Étiquette : Jean Samblé

La crise actuelle en Nouvelle-Calédonie : un rappel douloureux de la colonisation française

— Par Jean Samblé —

La crise actuelle en Nouvelle-Calédonie ravive profondément les mémoires de la colonisation française. Depuis la prise de possession de l’archipel par la France en 1853 jusqu’à la circulaire de Pierre Messmer en 1972, les Kanak ont constamment lutté contre la domination et les tentatives de marginalisation dans leur propre terre. La crainte des Kanak de devenir minoritaires est ravivée par la politique actuelle du gouvernement français visant à élargir le corps électoral pour les scrutins provinciaux, remettant ainsi en question l’accord de Nouméa de 1998 et la parole donnée aux aînés.

Les premiers habitants de la Nouvelle-Calédonie

Les Kanak habitent la Nouvelle-Calédonie depuis environ trois mille ans. Originaires du Sud-Est asiatique, leurs ancêtres ont migré d’île en île pour atteindre cet archipel mélanésien, qui comprend également la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les îles Salomon, le Vanuatu, et une partie des îles Fidji. En 1774, lorsque le navigateur britannique James Cook accoste sur la Grande Terre, l’archipel est habité par environ 100 000 personnes. Les Kanak, horticulteurs par tradition, sont profondément enracinés dans leur terre mais aussi mobiles, s’adaptant au rythme des jachères.

→   Lire Plus

24yèm Konvwa ba réparasyon

Du lundi 13 mai au mercredi 22 mai 2024

— Par Jean Samblé —

Depuis vingt-quatre ans, le Mouvement International pour les Réparations (MIR) réunit les cœurs et les esprits lors du mois de mai pour le « Konvwa ba réparasyon ». Un événement marquant, qui s’inscrit dans le sillage de la révolution anti-esclavagiste de 1848, rappelant aux Martiniquais leur histoire, leurs richesses naturelles et culturelles, et surtout, la nécessité de réparations pour la libération totale de leur peuple.

Chaque année, le thème choisi reflète les défis et les aspirations du pays. Cette fois-ci, c’est sous le thème « Réparasyon pou palantjé matjoukann péyi-a » que se déploie le « 24yèm Konvwa ba réparasyon ». Une invitation à regarder en face les injustices passées et présentes, à défendre le patrimoine et à lutter contre la spoliation des terres.

Le parcours du « Konvwa » est jalonné de symboles et de récits. Il débute le lundi 13 mai à Sainte-Anne, berceau de l’organisateur Garcin Malsa, avec une réflexion sur la protection des Salines. Puis, de Rivière-Pilote à Fort-de-France, de Ducos au Morne-Rouge, les marcheurs honorent leurs ancêtres et discutent des enjeux agricoles, artisanaux et environnementaux.

→   Lire Plus

La canne : aux origines, une herbe géante sans sucre!

— Par Jean Samblé —

La canne à sucre, cette herbe géante de la famille des graminées, a une histoire aussi riche que sa sève sucrée. Originaire de Papouasie-Nouvelle-Guinée, elle a vu le jour dans ces terres fertiles où la diversité génétique abondait. Les premières communautés humaines qui l’ont côtoyée ont sans doute remarqué sa tige imposante, mais peu savoureuse à l’époque. Les chercheurs, telles des archéologues du monde végétal, ont en effet découvert que la canne à sucre, à son origine, n’était guère sucrée. C’est grâce à des millénaires de sélection naturelle et de domestication que les premiers cultivateurs ont réussi à extraire peu à peu sa douceur cachée. À partir d’une espèce sauvage robuste mais peu sucrée, ils ont patiemment développé des variétés de plus en plus sucrées, jusqu’à obtenir la canne que nous connaissons aujourd’hui.

L’évolution de la canne à sucre est intimement liée à l’ingéniosité humaine et à son besoin croissant de sucre. Au fil des millénaires, les cultures agricoles se sont développées, les techniques de sélection se sont affinées, et la canne à sucre a suivi le rythme de cette évolution.

→   Lire Plus

Écarts de rémunérations au CAC 40 : des millions pour quelques-uns, des miettes pour les autres

— Par Jean Samblé —

Dans une société où les inégalités économiques sont flagrantes, les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’étude récente d’Oxfam met en lumière une réalité déconcertante : les dirigeants du CAC 40 s’enrichissent de manière vertigineuse, tandis que leurs salariés peinent à voir leurs conditions de vie s’améliorer. En 2022, le fossé entre les revenus des PDG et le salaire moyen dans leurs entreprises atteint des niveaux abyssaux, avec des écarts atteignant jusqu’à 1 453 fois plus.

Ces chiffres ne font que confirmer une tendance alarmante qui s’est accentuée au fil des années. Depuis 2019, les dirigeants du CAC 40 ont vu leurs revenus augmenter de manière exponentielle, tandis que les salariés ont dû se contenter de miettes, avec une augmentation de salaire bien en deçà de celle de leurs supérieurs. En seulement trois ans, cet écart a grimpé de manière vertigineuse, passant de 111 à 130 fois plus.

Cette situation est d’autant plus choquante lorsque l’on réalise que ces rémunérations astronomiques ne sont pas le fruit d’un travail exceptionnel, mais plutôt le résultat d’un système qui privilégie les intérêts des actionnaires au détriment de l’équité salariale et du bien-être des employés.

→   Lire Plus

Le GIP SITM : un facilitateur de la régularisation foncière en Martinique

— Par Jean Samblé —

Le Groupement d’Intérêt Public (GIP) « Sortie de l’indivision et titrement Martinique » (GIP SITM) occupe une place cruciale dans le paysage juridique martiniquais, s’attaquant de front aux défis complexes liés à la gestion foncière dans l’île. Son mandat, instauré en vertu de la loi du 27 décembre 2018, connue sous le nom de « loi Letchimy », en fait un acteur central dans la résolution des situations d’indivision et de succession qui affectent de nombreuses familles martiniquaises.

Au cœur de son action se trouve une mission primordiale : faciliter le processus de régularisation foncière en aidant les individus à constituer des dossiers complets à soumettre aux notaires. Ces dossiers revêtent une importance capitale, car ils servent de base à la rédaction d’actes juridiques essentiels, tels que la notoriété après décès et la prestation de propriété. La présidente du GIP souligne l’importance de cette démarche en insistant sur le caractère souvent complexe des successions, nécessitant parfois des recherches sur plusieurs générations pour déterminer les droits des héritiers.

La tâche du GIP ne s’arrête pas là. Il s’engage également dans une démarche active de collecte d’informations auprès de diverses sources, qu’il s’agisse des registres d’état civil, du cadastre ou des archives foncières.

→   Lire Plus

Haïti. Les parties prenantes rejettent le décret portant création du Conseil présidentiel de transition

— Par Jean Samblé —

La scène politique en Haïti traverse une période tumultueuse, marquée par des tensions croissantes et des désaccords profonds autour de la formation du Conseil présidentiel de transition. Ces dissensions exacerbées reflètent un climat de méfiance et de contestation généralisée au sein de la société haïtienne, face à un processus politique jugé peu transparent et peu représentatif.

Au cœur de cette crise se trouve le décret publié par le gouvernement dans le journal officiel Le Moniteur, créant le Conseil présidentiel de transition. Ce décret a suscité une réaction immédiate et vigoureuse de la part des parties prenantes impliquées dans le processus de formation du Conseil. Ces parties, composées de neuf structures politiques et de la société civile, rejettent catégoriquement le décret en question, arguant qu’il ne reflète pas fidèlement l’accord politique initial sur lequel il était censé être basé.

Dans un communiqué conjoint daté du 13 avril 2024, ces organisations politiques et civiles ont exprimé leur profonde consternation devant les modifications substantielles apportées par le Conseil des ministres au décret initial. Ils accusent le gouvernement, dirigé par le Premier ministre empêché Ariel Henry, de déformer délibérément le projet consensuel d’un exécutif bicéphale, résultant d’un processus de négociation laborieux et patient entamé depuis le 11 mars 2024.

→   Lire Plus

Haïti : peut-être, juste peut-être, une sortie du tunnel…

— Par Jean Samblé —

Haïti chérie, terre de défis, cherche un nouveau cap politique alors que ses rues résonnent des échos de l’instabilité et de la terreur des gangs. Dans une tentative désespérée de restaurer l’ordre, les dirigeants politiques haïtiens ont ébauché un accord pour ériger un Conseil de transition présidentiel, s’étalant sur vingt-deux mois, dans l’espoir de tracer une voie vers la stabilité et la démocratie, révèle un document consulté par l’AFP en ce morne lundi .

Composé de neuf membres, dont sept auront droit de vote et deux agiront en tant qu’observateurs, ce Conseil inclura des représentants des principaux partis politiques du pays, ainsi que des voix du secteur privé et de la société civile. Avec un mandat prenant fin le 7 février 2026, ce Conseil devra remplacer le Premier ministre contesté, Ariel Henry, qui a annoncé sa démission le 11 mars dernier.

Dans une tentative de concrétiser cet accord, les futurs membres du Conseil ont acheminé l’accord politique et le décret de sa formation à la Communauté des Caraïbes (Caricom) dimanche soir, selon un responsable politique cité par l’AFP.

→   Lire Plus

« Haïti en transition : Lueur d’espoir dans l’épreuve »

—  Par Jean Samblé —

Dans l’effervescence de la crise politique qui secoue Haïti, émerge une lueur d’espoir à travers la formation d’un conseil de transition présidentiel. Dans les rues de Port-au-Prince, où la présence policière est devenue un réconfort fragile, les esprits se tournent vers ce nouvel organe, porteur de promesses et d’attentes.
La démission contestée d’Ariel Henry a ouvert la voie à une nouvelle ère de gouvernance, où la priorité est la restauration de l’ordre et la consolidation de l’État de droit. Réunissant neuf membres représentant diverses facettes de la société haïtienne, ce conseil se dresse comme un bastion d’espoir face à la tourmente politique et à la violence des gangs qui ont ravagé le pays.
La tâche première qui incombe à ce conseil est cruciale : choisir un nouveau Premier ministre, une figure qui incarnera l’espoir de changement et la volonté de mener Haïti vers des élections authentiquement démocratiques. Une lueur d’espoir dans la tourmente, alors que le spectre de l’instabilité politique menace de plonger le pays dans l’abîme de l’incertitude.
Mais les défis sont nombreux et les obstacles, imposants.

→   Lire Plus

L’octroi de mer, une taxe à la croisée des chemins

Réflexions sur son impact et les perspectives de réforme

— Par Jean Samblé —

Introduction :

Depuis sa création par Colbert en 1670 pour financer les colonies, l’octroi de mer a évolué au fil des siècles pour devenir un pilier essentiel des économies ultramarines. Toutefois, son existence même est remise en question à l’heure où la France s’engage davantage dans l’intégration européenne. Dans cette pésentation, nous examinerons les tenants et aboutissants de cette taxe complexe, son impact sur les économies locales, ainsi que les pistes de réforme envisagées pour répondre aux défis actuels.

I. Contexte historique et évolution de l’octroi de mer :

A. Retour sur les origines de l’octroi de mer et son rôle initial dans le financement des colonies :

L’octroi de mer trouve ses racines dans la politique mercantiliste de la France sous Colbert au XVIIe siècle. Cette taxe était initialement conçue pour financer les colonies françaises en Amérique, en Afrique et en Asie. Son objectif premier était donc de générer des revenus pour soutenir l’expansion coloniale, ainsi que pour garantir le monopole commercial de la métropole.

B.

→   Lire Plus

Haïti en proie à une sitution «cataclysmique »  alerte l’ONU

— Par Jean Samblé —

Dans les profondeurs de la crise qui sévit en Haïti, chaque jour apporte son lot de tragédies, exacerbant une situation déjà désespérée. Les Nations Unies, témoins impuissants de ce désastre, sonnent une nouvelle fois l’alarme, qualifiant la situation de « cataclysmique », un terme lourd de sens, reflétant la magnitude des souffrances endurées par le peuple haïtien.

Au cœur de cette tempête de désolation se trouve un pays ravagé par les luttes intestines du pouvoir et l’emprise meurtrière des gangs. Le bilan de pertes humaines, déjà accablant, ne cesse de s’alourdir. Avec plus de 1 500 vies fauchées au cours des trois premiers mois de l’année 2024, les rues de Port-au-Prince et des autres villes haïtiennes se teintent chaque jour davantage de larmes et de sang.

Malgré les appels répétés à un embargo sur les armes, la réalité reste implacable. Les frontières poreuses du pays offrent un passage fluide aux trafiquants d’armes, alimentant ainsi le pouvoir de feu dévastateur des gangs, qui rivalise souvent, voire dépasse, celui des forces de l’ordre haïtiennes. La communauté internationale, tiraillée entre les impératifs de sécurité et les considérations diplomatiques, semble impuissante à endiguer ce fléau.

→   Lire Plus

Pâques 2024 : Le chocolat en crise, la douceur à prix d’or !

— Par Jean Samblé —

La douceur de Pâques est assombrie cette année par une amère réalité : les prix du chocolat grimpent en flèche. L’envolée vertigineuse des cours du cacao fait frémir les papilles et les portefeuilles des amateurs de sucreries. Selon les dernières données de l’UFC-Que choisir, l’inflation des plaisirs chocolatés atteint un étonnant 5 % par rapport à l’année précédente, dépassant ainsi l’inflation alimentaire qui se stabilise à 3 %. La cause de cette escalade des prix ? La hausse spectaculaire du cours mondial du cacao.

Imaginez-vous, en février, le prix d’une tonne de fèves de cacao dépassait les 6000 dollars, soit une augmentation hallucinante de 150 % par rapport à l’année précédente. Et le drame ne s’arrête pas là. En mars, ces chiffres ont pris des allures encore plus délirantes avec le prix grimpant au-dessus des 10 000 dollars à New York. C’est une véritable course à l’or brun qui s’est engagée, et les consommateurs sont sur le point d’en payer le prix.

Les racines de cette crise chocolatière plongent en Afrique, où la Côte d’Ivoire et le Ghana règnent en maîtres sur la production mondiale de fèves de cacao.

→   Lire Plus

Éliminer les discriminations raciales : Défis et perspectives dans les territoires d’Outre-mer

— Par Jean Samblé —

À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale du 21 mars, la Défenseure des droits, Claire Hédon, s’est récemment exprimée lors de la présentation de son rapport annuel, mettant en lumière les défis persistants en matière de droits et libertés en France. Cette année, son attention s’est particulièrement portée sur les territoires d’Outre-mer, où les inégalités et les violations des droits fondamentaux demeurent préoccupantes.

Une augmentation des sollicitations et une vigilance accrue

L’année 2023 a été marquée par une augmentation significative du nombre de sollicitations reçues par la Défenseure des droits, témoignant d’une préoccupation croissante quant à l’état des droits en France. Cette tendance, soulignée par Claire Hédon, reflète une prise de conscience de la population face aux défis persistants en matière de discrimination raciale et d’accès aux droits.

Mayotte : Un exemple flagrant des atteintes aux droits fondamentaux

Parmi les territoires d’Outre-mer, Mayotte se distingue par la gravité des atteintes aux droits fondamentaux, comme en témoignent les observations de la Défenseure des droits. L’opération Wuambushu, qui a entraîné des destructions d’habitats et des expulsions massives, a suscité une vive préoccupation quant au respect des droits des habitants, en particulier des enfants.

→   Lire Plus

Macron en Guyane : Dialogue, défis et diplomatie dans un contexte régional complexe

— Par Jean Samblé —

Emmanuel Macron, a entamé une visite cruciale de deux jours en Guyane, marquant son retour dans ce département d’outre-mer après une absence de plus de six ans. Cette visite, débutée le lundi 25 mars, revêt une importance particulière alors que la Guyane est confrontée à une série de défis complexes, allant de l’insécurité à l’enclavement territorial, en passant par des problèmes socio-économiques profonds.

Dès son arrivée sur le sol guyanais, Macron a cherché à établir un dialogue direct avec la population, exprimant son engagement à comprendre les réalités locales avec lucidité. Cependant, cette volonté de communication a rapidement été confrontée à des tensions palpables, illustrant les préoccupations et les attentes des Guyanais à l’égard des autorités nationales.

Un des sujets majeurs abordés a été la situation précaire de la filière de pêche locale. Les habitants ont exprimé leur frustration quant aux promesses non tenues concernant le renouvellement de la flotte et la lutte contre la pêche illégale, une activité qui menace non seulement les ressources marines, mais également les moyens de subsistance des pêcheurs locaux. La présence de Christiane Taubira, ancienne ministre de la Justice et figure politique respectée originaire de la Guyane, a souligné l’importance d’une approche globale tenant compte des réalités environnementales et sociales de la région.

→   Lire Plus

La baisse de la durée des indemnités de chômage : Une décision débattue

— Par Jean Samblé —

La réduction de la durée des indemnités de chômage est une mesure qui suscite des débats passionnés parmi les économistes et les décideurs politiques. Alors que certains soutiennent que cette action inciterait les chômeurs à retrouver plus rapidement un emploi, d’autres soulignent les effets néfastes potentiels sur la qualité de l’emploi et la cohésion sociale. Pour éclairer cette question, il est crucial de s’appuyer sur des données empiriques et une analyse rigoureuse des mécanismes économiques en jeu.

L’argument de l’incitation à retrouver un emploi

L’un des principaux arguments avancés en faveur de la réduction de la durée des indemnités de chômage est qu’elle pourrait inciter les chômeurs à rechercher activement un emploi. Selon cette perspective, des allocations chômage généreuses pourraient décourager certains individus de retrouver un emploi rapidement, les maintenant dans une situation de dépendance vis-à-vis des prestations sociales.
Cette vision simpliste, cependant, ne tient pas compte de la complexité du marché du travail et des conditions socio-économiques des demandeurs d’emploi. Les études montrent que la plupart des chômeurs sont activement engagés dans la recherche d’emploi, et que les obstacles à leur réintégration sur le marché du travail sont souvent liés à des facteurs structurels tels que le manque de qualifications, les disparités régionales ou les contraintes personnelles.

→   Lire Plus

Haïti au bord du gouffre!

— Par Jean Samblé —

Haïti, terre de contrastes où la beauté des paysages côtoie la violence des gangs armés, se débat dans une crise profonde, laissant ses habitants livrés à l’insécurité et à l’incertitude politique.

À Port-au-Prince, la capitale, la violence sévit à tous les niveaux de la société. Même les quartiers huppés, censés être protégés, sont désormais la proie des gangs, forçant les résidents à vivre dans la peur constante. La Banque centrale d’Haïti, une institution stratégique, a été récemment attaquée, mettant en lumière l’incapacité des autorités à garantir la sécurité des institutions essentielles.

Dans ce climat de chaos, émerge une figure controversée : Jimmy Cherizier, surnommé « Barbecue ». Ancien policier devenu chef de gang, il aspire désormais à un destin politique, surfant sur les vagues de mécontentement et d’instabilité. Malgré les efforts de la communauté internationale pour instaurer un conseil présidentiel de transition, les divisions persistent, alimentant les flammes de la contestation.

Les négociations pour former ce conseil de transition avancent, mais les défis restent colossaux. Sans président ni parlement depuis plusieurs années, le vide politique menace de plonger le pays dans un chaos encore plus profond.

→   Lire Plus

La montée inquiétante des actes discriminatoires en France, avec un accent sur l’Outre-mer

— Par Jean Samblé —

En 2023, les statistiques émanant des services de police et de gendarmerie en France ont révélé une augmentation alarmante des infractions à caractère raciste, xénophobe ou antireligieux. Les rapports du service statistique du ministère de l’Intérieur ont mis en lumière une hausse significative de 32 % par rapport à l’année précédente. Cette augmentation est attribuée en partie aux tensions exacerbées au Moyen-Orient.

Au cours de cette année, près de 15 000 infractions de ce type ont été enregistrées sur tout le territoire français, dont 8 500 crimes ou délits. La grande majorité de ces incidents, signalés par les forces de sécurité, se composaient d’injures, de provocations ou de diffamations, représentant ainsi 61 % des délits et la quasi-totalité des contraventions.

Les régions métropolitaines ont également été touchées, avec des variations notables. Hors de Paris, des départements comme le Bas-Rhin et les Alpes-Maritimes ont enregistré des taux de crimes ou délits à caractère raciste près de deux fois supérieurs à la moyenne nationale. En Île-de-France, ce taux s’est établi à 1,7 pour 10 000 habitants.

Les chiffres révèlent également un portrait des victimes de ces actes répréhensibles.

→   Lire Plus

L’affaire Pinto : Une quête de justice et de restitution des terres ancestrales

— Par Jean Samblé  et Sabrina Solar —

Depuis plusieurs décennies, l’affaire Pinto déchire les hauteurs des Trois-Îlets en Martinique, révélant un conflit complexe mêlant héritage, spéculation immobilière frauduleuse et tensions sociales profondes. Au cœur de cette saga juridique et sociale se trouve Hervé Pinto, descendant direct de Félix Grat, qui s’efforce de récupérer les terres ancestrales héritées de son arrière-grand-père, acquises en 1874. Cependant, malgré deux décisions de justice favorables en 2007 et en 2011, le litige persiste, exacerbé par les transactions illégales sur le terrain et les tentatives d’appropriation frauduleuse orchestrées par Hermès Toussaint Ezana, également descendant de Félix Grat.

La parcelle en question, d’une superficie de 16,8 hectares, est devenue le centre d’intérêt de diverses manœuvres frauduleuses. En effet, Ezana revendique de manière frauduleuse la propriété de la terre et entreprend la vente de parcelles à des tiers sans le consentement des héritiers légitimes. Cette situation a entraîné la création de lotissements et de villas sur la propriété contestée, plongeant la communauté dans un conflit aux multiples ramifications.

Sur le plan juridique, la cause de Pinto est solide.

→   Lire Plus

Port-au-Prince sous l’emprise des gangs armés, population en détresse

— Par Jean Samblé —

La capitale haïtienne, Port-au-Prince, se retrouve plongée dans une crise humanitaire alarmante à la suite de nouvelles violences entre la police et les gangs armés. La situation, déjà précaire, s’est détériorée après l’attaque de plusieurs hôpitaux, menaçant sérieusement l’accès aux soins, et les pillages sur le port compromettent l’arrivée de nourriture dans certaines zones.

La ville est essentiellement en état de siège, selon Philippe Branchat, chef pour Haïti de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Les habitants sont pris au piège, incapables de fuir les dangers qui les entourent, et de nombreux civils ont envahi des bâtiments publics en quête de refuge. La situation est d’autant plus critique que les gangs armés contrôlent la plupart de la capitale, rendant toute tentative de sortie impossible.

La violence s’étend au-delà de Port-au-Prince, avec des rapports faisant état de troubles à Artibonite et de blocages à Cap-Haïtien, accompagnés de pénuries de carburant dans le sud du pays. Le gouvernement haïtien a décrété l’état d’urgence dans le département de l’Ouest, comprenant Port-au-Prince, et a instauré un couvre-feu nocturne difficile à appliquer pour des forces de l’ordre déjà dépassées.

→   Lire Plus

Interactions entre conditions de travail et choix électoraux

— Par Jean Samblé —

La thèse du spillover, qui suggère que le travail influence les comportements civiques et les orientations électorales, est explorée par le chercheur, Thomas Coutrot,  dans « Le bras long du travail. Conditions de travail et comportements électoraux »,  document de travail n° 1-2024, IRES, 2024 et résumée dans un article du journal Le Monde daté du 08/03/24 . Bien que les évolutions du travail ne soient pas le seul facteur de la crise actuelle de la représentation politique, elles y contribuent certainement. L’analyse des liens entre les conditions de travail et les comportements électoraux met en lumière quatre dimensions clés : l’autonomie opérationnelle, la capacité d’expression au travail, la pénibilité physique, et le travail de nuit ou tôt le matin.

Les contraintes liées à la pénibilité physique et aux horaires atypiques ne semblent pas influencer l’abstention ou le vote populiste de gauche. Cependant, elles sont corrélées positivement avec le vote RN (Rassemblement National) et négativement avec le vote centriste, socialiste et écologiste. Ces contraintes semblent favoriser l’adhésion des salarié·es concerné·es à la vision sociale de l’extrême-droite, caractérisée par une conception sacrificielle du travail et un rejet de l’assistanat, symboliquement associé à l’immigration.

→   Lire Plus