horizon, et jamais ne se regardant vraiment. Quatre aux mouvements démultipliés, et qui cependant ne comblent pas le vide installé entre elles, quatre bonnes volontés qui ne font vibrer ni l’air autour d’elles ni mes émotions, ces dernières comme absorbées dans ce trou blanc d’une scène soudain devenue trop vaste. Ni les corps rapprochés pour soutenir celui qui tombe, ni la chute commune plusieurs fois jouée, ni le duo joliment amoureux et sensuel, interprété avec conviction par deux des danseuses dans un double mouvement d’attraction-répulsion, ne parviendront à nouer ces individualités en un corps que l’on sentirait unique et porté vers le même idéal.

→   Lire Plus

Neuvième Biennale de danse : Seydou Boro, Kaori Ito

— Par Selim Lander —

Après l’effet de sidération produit par les douze danseurs bodybuildés de la pièce Ce que le jour doit à la nuit (vendredi 27 avril) virevoltant sur le plateau dans un désordre savamment organisé par Hervé Koubi, il fallait une pièce au moins aussi forte pour lui succéder[i]. Quels que soient les mérites de Seydou Boro et de ses danseurs, force est de constater qu’ils supportent difficilement la comparaison avec les diables blancs[ii] d’H. Koubi. On ne dira pas la même chose de Kaori Ito (voir la photo), étonnante danseuse mais dont la pièce pèche, hélas, d’un autre côté.

°                              °

°

Dans un décor évoquant un village de la savane africaine, avec un rideau de branchages en fond de scène, évoluent les quatre danseurs et la danseuse du Cri de la chair, accompagnés par un musicien (chant et harpe traditionnelle) et une chanteuse. Concernant cette dernière, si l’on salue les méandres de son chant a capella, nous sommes obligé de dénoncer l’absence de tout surtitre. Nous pressentons en effet que la danse est ici au service d’un texte primordial (au sens d’originaire) qui nous demeure malheureusement étranger.

→   Lire Plus

Une sacrée religieuse au festival Paris quartier d’été

— Par Annie Chénieux —
religieuse_a_la_fraiseLes Parisiens ont de la chance : un duo aussi brillant qu’inattendu est au programme du festival Paris quartier d’été.

Un court spectacle, délicieux et original, a fait fureur au Festival d’Avignon. On peut le voir à Paris pour quelques représentations. Que se cache-t-il derrière cette Religieuse à la fraise? Un couple de 160 kilos sur la balance, inégalement répartis. Cette disproportion (120 kilos pour lui, 40 pour elle, ou à peu près) a inspiré à Olivier Martin-Salvan et Kaori Ito un spectacle hors du commun, épatant, vif, cocasse et malicieux. Elle est danseuse, japonaise, a travaillé avec de grands chorégraphes (et aussi James Thierrée), lui est comédien, chanteur, mime, volontiers ogre dévorant du texte (Novarina, O Carmen, Pantagruel,…). Là, il se tait. Tout le spectacle repose sur la découverte de l’autre et la différence. Sans paroles, le pas de deux du “gros” et de la “petite” joue avec, et se joue de l’inégalité⋅ Géant assoupi (où l’on pense aux dessins de Gustave Doré), son corps à lui peut se faire arbre, vague, rocher, montagne, devenir un paysage, un continent inconnu à explorer⋅ Elle, tantôt moule agrippée à son rocher ou insecte virevoltant, s’accorde aux mouvements de ce territoire étranger, en suit les mouvements, les respirations, le titille et l’agace, avant de l’apprivoiser dans un corps à corps acrobate et cannibale qui déroule des figures inédites, des images de corps à deux têtes, de centaure ou de duel de bêtes à cornes… Ils sont formidables.

→   Lire Plus