Étiquette : Avignon 2013

“Frères de sang”, création de la compagnie Dos à deux

 Artur Ribeiro , André Curti, Présence Pasteur, Avignon off, du 9 au 31 juillet

— Par Michèle Bigot—

 freres_de_sang-2Frères de sang est un spectacle théâtral total dans lequel la pantomime la danse, et plus largement la gestualité, accompagnées et rehaussées par le jeu des lumières, des mouvements des déplacements constituent un système de significations des plus denses.

Sans le secours d’aucune parole, les personnages installent peu à peu tout le jeu des relations complexes qui unissent et divisent les familles.

Toute la charge affective qui irrigue la fratrie, dans sa relation orageuse avec la mère est rendue sensible dans une série de scènes archétypiques de la vie familiale. Tout commence avec les retrouvailles des frères : le père vient de mourir, les frères se chargent de la toilette mortuaire.

→   Lire Plus

Hotel Paradiso, création collective de la troupe Familie Flöz

Théâtre du Chêne noir, Avignon, du 6 au 28 juillet

— Par Michèle Bigot —

hotel_paradisoFamilie Flôz est un collectif allemand de renommée internationale. Il présente ici une fantaisie burlesque sans paroles, reposant exclusivement sur un jeu de danses et de pantomimes masquées. L’ensemble est tout à fait réjouissant, témoignant d’une drôlerie mâtinée d’une bonne dose de noirceur (les masques des personnages sont tous emprunts de tristesse). Familie Flöz retrouve ici une tradition séculaire de farce pigmentée de macabre.
Sans le secours d’aucune parole, la construction dramatique repose un fil narratif manifeste :  la vie quotidienne telle qu’elle se déroule dans un hôtel familial, qu’on devine situé dans une quelconque station de vacances en montagne. Deux  générations se succèdent  à la direction de l’hôtel. Chacun investit le personnage correspondant à  son emploi avec justesse et drôlerie. Par son physique, son rythme propre,  sa gestuelle, chaque personnage  incarne un  type humain .

→   Lire Plus

Avignon : Anouilh, Mouawad, Lazare

— Par Selim Lander —

AntigoneDe toutes les Antigone écrites pour le théâtre, c’est celle d’Anouilh qui est la plus jouée et l’on ne se lasse pas de la redécouvrir dans des décors et des mises en scène différentes. C’est ici une troupe de comédiens amateurs qui s’est lancée, composée d’élèves de sciences-po (Paris). Bien que novices, ils démontrent déjà une surprenante maîtrise. Surtout, ils parviennent à faire passer les différentes émotions, les genres différents qui se bousculent dans cette pièce : tragédie, compassion, sagesse, amour passion, comédie…

Au début de la pièce les comédiens sont tous vêtus de noires ; la seule à être habillée différemment, dans une gabardine bleu marine, représente le chœur ; au fur et à mesure qu’elle présente les comparses, ces derniers se lèvent et enfilent la tenue de leur personnage. Antigone, la première, revêt une longue robe blanche qui lui laisse les bras nus ; quelqu’un les lui couvre les bras de terre ; la pièce peut alors commencer. L’intimité du cadre (une petite salle du théâtre des Barriques), l’absence de tout décor, la ferveur des comédiens, la sobriété de la mise en scène, tout cela empêche que l’émotion faiblisse jamais.

→   Lire Plus

“Carte du temps”, de Naomi Wallace

 Trois visions du moyen-orient

— Par Roland Sabra —

la_carte_du_tempsCarte du temps, de Naomi Wallace se déroule en trois moments, trois actes ou trois visions. La première « Un état d’innocence » se passe dans le zoo Al Brazil de Rafah à Gaza. Détruit par l’armée israélienne ce zoo est gardé par un soldat israélien Yuval, qui s’étonne de voir les animaux perdre puis retrouver des morceaux de leurs corps. Dans un total état d’innocence –il ne sait pas qu’il a été tué– il rencontre une femme palestinienne qui veut absolument rendre sa mère quelque chose qui lui appartient.

La seconde « Entre ce souffle et toi » se situe dans une clinique à Jérusalem ouest. Un père palestinien s’impose après la fermeture pour rencontrer une infirmière israélienne. Elle vit grâce à une double transplantation pulmonaire prélevée sur son fils.

La troisième « Un monde qui s’efface » nous permet d’assister à une conférence avicole tenue par Ali irakien de Bagdad. Passionné de colombophilie Ali ne peut s’empêcher de parler de ses oiseaux, de la guerre, de de sa passion pour les livres, de ses amis, de sa famille, mais son récit poétique, enflammé bifurque sur la vie dans un pays soumis à l’embargo et à la guerre : un monde qui s’efface.

→   Lire Plus

“Illumination(s)”, texte et mise en scène de Ahmed Madani : le meilleur du « Off » 2013

 — Par Roland Sabra —

 illumination_sC’est un spectacle choral, un récit choral dans lequel 9 jeunes nous invitent à voir le monde à partir du quartier le Val Fourré à Mantes-la-Jolie où on été construits plus de 8000 logements entre 1959 et 1977, pour loger entre autres les travailleurs des usines automobiles de la vallée de la Seine, Renault à Flins, Simca devenu PSA, à Poissy. Le quartier est bâti sans lien véritable avec le centre-ville au bout de la rue des Garennes, sur l’ancien aérodrome de l’ex-village de Gassicourt annexé par ville de Mantes après la guerre. Construit en refusant l’aide de l’État le quartier va manquer d’équipements collectifs et tomber dans une dérive de ségrégation sociale marquée par l’exode des classes moyennes et l’arrivée massive de populations émigrées.

C’est plus d’un demi siècle d’histoire sur trois générations qui est racontée, chantée, dansée dans les rires, les larmes, les souffrances, avec la tendresse, la rage, l’humour et un désir de vivre sans se renier.

→   Lire Plus

“Cour d’honneur” de Jérôme Bel : l’art de la commémoration

—Par Roland Sabra —

cour_d_honneurAvec “Cour d’honneur” Jérôme Bel tend un miroir au public de l’espace théâtral éponyme. Assis sur des chaises en arc de cercle ils sont quatorze face au public, comme s’il s’agissait de spectateurs égarés dans le dédale de tubes métalliques qui compose la structure des gradins. Ils nous ressemblent avec leurs sacs qu’ils ont posés à leurs piede, le livret, le pull ou le châle pour se protéger du vent. Au milieu sur le proscenium le micro. Ils vont y venir l’un après l’autre raconter ce qu’ a été pour eux la rencontre avec ce lieu et en quelles circonstances. On s’aperçoit rapidement que le monde de l’éducation nationale est sur-représenté, que l’échantillon est plutôt mono-colore. Il y a les bons souvenirs et les moins bons. Ceux qui renvoient à des rencontres qui vont structurer toute une vie, comme pour Jacqueline qui trouvera là  une compagne de vie dans la figure d’Antigone. Mais aussi ceux des mauvais moments comme l’interruption de ” Casimir et Caroline”, mis en scène par Johan Simons, par un spectateur excédé, exprimant sa colère.

→   Lire Plus

“Le début de quelque chose”, mise en scène de Myriam Marzouki

 D’après un texte de Hughes Jallon

— Par Michèle Bigot —

le_debut_de_qq_chose

L’intention est belle ; cette idée de touristes occidentaux isolés du monde dans un village de vacances pour CSP+, et n’ayant d’autre objectif que de tenir à distance le stress, la fatigue et les ennuis du monde moderne, pendant qu’à la porte de l’hôtel gronde la révolution a de quoi enchanter. Le soleil, la détente, le « lâcher-prise », et toute une organisation visant à vider les esprits et à laisser vivre les corps dans leur plus entière sensualité ; on sent bien que tout cela prête à une satire féroce des poncifs d’aujourd’hui qui préconisent le bonheur, quand l’heure est justement aux grandes inquiétudes, quand menace la panique et les bouleversements de l’ordre établi.

En somme, il y a de quoi refaire  La noce chez les petits bourgeois.

Alors pourquoi cela ne fonctionne-t-il pas ? Il faut croire que la magie du théâtre (comme le bonheur) se manifeste surtout quand elle s’en va.

Le drame s’ouvre et se clôt sur une scène de chasse apocalyptique, rendue par une image vidéo d’ombres et de couleurs en furie, pendant qu’une voix off, soutenue par un son saturé suggère la poursuite et la mise à mort des bêtes sauvages, des hommes sauvages ?

→   Lire Plus

“Frères de sang” et “Hotel Paradiso” ou le succès du théâtre gestuel

 —Par Roland Sabra —

freres_de_sangIl est souvent répété à l’envi qu’ au théâtre le comédien doit servir le texte. Mais qu’en est-il alors pour le théâtre sans parole, le théâtre mut, ou mieux le théâtre gestuel ? Deux spectacles parmi d’autres de ce registre connaissent un engouement populaire au Festival d’Avignon 2013.

 « Frères de sang » est une création de la Compagnie Dos à deux, qui présente l’histoire, tendre, émouvante et parfois tragique d’une famille composée d’une mère et de ses trois fils. A l’ouverture deux comédiens tournent l’un autour de l’autre, se serrent dans les bras, jouent s’amusent, il s’agit de deux frères. Leur statut d’enfant est suggéré par la taille de leur jouet, exagérément grande. D’emblée il est évident que ce que la bouche ne dira pas sera exprimé par la gestuelle des corps. Flashback. S’éclaire alors, coté jardin dans une penderie la présence d’une femme couverte d’un voile noir et qui tient une marionnette de femme âgée sur sa poitrine. Cette vieillarde n’a plus d’âge : le cadavre d’un homme est exposé sur un lit de mort.

→   Lire Plus

“Au pied du mur sans porte” de Lazare : inouï !

 —Par Roland Sabra

au_pied_du_mur_sans_porte-2Crée  au studio-théâtre de de Vitry en 2010, repris  au Théâtre de l’Échangeur à Bagnolet en 2011« Au pied du mur sans porte est enfin  présenté au Festival d’Avignon à la Chartreuse.

C’est l’histoire de Libellule, 7 ans, un gamin de banlieue, sans père et qui perd tout, sa carte Orange, ses vêtements, le chemin de l’école dans les flaques d’eau les jours de pluie, qui dialogue avec son jumeau mort avant la naissance., «Il est tourdi» commente sa mère grande praticienne de l ‘aphérèse cette élision inverse. Elle dit  « scabeau » pour escabeau. En classe, il a des difficultés. Plusieurs années après,devenu adolescent il fait copain copain avec JR, un caïd de la cité pour qui il revend de la drogue.

Voilà en quelques mots l’intrigue de « Au pied du mur sans porte » le travail de Lazare, l’auteur-créateur-metteur-en scène-improvisateur qui est en train de marquer la création théâtrale d’une forte empreinte. Né en 1975 à Fontenay-aux-Roses, avec une ascendance algérienne il grandit à Bagneux en banlieue parisienne. Sur cette enfance il est plutôt taiseux : “Si je me mets à raconter ma vie, on tombe vite dans un misérabilisme qui me fait fuir.

→   Lire Plus

“Re : Walden”, création dramaturgique de J.-F. Peyret, d’après le livre de H.D. Thoreau Walden ou la vie dans les bois, Tinel de la chartreuse de Villeneuve lès Avignon

 — Par Michèle Bigot—

 re_waldenC’est en 1848 que Thoreau produit ce texte inclassable, brisant les catégories du récit, de l’essai philosophique et du journal intime. Il y relate sa vie quotidienne dans les bois,(2 ans, 2 mois et 2 jours) près de l’étang de Walden où il a construit lui-même sa cabane.

D’emblée le spectateur, confronté à ce tissu de méditations, observations, narration, s’interroge sur le titre et surtout sur son préfixe problématique. Le « re » vaut-il pour une reprise, une réponse, une réactivation ? C’est sans doute tout cela et surtout une réviviscence que nous propose J.-F. Peyret. Car son écriture théâtrale, faite d’une combinaison d’images fortes, de jeux de lumière, de magie numérique, le tout harmonisé par un concert de voix nous offre une relecture et une réactualisation de ce texte. Ce spectacle total étaye son rythme original sur une musique et un dispositif électro-acoustique dont la modernité est comme un défi à l’idéologie écologiste de Thoreau.

Une écriture dramatique des plus contemporaines et un travail intense et minutieux des multiples dimensions du spectacle théâtral soutiennent donc cette relecture.

→   Lire Plus

“Par les villages”, Peter Handke, mis en scène par Stanislas Nordey

 — Par Michèle Bigot —-

 par_les_villagesSur le vaste plateau de la cour d’honneur, l’espace scénique est dessiné par une ceinture ouverte constituée d’une rangée de baraques de chantier : le tout forme une muraille bleue. Devant, seul en scène, l’écrivain. Sa voix s’élève parmi les cris des martinets déclarant l’arrivée de la nuit sur le palais. Ainsi commence le drame des perdants.

Grégor, L’écrivain revient au village natal ; il est le protagoniste autour duquel vont évoluer les autres personnages, satellites de cet astre solitaire : sa femme (Jeanne Balibar, figée dans un corps qui n’est qu’organe de la parole), sa sœur ( Emmanuelle Béart, jouant avec passion , de tout son corps), son frère (Laurent Sauvage) humilié et pourtant habité pourtant par une force qui transcende sa condition d’humiliés. Et autour de ce drame familial de l’héritage, qui déchaîne la violence des sentiments unissant et déchirant la fratrie, se déroule le ballet des compagnons ouvriers, avec Hans (S.Nordey) leur porte-voix, qui dit la geste du monde ouvrier.

→   Lire Plus

“Projet Luciole”, Nicolas Truong, Chapelle des Pénitents blancs

 

—Par Michèle Bigot —-

projet_lucioleExpérimenté sous forme réduite en 2012 à Avignon, Projet Luciole revient cette année en grand format.

En 1975, Pier Paolo Pasolini écrit pour la presse italienne un texte dans lequel il dénonce la disparition des lucioles ; autant dire que pour lui, l’embrigadement de masse engendré par l’industrie culturelle et la télévision tue dans l’œuf toute lueur de contre-pouvoir ; un nouveau fascisme, pire que le précédent tue toute pensée. La grosse lumière du consensus télévisuel aveugle et paralyse la pensée. En cela il fait suite à W.Benjamin qui stigmatisait déjà cette forme irréversible de destruction.

A ces penseurs du pessimisme moderne, G. Didi-Huberman répond en 2009 (Survivance des lucioles) qu’on peut « organiser le pessimisme » et qu’il faut pour cela associer modernité et archaïsme, briser le consensus en fracturant le langage.

Et c’est à une telle entreprise que se livre Nicolas Truong dans sa création théâtrale, soulevé par un enthousiasme communicatif, une énergie de la pensée, qui font de son pessimisme la plus acérée des armes pour envisager l’avenir. La parole des philosophes d’aujourd’hui se mêle heureusement à celle des penseurs d’hier.

→   Lire Plus