210 search results for "textes en paroles"

Remise du « Prix Textes en Paroles » à Faubert Bolivar

 Mercredi 31 mai 2017 20h au Mémorial ACTe

Participez à la remise du PRIX TEXTES EN PAROLES 2017 du meilleur texte dramatique, qui aura lieu le Mercredi 31 mai à partir de 20h au Mémorial ACTe, décerné à Faubert Bolivar pour sa pièce de théâtre «Les Revenants de l’impossible amour». Cette manifestation sera l’occasion de la première lecture publique de ce texte-lauréat par Karine Pedurand et Yohann Pisiou, dans une mise en lecture de Hassane Kassi Kouyaté.
Soirée en présence des 6 autres auteurs de la sélection TEXTES EN PAROLES 2017 : Mirna Bolus, Magali Solignat, Charlotte Boimare, Fabrice Théodose, Jacques Sabatier et Patrice Turlet.

LES REVENANTS DE L’IMPOSSIBLE AMOUR

« Une pièce qui traite des relations amoureuses et de la douleur de la trahison conjugale mais qui a la grande originalité d’être située dans un cimetière la nuit et donc de mettre en jeu des forces occultes, des ébats passionnés, pervers, enragés, où le désir de vie et de mort– Eros et Thanatos – se retrouve associé aux esprits vaudou avec Baron Samedi et de Brigitte, deux Guédés du panthéon vaudou.

Lire Plus =>

Textes en Paroles 2017 : le poète et dramaturge haïtien, Faubert Bolivar, lauréat du Prix

Le poète et dramaturge Faubert Bolivar vient d’obtenir le Prix Texte en Paroles 2017 du meilleur texte dramatique, pour son texte « Les revenants de l’impossible amour ». Basée en Guadeloupe, l’association Textes en paroles s’est donnée pour objet, depuis 2002, de promouvoir les écritures dramatiques contemporaines issues de, ou inspirées par l’univers de la Caraïbe ou des Amériques. Entretien avec le lauréat.

Le National : Avec quels sentiments avez-vous accueilli la nouvelle du prix ?

Faubert Bolivar : Avec joie, bien sûr. C’est une nouvelle lumière projetée sur mon travail d’auteur et ce sont de merveilleuses opportunités qui s’offrent à ma pièce. Je suis très reconnaissant envers Textes en paroles que je remercie une fois de plus. D’un autre côté, recevoir le Prix textes en paroles du meilleur texte dramatique quand on est président d’une association d’auteurs comme ETC (Écritures théâtrales contemporaines en Caraïbe) c’est accroître sa puissance d’agir dans le sens des combats collectifs auxquels nous sommes engagés au quotidien.

LN : « Les revenants de l’impossible amour ».

Lire Plus =>

Textes en paroles 2017 : la liste des lauréats

Basée en Guadeloupe, l’association TEXTES EN PAROLES s’est donnée pour objet, depuis 2002, de promouvoir les écritures dramatiques contemporaines issues de, ou inspirées par l’univers de la Caraïbe ou des Amériques. Pour la saison théâtrale 2016 – 2017, l’association a lancé en fin d’année 2016 un nouvel appel à soumission de textes dramatiques inédits, écrits en langue française ou/et en langue créole.

Suite à cet appel à écriture théâtrale, Michèle MONTANTIN, présidente de TEXTES EN PAROLES, Stéphanie BERARD, présidente du Comité de Lecture, et l’ensemble des membres de son Comité ont le plaisir de vous faire connaître la sélection TEXTES EN PAROLES 2017.

Parmi les 48 oeuvres qui nous sont parvenues de Guadeloupe, Martinique, Guyane, Haïti, Colombie, Brésil et France hexagonale (dont les auteurs sont originaires ou résidents), 6 textes ont été sélectionnés et nominés au « PRIX TEXTES EN PAROLES DU MEILLEUR TEXTE DRAMATIQUE ».

Les textes lauréats sont :

1. « L’autre côté du fleuve », de Monsieur Jacques SABATIER (Guyane) ;

2. « Les revenants de l’impossible amour », de Monsieur Faubert BOLIVAR (Haïti / Martinique) ;

3.

Lire Plus =>

« Antilles, les paroles, les visages et les masques » d’André Lucrèce

— Par Jacques Georges Mérida —

Il n’est pas anodin de constater que le récent ouvrage d’André Lucrèce soit dédié à René Ménil, un des fondateurs, avec Suzanne Césaire et Aimé Césaire, de la revue « Tropiques » pour son esprit critique et sans complaisance de la mystification coloniale à la Martinique, ses contributions efficientes de la démystification de l’idéologie assimilationniste, et sa défense ardente d’une authentique culture martiniquaise, comme en témoigne Lucrèce lui-même dans son livre « Conversation avec ceux de Tropiques » paru en 2013. Aujourd’hui « Antilles, les paroles, les visages et les masques » s’inscrivent dans la même lignée, tout en élargissant la réflexion singulièrement à la Guadeloupe et à Haïti, composantes de ce champ d’îles formant ce que Jean Benoist a appelé « l’archipel inachevé », et dont on peut penser avec le poète barbadien Edward Kamau Brathwaite, qu’il constitue « une unité caribéenne sous-marine ».

C’est cette même « unité sousmarine » qui dans la profusion des questions soulevées, des thématiques analysées, leur apparente hétérogénéité, relie entre eux tous les textes de l’ouvrage.

Lire Plus =>

Paroles d’auteurs : Daniely Francisque

BU du campus de Schoelcher mercredi 25 septembre 2019 à 16h 30

En ce début de saison, la BU du campus de Schoelcher vous convie, le dernier mercredi de chaque mois, à un nouveau rendez-vous culturel régulier : Paroles d’auteurs. Mis en place par l’association Ecritures Théâtrales Contemporaines en Caraïbes (ETC Caraïbes), et la BU du Campus de Schoelcher, ce cycle drencontres prendra la forme d’entretiens-dialogues animés par Axel Arthéron, maître de conférences au département Lettres modernes (pôle Martinique), à l’initiative du projet.

Il s’agit, précise le chercheur « d’approcher la nature, les formes et les enjeux de l’écriture dramatique contemporaine. » Plus encore, poursuit-il, cette initiative partagée vise à « œuvrer à la valorisation du théâtre contemporain francophone en donnant la possibilité de mettre des visages et des mots à cette expression ; à poursuivre la dynamique collaborative entre les lieux de fabrique artistique et la scène de la recherche, de l’élaboration conceptuelle ; à mettre à disposition des étudiants un corpus de textes et d’auteurs dessinant, entre autres choses, le champ du théâtre caribéen contemporain.

Lire Plus =>

Paroles d’auteurs: Daniely Francisque

BU du campus de Schoelcher mercredi 25 septembre 2019 à 16h 30

En ce début de saison, la BU du campus de Schoelcher vous convie, le dernier mercredi de chaque mois, à un nouveau rendez-vous culturel régulier : Paroles d’auteurs. Mis en place par l’association Ecritures Théâtrales Contemporaines en Caraïbes (ETC Caraïbes), et la BU du Campus de Schoelcher, ce cycle de rencontres prendra la forme d’entretiens-dialogues animés par Axel Arthéron, maître de conférences au département Lettres modernes (pôle Martinique), à l’initiative du projet.

Il s’agit, précise le chercheur « d’approcher la nature, les formes et les enjeux de l’écriture dramatique contemporaine. » Plus encore, poursuit-il, cette initiative partagée vise à « œuvrer à la valorisation du théâtre contemporain francophone en donnant la possibilité de mettre des visages et des mots à cette expression ; à poursuivre la dynamique collaborative entre les lieux de fabrique artistique et la scène de la recherche, de l’élaboration conceptuelle ; à mettre à disposition des étudiants un corpus de textes et d’auteurs dessinant, entre autres choses, le champ du théâtre caribéen contemporain.

Lire Plus =>

Soeuf Elbadawi, musique et paroles en partage

— par Janine Bailly —

Soeuf

Ils sont quatre sur scène, quatre venus des lointaines Comores nous faire découvrir la musique de leur pays, Mwezi WaQ, chants de lune et d’espérance. Une musique abreuvée aux vagues de l’Océan Indien, et qui puise sa force dans le répertoire populaire, dans les recherches esthétiques des musiciens, mais aussi dans l’engagement humaniste autant que politique revendiqué par le chanteur Soeuf Elbadawi, leader du groupe. Ils sont quatre venus pour nous de l’autre côté du monde, et c’est un crève-cœur de voir cette petite salle Frantz Fanon si mal remplie alors qu’il nous est donné de participer à une soirée d’exception. Hasard des calendriers ? À l’extérieur tourne et vire la Bète A Fe Parade dans les rues de Fort-de-France, et d’aucuns, qui s’étaient pourtant prémunis de billets d’entrée, ne pourront à leur grand regret accéder ce soir-là à Tropiques-Atrium. Ce qui est d’autant plus dommage qu’étant donné la durée de ce vidé nocturne, il eût été sans doute possible de laisser un moment le libre accès à la ville sans perturber la fête, par ailleurs manifestation bien légitime et de laquelle Soeuf Elbadawi dira simplement que « c’est ça, le Carnaval » et qu’il ne faut pas s’en plaindre, lorsqu’il en sera question au moment des dédicaces.

Lire Plus =>

« L’île de Merlin ou le monde renversé » de Christoph Willibald Gluck, un opéra comique sur des textes français

l_ile_d_merlinLes 16 & 17 juillet 2014 à 19h 30 Théâtre A. Césaire

L’Île de Merlin ou Le Monde renversé de Christoph Willibald Gluck. Opéra comique en un acte sur des textes français

L’Île de Merlin ou Le Monde renversé de Gluck a été initiée par la Délégation générale à l’Outremer de la Mairie de Paris. Scapin et Pierrot viennent d’échapper à une tempête et échouent sur la plage d’une contrée inconnue. Alors qu’ils se plaignent de leur infortune, ils voient tomber du ciel un saucisson, une bouteille, une table servie portant volaille … Quel beau pays ! Deux jolies jeunes filles, des habitants valeureux et honnêtes, des lois favorables aux jeunes gens sans le sou, c’est le «monde renversé», l’île enchantée … l’île de Merlin !
Seule ombre au tableau, les deux jolies filles ont déjà des prétendants …

La communauté d’outremer sait peu à quel point la musique classique, et plus particulièrement l’art lyrique, passionne certains d’entre eux, ni qu’au sein de la nouvelle génération de chanteurs français, des chanteurs d’outremer sont des artistes reconnus par le métier, ou débutent une carrière prometteuse.

Lire Plus =>

Appel à écriture théâtrale jeunesse

Clôture de l’appel de textes le 30 septembre 2019

Basée en Guadeloupe, l’association Textes en Paroles s’est donnée pour objet, depuis 2002, de promouvoir les écritures dramatiques contemporaines issues de, ou inspirées par l’univers de la Caraïbe ou des Amériques.
Pour la première fois depuis sa création, l’association lance un appel à écriture théâtrale portant spécifiquement sur des textes destinés au jeune public1.
Où que vous soyez et qui que vous soyez…
Vous écrivez des textes de théâtre pour la jeunesse
En français ou en créole en lien avec la Caraïbe ou les Amériques…
Vos textes dramatiques nous intéressent !
1 Public des collèges ou des lycées
Appel à écriture théâtrale jeunesse
Devenir des textes
 Les textes sélectionnés seront soumis sous anonymat au Comité de Lecture Jeune Public de Textes en Paroles (composé de dramaturges, d’universitaires et de professionnels du théâtre), qui aura la charge d’identifier un maximum de 5 textes lauréats.
 Parmi les textes sélectionnés, un jury distinguera le Prix Textes en Paroles  du meilleur texte dramatique 2019 pour la jeunesse
 Tous les textes-lauréats seront promus à l’occasion de lectures publiques et de rencontres avec leur auteur, dans le but de favoriser leur création.

Lire Plus =>

Pour sa 7ème édition, Cap Excellence en Théâtre a pris son envol.

— Par Scarlett Jesus —

Sans se départir véritablement des orientations qui furent celles, il y a près de vingt ans, de Téyat Zabym, il semble bien que cette 7ème édition de Cap excellence en Théâtre affiche son ambition. Celle de se positionner sur le plan international, tout en maintenant le cap d’une thématique inchangée : creuser, afficher et défendre « nos identités théâtrales ». Un « envol » que suggère l’oiseau multicolore choisi pour figurer sur l’affiche, et qui déploie ses ailes.

Mais quelles sont-elles ces « identités théâtrales » ? Une lecture attentive du programme permet-elle d’en saisir la spécificité ?

Deux spectacles, respectivement à l’ouverture et à la clôture du festival, donnés tous deux gratuitement dans ce tout nouveau complexe socio-culturel Félix Proto des Abymes (pas encore inauguré officiellement), en dessinent les contours. D’un côté, un « Chaltouné a lespwa », que propose Textes en Paroles, avec le concours d’Esther Myrtil (deux figures majeures du théâtre en Guadeloupe), mêle la poésie des mots à la gestuelle des corps.

Lire Plus =>

« Joyeux anniversaire Marta » de José Jernidier, m.e.s. Dominik Bernard

Samedi 26 janvier 2019 -20h- Tropiques-Atrium

Cette pièce, entièrement écrite en créole, est surtitrée en français. Elle met en scène une femme Poto-Mitan, mais aussi une femme chateng ; une femme Doubout, mais aussi une femme chouké ; une femme flanm. Mais surtout une femme de la déveine.

Écrite par José Jernidier, mise en scène par Dominik Bernard, interprétée en solo par Tania Gervelas, cette pièce traite de sujets qui gangrènent notre société, notamment les violences faites aux femmes et le manque d’estime de soi. Marta est une femme qui ne souhaite qu’une chose : être aimée et cela à n’importe quel prix. Le soir de son anniversaire, elle espère, sans conviction, la venue de son conjoint pour fêter l’occasion. Face à cette attente qui s’éternise, Marta se raconte, retraçant le parcours de sa vie et les nombreux écueils qu’elle a traversés.
Une interprétation juste et émouvante au service d’une mise en scène efficace et d’un texte puissant font de cette pièce l’une des belles réussites de l’année en matière théâtrale.

Lire Plus =>

« Sainte Dérivée des trottoirs » de Faubert Bolivar, m.e.s. Alice Leclerc, avec Vladimir Delva

— Par Alvina Ruprecht —

Cette nuit-là, devant le parvis de la cathédrale de Limoges, le public festivalier a participé à un événement à la fois insolite et époustouflant. Au son du battement des tambours accompagné de musique de l’église chrétienne, deux figures masquées sorties de l’ombre nous invitent à les suivre vers le Jardin de l’ Évêché…

Nous voilà du coup, devant un tas de déchets – canettes, vieux papiers, surfaces brillantes, filets de pêcheurs qui se se met à remuer alors qu’une lumière rougeâtre émane de cet « autel » posé à l’entrée du jardin. Une figure éclaboussée de détritus émerge de ce tas d’ordures, vomissant, crachant, jurant, hurlant en français et en créole, maudissant ses origines, sa mère, Jésus et l’éclopé qui était son père, sa manière de dénoncer la bêtise et la pauvreté dans le monde. Voici une nouvelle résurrection d’une apparence christique peu commune; un corps maigre, carnavalesque, trainant derrière elle tout le poids de toutes les souffrances et les obscénités du monde. L’acteur est magnifique mais la figure fait peur et le public est tétanisé devant la ‘Sainte Dérivée qui entreprend son calvaire syncrétique à travers le jardin de Christ où nous découvrons un monde de folie, de délire, de chaos dans la fête.

Lire Plus =>

« Mémoires des maisons closes » de Faubert Bolivar

Ce titre évocateur est pourtant trompeur. Faubert Bolivar raconte dans ce recueil composé en deux parties certaines des femmes qu’il a aimées mais aussi les lieux, ces maisons fermées, dans lesquels il a trouvé l’inspiration (et pas, comme on pourrait l’imaginer, des maisons closes, avec leurs filles de joie). Le style de Faubert Bolivar se rapproche de celui des surréalistes. Sa poésie, parfois érotique, est empreinte d’images fortes et puissantes. On y retrouve un univers proche de celui de Boris Vian ou des références à Paul Éluard.  » Faubert Bolivar n’a pas peur des mots, on le voit, ni des images insolites. Sa fantaisie langagière nous convie à d’étranges fantasmes, comme dans les deux bouts de poèmes précédents qui le rapprochent, quant au fond, de Rabelais, de Jarry ou de Swift. » (article de Michel Herland publié par Mondes Francophones).

Pourtant/Tu as des phases/qui vont en mer/comme les îles que je tutoie/baisent/dans ma bouche

Je t’aurais commise/comme un grand crime

Lire Plus =>

Ambassade d’Haïti en France : activités culturelles du 30 mai 2018

Bonjour à tous,
Le nouveau Réglement Général Européen de Protection des Données (RGPD) est entré en vigueur le 25 mai dernier en Europe. À cette occasion, nous tenons à vous informer que l’Ambassade d’Haïti en France utilise et utilisera votre courriel uniquement pour vous informer des actualités culturelles haïtiennes en France, de ses projets et invitations électroniques. Nos listes ne sont jamais transmises à nos partenaires.
Si vous souhaitez toujours être tenu informé, vous n’avez rien à faire. Si vous souhaitez vous désinscrire, vous pouvez cliquer sur le lien « veuillez me désiscrire de la liste de diffusion », ci-dessous.
Si vous souhaitez vous inscrire, il suffit d’envoyer un mail à : serviceculturel.haiti.fr@gmail.com
Bien à vous,
L’équipe de l’Ambassade

Lire Plus =>

Le théâtre aux Antilles – un numéro d’« Africultures »

— Par Selim Lander —

Il n’est pas trop tard pour signaler un numéro d’Africultures (trimestriel), numéro double, qui fournit un panorama très complet de la création théâtrale aux Antilles françaises, même s’il ne rend pas compte, par la force des choses, des développements les plus récents puisqu’il fut publié au début de cette décennie. Cette réserve n’empêche pas qu’il constitue encore un instrument extrêmement précieux pour connaître les acteurs du théâtre antillais, toutes les personnes interrogées étant encore en activité. En effet, les entretiens avec ces personnalités du monde théâtral ne sont pas les morceaux les moins intéressants de cette publication qui, davantage qu’un numéro de revue, a toutes les apparences d’un ouvrage collectif (dirigé par Sylvie Chalaye et Stéphanie Bérard).

Sous la signature de la seconde, ce numéro d’Africultures s’ouvre sur une brève histoire du théâtre aux Antilles françaises depuis le XVIIIe siècle (la construction d’un « vrai » théâtre remonte à 1780 à Pointe-à-Pitre, en 1786 à Saint-Pierre de la Martinique) jusqu’à nos jours, avec les péripéties liées à la Révolution française, les tournées des troupes métropolitaines, les premières écritures insulaires, la division entre théâtre populaire et théâtre bourgeois, l’évolution des thématiques de la comédie vers les pièces engagées à partir de l’impulsion donnée par Césaire dans les années 1950 et 1960 : traductions en créole de pièces du répertoire, pièces ressuscitant des figures héroïques de la geste antillaise célèbres ou anonymes, pièces plus intimistes mettant en scène sous une forme ou sous une autre ce qu’il convient d’appeler le « malaise antillais ».

Lire Plus =>

« Bòdlanmou pa lwen », de Franck Salin alias Frankito

Vendredi 2 juin 2017 20h Tropiques-Atrium

Cie du Grand Carbet

Texte en créole & Mise en scène : Franck Salin alias Frankito
Avec : Christian Julien & Irène Bicep
Scénographie : Maud Bandou Hostache alias Soylé
Compositeur : Franck Nicolas
Musiciens : Franck Nicolas & Jony Lerond
Chorégraphie : Max Diakok
Régie lumière : Jean-Pierre Népost
Vidéo : Wally Fall
© crédit photo : DR

Sur scène, Gérard et Léna, un homme et une femme qui s’observent, se désirent, se rapprochent et s’aiment éperdument, jusqu’à ce que la flamme de leur passion vacille…
Bòdlanmou pa lwen est un long poème à 2 voix qui retrace l’histoire d’un amour volcanique. C’est un regard sur le couple, sur la difficulté à dialoguer et construire des unions stables. Un thème universel, ancré dans une culture et une langue créoles magnifiques.
Cette création mêle poésie, arts visuels, musique et danse dans un décor minimaliste.
Bòdlanmou pa lwen est un jeu de mots qui renvoie à l’expression Bòdlanmè pa lwen (le bord de la mer n’est pas loin, ndlr).

Lire Plus =>

« La otra orilla » texte de Ulises Cala, m.e.s. de Ricardo Miranda

11, 12, & 13 mai 2017 à 19h30 au T.A.C.

Avec Nelson Rafaell MADEL et Astrid MERCIER
Dimwazell’Compagnie, après une résidence de création en Martinique et à Cuba, vous présente sa nouvelle création « La Otra Orilla » les 11, 12 et 13 Mai 2017 à 19h30 au Théâtre Aimé Césaire de Fort de France.
L’axe principal de cette compagnie est de produire et créer des échanges culturels entre la Martinique et l’ailleurs, et d’interroger, à travers ses projets artistiques singuliers, le monde et ses contemporains. Cette création est le troisième volet de notre « Entre deux rives », dont l’objectif est d’établir un pont entre la Martinique et Cuba.
L’auteur Ulises CALA (auteur contemporain cubain) a remporté de nombreux prix et a été Lauréat du prix « Textes en paroles » en 2008 avec sa pièce « La Otra Orilla »

Synopsis :Deux individus arrivent sur les rives d’un fleuve qui délimite deux lieux. C’est une frontière, ou, en tout cas, un passage qui conduit à un lieu différent. Un passeur doit rejoindre les voyageurs alors que des persécuteurs les guettent.

Lire Plus =>

Appel à écriture théâtrale

Avant le 31 décembre 2016

textes_en_parolesBasée en Guadeloupe, l’association TEXTES EN PAROLES s’est donnée pour objet, depuis 2002, de promouvoir les écritures dramatiques contemporaines issues de, ou inspirées par l’univers de la Caraïbe ou des Amériques. Pour la saison théâtrale 2016 – 2017, l’association lance un nouvel appel à écriture théâtrale.

Où que Vous soyez et qui que Vous soyez…

Vous écrivez pour le théâtre EN FRANÇAIS ou EN CRÉOLE, en lien avec la Caraïbe ou les Amériques…
Vos textes dramatiques nous intéressent !
Avec Vos histoires, Vos personnages… nous voulons faire vivre le spectacle-vivant en Guadeloupe et au-delà, au sein de notre large réseau (NB : Les textes pour le jeune public sont bienvenus !!)
Envoyez-nous vos textes inédits en FRANÇAIS ou en CRÉOLE
au format Word, Times New Roman 12pt, interligne simple, MINIMUM : 15 pages/28000 caractères accompagné du formulaire de participation avant le 31 décembre 2016 à l’adresse-mail suivante : appel-a-ecriture@textes-en-paroles.com

Lire Plus =>

Appel à écriture théâtrale

texte_en_parolesPour la saison théâtrale 2016/2017, l’association Textes en paroles lance un appel à écriture théâtrale.

Date limite d’envoi des textes : le 31 décembre 2016

Où que Vous soyez et qui que Vous soyez… Vous écrivez pour le théâtre en Français ou en créole, en lien avec la Caraïbe ou les Amériques…

Avec vos histoires, vos personnages… Textes en paroles veut faire vivre le spectacle-vivant en Guadeloupe et au-delà, au sein de notre large réseau (NB: Les textes pour le jeune public sont bienvenus!!)

Les textes sélectionnés seront soumis sous anonymat au Comité de Lecture de TEXTES EN PAROLES (composé de dramaturges, d’universitaires et de professionnels du théâtre), qui aura la charge d’identifier un maximum de six lauréats, parmi lesquels il distinguera le PRIX TEXTES EN PAROLES DU MEILLEUR TEXTE DRAMATIQUE 2017.

Tous les textes-lauréats seront promus à l’occasion de lectures publiques et de rencontres avec leur auteur, dans le but de favoriser leur création, et se verront ultérieurement publiés en format numérique aux Éditions Textes en Paroles sur le site internet.

Lire Plus =>

« Congre et Homard » de Gaël Octavia

par Alvina Ruprecht

Congre et Homard  de Gael Octavia, mise en scène de Dominik Bernard, au CMAC les 1er et 02 février à 20 heures

 La pièce a vu le jour après un processus intéressant que nous avons pu suivre de la Guadeloupe jusqu’en Avignon. Congre et Homard, a d’abord été présenté dans une mise en lecture en Guadeloupe il y a deux ans, et a pu se réaliser grâce à l’appui de Textes en paroles, association guadeloupéenne qui œuvre à la promotion des écritures dramatiques de la Caraïbe soumises à la sélection d’ un jury international.
L’auteur Gaël Octavia est martiniquaise; et les deux protagonistes sont joués par des Guadeloupéens Joël Jernider, et Dominik Bernard. Sans entrer dans des commentaires historiques, il faut souligner cette collaboration qui signifie un renouveau important du regard théâtral et une ouverture importante du milieu vers toute la région de la Caraïbe et des Amériques.

Lire Plus =>