Education Formation

Contrats aidés en Martinique : appel des syndicats


Halte aux mesures discriminatoires !!
Du travail pour tous.

Comme lors de la rentrée de septembre 2017, celle de septembre 2018 connait des difficultés pour les mêmes raisons : le manque de moyens en personnels.

L’Etat poursuit sa politique de suppressions des Contrats aidés CUI. Plus de 400. La mobilisation l’a partiellement fait reculer. Mais le compte n’y pas.
Du côté de la CTM, ce sont une quarantaine d’agents contractuels qui n’ont pas été rappelés à la rentrée de septembre 2018 sans aucune justification. Sollicités par le SGAFP­CGTM et le SADEM-CGTM, les élus de la CTM n’ont eu que pour seule et unique réponse, le silence et
l’indifférence. Face à un tel mépris pour les agents, Cette situation a conduit le SGAFP-CGTM et le SADEM-CGTM à appeler les agents exerçant dans les collèges et lycées rattachés à la CTM à se mobiliser pour obtenir la réintégration des agents victimes de cette mesure injuste. Mesure d’autant plus injuste que les besoins existent et que d’autres agents auraient été recrutés en lieu et place de ceux qui n’ont pas été rappelés, bien qu’exerçant leur activité en tant que contractuels sur ces postes depuis plusieurs années.

Lire Plus =>

Céregmia : la révocation pour les trois professeurs

Le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche a rendu hier sa décision dans le volet disciplinaire de l’affaire de ce laboratoire de recherche de l’Université. Fred Célimène, Kinvi Logossah et Eric Carpin sont révoqués de l’enseignement supérieur.

C’est aujourd’hui un énième rebondissement dans ce dossier qui n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre. Petit rappel des faits, en juin 2016, le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche prononçait des sanctions très lourdes à l’encontre des trois professeurs. La décision était prise de révoquer à vie de l’enseignement supérieur de Fred Célimène, l’ancien directeur du Céregmia. Quant à Kinvi Logossah, directeur adjoint du laboratoire il était suspendu 5 ans et Éric Carpin écopait d’une suspension de 2 ans. Un premier coup de théâtre intervenait en novembre dernier puisqu’à la lumière d’un vice de procédure le Conseil d’État annulait les sanctions et renvoyaient de nouveau les trois hommes devant le CNESER…

Lire Plus =>

Les défis portés au système éducatif français

Les conditions générales de la mutation

Par Roland Tell —

Le système éducatif français a reçu des chocs et des défis, venant de l’extérieur. C’est ce qui a rendu sa transformation possible, car un système éducatif ne saurait se transformer par sa propre conscience interne. Ces chocs et ces défis, les autres systèmes européens les ont également connus. C’est ainsi que sont apparues des réformes de l’enseignement entre 1960 et 1980, avec des modalités communes, mais avec des stratégies d’application différentes. Au lieu de faire l’analyse des causes de sa transformation, il importe de voir quelles sont les réponses, que le système éducatif français a apportées à ces défis.

A – Le défi lancé par la société de croissance :

La société de croissance est une société, où il y a une accélération de la socié globale vers une société scientifico-technique. Dans une société de ce type, les problèmes pédagogiques et politiques ne peuvent plus se poser dans des termes empruntés au passé, car celle-ci résulte d’une mutation considérable de l’idéologie et de la philosophie de l’existence.

Lire Plus =>

AGI’C: philosophie et culture générale pour tous

Début des cours le 16 octobre 2018

Adultes et lycéens de tous niveaux ont l’occasion de recevoir une formation de qualité. avec l’A G I’ C.

Aujourd’hui les études supérieures sont de plus en plus sélectives.

Permettez à votre enfant d’accéder à une formation de qualité.

Contactez-nous au 0696 503 101

Avec AGI’C, il saura :

§ Maîtriser l’argumentation et la méthode de dissertation.

§ Comprendre et expliquer un texte ou un discours.

§ Travailler de façon autonome.

Lire Plus =>

Culture vécue et enseignement

— Par Roland Tell —

Il est admis, de plus en plus, que l’enseignement ne constitue plus le lieu unique de la référence culturelle. En gros, on peut dire que la culture, ce sont les connaissances, mais c’est aussi le réseau capable d’organiser ces connaissances. Les réseaux conceptuels donnent, à ces connaissances, une structure. Autrefois, l’école fournissait les connaissances, en même temps que les réseaux. Aujourd’hui, en 2018, il n’en est plus de même ! En ce qui concerne les connaissances, l’école est dépassée, de toutes parts, par le foisonnement, par la démultiplication des « culturèmes » – petits éléments de culture, dispersés et reçus, de manière aléatoire, par les micro-milieux ( A. Moles, cybernéticien pluridisciplinaire). Une analyse des connaissances des élèves met en évidence leur prodigieuse diversité, et l’extraordinaire désorganisation de ces connaissances.
Ces « culturèmes », ainsi que les efforts de certaines institutions extérieures à l’enseignement, pour donner une certaine articulation en réseau à ces culturèmes, forme ce que l’on appelle actuellement « l’école parallèle ».

Lire Plus =>

Recherche sur les chansons grivoises, obscènes et pornographiques des Antilles.

Actuellement Doctorante à l’Université des Antilles, j’effectue un travail de recherche sur les chansons grivoises, obscènes et pornographiques des Antilles.

Afin de donner suite à mes hypothèses, je sollicite la participation de tous pour une enquête en ligne.

Votre participation est facultative, aucune question n’est obligatoire et vous pouvez vous arrêter à tout moment. Cependant, si vous n’allez pas jusqu’à la dernière page du questionnaire, vos réponses ne seront pas enregistrées. Or, la pertinence de cette enquête dépend dans une large mesure du nombre de réponses obtenues.

Merci de bien vouloir relayer cette enquête auprès de vos contacts.

Je vous remercie pour votre collaboration active et pour les quelques minutes que vous lui aurez consacrées.

Ensemble faisons avancer l’art et la culture de notre pays.

Accéder au questionnaire

 

Lire Plus =>

À propos de l’interdiction du téléphone portable à l’école et au collège

 

Le portable de la maternelle au collège c’est interdit en classe et à la récré, c’est réglementé au lycée … mais ce n’est pas nouveau.La loi du 3 août 2018 interdisant l’utilisation du téléphone portable en maternelle, élémentaire et collège (école primaire) et au lycée si le règlement intérieur l’interdit n’est pas un évènement. 

En effet,  avant l’application de la loi pour cette rentrée scolaire 2018, l’article L511-5 ancienne mouture du code de l’éducation interdisait l’utilisation du portable en maternelle, élémentaire et collèges et le règlement intérieur des lycées pouvait l’interdire, et souvent l’interdisait, en cours, l’autorisant dans les inter-cours. Ce qui est nouveau est son interdiction dans l’enceinte de l’école.

Ça change quoi d’ajouter une loi à la loi existante ?

Résumons ce que dit la nouvelle mouture de l’article L511-5 du code de l’éducation :

en maternelle, élémentaire et collège = interdiction du téléphone mobile et de tout autre équipement terminal de communication électronique (tablettes, ordinateurs…) en cours et en inter-cours et pendant toute activité d’enseignement se déroulant à l’extérieur de l’établissement (auparavant c’était interdit en cours et un règlement intérieur de l’école précisait les lieux où le portable était également interdit) ;

au lycée = interdiction du téléphone mobile et de tout autre équipement terminal de communication électronique (tablettes, ordinateurs…) seulement si le règlement intérieur du lycée interdit ou réglemente son utilisation… en cours comme en inter-cours (récré).

Lire Plus =>

L’UFM s’insurge et dénonce la campagne mensongère sur la loi Schiappa

Intox :« Vous avez-là l’illustration d’un livre au programme officiel pour initiation à la sexualité dès la maternelle »

L’UFM s’insurge et dénonce la campagne mensongère sur la loi Schiappa en cours actuellement sur les réseaux sociaux. Ces informations toutes plus fallacieuses et complètement folles les unes que les autres, (étayées de documents soi-disant authentiques, provenant notamment des milieux d’extrême droite), sont largement relayées par de nombreuses personnes, certaines mêmes étant connues comme sensées et réfléchies, sans aucune analyse ni filtre de leur part.

Lire aussi : Les intox en images sur la « loi Schiappa »

Comme toutes les associations féministes et de nombreuses personnes, nous avons critiqué cette loi, sur l’absence de définition d’un âge présomption de non-consentement des mineurs, comme cela avait été annoncé, pour se contenter d’une formulation plus vague.

Elle a cependant, et c’est extrêmement important et positif, allongé de 10 ans les délais de prescription concernant les viols (reconnus comme des crimes) et agressions sexuels (reconnus comme délits) sur mineurs, leur permettant de passer de 20 à 30 ans après la majorité la possibilité de dénoncer ces actes du fait de leur terrible impact sur les victimes.

Lire Plus =>

« Donnons un bonus pour des cantines bio et locales »

Une tribune publiée dans le LeJDD, signée par Audrey Pulvar, présidente de la Fondation 
pour la nature et l’homme, et 26 autres personnalités*

« Les informations vérifiées à propos de la présence de résidus de pesticides et autres additifs à risque pour la santé dans notre alimentation et l’explosion de maladies chroniques nous alertent sur le contenu de nos assiettes et de celles de nos enfants.

De nombreux responsables de ­restaurants scolaires l’ont bien compris. Alors que la loi agriculture et alimentation devrait enfin acter l’introduction de 50% d’alimentation de qualité, labellisée et locale, dont 20% de produits bio en restauration collective publique d’ici à 2022, des initiatives essaiment en France : réduction du gaspillage, rééquilibrage en faveur des protéines végétales, introduction de produits bio et équitables…

Demander aux familles de payer davantage n’est pas souhaitable

Toutes ces avancées sont à mettre au crédit de services de restauration engagés, de directions d’établissements innovantes et d’élus concernés. Mais la généralisation de leurs actions est limitée par le manque de moyens.

Lire Plus =>

Les nouveautés de la rentrée 2018 : ajustement des programmes, réforme du lycée et interdiction du téléphone portable

Cette année, la rentrée des enseignants est fixée au 31 août 2018, celle des élèves au lundi 3 septembre. La rentrée 2018 est marquée par une forte augmentation des effectifs dans les collèges et les lycées : plus de 25 000 élèves supplémentaires. Dans le même temps, le nombre de candidats admis aux concours externes de professeurs certifiés et agrégés a baissé de 10,3%. 7 768 candidats ont été admis cette année contre 8 707 en 2017. Pour la première fois, le Ministère de l’éducation nationale n’a pas publié de circulaire de rentrée mais le ministre s’est adressé aux enseignants par une lettre du 26 avril 2018.

Rapide inventaire des nouveautés de la rentrée.

Lire Plus =>

Inscriptions aux ateliers du SERMAC

Les 2 et 9 septembre 2018 de 8h 30 à 14h.

Les équipes du SERMAC vous accueillent à l‘Espace Camille Darsières  pour les inscriptions aux ateliers. Théâtre, Tanbou Bèlè, Piano, Danse, Poterie,…. cette année encore vous avez le choix parmi de très nombreuses d’activités.

Dimanche 2 septembre 2018

Arts Visuels

– Création numérique (dès 14 ans)

– Dessin peinture (dès 7 ans )

– Gravure sur calebasse (adulte)
-Masques (adultes)
-Photo (adulte)
-Sculpture sur ponce (adulte)

Arts scéniques
– Danse contemporaine (dès 6 ans)
– Hip-hop (dès 7 ans)
-Jazz dance hall (dès 7 ans)
Danse indienne

Lire Plus =>

Quelle liste de fournitures scolaires pour la rentrée 2018 ?

Cahiers, protège-cahiers, classeurs, crayons de couleur… les familles doivent faire face aux dépenses de fournitures scolaires pour la prochaine rentrée qui s’effectuera le lundi 3 septembre 2018. Pour réduire ces dépenses, le ministère de l’Éducation nationale a établi une liste-modèle devant servir de référence aux enseignants et aux directeurs d’école par exemple.

Il revient ainsi aux directeurs d’école et chefs d’établissement de limiter et d’harmoniser les demandes des enseignants, d’organiser un échelonnement des achats et d’engager des achats groupés de fournitures.

Concernant les cahiers et livres, la liste modèle préconise le matériel suivant :

Lire Plus =>

Jik An bout : séminaire de formation à l’école Îlet Charles des Trois-îlets.

Organisée par Jik An bout, en partenariat avec Radio Fréquence Atlantique (RFA) et l’association AM4.

Programme et Thèmes

  • Vendredi 24 août

8 h 30 : Accueil des participants

9 h – 10 h 30 : Thème 1 – L’économie  au-delà des mots

Modérateur : Olivier CAREME, Responsable du réseau VIV (Village des Initiatives Volontaires)

* Contribution de Robert Roffalet, responsable de coopérative agricole : Les différentes définitions  de l’économie

* Contribution de Antoine Maxime, psycho thérapeute :   Economie et émancipation humaine

10 h 30- 10 h 45 : Pause

10 h 45 – 12 h 30 : Thème 2- Politique  et citoyenneté

Modératrice : Gracienne LAURENCE, militante

* Contribution de Jean ABAUL, Président du Conseil National des Comités Populaires : Les partis politiques et l’idéologie sont-ils obsolètes ?

* Contribution de Olivier JEAN-MARIE, animateur de mouvements citoyens : Qu’en est-il des mouvements citoyens ?

*  Contribution de Steve GADET, Universitaire : Les NTIC, support à l’émancipation ou au conditionnement de l’opinion ?

* Contribution de Alain LIMERY, Porte – Parole du CNCP : Quelles formes de lutte pour la transformation sociale ?

Lire Plus =>

L’allocation de rentrée scolaire a été versée le jeudi 16 août

L’allocation de rentrée scolaire (ARS), qui a été revalorisée d’environ 1 % par rapport à l’année précédente, sera versée ce jeudi 16 août. Trois millions de familles aux revenus modestes vont en bénéficier.

Ce jeudi 16 août, trois millions de familles aux revenus modestes vont bénéficier de l’allocation de rentrée scolaire (ARS) pour faire face au coût des fournitures. Le ministère des Solidarités l’avait annoncé au début du mois.
Combien ?

Le montant de cette allocation a été revalorisé d’environ 1 % par rapport à l’an dernier. Il varie selon l’âge :

367,73 € pour les élèves de 6 à 10 ans
388,02 € pour les 11-14 ans
401,47 € pour les 15-18 ans.

Lire Plus =>

Allocation de rentrée scolaire (ARS) 2018 : pour quand et pour qui ?

La rentrée scolaire 2018-2019 aura lieu à partir du 3 septembre 2018 pour la majorité des élèves. Afin d’aider les parents d’enfants de 6 à 18 ans à assumer le coût de cette reprise de la scolarité, l’allocation de rentrée scolaire (ARS) sera versée sous conditions de ressources à partir de la fin du mois d’août.

L’ARS est attribuée sous certaines conditions :

Vous avez à votre charge un ou plusieurs enfants écoliers, étudiants ou apprentis âgés de 6 à 18 ans (pour la rentrée scolaire 2018, l’enfant doit être né entre le 16 septembre 2000 et le 31 décembre 2012). Si votre enfant est âgé de 16 à 18 ans, vous devez au préalable déclarer en ligne qu’il est bien scolarisé dans la rubrique Mon Compte sur caf.fr ou à partir de l’application mobile « Caf – Mon Compte ».
L’enfant doit être inscrit dans un établissement ou un organisme d’enseignement public ou privé, ou encore auprès d’un organisme d’enseignement à distance, comme le Centre national d’enseignement à distance (Cned).

Lire Plus =>

Derrière l’algorithme de Parcoursup, un choix idéologique

— Par Hugues Bersini —

DISSENSUS. Cessons de penser que les algorithmes prennent des décisions ; ils ne font qu’exécuter les choix de ceux qui les ont écrits, rappelle le chercheur Hugues Bersini.

Parcoursup est-il un modèle de la méritocratie républicaine ou, au contraire, un instrument de discrimination sociale, et l’un des modèles du genre en France ? Hugues Bersini (*) propose à « l’Obs » une lecture de la conception politique et économique utilitariste inscrite au cœur même de la formule algorithmique de Parcoursup. Docteur en génie nucléaire et professeur en programmation et en intelligence artificielle à l’Université libre de Bruxelles, il est l’un des inspirateurs du projet France IA (Intelligence Artificielle) et a été consultant d’Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du Numérique et de l’Innovation sous la présidence de François Hollande.

La répartition des étudiants entre les universités et les filières est un problème complexe puisqu’elle s’effectue sur base d’un conflit massif entre l’offre et la demande : on dénombre plus de 880.000 candidats pour un total (à raison de 10 vœux possibles par candidat) de quelques 7.000.000 de vœux de formation [810.000 ont in fine validé leurs voeux, NDLR].

Lire Plus =>

L’école est finie ..

 — Par Roland Tell —

L’interprétation de la situation des vacances scolaires reste variable pour les élèves et pour les enseignants. Restent, d’un côté, la crise du savoir scolaire des transmetteurs que sont les professeurs, de l’autre, celle du savoir-être des élèves, de leur entrée dans la vie morale, sociale, civique. Particulièrement lourde en est la pression sur les uns et sur les autres, après un troisième trimestre d’évaluations et d’examens de toutes natures, du Cours Préparatoire aux classes de baccalauréat. D’une étape à l’autre, le recommandation pédagogique n’est-elle pas de mettre à jour les connaissances et les méthodes, aussi bien pour apprendre à lire en zone prioritaire, que pour enseigner les connaissances nouvelles dans les lettres, les sciences, les techniques, en classes de collèges et de lycées ?
A tous les niveaux, l’explosion des savoirs éveille en chaque enseignant une résonance plus profonde que les formations du passé. Ne s’agit-il pas de recourir à la science des synthèses, à un travail personnel inventif, à une certaine perfection des vertus pédagogiques.

Lire Plus =>

Ateliers « Kola Papiè » et « Gravure sur Calebasse ».

Grandes vacances 2018 Domaine de Tivoli

(L’ensemble des Ateliers proposés se déroulent au Domaine de Tivoli à Fort-de-France, Studio/Atelier d’Adélaïde CORINUS, Bâtiment E, parking du bas)
Adélaïde CORINUS, artiste peintre, plasticienne, photographe et collagiste vous propose dès à présent dans son nouveau Studio/Atelier du Domaine de Tivoli à Fort-de-France, des Ateliers de collage et de gravure sur calebasse.
Pourquoi participer à un Atelier ?
Quel que soit, l’âge, c’est se faire plaisir, se rencontrer Soi, l’Autre et la Matière : le désir d’apprendre, de développer sa perception artistique et son talent, et venir partager la passion de l’artiste.
Des cours de 3 heures de temps ; de l’initiation au perfectionnement, pour enfants, adultes et adolescents.

Un enseignement progressif, envisagé pour une acquisition efficace de chaque participant aux techniques des Ateliers. L’objectif est de faire évoluer le stagiaire dans son univers propre et ses sources d’inspirations personnelles. Lui permettre d’acquérir les clefs des techniques, de prendre de l’assurance, de développer son imaginaire et s’épanouir totalement dans une œuvre lui ressemblant.

Lire Plus =>

Existe-t-il un système éducatif français ?

Par Roland Tell —

Ce problème est un problème général. La question de l’unité organique du système d’enseignement est posée, dans tous les pays, à l’ensemble des structures éducatives. Elle se pose d’autant plus que les Ministères de l’Education Nationale sont loin de répondre, à l’heure actuelle, aux besoins éducatifs, repérés dans leur généralité. D’autre part, cette question renvoie à deux autres problèmes :

– le problème de l’existence du système en tant que tel.

– le problème de la place de ce système éducatif formel, institutionnalisé, par rapport aux structures informelles d’éducation et de formation.

Par exemple, à partir des années 1980, des dispositifs dans les médias, dans les entreprises économiques, dans le privé, en insistant sur la relation entre résultats scolaires et débouchés professionnels, prennent en charge la formation de leurs employés, afin de mieux garantir la réussite de l’entreprise elle-même. L’homme, étant considéré comme le premier capital de l’entreprise, il importait donc de faire évoluer les formations en fonction des évolutions économiques rencontrées par les entreprises.

Lire Plus =>

« À votre santé ! » : une création de l’atelier théâtre du lycée Montgérald du Marin

Le 3 juin 2018 à 11h Salle paroissiale du Marin

— Par M’A —

L’atelier théâtre du Lycée Montgérald du Marin encadré par Esther Eloidin, professeur- documentaliste, a de la suite dans les idées…

Leur défi ? Se rendre au Festival d’Avignon dans le cadre de « l’Opération Lycéens en Avignon » mise en place par me Ministère de l’Éducation Nationale qui s’appuie sur une convention liant l’association Festival d’Avignon et les Centres de Jeunes et de Séjour du Festival d’Avignon (CEMEA) en Juillet 2018.

Quel comédien n’a pas voulu se rendre dans cette ville érigée en un lieu incontournable du théâtre par Jean Vilar depuis 1947 ? Avignon n’est-elle pas l’endroit privilégié de rencontres de tous les amoureux du théâtre à chaque mois de juillet ?

On ne s’étonne donc pas que des lycéens qui ont découvert le goût, le plaisir et l’amour du théâtre aient eux aussi envie de découvrir ce Temple dédié à leur art et de s’en imprégner pleinement aux côtés de professionnels.

Lire Plus =>

Les élèves du Lycée Montgérald du Marin se prêtent au jeu de l’écriture théâtrale

Le jeudi 24 mai 2018, 16 élèves de Seconde, dont des élèves de l’Atelier théâtre, du Lycée Montgérald du Marin, encadrés de Mme Eloidin Esther, Professeur- Documentaliste, se sont prêtés au jeu de l’écriture théâtrale avec Arielle Bloesch, auteur, metteur en scène, comédienne suisse.

Cet atelier, organisé en partenariat avec l’Association ETC- Caraïbes, permettait aux élèves de se confronter à l’écriture d’un texte à partir de jeux pour réamorcer ou prolonger le plaisir d’écrire, dépasser l’angoisse de la page blanche, s’ouvrir au plaisir de l’écriture et de les préparer à participer au Concours d’Écriture théâtrale des Jeunes d’outre Mer qui prendra fin le 07 juillet 2018.

Les élèves ont participé de manière active à ce temps d’écriture et d’échanges avec Arielle Bloesch, qui sera suivi d’une production de textes pour la participation au concours jeunes des 15-25 ans d‘ETC- Caraïbes.

Cet atelier est la première étape d’un partenariat avec l’Association ETC- Caraïbes, qui a pour objectif la découverte, l’accompagnement et la diffusion des écritures dramatiques des auteurs de la Caraïbe.  En effet, ce travail débouchera,  durant l’année scolaire 2018 /2019, sur une résidence d’écriture avec Michel Richard,  auteur, fondateur et directeur artistique du Festival Soirées d’Été en Luberon depuis vingt-cinq ans. 

Souhaitons à ces jeunes auteurs en herbe beaucoup de succès !

Lire Plus =>

L’enfant d’aujourd’hui à l’école…

Par Roland Tell —

Quels problèmes sont posés à l’éducation moderne par le changement de statut de l’enfant ? Certes, il y a une promotion sociale manifeste de celui-ci, ce qui suscite bien des difficultés à la famille et à l’école. En effet, le paysage culturel de la société moderne s’est profondément modifié, donc aussi, par contre-coup, l’image même de l’enfant, telle que portée par la nouvelle culture.

Il convient de distinguer deux sortes de civilisation :

– il y a encore des civilisations, dans lesquelles la tâche de prise en charge éducative est prise en compte par la communauté. Ces sociétés sont des sociétés très cohérentes et organiques. On ne sent pas le besoin d’une initiation de l’enfant, donnée par une institution. Il est évident que le jour, où l’on voudra installer des écoles dans de telles civilisations, celles-ci vont se greffer sur un corps social, qui ne l’avait pas souhaité auparavant. Le problème sera de confronter deux civilisations.

Lire Plus =>

Écoles privées hors contrat : un contrôle renforcé

Opposition à l’ouverture d’établissements privés hors contrat, conditions pour diriger ce type d’établissement, amendes et fermeture en cas de non-respect des règles… L’encadrement des établissements scolaires privés hors contrat est renforcé avec la publication au Journal officiel du 14 avril 2018 de la loi portant sur le régime d’ouverture et de contrôle de ces établissements.

Cette loi renforce en effet le contrôle exercé par le maire et par les services de l’État en portant notamment les délais d’opposition à 3 mois (ce délai était fixé auparavant à 1 mois à partir de la date du dépôt de la déclaration d’ouverture).

Cette loi ajoute par ailleurs de nouveaux motifs d’opposition liés à la sécurité, à l’accessibilité des locaux et aux conditions exigées pour diriger ce type d’établissement comme, par exemple :

  • être de nationalité française ou ressortissant d’un autre État de l’Union européenne (UE) ou d’un autre État de l’Espace économique européen (EEE) ;
  • avoir exercé pendant 5 ans des fonctions de direction, d’enseignement ou de surveillance dans un établissement d’enseignement public ou privé d’un État membre de l’UE ou de l’EEE.

Lire Plus =>

Université des Antilles : l’enjeu est politique et non « éthique »

Par Serge Harpin —

La légitimité doit s’évaluer quantitativement – ou mathématiquement, dès lors qu’on affirme parler au nom de tous, dès lors qu’on prétend représenter toutes les composantes et parties prenantes d’une organisation – au sens de la sociologie des organisations. Les développements sur la « légitimité éthique » vs la « légitimité du nombre » supposés justifier le contraire sont, à proprement parler, des sophismes , des assertions ayant une apparence de bon sens mais dépourvues de toute valeur de vérité. Toute légitimité réfère à des valeurs, à un impératif moral – au sens de « l’impératif hypothétique » du philosophe KANT, c’est à dire, d’une obligation morale contextualisée. Toutefois, et cela vaut aussi pour la notion de « légalité », pour fonder une « autorité », un « droit moral opposable », il faut que celui-ci, l’impératif moral, soit reconnu comme tel par le plus grand nombre relativement à une situation donnée. Escamoter, par conséquent, la dimension comptable, récuser toute quantification, c’est se priver de la possibilité de juger objectivement du degré de légitimité dont on se prévaut.

Lire Plus =>

Demandes de bourse de lycée : à faire avant le 21 juin 2018 !

Pour les élèves de 3e scolarisés en collège public et pour les non boursiers scolarisés en lycée public, les demandes de bourse de lycée pour l’année scolaire 2018-2019 se font désormais en ligne pour tous les établissements publics de toutes les académies. Les demandes doivent être faites avant le 21 juin 2018.

Les parents ou responsables des élèves concernés doivent donc se connecter au portail Scolarité-Services par le biais de FranceConnect ou avec leur compte Éducation nationale (ATEN) fourni par l’établissement de leur enfant .

De cette façon, les parents peuvent :

  • faire une demande pour chaque enfant scolarisé dans le même collège ou lycée public ;
  • récupérer directement leurs données fiscales nécessaires à l’instruction de la demande sans joindre de pièces justificatives ;
  • connaître une estimation de la bourse à la fin de la saisie.

Par contre, pour les élèves scolarisés dans les établissements privés sous contrat ou au Cned, la demande de bourse s’effectue à l’aide du formulaire de demande de bourse nationale de lycée accompagné des pièces justificatives, le dossier complété étant ensuite remis à l’établissement où l’enfant est scolarisé.

Lire Plus =>