L’art dans la ville

Conférence du CEREAP le 17-03-2015 à 18h à l’ESPE

cereap_4eme-2015

Dés l’Antiquité les artistes se sont intéressés à la ville. Ils ont voulu la représenter, agir sur elle. Le passage d’une perspective empirique à un perspective mathématisée, œuvre du Quattrocento et qui avait permis une floraison de représentations plus ou moins prodigieuses est aujourd’hui un lointain souvenir. Le constat d’une vulnérabilité de la ville est l’objet d’études multiples que celles-ci relèvent de l’urbanisme, de l’architecture, de la sociologie, de l’économie qui dans leur ensemble partent d’un substrat idéologique qu’il faut interroger : celui de la disparition d’un prétendu âge d’or au cours duquel populations citoyennes et lieux de vies auraient été en symbiose, en harmonie. On retrouve là le mythe de la cité idéale qui, de la Tour de Babel aux Nymphéas de Vincent Callebaut et son projet d’une “écopôle flottante multiculturelle dont le métabolisme serait en symbiose parfaite avec les cycles de la nature, anticipant le réchauffement climatique et la montée des eaux“, n’en finit pas de réinventer Atlantis et Utopia. Le désir fusionnel comme symptôme du travail de la pulsion de mort?
D’Aristophane dans Les Oiseaux à Jules Verne dans Les Cinq cents millions de la Bégum en passant par Charles Dickens dans son roman industriel Hard Times les critiques du de la Cité idéale ne sont pas nouvelles. Pour ces deux derniers auteurs elles s’inscrivent sur un fond de dénonciation radicale de l’utilitarisme de Jeremy Bentham.

La quatrième Conférence de l’année 2014-2015 du CEREAP qui aura lieu mardi 17  mars 2015 à 18h00 Salle polyvalente de l’ESPE , Route du Phare à Fort-de-France s’intéressera à “L’art dans la ville” thématique décalée par rapport à celle de l’Art de la ville, l’une étant peut-être la fille de l’autre! Les interventions de Dominique Berthet, Patricia Donatien , Mathilde Dos Santos seront modérées par Manuel Norvat.

L’entrée est libre et gratuite. On s’y rendra nombreux.

F-de-F le 15-03-2015

R.S.