« Roubaix, une lumière », un film d’Arnaud Desplechin

Dimanche 20 octobre 2019 à 19 h 30 Madiana

Avec Roschdy Zem, Léa Seydoux, Sara Forestier
Genres Thriller, Drame
Nationalité Français

Synopsis :
À Roubaix, un soir de Noël, Daoud le chef de la police locale et Louis, fraîchement diplômé, font face au meurtre d’une vieille femme. Les voisines de la victime, deux jeunes femmes, Claude et Marie, sont arrêtées. Elles sont toxicomanes, alcooliques, amantes…

La presse en parle :

Madinin’Art par Janine Bailly

Dans un éclairage nocturne et pourtant lumineux, les figures se détachent, souvent en plans serrés, créant avec les personnages une proximité, une intimité rares. Plus qu’un récit policier — se déroule bel et bien une intrigue, dénouée dans les tout derniers instants —, il nous est donné à voir une région sinistrée, une ville en déshérence, où les murs comme les âmes s’écaillent, où les êtres se rouillent d’être les oubliés de la société… Lire Plus =>

Dernières Nouvelles d’Alsace
par Nathalie Chifflet
Arnaud Desplechin n’a pas inventé Roschdy Zem comme acteur. Mais il l’a inventé comme grand acteur. Roschdy Zem n’a jamais aussi bien joué, force tragique tranquille.

Femme Actuelle par Amélie Cordonnier
Il y a fort à parier que ce film restera un grand classique du polar. Roschdy Zem est d’un magnétisme incroyable, et Léa Seydoux surprend. Respect !

Les Inrockuptibles par Théo Ribeton
C’est le vertige et le paradoxe du film : le réel s’y impose d’abord violemment, mais il se réenvoûte de l’intérieur et se met inexplicablement à parler le Desplechin, à ressembler à un monde écrit par lui.

L’Humanité par Sophie Joubert
Avec cette œuvre fiévreuse, Arnaud Desplechin lui offre un de ses meilleurs rôles et transcende le polar classique pour sonder les abîmes de l’être humain.

Libération
par Marcos Uzal
Loin d’opérer une rupture, les dialogues réels de « Roubaix, une lumière » sont polis par la mise en scène et par le travail des acteurs (tous formidables), jusqu’à atteindre une intensité théâtrale et une densité romanesque que le documentaire initial ne contenait qu’à l’état brut.

Ouest France par Gilles Kerdreux
C’est sobre et pourtant captivant de bout en bout.

Transfuge
par Jean-Christophe Ferrari et Vincent Jaury
[…] un grand thriller social.

Bande à part
par Anne-Claire Cieutat
Dans « Roubaix, une lumière », polar à l’efficacité métronomique, Arnaud Desplechin filme les noces de l’ombre et de la lumière, et sonde l’espace mystérieux où l’humain et l’inhumain se côtoient.

 

 

 
*****
**
*