FRÈRES D’ARMES : Ils se sont battus pour la France depuis plus d’un siècle…

Par Rachid Bouchareb et Pascal Blanchard

freres_d_armes
À l’initiative du ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif, ce programme est parti d’un constat simple : comment valoriser ces récits incroyables issus de nos diversités dans les commémorations à venir ? Rappelons-nous… en juillet 1913, la République rendait hommage à Longchamp aux combattants maghrébins et afro-caribéens de ses armées et en octobre 1943, le premier département français (la Corse) était libéré par l’Armée d’Afrique et par les Goumiers marocains. Ce double anniversaire en 2013 est le point de départ de notre plongée commune dans l’Histoire, dans ce passé oublié. En 2014, nous souhaitons rendre hommage, en lien avec tous les ministères concernés, à un « cycle mémoriel » unique en son genre : 50 récits des quatre coins du monde, 50 portraits avec le regard des historiens et des archives inédites, une réalisation puissante et 50 voix-commentaires de personnalités pour rendre attractifs ces récits pour le grand public. Des films courts sont le meilleur des vecteurs pour toucher et sensibiliser un large public à des combattants venus du bout du monde pour défendre les valeurs de la République et des idéaux de la Liberté. En faisant appel à des personnalités reconnues d’aujourd’hui pour parler de ces héros d’hier, c’est s’inscrire dans une citoyenneté forte, c’est en faire des grands héros Français, c’est faire de l’histoire de France… C’est une démarche citoyenne exemplaire saluée immédiatement par France Télévisions, France 3 et France Ô et le réseau outre-mer 1e qui se sont pleinement engagés sur le projet dés l’origine.
Rachid Bouchareb et Pascal Blanchard
Mars 2014

Sur une idée du réalisateur Rachid Bouchareb et de l’historien Pascal Blanchard
Depuis plus d’un siècle, des combattants asiatiques, africains, maghrébins, polynésiens, de l’océan Indien ou des Caraïbes se battent dans les différentes unités de l’Armée française et dans les principaux conflits en Europe, aux côtés de Bretons, de Corses, de troupes de l’Empire ou des Espagnols de « La Nuévé ». C’est près d’un million et demi de mobilisés et de recrutés qui sont venus en France. À l’occasion des commémorations du 100e anniversaire du déclenchement de la Grande Guerre et du 70e anniversaire de la Libération du territoire, plonger au coeur de ces diversités c’est rendre hommage à ces combattants d’hier et aux diversités de la France d’aujourd’hui.
Bien entendu, c’est autour de la Grande Guerre et de son centenaire que ce regard sera le plus intense, mais la Seconde Guerre mondiale, la Résistance, la Guerre de 1870, et les campagnes militaires sous le Second Empire (avec la campagne du Mexique), la Révolution française (avec le général Dumas) ou la IVe République ne seront pas oubliés. C’est une histoire totale, qui commence à la fin du XVIIIe siècle et se fixe dans le présent au regard de la diversité qui s’affirme comme une spécificité majeure de l’Armée française actuelle.
Les derniers poilus ont tous disparu. Le dernier d’entre eux, Claude Choules, Britannique de naissance, est mort à Perth en Australie en mai 2011, à l’âge de 110 ans. Nous entrons donc dans le temps de l’histoire en 2014, et les derniers survivants de 1944-1945 ont une dernière grande mission : accompagner l’entrée dans nos mémoires communes de ces passés. C’est un rôle majeur que nous devons accompagner, sans oublier en ces périodes de doute la place de la diversité dans ces récits. C’est l’objet de cinquante petits films-portraits que de raconter ces récits.

josephine_baker

Joséphine Baker, photographie 1945 © Photo12

Une série de 50 films-mémoires courts pour l’histoire
(2014-2015)
FRÈRES D’ARMES
Ils se sont battus pour la France depuis plus d’un siècle…
Sur une idée du réalisateur Rachid Bouchareb et de l’historien Pascal Blanchard
“Je déchirerai les rires Banania sur tous les murs de France ”
Léopold Sédar Senghor, Hosties noires, 1948“

Un format dynamique de réalisation
Nous proposons, sur une année, une collection de 50 films-portraits courts qui raconte à chaque fois l’histoire passée et le destin d’un combattant ou d’un travailleur, mais toujours d’un héros de la Grande Guerre ou d’un autre conflit majeur, à partir d’images issues des mémoires télévisuelles (via l’INA) et d’archives des conflits (ECPAD) ou des d’archives plus contextuelles (via Pathé et Gaumont). Une voix commentaire racontera, en off, l’histoire de ce personnage, son rôle et son importance pendant chaque conflit. Le ton de la voix commentaire sera précis et historique mais aussi humain et incarné. Chacun des films-courts de notre collection sera construit de la même manière, en faisant apparaître de manière originale les liens entre le présent et le passé. Regroupé par thématiques spécifiques (aire géographique, conflit spécifique, période…), il permet d’imaginer des formats de diffusion plus longs.

Des héros hors du commun
On voyage dans les récits de l’émir Khaled, combattant français, père de la nation algérienne, à Do-Hûu Vi, le premier aviateur vietnamien ; d’Addi Bâ, héros-résistant des Vosges, à Mohamed ben Daoud, le premier Saint-Cyrien maghrébin ; de Chérif Cadi, premier élève « musulman » de l’école polytechnique, à Charles N’Tchoréré, héros des deux guerres mondiales ; de Joseph Damingue, le commandant du Bataillon des Pionniers noirs, à Valentin Lindor, le dernier poilu ultramarin ou à Darwan Singh Negi VC qui sera un héros de la Grande Guerre ; de Camille Mortenol, le défenseur de Paris, à Abdel-Kader Ikrelef, un grand résistant ; des 188 victimes de Chasselay, face au racisme en passant par James Reese Europe qui va porter le jazz en France, c’est une histoire peuplée de mythes, de héros et de grandeur qu’offre cette série unique dans son genre.

Un événement mémoire multi-générationnel
Pour cette histoire globale, notre idée est de proposer, à partir de mai 2014, de manière hebdomadaire sur une année, sur France 3 chaque vendredi, sur France Ô le mercredi et sur les chaînes du réseau outre-mer 1e les samedis et dimanches et sur un réseau de diffusion internationale, des formats courts, tout au long de l’année de commémoration de la Grande Guerre et de la Libération de 1943-1945, autour de la mise en valeur de notre territoire et de ses histoires croisées (tous les territoires, tous les peuples, tous les récits civils et militaires).

Un événement partenarial multimédia
Le public sera dans la découverte d’un récit individuel hors du commun. Créateur de sens, facteur de citoyenneté, ce récit sorti des tranchées de l’histoire fait sens dans le présent car il fait résonance avec les métissages de la France du XXIe siècle. Puis la diffusion sera internationale, car c’est un partage de mémoire avec plus de 90 pays actuels dans le monde, bien au-delà de la francophonie (Afro-Américains, Saint-Domingue, Népal, Indes, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud…) ; et les chaînes nationales de chaque pays d’origine seront des partenaires naturels dans le prolongement de France Télévisions et aux côtés de TV5.

Un travail d’histoire et de transmission
Au coeur du Groupe de recherche ACHAC, partenaire scientifique de la série de films, un pool d’historiens et de chercheurs vont s’attacher à promouvoir ces passés. Sous la conduite de Pascal Blanchard et Éric Deroo, un lien étroit avec des spécialistes comme Antoine Champeaux, Belkacem Recham, Elkbir Atouf, Pascal Le Pautremat, Nicolas Bancel, Sandrine Lemaire, Jean-Yves Le Naour, Gilles Aubagnac, Yvan Gastaut, Naïma Yahi… Cette dynamique de savoir va irriguer le travail de réalisation. Chaque semaine, sous la plume, notamment de Pascal Blanchard et Éric Deroo, dans un grand journal français, un portrait sera publié en même temps que son passage en télévision. Là aussi, c’est un hommage large qui sera rendu à ces combattants et/ou ces héros.

Une nécessité de transmettre ce passé
À l’image du film Indigènes, co-produit avec France 3 Cinéma et France 2 Cinéma, cette histoire fait sens dans le présent, si nous savons toucher le savoir, l’émotion et les codes de la génération actuelle, tout en étant en résonance avec les enjeux de mémoire.
Musique, archives, commentaires, montage dynamique… autant d’atouts qui portent ce programme.

Atelje_Rajsic_Zemun

Atelje « Rajsic » Zemun, photographie 1916 © Collection Éric Deroo

Une démarche citoyenne
À partir de mai-juin 2014, entre les commémorations du 8 mai 1945 et celle du 6 juin 1944, va être lancée la communication autour de ce programme-événement. En racontant l’histoire de ces hommes, nous les sauvons de l’oubli, nous les inscrivons dans le temps présent en chargeant notre environnement quotidien d’émotions et de sens et nous élargissons notre imaginaire collectif. C’est aussi la mémoire de l’humanité que nous racontons ici, puisque toutes les nations, tous les peuples, toutes les cultures se sont croisés dans ces conflits. La mémoire de la Guerre de 1914-18, de la Guerre de 1870 et de la Guerre 39-45 est une mémoire collective et partagée, qui est inscrite dans la mémoire de générations d’hommes et de femmes de toutes origines, des quatre coins du monde. La mémoire de descendants de Français de l’Hexagone et des outre-mer (Antilles, Guyane, Réunion, Nouvelle-Calédonie…), mais aussi d’anciens sujets coloniaux de la France, venus d’Afrique, d’Asie et d’Océanie.

À l’initiative du ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif, ce programme est parti d’un constat simple : comment valoriser ces récits incroyables issus de nos diversités dans les commémorations à venir ? Rappelons-nous… en juillet 1913, la République rendait hommage à Longchamp aux combattants maghrébins et afro-caribéens de ses armées et en octobre 1943, le premier département français (la Corse) était libéré par l’Armée d’Afrique et par les Goumiers marocains. Ce double anniversaire en 2013 est le point de départ de notre plongée commune dans l’Histoire, dans ce passé oublié. En 2014, nous souhaitons rendre hommage, en lien avec tous les ministères concernés, à un « cycle mémoriel » unique en son genre : 50 récits des quatre coins du monde, 50 portraits avec le regard des historiens et des archives inédites, une réalisation puissante et 50 voix-commentaires de personnalités pour rendre attractifs ces récits pour le grand public. Des films courts sont le meilleur des vecteurs pour toucher et sensibiliser un large public à des combattants venus du bout du monde pour défendre les valeurs de la République et des idéaux de la Liberté. En faisant appel à des personnalités reconnues d’aujourd’hui pour parler de ces héros d’hier, c’est s’inscrire dans une citoyenneté forte, c’est en faire des grands héros Français, c’est faire de l’histoire de France… C’est une démarche citoyenne exemplaire saluée immédiatement par France Télévisions, France 3 et France Ô et le réseau outre-mer 1e qui se sont pleinement engagés sur le projet dés l’origine.
Rachid Bouchareb et Pascal Blanchard
Mars 2014

Frères d’Armes est un projet qui est né de l’idée du réalisateur Rachid Bouchareb et de l’historien Pascal Blanchard.
Démarche et projet de la série :
À l’occasion des commémorations du 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale (1914-1918) et du 70e anniversaire de la Libération du territoire national (1944-1945), le projet s’attache à faire connaître le parcours de 50 grandes figures représentatives de nos diversités venus d’anciennes colonies, de protectorats et de territoires alliés, mais aussi de régions françaises.
À l’heure où certains cherchent à fustiger l’étranger, il nous semble opportun de rappeler que ces mêmes « étrangers » ont participé activement à la libération de la France dans ces guerres successives.
Corpus de la série :
Les épisodes de 2 minutes chacun permettent de marquer les esprits et de donner à voir ce récit exceptionnel de chaque personnage. Le montage d’images d’archives fera preuve d’authenticité et de véracité sur l’époque telle qu’elle fut.
Ces épisodes sont le résultat de travaux de recherches d’archives exceptionnelles accompagnés par une musique originale. Les différents partenaires tels que l’ECPAD, Pathé-Gaumont ou encore l’INA nous aideront dans le corpus de documents pour dynamiser ces récits hors du commun à travers des archives inédites et inconnues.
Chaque épisode sera rendu vivant par la voix d’un parrain prestigieux qui sera directement concerné par le personnage dont il sera l’incarnation contemporaine.
Exposition médiatique :
La série va connaître une grande visibilité médiatique.
– Chaque partenaire du projet aura la possibilité de montrer les épisodes sur son site web.
– En écho aux commémorations 14-18 et 39-45, la série Frères d’Armes constitué de 50 films documentaires de 2 minutes sera diffusé pendant une année sur France 3 (chaque vendredi en deuxième partie de soirée dès le 30 mai 2014), sur France Ô (à partir du 4 juin en première partie de soirée) et sur les chaînes du réseau outre-mer 1e (à partir du 31 mai en journée).
– Des expositions itinérantes se dérouleront dans plusieurs villes de France qui ont été liées aux personnages et aux événements historiques.
– Ce site web sera en lien avec les sites grand public et plateformes thématiques des différents partenaires pour nourrir l’appétit des curieux qui voudront en savoir plus.
– Une douzaine de grands événements en province, à Paris et en outre-mer, développeront l’impact auprès d’un vaste public.
L’ambition de Frères d’Armes est de faire découvrir au grand public des visages méconnus de notre histoire et de proposer d’autres références qui seront plus tard relayées au sein du monde éducatif.
Dossier de presse de la série Frères d’Armes :
http://www.achac.com/file_dynamic/dossier%20de%20presse%20freres%20darmes.pdf