Étiquette : Christiane Jatahy

« Entre chien et loup », de Christiane Jatahy d’après Lars Von Trier

Christiane Jatahy poursuit son travail sur les frontières entre l’acteur et le personnage, l’acteur et le spectateur, le cinéma et le théâtre, la réalité et la fiction. On a déjà évoqué dans ces colonnes son admirable adaptation en 2017 de La règle du jeu de Renoir. On se souvient aussi qu’en 2019 elle présentait au Festival d’Avignon Notre Odyssée  dont la seconde partie . Le présent qui déborde , filmée en Palestine, au Liban, en Afrique du Sud, en Grèce et en Amazonie, dialoguait avec le théâtre en mélangeant la fiction grecque avec des histoires réelles d’artistes réfugiés. En cette année 2021 elle poursuit ces mèmes échanges en adaptant au théâtre  Dogville  ( voir le synopsis ci-dessous ) le film de Lars von Trier sorti en 2003. Pourquoi Dogville Pour un juste retour des choses, sans doute, parce que la mise en scène du film emprunte beaucoup au théâtre avec un narrateur qui présente les neuf chapitres du film, tournés dans un décor minimaliste plongé dans une semi obscurité : quelques murs et meubles sont placés sur scène, le reste étant simulé par des lignes blanches tracées par terre, ainsi qu’une légende pour certains objets.

→   Lire Plus

Avignon 2019. « Le présent qui déborde – Notre odyssée II », de Christiane Jatahy, d’après Homère

— Par Roland Sabra —

Le thème du Festival d’Avignon cette année, au delà du thème officiel « des odyssées contemporaines »  est bien celui des frontières, qu’il s’agisse de celles entre les genres, les identités sexuelles ou celles qui séparent l’ici de l’ailleurs, le citoyen (grec) du métèque, l’indigène de l’allogène, le résident du migrant. L’Odyssée et l’Enéide sont à l’honneur. La brésilienne Christiane Jatahy, à qui l’on doit la superbe adaptation au théâtre de « La Règle du jeu » de Renoir, entrée au Répertoire du Français en 2017 réitère son désir de « « «travailler sur les frontières entre l’acteur et le personnage, l’acteur et le spectateur, le cinéma et le théâtre, la réalité et la fiction. ». Dans le Gymnase du Lycée Aubanel « Le présent qui déborde – Notre Odyssée II », évoque les exilés dans le monde aujourd’hui. Le plateau est vide avec en fond de scène un immense écran sur lequel passe en boucle une vidéo tournée quelque part au Liban dans un camp de réfugiés, sur la gauche de l’espace, difficile de dire scène ou plateau, la régie avec Jatahy aux commandes.

→   Lire Plus

« La règle du jeu » : Jatahy célèbre les noces du théâtre et du cinéma

— Par Roland Sabra —

Née en 1968 elle est brésilienne. Elle s’est formée au théâtre dés l’age de sept ans. Étudiante, elle suit un quadruple cursus, théâtre, cinéma, journalisme, philosophie. Quasiment inconnue en France il y a 5 ans, elle se fait remarquer avec What If They Went to Moscow?, adaptée des Trois sœurs, de Tchekhov. Elle entre avec La Régle du jeu au Répertoire l’an dernier avec un air de Carmagnole en tête. Elle révolutionne le théâtre. Elle dit « «travailler sur les frontières entre l’acteur et le personnage, l’acteur et le spectateur, le cinéma et le théâtre, la réalité et la fiction. » Elle crée, elle invente, convaincue que l’on peut concevoir un travail expérimental qui ne soit pas hermétique. Elle mêle cinéma, théâtre, chorégraphie, music-hall. Dans Caresses, de Sergi Belbel, le public est assis sur des gradins mobiles qui montent et descendent. «Ces mouvements créent des zooms et des plans larges, comme au cinéma, explique-t-elle. Il n’y a pas de film, ni de caméra, mais le public occupe la place de la caméra.» Elle, c’est Christiane Jatahi qui présentait pour la deuxième année de suite à la Comédie-Française son adaptation théâtrale de La Règle du jeu, le monument de Jean Renoir, considéré comme l’un des plus grands films de l’histoire mondiale du cinéma.

→   Lire Plus