Pansement noir : pourquoi ça n’a pas collé en France

Lancé en 2007, le pansement “pour peaux mates et bronzées” a fait flop à peine deux ans plus tard.

— Par Bérénice Rocfort-Giovanni —

On a eu beau fouiller, on n’a rien trouvé. A côté du classique pansement beigeasse-rose, les marques les plus connues (Hansaplast, Urgo, Mercurochrome) ou de distributeurs (Carrefour, Monoprix) proposent bien des modèles “la Reine des neiges”, “My Little Pony”, transparents…

Mais pas un pansement n’est adapté à la couleur des peaux noires ou foncées.

Pour avoir dénoncé cela à la télévision, et plus généralement, pour avoir dit qu’il y avait trop peu de produits pensés pour les Noirs, la journaliste et militante antiraciste Rokhaya Diallo a reçu un torrent de commentaires moqueurs et racistes sur Twitter. Le #sparadrapgate – car la polémique a désormais un nom – a redoublé lorsqu’une photo a émergé sur le réseau social : celle d’une boîte de pansements Mercurochrome en deux teintes “Peaux mates et bronzées”.

Rokhaya Diallo aurait donc raconté n’importe quoi !

La loi du marché
Sauf que Rue89 a contacté le fabricant : le produit, seule tentative du genre connue en France, n’est plus vendu. Sorti en janvier 2007, il a cessé d’être commercialisé à peine deux ans plus tard.

Dorothée Vuibert, responsable de la communication au sein des laboratoires Juva Santé, auxquels appartient Mercurochrome, explique les raisons de ce flop :

“La durée de vie de ce pansement a été très courte, il n’a pas rencontré son public. Les grandes et moyennes surfaces piochent dans notre catalogue de produits, décident de ce qu’elles vont référencer, autrement dit, mettre en rayon.

La première année, les enseignes ont acheté à Mercurochrome 25.000 boîtes. C’est très peu, un pansement classique se vend dix fois plus. On a vu que le produit ne fonctionnait pas car l’année suivante, les magasins n’ont plus commandé que 3.700 boîtes, ce qui veut dire qu’il leur restait encore beaucoup de stock à écouler.”…

Lire la suite & Plus=> L’Obs