Tag Archive for CEREAP

Seconde conférence du CEREAP sur le thème « Art et nature »

Le mardi 10 décembre à 18h 00, salle polyvalente de l’INSPE

Intervenants : Olivia Berthon, Alain Joséphine, Marie-Lyne Psyché-Salpétrier

Modérateur : Dominique Berthet

Illustration : Alain JHoséphine, Dessin 128, 

L’art et la nature

Cette fiche, au vu de la largeur du sujet abordé, ne comprend que des pistes de réflexion.

L’art, issu du latin ars (habileté, connaissance technique), a donné la racine du mot artisanat, qui est une forme de création, mais aussi du mot artifice. Or l’artificiel s’oppose au naturel. Le naturel, ici, est tout ce qui a trait à la nature, c’est-à-dire l’ensemble des éléments qui constituent l’environnement, ce que l’Homme n’a pas créé. A cet effet, on pourrait penser que l’art s’oppose à la nature. Cependant, le propre de l’Homme n’est-il pas de créer ? L’être humain ne renierait-il pas sa nature en arrêtant de créer ?

L’art peut être perçu comme limite à l’harmonie entre l’Homme et la nature.

L’art est création, par opposition à la nature.

Si l’art et la nature paraissent tous deux être des créations aux yeux des scientifiques, une grande différence les sépare : l’Homme crée l’art, tandis que la nature se crée d’elle-même.

Lire Plus =>

« Figures de l’animal ».

Le mardi 14 mai, à 18h, ESPE de Martinique

7° conférence du CEREAP, »Figures de l’animal« .

sur le thème
Intervenants : Lise Brossard, Frédéric Lefrançois et Henri Tauliaut.

Qu’est-ce qu’un animal ? La réponse à la question paraît simple : tout être vivant qui n’appartient pas à l’espèce humaine. Cette définition courte laisse pourtant des zones grises du coté du seuil où commence la vie et à l’autre bout où elle construit une frontière entre les espèces supérieures, dont la réalité s’amenuise sous l’effet de découvertes révélant des porosités tant en ce qui concerne l’habileté, que l’émotion, l’intelligence ou encore du langage.
Les récentes polémiques sur la souffrance animale, amplifiant celles antérieures portant sur l’usage des fourrures ou qualifiant de domination esclavagiste nos rapports aux animaux domestiques et plus encore familiers, montrent la fragilité et la complexité de notre position.

Lire Plus =>

Conférnce du CEREAP en lien avec le CRILLASH : Exil et création »

Mardi 10 avril 2018, 18h, ÉSPÉ de Martinique

Intervenants : Dominique Berthet, Frédéric Lefrançois, Martine Potoczny

*****

***

*

Exil et création
— par Abdellatif Laâbi —

« Quand la chrysalide de la création se libère en nous, nous sommes déjà au seuil de l’exil. L’exil est en nous, avant que de nous être imposé. Il se révèle dès que notre migration commence et que notre quête se déploie. »

De l’exil ou de la création, lequel prime l’autre ? Cette façon d’appréhender le rapport de la création à l’exil peut paraître singulière, voire artificielle. Mais pourquoi s’est-elle imposée à moi, d’emblée, sous cette forme de devineete à laquelle je crois pouvoir répondre sans hésitation ?

Oui, je pense que la primauté est à l’exil.

Car créer ne présuppose-t-il pas l’une ou l’autre des formes que peut prendre l’exil ? Loin de moi l’idée de jouer avec les mots ou de me jouer des mots. Et, pour que cette idée soit loin de nous tous (et toutes), voyons d’abord ce que les mots recouvrent, ce qu’ils peuvent voiler et dévoiler. Consultons leur mémoire, en quelque sorte.

Lire Plus =>

« Art et hasard » conférence du CEREAP

Mardi 21 février 2017 , à 18 h

ESPE (Route du phare, Fort-de-France)

Intervenants : Anne-Catherine Berry, Dominique Berthet, Olivia Berthon

A cette occasion vous pourrez découvrir le nouveau numéro de la revue Recherches en Esthétique (n° 22) portant sur le même thème.

*****

Le hasard a toujours fasciné les artistes.
Conscient du formidable potentiel qu’il recèle, les artistes ont tenté à plusieurs reprise de le convoquer au coeur même de leur démarche afin de pouvoir jouir de ses bienfaits créatifs.

Le hasard reste avant tout une notion difficilement définissable. Néanmoins deux catégories de hasard peuvent être distinguées comme l’a établi avec justesse le biologiste et biochimiste Jacques Monod, dans la mesure où un hasard peut effectivement être soit subi, soit provoqué. Le premier répondant à « une incertitude essentielle » et le second à une « incertitude opération nelle ».
Dans le premier cas le hasard peut se donner à voir comme un accident et un événement fortuit, inexplicable et inattendu, pouvant s’inviter à tout instant dans l’acte créatif, aussi bien avant que pendant ou aussi après.
Il peut être alors perçu comme un acteur – important ou non – venant bouleverser l’oeuvre en bien ou en mal.

Lire Plus =>

Conférence du CEREAP, en lien avec le CRILLASH, sur « Frida Kahlo »

le mardi 12 janvier, à 18h, ESPE de Martinique

cereap_kahlo

Intervenants : Anne-Catherine Berry, Lise Brossard, Sophie Ravion-D’Ingianni

Frida Kahlo

Née le 6 juillet 1907 d’un père d’origine allemande (Wilhelm Kahlo) et d’une mère mexicaine d’origine indienne (Mathilde Calderón), Frida Kahlo mène une vie truffée de drames. Elle est atteinte de poliomyélite à 10 ans et victime d’un tragique accident de voiture qui l’a rend presque invalide à 18 ans, mais qui malgré tout sera la cause déterminante de son talent artistique.
Frida Kahlo, une révélation

Sérieusement blessée lors de son accident, Frida Kahlo subit diverses interventions chirurgicales et espère se rétablir, mais en vain. Elle reste alors alitée pendant plusieurs mois. Elle fait installer un miroir au-dessus de son lit et commence alors à peindre en se servant de son reflet comme modèle. D’où ses nombreux autoportraits, la représentant tantôt comme une martyre, tantôt comme un personnage éreinté.
Frida Kahlo demande l’avis de Diego Rivera (1886-1957), un peintre muraliste renommé, sur ses œuvres. Ce dernier ne tarde pas à tomber sous le charme de ces tableaux, mais également sous celui de la jeune Mexicaine.

Lire Plus =>

L’art dans la ville

Conférence du CEREAP le 17-03-2015 à 18h à l’ESPE

cereap_4eme-2015

Dés l’Antiquité les artistes se sont intéressés à la ville. Ils ont voulu la représenter, agir sur elle. Le passage d’une perspective empirique à un perspective mathématisée, œuvre du Quattrocento et qui avait permis une floraison de représentations plus ou moins prodigieuses est aujourd’hui un lointain souvenir. Le constat d’une vulnérabilité de la ville est l’objet d’études multiples que celles-ci relèvent de l’urbanisme, de l’architecture, de la sociologie, de l’économie qui dans leur ensemble partent d’un substrat idéologique qu’il faut interroger : celui de la disparition d’un prétendu âge d’or au cours duquel populations citoyennes et lieux de vies auraient été en symbiose, en harmonie. On retrouve là le mythe de la cité idéale qui, de la Tour de Babel aux Nymphéas de Vincent Callebaut et son projet d’une « écopôle flottante multiculturelle dont le métabolisme serait en symbiose parfaite avec les cycles de la nature, anticipant le réchauffement climatique et la montée des eaux« , n’en finit pas de réinventer Atlantis et Utopia. Le désir fusionnel comme symptôme du travail de la pulsion de mort?

Lire Plus =>