“Les pleurnicheurs” de Hanokh Levin, une création de Jandira Bauer

 

hanokh_levin

Les 16, 17 & 18 mai à 20h  Salle  Aimé Césaire du Lycée Schoelcher

“Les Pleurnicheurs” de Hanokh Levin que nous propose Jandira Jésus Bauer la metteure en scène d’origine brésilienne, et par ailleurs intervenante artistique auprès des classes de  théâtre du lycée Schoelcher, est une toute première création en France. C’est la dernière pièce écrite par l’auteur israélien décédé en 1999 d’un cancer des os. Hanokh Levin entame sa carrière d’ auteur satirique tout en poursuivant ses études de philosophie à l’université de Tel-Aviv. C’est ainsi que dans sa première pièce il tournera en dérision l’ivresse suscitée par la victoire de la guerre des six jours. Son frère David Levin met en scène ses premières œuvres notamment celle qui va faire scandale en Israël ” Reine de la salle de bains” et qui sera retirée de l’affiche sous la pression du public après 19 représentations seulement. Ce sketch féroce et cruel met en scène une famille apparemment ordinaire : la Femme décide de chasser le colocataire de la famille, qui n’est autre que Le Cousin de son Mari. Devant la résistance de celui-ci, tous les membres de la famille investissent la salle de bain et proclament dans un style ubuesque, leur souveraineté, une et indivisible, sur le « Grand Royaume des chiottes ». Corrosif, Levin conteste sans cesse la politique menée par son pays et alerte ses concitoyens sur les répercussions d’une occupation des territoires conquis. Parallèlement à ses pièces politico-satiriques Levin engage à partir des années 70 un cycle centré autour de la famille et du quartier qui met en scène des personnages plutôt insignifiants, coincés dans leur HLM et rongés par des problèmes de couples à leur image. Dans cette dramaturgie du minuscule, on tourne en rond, que l’on soit seul, à deux ou à trois, on revient toujours aux mêmes questions insolubles. La pièce la plus connue, celle dont on ne compte plus les mises en scène en France et qui est un véritable bijou théâtral « Kroum l’ectoplasme » appartient à cette série. Kroum revient de voyage. Il n’a rien vécu, rien appris, rien rapporté. Engoncé dans ses peurs, il reste protégé dans son cocon familial et attend, en rêvant. Et c’est à sa vie qu’il est en train d’échapper…

A partir des années 80 un autre cycle s’enclenche, celui des pièces mythologiques, dans lesquels Hanokh Levin revisite pour les interroger les grands mythes fondateurs de la culture occidentale. Il propose ainsi une relecture des grandes tragédies grecques, en particulier celles d’Euripide. La dernière pièce qu’il écrira sur son lit de mort à l’hôpital met en abîme l’Agamemnon d’Echyle et sa propre fin. C’est ce texte que nous propose donc Jandira Jesus Bauer et que la compagnie Activ’Art 2 nous présente ici .

On ne manquera pas de se rendre à la  Salle Aimé Césaire du Lycée Schoelcher pour découvrir cette pièce et retrouver cette atmosphère si particulière, tendre et acide à la fois qui est une des caractéristiques de cet auteur du vingtième  siècle dont le propos dépasse largement et de loin l’univers qui a présidé à sa naissance.

Madinin’Art