Étiquette : Chlordécone

« Sept magazine » ou l’éloge de la soumission

Poster-Tabou

par Roland Sabra

Edito du 13/09/2007

« Sept magazine » depuis quelques numéros présente la photo de celui qui signe l’éditorial du journal. L’édito dans un journal informe du positionnement de la rédaction. C’st toujours intéressant de découvrir l’idéologie sous-jacente véhiculée par un journal. Dans le numéro 14– du 1 » &u 19 septembre Pierre-Edouard Picord intitule son texte « La paille et la poutre.. » et il commence par évoquer divers articles parus dans la presse française qu’il appelle « presse nationale »(sic) et qui relèvent d’ « une campagne [qui] sous couvert de dénoncer la contamination des terres antillaises par le chlordécone [a pour] objectif de mobiliser l’opinion contre les indemnisations promises par le gouvernement. »

L’argument est grossier qui consiste à menacer les populations d’une coupure du cordon ombilical d’avec « Mamam fwans » si elles écoutent ceux qui remettent en question un type de développement qui maintient dans la dépendance. Mais Pierre-Edouard Picord n’en a cure son boulot dans son papier est de défendre les intérêts économiques de ce qu’il appelle pudiquement la filière banane sans jamais s’interroger sur le contenu sociologique et économique de cette réalité.

→   Lire Plus

Le chlordécone, peau de banane de Barnier

Par Renaud Lecadre —

Pollution. Le ministre a dénoncé l’usage du pesticide, tout en indemnisant largement les producteurs antillais.

 

Eric de Lucy

De retour des Antilles, Michel Barnier vante une « banane propre» , une «banane durable» . Constatant ce week-end les dégâts du cyclone Dean qui a détruit la quasi-totalité des plantations bananières, le ministre de l’Agriculture ne s’est pas contenté de promettre des aides aux producteurs, mais s’est dit partisan d’une remise à plat : «Je crois que c’est le moment d’aller vers de nouvelles pratiques, pour utiliser moins de pesticides.»

Pandémie.  L’ouragan est l’occasion de faire table rase du passé. L’utilisation massive du chlordécone, destiné à éradiquer le charançon (coléoptère très coriace sous les tropiques), bien qu’interdit depuis 1993, a contaminé l’ensemble des Antilles françaises. Avec ce paradoxe final : la plupart des cultures vivrières (patates douces, ignames…) et l’essentiel des ressources aquatiques (crabes, langoustes…) sont polluées à leur tour ; seule la banane (protégée par sa peau) reste consommable sans modération, alors que sa production est à l’origine de la pandémie.

Dans le doute, l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire) a été chargée de fixer des seuils autorisés de chlordécone contenus dans les aliments, bien que les études sur sa dangerosité soient toujours en cours.

→   Lire Plus

Chlordécone : la mort à petite dose

—  par Florent GRABIN —

 

Amis lecteur, c’est souvent que vous avez entendu parler du « Chlordécone » qui est un organochloré extrêmement stable, persistant très longtemps dans la nature et pendant des centaines d’années ou plus.

QUE SONT LES ORGANOCHLORÉS ?

Ce sont des substances synthétiques qui associent chimiquement du chlore et du carbone. Ils sont pour la plus part toxiques et rémanents. Ils ont une propension à la bioaccumulation. Ces propriétés en font le groupe de substances chimiques les plus dangereux auquel l’environnement soit exposé. Près de 11000 organochlorés ont été identifiés.

→   Lire Plus

Rapport d’information sur l’utilisation du chlordécone et des autres pesticides aux Antilles

pesticides

Commander ce document en ligne
Version PDF
Retour vers le dossier législatif
graphique

N° 2430

______

ASSEMBLÉE NATIONALE

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

DOUZIÈME LÉGISLATURE

Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 30 juin 2005.

RAPPORT D’INFORMATION

DÉPOSÉ

en application de l’article 145 du Règlement

PAR LA COMMISSION DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES, DE L’ENVIRONNEMENT ET DU TERRITOIRE

sur l’utilisation du chlordécone et des autres pesticides dans l’agriculture martiniquaise et guadeloupéenne,

ET PRÉSENTÉ

PAR M. Joël BEAUGENDRE,

Rapporteur

en conclusion des travaux d’une mission d’information présidée par

PAR M. Philippe Edmond-Mariette,

et composée en outre de

MM. Jacques Le Guen, Louis-Joseph Manscour,

François Sauvadet, Jean-Sébastien Vialatte,

Députés.

INTRODUCTION 9

PREMIÈRE PARTIE : UTILISÉ ENTRE 1981 ET 1993, LE CHLORDÉCONE NE POURRAIT PLUS ÊTRE HOMOLOGUÉ AUJOURD’HUI 15

I.- UN ORGANOCHLORÉ UTILISÉ AU DÉBUT DES ANNÉES 1980 AFIN DE FAIRE FACE À DES CONDITIONS CLIMATIQUES EXCEPTIONNELLES 15

A.- LA LÉGISLATION ENTOURANT L’UTILISATION DES PESTICIDES DATE, DANS SES PRINCIPES ESSENTIELS, DE PLUS DE CINQUANTE ANS 15

1. La définition des pesticides 15

2. Le cadre juridique en vigueur lors de l’homologation du chlordécone : un cadre exclusivement national et reposant sur des principes datant de 1943 16

B.- L’HOMOLOGATION DU CURLONE 19

1. Un

→   Lire Plus

Le chlordécone aux Antilles Françaises

 

 

Aux Antilles, l’utilisation du chlordécone, pesticide organochloré, a été interdite en septembre 1993, en raison des risques potentiels qu’il présentait pour la santé humaine. Cet insecticide organochloré, que l’on pourrait qualifier de pesticide de « première génération » puisque sa synthèse remonte au début des années 1950, fut d’abord produit aux Etats-Unis, avant d’être homologué en France au début des années 1980, pour lutter contre le charançon du bananier.

Compte tenu de sa rémanence dans l’environnement, les autorités administratives de Guadeloupe et de Martinique, en application du principe de précaution, ont pris différentes mesures, depuis plusieurs années, afin de limiter l’exposition des personnes. Ceci s’est traduit par la mise en œuvre de plans d’actions visant la protection des ressources en eaux, la surveillance de la teneur en résidus des aliments, l’élimination des derniers stocks de pesticides non utilisés et l’évolution rapide des pratiques agricoles. Par ailleurs, en 2003, dans les deux départements, la réalisation d’analyses de sols préalables à la plantation de cultures vivrières a été imposée par arrêté préfectoral.

Afin de compléter ces mesures, le Gouvernement a demandé à l’AFSSA d’évaluer le risque de l’exposition alimentaire de la population antillaise au chlordécone et de proposer des limites maximales de résidus pour les aliments les plus contaminés.

→   Lire Plus