Sociologie

Destruction de statues en Martinique

Chaque génération pose sa pierre pour la décolonisation

— Par Danielle Laport, Docteure HDR – Sociologue —

L’histoire de la Martinique est riche en évènements qui interrogent la société dans son rapport à la France et de ce fait dans son rapport avec elle-même.

La dépose violente de la statue de Victor Schœlcher dans deux communes s’inscrit dans la continuité des actions directes menées depuis quelques mois dans les centres commerciaux sur la question de la chlordécone. En lieu et place d’une dénonciation consternée de ces actes du 22 mai 2020, nous devons nous attacher à mieux décrypter l’action de ces jeunes activistes qui posent, à leur manière, la question d’une Martinique à décoloniser.

La Martinique a déjà connu ce type d’acte sur les symboles de la période coloniale ; période constituant une page de l’histoire de la Martinique. Mais ces actes étaient anonymes ou identifiés à des slogans que l’on peinait à rattacher à un groupe.

Ce 22 mai 2020, les actes sont filmés, postés sur les réseaux sociaux, revendiqués ; les jeunes activistes ne craignent pas d’être identifiés.

Lire Plus =>

Non, on ne peut pas dire qu’un enfant disparaît toutes les dix minutes en France

A l’occasion de la journée internationale des enfants disparus, lundi 25 mai, le ministère de l’Intérieur dévoile les derniers chiffres sur les disparitions de mineurs. Des chiffres qui sont parfois résumés un peu vite.

Lundi 25 mai, à l’occasion de la journée internationale des enfants disparus, le ministère de l’Intérieur a dévoilé ses derniers chiffres sur les disparitions de mineurs. « En France, un enfant disparaît toutes les dix minutes », ont résumé certains médias. La cellule Vrai du Faux vous explique pourquoi cette affirmation est fausse. 

Plusieurs signalements pour un même enfant 

Dire qu’un enfant disparaît toutes les dix minutes en France est un raccourci malheureux. Chaque année, le ministère de l’Intérieur communique bel et bien un bilan des disparitions de mineurs, toutefois, il n’évoque pas un nombre « d’enfants » disparus mais de « signalements ». Aussi, si les autorités rapportent avoir recensé 51 287 signalements de mineurs disparus en 2019, cela ne veut pas dire que 51 287 enfants ont disparu cette année-là. « Un enfant peut être signalé plusieurs fois », expliquent les équipes du 116 000, le numéro d’urgence gratuit mandaté par le ministère de l’Intérieur pour aider les familles d’enfants disparus.

Lire Plus =>

Sourire avec les yeux

Quelle gageure en effet !

— Par Marie-Andrée Ciprut, psychologue-écrivaine —

Assise dans un tram, j’aperçus une amie qui attendait le sien de l’autre côté de la rue, un masque sur le visage. « Mais c’est Unetelle ! » me suis-je dit en m’apprêtant à lui faire un signe amical. J’ai brusquement arrêté mon geste, en proie à un terrible doute :

La taille et la carrure, c’était elle,

Le style d’habillement, c’était elle,

Les couleurs pastel, c’était elle,

La coiffure, c’était peut-être elle,

Mais, derrière son masque, était-ce vraiment elle ?…

J’ai dû alors affronter cette brutale réalité : le coronavirus allait désormais s’immiscer dans nos vies pour les influencer, les contrôler, les diriger, les changer…

Quelle histoire, ces masques !

Dès les premiers signes de tarissement, les pharmacies sont prises d’assaut même avant le confinement : commande, coût, 10 CHF pièce. Pareil pour le gel hydroalcoolique, qui atteint également le prix exorbitant de 10 CHF le flacon de 100ml. Qu’à cela ne tienne, tout le monde en achète !…

A vrai dire, les pays européens se trouvant devant une pénurie de masques, en ont déconseillé l’usage, tout en faisant secrètement des commandes massives en Chine, ce qui alimenta un marché très lucratif, une économie parallèle florissante, un commerce officiel ou non, provoqua des vols de cargaisons dans les aéroports, des détours de destinations, des mensonges d’états.

Lire Plus =>

La révolte des esclaves à Ouidah le 14 mars 1724

— Jean-Pierre Bat —

Africa4 propose une série sur l’histoire de l’esclavage sur la côte du golfe de Guinée… du point de vue des hommes et femmes réduits en esclavage.
# Épisode 1 : la révolte des esclaves à Ouidah le 14 mars 1724.

Cette série est le résultat d’une campagne de recherche inédite dans les archives de la Compagnie des Indes par les étudiant.e.s du Master d’histoire transnationale de l’Ecole normale supérieure et de l’Ecole des chartes (PSL Université).

Questions à… Justine Soistier, étudiante en Master d’histoire transnationale (PSL Université).

Quelle géographie du navire esclavagiste Le Dauphin peut-on établir ?

Nous sommes à bord du Dauphin, un navire français parti de Lorient le 23 août 1723, il transporte à son bord 371 esclaves.

Le navire négrier présente quatre points cardinaux : le pont, l’entrepont, l’avant et l’arrière du navire. Ce sont des points repères pour les marins, qui les dénomment comme tels, ainsi que pour les esclaves qui possèdent leur propre perception de l’espace.

Le pont, tout d’abord, est l’endroit où se trouve l’équipage.

Lire Plus =>

En France, un enfant disparaît toutes les 10 minutes

Fugues, enlèvements parentaux, disparitions inquiétantes : la Journée internationale des enfants disparus met en lumière des chiffres vertigineux.

Le temps de lire cet article, un enfant aura disparu en France. Parce qu’il sera parti en fugue, parce qu’un de ses parents aura décidé de le soustraire à l’autre sur fond de séparation, ou, plus inquiétant encore, parce que cette disparition n’aura pas de motivation connue.

La comptabilité des services de police et de gendarmerie fait froid dans le dos : plus de 51 000 disparitions en 2019. Certes, la grande majorité de ces enfants et adolescents sont retrouvés ou reviennent sains et saufs. Mais des milliers restent introuvables, laissant autant de familles dans le désarroi total. Comme chaque 25 mai, la Journée internationale des enfants disparus est là pour sensibiliser le plus grand nombre et médiatiser le plus possible le 116 000, ce numéro gratuit et européen réservé aux familles et proches d’enfants disparus. Même si cette année, Covid-19 oblige, il n’y aura pas de rassemblement à Paris.

«Un mineur qui disparaît est toujours en danger»

L’an dernier, les équipes du 116 000 ont géré quelque 1 200 dossiers.

Lire Plus =>

Le portrait du colonisé d’Albert Memmi

Après avoir publié le « Portrait du colonisateur de bonne volonté » dans Les Temps modernes en avril 1957, Albert Memmi faisait paraître le « Le portrait du colonisé » dans Esprit, en mai 1957. Les deux textes devaient être réunis et développés dans « Portrait du colonisé – Portrait du colonisateur » [1]. Nous reproduisons ci-dessous Le Portrait du colonisé tel qu’il est proposé sur le site de la revue Esprit à l’occasion de la parution de son numéro de décembre 2006 intitulé « Pour comprendre la pensée postcoloniale » [2].

Le mythe

Tout comme la bourgeoisie propose une image du prolétaire, l’existence du colonisateur appelle et impose une image du colonisé. Alibis sans lesquels la conduite du colonisateur et celle du bourgeois, leurs existences mêmes, sembleraient scandaleuses. Mais nous éventons la mystification, précisément parce qu’elle les arrange trop bien.

Lorsque le colonisateur affirme, dans son langage, que le colonisé est un débile, il suggère par là que cette déficience appelle la protection. D’où, sans rire – je l’ai entendu souvent – la notion de protectorat.

Lire Plus =>

Sur l’abolition de l’esclavage : fausses querelles et vrais problèmes

— Par Édouard de Lépine —

Au moment où s’annonce bruyamment la préparation des fêtes du 22 mai, il nous a semblé qu’on ne pouvait laisser passer sous silence, la date du 27 avril, date de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises. Pour éclairer le débat, un extrait de l’ouvrage d’Édouard de Lépine, Dix semaines qui ébranlèrent la Martinique, Maisonneuve Larose – Servédit, Paris 1999

…Faut-il opposer le 22 mai au 27 avril comme on tend à le faire depuis une trentaine d’années, après avoir, il est vrai, outrageusement privilégié le 27 avril par rapport au soulèvement du 22 mai qui a conduit à l’abolition anticipée de l’esclavage à la Martinique et à la Guadeloupe ? S’il est vrai que c’est la France qui a introduit l’esclavage dans ses colonies et qu’il n’y a pas lieu de se confondre en actions de grâce pour la remercier d’avoir aboli ce qu’elle avait établi, rien ne nous oblige à donner raison à ceux qui pensent qu’il « y a des services si grands qu’on ne peut les payer que par l’ingratitude ».

Lire Plus =>

Cultes, culture et culture physique

— Par Suzanne Dracius —

Moi, mon culte, c’est Manman Dlo, la divinité marine caribéenne, et mon lieu de culte, c’est la mer. Pour accéder à mon lieu de culte, l’océan, je dois passer par la plage, mais je ne fais que passer. Quant aux gendarmes qui, comme ils l’ont fait le 20 mars, m’enjoindraient de sortir de l’eau alors que je nage au large, je leur rétorquerai que mon corps de Martiniquaise est sur mon lieu de culte.
Ay chaché’y !

Ils ont esclavé le corps de mes ancêtres africains – oui, esclavé, comme dit Ronsard au XVIe siècle, au siècle où tout a commencé, sous nos tropiques — toutes les tristesses de nos tropiques –, ils n’esclaveront pas mon corps créole. C’est trop tard ! J’ai les armes pour ne pas laisser « esclaver ma liberté ». Fi de Malherbe, qui estimait qu’ « esclaver » est un « mauvais mot ». Une mauvaise réalité, oui ! Un crime contre l’humanité.

C’est insensé. Tout va rouvrir tous azimuts, sauf les plages de Martinique.

Lire Plus =>

Déconfiner la mémoire de l’esclavage

— Par Dominique Taffin —

Le 10 mai, journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, J-1 de la sortie du confinement profond, et première étape du combat mené en France contre une pandémie qui nous a montré comment, en quelques semaines, les bases du système-monde qu’on admettait comme plus solides que nous, même si on les critiquait, pouvaient être ébranlées. Le 10 mai, journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, est le moment idéal pour interroger cette économie mondialisée : car elle n’est pas simplement née de l’essor du capitalisme industriel au XIXe siècle, elle prend ses racines dans l’expansion européenne vers le Nouveau Monde et, surtout, dans la mise en place du XVIe siècle jusqu’au beau mitan du XIXe siècle du premier système-monde, l’esclavage colonial. Comment aujourd’hui ne pas inclure cette donne historique dans la réflexion qui doit nous inviter à « réinventer » la France, alors qu’elle est là, négligée, sauf dans la Caraïbe, en Guyane, à la Réunion ?

Lire Plus =>

Déconfinement : En Martinique, 12 communes autorisées à rouvrir leurs plages

L’autorisation va « du lever du soleil à 11 heures puis de 16 heures à 18h30, pour les activités sportives individuelles »

Enfin un petit bain de mer. Dix communes de  Martinique peuvent rouvrir leurs plages ce jeudi, et deux autres samedi (sur un total de 24 communes), a annoncé la préfecture dans un communiqué, au terme d’une consultation avec les maires.

Cette décision intervient alors que le tribunal administratif de Martinique, qui compte près de 200 cas déclarés de coronavirus et 14 décès, avait rejeté lundi une demande visant à ordonner au préfet de rouvrir ces plages. Le tribunal avait argumenté que l’autorisation nécessitait au préalable « une proposition du maire, ainsi que la mise en place par les communes des modalités et des contrôles de nature à garantir le respect » des mesures barrières. Or, ajoutait le tribunal lundi, « à ce stade, les maires (…) ont réservé leurs réponses alors qu’ils doivent trouver (…) un juste équilibre entre la sécurité sanitaire et la reprise progressive des activités ».

Pas de repas ou de pause sur la plage

Lire Plus =>

« Le port du masque oblige à inventer de nouveaux modes d’expression des émotions »

Pour la chercheuse Anna Tcherkassof, la généralisation du masque transforme en profondeur nos relations sociales.

— Propos recueillis par Claire Legros —

Docteure en psychologie et maître de conférences à l’université de Grenoble, Anna Tcherkassof s’intéresse tout particulièrement au processus de reconnaissance des expressions faciales et à la communication non verbale des émotions. Elle est notamment l’auteure de l’ouvrage Les Emotions et leurs expressions (Presses universitaires de Grenoble, 2008).

Quels changements l’usage du masque dans les espaces publics peut-il entraîner dans nos échanges ?

Avec un masque, les informations transmises par plus de la moitié du visage deviennent invisibles. Or ces expressions sont importantes pour exprimer nos émotions et faciliter les interactions sociales. Elles appartiennent à ce qu’on appelle la communication non verbale, qui se traduit par des gestes, des postures, la distance entre les interlocuteurs et, bien sûr, par ces expressions faciales qui jouent un rôle considérable dans nos échanges.

Afficher ses émotions, c’est le plus souvent vouloir faire passer un message, même s’il existe des exceptions. Ces informations apportent à nos propos une forme de ponctuation qui permet de les clarifier, lever d’éventuelles ambiguïtés.

Lire Plus =>

Pensions alimentaires : la réforme du recouvrement est reportée

Le service public de versement des pensions alimentaires ne verra pas le jour au 1er juin 2020 comme prévu. Ce service visant à réduire les impayés a été retardé par la crise sanitaire qui a mobilisé le ministère de la Santé et les caisses d’allocations familiales.

— Par Ingrid Feuerstein —

C’est l’un des nombreux effets collatéraux de la crise sanitaire. Le service public de versement des pensions alimentaires ne verra pas le jour au 1er juin 2020, comme le prévoyait la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020. L’Assemblée nationale a adopté ce vendredi un amendement du gouvernement consistant à reporter sa mise en oeuvre « au plus tard le 1er janvier 2021. » La nouvelle date sera fixée par décret.

Le ministre chargé des relations avec le Parlement, Marc Fesneau, présent dans l’hémicycle pour défendre diverses dispositions d’urgence face à l’épidémie de Coronavirus, a expliqué que la crise avait bousculé la mise en oeuvre de cette réforme.

« Les services du ministère des Solidarités et de la Santé ont été massivement redéployés vers la gestion de crise, a-t-il expliqué.

Lire Plus =>

Coronavirus: la protection des peuples d’Amazonie au programme des politiques

Les populations du bassin amazonien sont largement démunies face à la pandémie de Covid-19 qui frappe actuellement le monde entier. Face aux alertes qui se multiplient, plusieurs initatives bilatérales ont été lancées, respectivement par le Brésil et Colombie, puis par le Pérou et de nouveau la Colombie.

Le Brésil, épicentre de la pandémie en Amérique latine, est un des pays les plus atteints au monde par le nouveau coronavirus, avec plus de 13.000 morts et près de 190.000 cas confirmés. Des chiffres largement sous-estimés selon les spécialistes. Et l’Etat d’Amazonas, qui abrite de nombreuses tribus indigènes, a enregistré plus de 300 morts par million d’habitants, presque deux fois plus que l’Etat de São Paulo, selon le ministère de la Santé. Pour protéger ces populations, un juge brésilien a ainsi récemment interdit aux missionnaires d’approcher les peuples d’Amazonie.

► À lire aussi : Le maire de Manaus lance un appel à l’aide internationale

De même, en Colombie, l’Amazonie est le département déplorant le taux le plus élevé de contaminations au Covid-19, avec plus de 90 personnes infectées pour 10.000

Lire Plus =>

Non, le choix d’un langage n’est pas innocent !

Épidémie, langage et réalité, par André Lucrèce

Qui est André Lucrèce ? (Quelques extraits de l’article de Wikipédia, à lui consacré).

Né le 8 juin 1946 à Fort-de-France en Martinique, il est écrivain, poète, critique littéraire et sociologue français.

Remarqué en 1971 par un article sur « Le mouvement martiniquais de la Négritude », publié dans la revue Acoma créée par Édouard Glissant, l’écrivain s’est distingué par un livre sur Saint-John Perse, puis par des articles et des livres sur la littérature antillaise.

(Du théâtre aussi…) Les textes d’André Lucrèce et d’Aimé Césaire ont contribué à la mise en scène d’une pièce intitulée « Aimé Césaire, paroles et silences », pièce jouée et filmée à la Gare Saint-Lazare à Paris, écrite et publiée par José Alpha en 2013, livre également préfacé par André Lucrèce.

Proche d’Aimé Césaire et du philosophe René Ménil, André Lucrèce a préfacé le livre de ce dernier « Pour l’émancipation et l’identité du peuple martiniquais ». Le roman d’André Lucrèce, partiellement autobiographique, « La Sainteté du monde », a donné lieu à une pièce de théâtre sous l’appellation « Lieux publics » mise en scène par José Alpha.

Lire Plus =>

Ne plus voir les visages n’a rien d’une évidence

« Même s’il est nécessaire, le port du masque brouille énormément les relations sociales » : pourquoi ne plus voir les visages n’a rien d’une évidence

David Le Breton, sociologue et anthropologue, spécialiste du corps et de ses représentations, met en lumière l’importance du visage dans les interactions sociales.

Depuis quelques jours, le visage de la France change. Et le visage des Français également. Avec le déconfinement progressif engagé le 11 mai, le port du masque est obligatoire dans les transports en commun, et quasiment tout le monde en a un. Et dans les rues aussi, la plupart des Français portent ce masque désormais recommandé par toutes les autorités politiques et sanitaires, après qu’on ait dit à une certaine période qu’ils n’avaient pas forcément grand intérêt. Désormais c’est l’instrument indispensable du déconfinement, avec les gestes barrières, contre le coronavirus.

Mais qu’est ce que le port du masque change dans nos rapports sociaux ?Pour y répondre, franceinfo a interrogé David Le Breton, professeur de sociologie et d’anthropologie à l’université de Strasbourg. Il est l’auteur, entre autres ouvrages, Des Visages.

Lire Plus =>

Face à la maladie, « il faut composer avec les croyances du patient »

— Propos recueillis par Marion Lecas —

Ghada Hatem-Gantzer est gynécologue à l’hôpital de Saint-Denis et médecin-chef de la Maison des Femmes. Elle intervient dans les formations des équipes mobiles franciliennes et leur apprend à se débarrasser de leurs biais culturels pour mieux « faire alliance thérapeutique » avec les patients.

La Croix : Comment les bénévoles des équipes mobiles, mobilisées contre l’épidémie de Covid-19, doivent-ils composer avec les différences culturelles des patients ?

Ghada Hatem-Gantzer : Il n’est évidemment pas possible de connaître toutes les cultures et leurs subtilités. Mais il faut, lorsqu’on se rend chez quelqu’un, se débarrasser de ses préjugés et être prêt à tout entendre. Le plus important est de s’adapter. Quelles que soient les croyances du patient, il faut composer avec, ne pas considérer que ce qu’il dit est stupide, que la seule vérité repose dans la solution hydroalcoolique et le masque, mais partir de ses habitudes.

Ghada Hatem-Gantzer, celle qui répare les femmes

Quelqu’un qui ne jure que par la médecine traditionnelle par exemple, et qui soigne un cancer par des tisanes, ne doit pas y renoncer, l’effet placebo étant important, mais doit l’allier à une chimiothérapie.

Lire Plus =>

Covid-19 : les minorités ethniques paient un prix sanitaire démesuré

Des études aux États-Unis et au Royaume-Uni, où la collecte des statistiques ethniques est autorisée, montrent que les minorités afro-américaines ou asiatiques ont jusqu’à quatre fois plus de risques de mourir du Covid-19 que la population blanche. Une inégalité ethnique encore mal comprise.

Le Covid-19 est-il raciste ? Les preuves statistiques démontrant que les minorités ethniques aux États-Unis et au Royaume-Uni paient un tribut beaucoup plus lourd au coronavirus que les autres commencent à s’accumuler. Ainsi, au Royaume-Uni, les patients d’origine africaine ou caribéenne admis à l’hôpital après avoir été contaminés par le virus ont quatre fois plus de risques de mourir de la maladie que les « Blancs », selon les données du National Health Service (NHS) – l’administration sanitaire britannique – publiées jeudi 7 mai. Le constat est le même, quoique de manière moins marquée, pour les individus d’origine asiatique.

Une autre étude, publiée par des chercheurs de l’université de Glasgow le 30 avril, révèle qu’au-delà de la mortalité, le risque d’être frappé par le virus est largement supérieur lorsqu’on appartient à une minorité ethnique.

Lire Plus =>

Comment le port du masque va bouleverser notre rapport à l’autre

Une fois notre visage dissimulé, de quelle manière nos interactions sociales vont-elles évoluer ?

— Par Claire Conruyt et Aliénor Vinçotte —

«On s’est embrassés pour la première fois à travers un masque.» Il y a un mois à peine, Danila rencontrait pour la première fois sa moitié en bas de chez elle, assise sur un banc niché dans la petite cour d’un immeuble parisien. Après avoir échangé une multitude de messages sur un site de rencontre, les deux tourtereaux ont décidé de se donner rendez-vous. Monsieur a enfilé son «plus beau costume comme s’il se rendait au bureau». Madame, une veste cintrée et une chemise à fleurs. Les deux ont dissimulé leur visage derrière un morceau de tissu. «C’était bizarre, mais je discernais dans sa voix, un sourire», se souvient-elle.

À lire aussi : Ces couples qui se redécouvrent grâce au confinement

Il fut un temps où les amoureux, timides, guettaient le moindre indice. Un tressaillement de la bouche, une fossette, n’importe ! Pourvu qu’ils puissent lire sur le visage tant désiré, un aveu silencieux.

Lire Plus =>

L’esclavage des personnes noires :

Quatre mille huit cent mois de confinement forcé,
Quatre mille huit cent mois de privation de la liberté
Quatre cents ans d’incarcération de la dignité humaine.

— Par Pierre Pastel, Sociologue/Psychothérapeute —

Sous le regard bienveillant de nos ancêtres jadis confinés en esclavage, l’auteur nous convie à leur rendre hommage en mettant en lumière quelques-unes des recommandations qu’ils nous ont laissées en héritage afin que nous sachions, aujourd’hui, nous faire architectes d’un rapport nouveau entre les humains, comme eux ont su le faire contre la fourberie mercantiliste de toute une civilisation à leur égard. 1

Chers vous, ancêtres, qui avez été dépouillés de votre dignité d’humains et qui nous regardez avec bienveillance. RESPECT A VOUS !

Chers vous tous, contemporains de notre planète, présents, ici, avec nous par la puissance de la pensée pour cette commémoration et cet hommage,

Mesdames, Messieurs,

Aujourd’hui nous célébrons la LIBERTE et le dé-confinement des consciences.

Il est important de se dire, que si le contexte est problématique, nous savons et nous saurons tout de même trouver les moyens de partager ce moment commémoratif avec toute la nation, parce que ce geste de mémoire fondamental est un acte de reconstruction de la civilisation.

Lire Plus =>

À Mayotte, les braconniers profitent du confinement pour massacrer les tortues marines

Depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19 à Mayotte, des braconniers ont profité du confinement et des plages désertes pour massacrer des tortues marines, dont la viande se revend à des prix élevés. L’association mahoraise de protection de l’environnement Oulanga na nyamba a lancé l’alerte, images à l’appui.

Dans un communiqué diffusé le 26 avril, l’association comptabilisait 28 cadavres de tortues marines sur la seule plage touristique de Moya, située sur la côte est de l’île de Petite-Terre, depuis le début du confinement le 17 mars. Plusieurs photos publiées sur leur page Facebook montrent des carapaces coupées en deux et éparpillées sur le sable. L’association précise qu’il ne s’agit pas de la seule plage affectée et que des signalements ont été faits « tout autour de l’île », sans préciser de chiffre.

Depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19 à Mayotte, des braconniers ont profité du confinement et des plages désertes pour massacrer des tortues marines, dont la viande se revend à des prix élevés.

Lire Plus =>

Le coronavirus accroît les risques de traite d’êtres humains, avertit l’ONU

L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a mis en garde mercredi contre les risques accrus de trafics d’êtres humains en raison de la crise du coronavirus qui rend les victimes encore plus vulnérables.

«Alors que le Covid-19 restreint les déplacements, absorbe les ressources chargées de faire respecter la loi et réduit les services publics et sociaux, les victimes de trafics d’êtres humains ont encore moins de chances de pouvoir s’échapper et trouver de l’aide», estime Ghada Waly, directrice exécutive de l’ONUDC, citée dans un communiqué. Ghada Waly souhaite que les pays s’assurent de garder ouverts les abris et les lignes téléphoniques d’urgence, de maintenir l’accès aux tribunaux et la capacité d’action des unités luttant contre les trafics d’êtres humains.

Au-delà du risque d’attraper le virus, une récente étude de l’ONUDC montre que les fermetures de frontière empêchent certaines victimes de rentrer chez elles. Les victimes doivent en outre affronter des ralentissements dans les procédures légales et risquent des mauvais traitements supplémentaires ou bien d’être laissées à l’abandon par leurs ravisseurs.

Lire Plus =>

Il y a 167 ans, l’arrivée des premiers Indiens en Martinique

 « L’indianité est vécue, à juste titre, comme une composante irremplaçable de la créolité. »

Une commémoration essentielle

Chaque année le 6 mai, l’association « Gopio Martinique », en partenariat avec la Ville de Saint-Pierre, commémore l’arrivée des premiers Indiens en Martinique. Une commémoration qui, compte tenu de la situation sanitaire, ne pourra se tenir physiquement cette année.

C’est le 6 mai 1853 que le premier bateau, l’Aurélie, a accosté à Saint-Pierre avec 313 passagers indiens à son bord. Au total, ce seront par la suite 55 convois qui achemineront en Martinique 25 509 Indiens en une trentaine d’années (…)

« Gopio Martinique », en partenariat avec les autres associations d’Indiens de la Martinique, s’efforce, à travers différentes manifestations, de rappeler l’importance de la présence des Indiens dans la communauté culturelle de la Martinique.

Rappelons, pour mémoire, que, dans le cadre de la commémoration des « 350 ans de Fort Royal », la Ville de Fort-de-France a consacré une importante manifestation à l’immigration indienne, notamment au quartier « Au-Béro » aux Terres-Sainville où étaient installés les Indiens vivant à Fort-de-France (…)

Saint-Pierre puis Fort-de-France

La mise en place de l’immigration indienne demande toute une organisation régie par des décrets successifs concernant la formulation des demandes de planteurs, les droits et les devoirs des « engagistes » et des immigrés (…)

Les Indiens débarquent à Saint-Pierre en 1853, puis à Fort-de-France à partir du 26 mars 1857. 

Lire Plus =>

« Je ne crois pas aux déclarations du genre « rien ne sera plus jamais comme avant » – Michel Houellebecq

Michel Houellebecq est écrivain. C’est la première fois qu’il s’exprime depuis le début de la pandémie. Dans cette lettre, il récuse l’idée de l’avènement d’un monde nouveau après la crise du coronavirus. Son texte et la lecture proposée par Augustin Trapenard, sont reproduits dans leur version intégrale.

Il faut bien l’avouer : la plupart des mails échangés ces dernières semaines avaient pour premier objectif de vérifier que l’interlo­cuteur n’était pas mort, ni en passe de l’être. Mais, cette vérification faite, on essayait quand même de dire des choses intéressantes, ce qui n’était pas facile, parce que cette épidémie réussissait la prouesse d’être à la fois angoissante et ennuyeuse. Un virus banal, apparenté de manière peu prestigieuse à d’obscurs virus grippaux, aux conditions de survie mal connues, aux caractéristiques floues, tantôt bénin tantôt mortel, même pas sexuellement transmis­sible : en somme, un virus sans qualités. Cette épidémie avait beau faire quelques milliers de morts tous les jours dans le monde, elle n’en produisait pas moins la curieuse impression d’être un non-événement. D’ailleurs, mes estimables confrères (certains, quand même, sont estima­bles) n’en parlaient pas tellement, ils préféraient aborder la question du confinement ; et j’aimerais ici ajouter ma contribution à certaines de leurs observations.

Lire Plus =>

« À ciel ouvert » d’ Antoine Maxime

2020 Mai 2 Tout à l’envers ou à l’endroit !

Cette période du Corona : tourne notre tête à l’envers ou à l’endroit on ne sait !

Les cloches des églises, comme dans les pays musulmans les appels à la prière : résonnent mais les lieux de culte sont vides. Les cloches qui devraient rassembler, faire venir du monde, dit aux pratiquants se font juste entendre parla population: c’est l’heure ! Mais restez chez vous ! Et les responsables religieux demandent d’être en communion, sans être rassemblés ; de célébrer leur culte mais à domicile, qu’il s’agisse d’un vendredi, d’un samedi ou d’un dimanche ! Tout le monde au même niveau !

On peut alors se questionner : de quel droit ce virus se permet de bousculer des obligations que chacun considère comme sacrées ! L’essentiel est-ce le jour, la nuit, le lieu, le culte ?

En vous disant cela, me vient un passage de l’Evangile de Jean : où Jésus rencontrant une femme de Samarie auprès d’un puits (lieu symbolique)lui dit : «  Tu sais, les vrais adorateurs le font en esprit et en vérité ; ce n’est ni sur cette montagne, ni à Jérusalem… » Il y a de quoi méditer non ?

Lire Plus =>

« L’appropriation culturelle » de Rodney William

Peut-on porter un turban, des dreadlocks ou une coiffe de plumes autochtone ?

Oui et non, car les accessoires culturels fonctionnent comme des piliers d’identités pour les peuples historiquement subalternisés par l’Occident. Ils portent en eux une ancestralité et des pratiques sociales de lutte et de résistance qui doivent être respectées.

Séparant l’appropriation culturelle des autres formes d’échange culturel, Rodney William révèle comment l’appropriation participe aux dispositifs d’invisibilité et de génocide culturels, en affaiblissant intentionnellement les savoirs et les connaissances des peuples noirs, autochtones et minoritaires.

S’appuyant sur des bases anthropologiques, R. William dialogue dans cet essai engagé avec la cosmogonie africaine et des auteurs comme Frantz Fanon, Stuart Hall, Kabengele Munanga et Abdias Nascimento.

Rodney William a grandi dans un univers baigné de samba, de capoeira, et de spiritualité afro-brésilienne. Anthropologue, docteur en sciences sociales, il est aussi babalorixa, dignitaire de la religion afro-brésilienne candomblé.

« Rodney William étudie l’appropriation culturelle sous l’angle historico-culturel du colonialisme. Il établit une connexion avec les pratiques prédatrices des marchés capitalistes colonisateurs
actuels, qui se servent des attributs culturels d’un peuple pour faire du profit, et vident de sens ses symboles d’appartenance.

Lire Plus =>