Sciences Sociales

Non, la Fête des mères n’a pas été inventée par le maréchal Pétain

La fête des Mères est une fête annuelle célébrée en l’honneur des mères dans de nombreux pays.

À cette occasion, les enfants offrent des cadeaux à leur mère, des gâteaux, des fleurs ou des objets qu’ils ont confectionnés à l’école ou à la maison. Cette fête est également célébrée par les adultes de tous âges pour honorer leur mère.

La date de la fête des Mères varie d’un pays à l’autre, mais la majorité d’entre eux a choisi de la célébrer en mai.

Histoire

Les premières traces de célébration en l’honneur des mères sont présentes dans la Grèce antique lors des cérémonies printanières en l’honneur de Rhéa (ou Cybèle), la mère des dieux et notamment celle de Zeus. Ce culte est célébré aux Ides de mars dans toute l’Asie Mineure. Des fêtes religieuses romaines célèbrent les matrones le 1er mars lors des Matronalia (« matronales »), et Cybèle lors des Hilaria. Toutes ces célébrations ont lieu au printemps, mois de la fertilité.

Lire Plus =>

Sauver l’Europe pour sauver le climat

La planète brûle et L’Europe se meurt. Voilà pourquoi les élections européennes à venir ne seront pas des élections comme les autres. Nous avons le choix entre le sursaut ou la catastrophe, entre la solidarité ou la montée de la haine, entre l’invention d’une nouvelle manière de vivre ensemble ou la continuation des égoïsmes qui nous conduisent vers l’abîme, entre l’écologie ou la barbarie.

L’histoire est en marche. Nous sommes convaincu-e-s qu’elle n’appartient pas à des élites dépassées, ridiculement conservatrices et dangereusement obsédées par le pouvoir de l’argent.

Le système, la politique, nos vies : tout doit changer.

Nous autres, écologistes, nous mettons au service des citoyennes et des citoyens qui n’attendent plus des discours mais des actes pour réorienter la marche du monde. Nous, écologistes, nous mettons au service des citoyennes et des citoyens qui n’espèrent plus rien d’une démocratie représentative moribonde, mais souhaitent faire irruption dans le débat public et la prise de décision dans les choix qui les concernent.

Lire Plus =>

Appel à la création des « États-Unis d’Europe »

— Par Victor Hugo —

21 août 1849, Victor Hugo appelle à la création des « Etats-Unis d’Europe »

Messieurs,

Beaucoup d’entre vous viennent des points du globe les plus éloignés, le cœur plein d’une pensée religieuse sainte. Vous comptez dans vos rangs des publicistes, des philosophes, des ministres des cultes chrétiens, des écrivains éminents, plusieurs de ces hommes considérables, de ces hommes publics et populaires qui sont les lumières de leur nation. Vous avez voulu dater de Paris les déclarations de cette réunion d’esprits convaincus et graves, qui ne veulent pas seulement le bien du peuple, mais qui veulent le bien de tous les peuples. Vous venez ajouter aux principes qui dirigent aujourd’hui les hommes d’Etat, les gouvernants, les législateurs, un principe supérieur. Vous venez tourner en quelque sorte le dernier et le plus auguste feuillet de l’Evangile, celui qui impose la paix aux enfants du même Dieu, et, dans cette ville qui n’a encore décrété que la fraternité des citoyens, vous venez proclamer la fraternité des hommes.

Lire Plus =>

Le Clim’Apéro du collectif « I pòkò two ta Matnik »

Vendredi 24 mai à partir de 17h00 au Wahoo Café sur la plage du Carbet.

Après le succès du SOS Climat Martinique du 16 mars 2019, et dans le cadre du mouvement national « Citoyens pour le Climat », le collectif « I pòkò two ta Matnik » vous donne rendez-vous

1. En partenariat avec le Wahoo Café, nous vous invitons à notre première édition du CLIM’ APERO : moment privilégié et convivial, auquel nous vous proposons de vous associer en présentant votre structure et vos actions au niveau local ou en y assistant en simple participant.
Le but est de valoriser, fédérer et créer des synergies entre les initiatives locales qui existent à ce jour et montrer que la Martinique est déjà en marche pour demain !
Nous vous remercions de nous contacter au plus tôt afin de nous confirmer votre participation (en nous précisant le format de votre intervention : présentation synthétique de votre organisation, sujet à thème, atelier etc … afin que tout s’inscrive dans le timing !)

Il se peut que votre planning ne vous permette pas de vous rendre à l’évènement.

Lire Plus =>

Soins en fin de vie : qu’appelle-t-on directives anticipées ?

Les personnes majeures peuvent rédiger une déclaration dans laquelle elles précisent leur souhait concernant leur fin de vie en cas de maladie grave et incurable (en phase avancée ou terminale), c’est ce qu’on appelle les « directives anticipées ». Service-public.fr vous explique plus précisément en quoi cela consiste.

Les directives anticipées permettent d’indiquer en particulier si les personnes souhaitent limiter ou arrêter les traitements en cours, être mises sous respiration artificielle ou encore être soulagées de leurs souffrances même si cela peut conduire à leur décès.

Ces directives qui sont écrites sur papier libre doivent être datées et signées. Elles ont une durée de validité illimitée mais elles peuvent à tout moment être modifiées ou annulées.

Il est également important pour les personnes ayant rédigé des directives de faire connaître :

  • leur existence, en informant leur médecin et leurs proches ;
  • et leur lieu de conservation (le dossier médical partagé permet d’ailleurs d’enregistrer ses directives anticipées).

Et aussi

Lire Plus =>

Montagne d’or: l’exécutif juge le projet «incompatible» avec la transition écologique

— Par Wladimir Garcin-Berson —
A l’occasion du premier Conseil de défense écologique, le gouvernement a annoncé une réforme du code minier, qui devrait être présentée en décembre prochain. Le projet «Montagne d’or» a également été jugé «incompatible» avec les objectifs fixés en matière de transition écologique.

C’était une décision très attendue. A la sortie du premier Conseil de défense écologique, et à quelques jours des élections européennes, le ministre chargé de la Transition écologique, François de Rugy, a déclaré que le gouvernement constatait «l’incompatibilité du projet minier» guyanais Montagne d’or «avec les exigences de protection environnementale» fixées par l’exécutif. Une déclaration confirmée par la suite par le premier ministre Édouard Philippe: «Le projet actuel ne nous apparaît pas compatible avec les exigences fixées de préservation de la biodiversité», a-t-il ainsi déclaré. Si la compagnie minière Montagne d’or souhaite faire vivre son projet, elle devra, a minima, l’adapter et le modifier en profondeur, sous peine de le voir enterré.

Au-delà de ce cas particulier, l’exécutif souhaite «intégrer les exigences environnementales dans tous les processus miniers» à l’avenir: une réforme du code minier devrait donc être présentée en conseil des ministres en décembre prochain.

Lire Plus =>

Combattre « les monstres » en hommage aux victimes de l’Esclavage

23 Mai : Journée Nationale en Hommage aux Victimes de l’Esclavage

— Par Pierre Laurent, sénateur, président du Conseil National du PCF —

Le 23 mai est un jour que nous consacrons toutes et tous à l’hommage national aux victimes de l’esclavage colonial et à leur mémoire. Je m’associe avec tous les communistes à cette journée nationale, aux côtés des descendants d’esclaves qui se mobilisent pour rendre hommage à leurs aïeux. Cette reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’Humanité et des souffrances infligées à des populations et des pays entiers fut l’objet d’un grand combat, un combat légitime et humaniste. Ce combat se poursuit aujourd’hui, il est essentiel, pour que rien de ce que fut, dans le passé, le système colonial-esclavagiste ne reste dans l’ombre : ni la plus-value des capitalistes, (l’accumulation primitive qui a permis l’essor du capitalisme) et de leurs États qui se sont honteusement enrichis, ni les traumatismes profonds des descendants d’esclaves : (marchandisation, destruction des familles), qui ont mis si longtemps à être reconnus.

Lire Plus =>

Sur l’abolition de l’esclavage : fausses querelles et vrais problèmes

— Par Édouard de Lépine —

Au moment où s’annonce bruyamment la préparation des fêtes du 22 mai, il nous a semblé qu’on ne pouvait laisser passer sous silence, la date du 27 avril, date de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises. Pour éclairer le débat, un extrait de l’ouvrage d’Édouard de Lépine, Dix semaines qui ébranlèrent la Martinique, Maisonneuve Larose – Servédit, Paris 1999

…Faut-il opposer le 22 mai au 27 avril comme on tend à le faire depuis une trentaine d’années, après avoir, il est vrai, outrageusement privilégié le 27 avril par rapport au soulèvement du 22 mai qui a conduit à l’abolition anticipée de l’esclavage à la Martinique et à la Guadeloupe ? S’il est vrai que c’est la France qui a introduit l’esclavage dans ses colonies et qu’il n’y a pas lieu de se confondre en actions de grâce pour la remercier d’avoir aboli ce qu’elle avait établi, rien ne nous oblige à donner raison à ceux qui pensent qu’il « y a des services si grands qu’on ne peut les payer que par l’ingratitude ».

Lire Plus =>

De femmes à femmes !

« Made in Women »  le 24 mai 2019, de 11h30 à 16h Siwo 972,

75 rue Moreau de Jonnes, Fort-de-France

Ailleurs, comme en Martinique, beaucoup des femmes sont artisanes et beaucoup d’entre elles sont dans l’anonymat et dans l’isolement. Made in Women souhaite soutenir l’autonomisation de ces femmes en difficulté, en proposant un espace de visibilité et de mise en réseau avec d’autres femmes.

Historique

Le concept Made in Women est né des expériences et rencontres sur le terrain – au Suriname, à Madagascar, en Dominique – de l’ONG D’Antilles et D’Ailleurs, avec des artisanes en difficulté. Ces femmes que DA&DA accompagne, ont des compétences et du savoir-faire, mais elle ont du mal à:
– donner visibilité à leurs créations
– améliorer la qualité et le design de leur créations
– attirer une nouvelle clientèle
– vivre exclusivement de leurs créations
Ainsi, Made in Women propose de donner de la visibilité, de la reconnaissance et l’accès à un réseau de femmes artisanes et de femmes clientes.

Lire Plus =>

Mort d’un savant : Alain Anselin

— Par Gerry L’Étang, Anthropologue —

La Martinique vient de perdre un de ses intellectuels les plus féconds et également des plus discrets : Alain Anselin. Alain Anselin a eu deux vies. Celle d’un professeur de lycée professionnel qui s’est voué pendant des décennies à l’intérêt de ses élèves, lesquels se souviennent aujourd’hui avec émotion, reconnaissance, de son investissement pédagogique, de sa disponibilité, de l’énergie qu’il déploya à les faire réussir et aussi à préparer leur devenir de citoyens. Son autre vie fut celle d’un chercheur qui, pour l’essentiel hors institution, depuis son appartement de Dillon, quartier populaire de Fort-de-France où il vivait entouré de milliers de livres, construisit consciencieusement une oeuvre exigeante, majeure, d’anthropologue à la fois africaniste, mythologue et spécialiste de l’émigration antillaise en France, de revuiste et surtout d’égyptologue.

L’anthropologie lui doit des ouvrages comme La question peule (1981), Le mythe d’Europe. De l’Indus à la Crête (1982), Le refus de l’esclavitude. Résistances africaines à la traite négrière (2009), L‘émigration antillaise en France.

Lire Plus =>

La rupture Huawei/Google: qu’est-ce qui va changer pour les consommateurs?

— Par Lucie Ronfaut —

Huawei, géant chinois des smartphones, n’aura bientôt plus le droit d’accéder à certains services de Google et du système d’exploitation mobile Android.

C’est l’agence Reuters qui, dimanche soir, a lâché la bombe. Google a suspendu ses relations commerciales avec le géant chinois des nouvelles technologies Huawei. Cette décision s’inscrit dans un conflit plus global entre le gouvernement de Donald Trump et les autorités chinoises. Pourquoi un tel affrontement? Et quelles conséquences pour les consommateurs des smartphones Huawei, y compris en France? Le Figaro répond à vos questions.

● Qu’est-ce qu’a annoncé Google?

Dimanche, suite à la publication d’un article de l’agence Reuters, Google a confirmé qu’il allait suspendre ses relations commerciales avec Huawei. Cette entreprise chinoise se spécialise dans les équipements télécoms et les smartphones. Or, ces derniers sont équipés, comme l’immense majorité des téléphones intelligents dans le monde, d’Android, le système d’exploitation mobile de Google. Huawei se servait jusqu’ici d’une version modifiée du logiciel. Ses utilisateurs avaient aussi accès à Google Play, une plateforme qui permet aux internautes de télécharger des applications approuvées par Google pour fonctionner avec Android.

Lire Plus =>

Les citoyens se disent de moins en moins attachés à la démocratie

La démocratie est malmenée, partout à travers le monde, comme le montre une étude que nous dévoilons en exclusivité. Particulièrement sceptiques, les jeunes. Certains n’hésitant pas à plébisciter des régimes plus autoritaires.

Sale temps pour la démocratie. Le système inventé par les Grecs il y a plus de 2 500 ans, décrit par Churchill comme « le pire des régimes… à l’exception de tous les autres », est contesté de toutes parts. Après une période faste dans la décennie 1990, qui vit naître ou renaître, à travers la planète, de plus en plus d’États démocratiques, à la suite de l’effondrement du bloc soviétique et à la fin de l’affrontement Est-Ouest, c’est l’ère du repli qui s’installe désormais.

En Europe, en Amérique, de la Hongrie d’Orban au Brésil de Bolsonaro, en passant par l’Amérique de Trump, fleurissent les « démocratures » et autres démocraties « illibérales ». Pourtant, là n’est peut-être pas le pire…

Non, le plus grave, c’est un affaissement généralisé, chez les citoyens, de l’attachement à la démocratie.

Lire Plus =>

« Sur l’impact des pesticides, la recherche scientifique doit éclairer la décision publique

— Par collectif —
Malgré la multiplication des plans annonçant leur réduction depuis plus d’une décennie, l’utilisation des pesticides en agriculture continue d’augmenter en France. Face à ce constat, le gouvernement lancera début juin le programme prioritaire de recherche « Cultiver et protéger autrement », doté de 30 millions d’euros. Ce dispositif est conçu pour développer des solutions de remplacement agronomiques et technologiques aux pesticides et les déployer ensuite vers les agriculteurs. Mais les travaux sur les impacts des pesticides sur la santé humaine et environnementale et les coûts que ceux-ci impliquent pour la société sont exclus des appels à projets.

Le 9 mai, le gouvernement a annoncé le lancement d’un appel à projets sur les effets des pesticides dans le cadre d’Ecophyto2 +. Doté de seulement 2 millions d’euros, il ne permettra pas de couvrir toutes les problématiques. Pourtant, la connaissance de l’étendue et de la profondeur des impacts des pesticides et la façon dont ils pèsent sur la société est un levier indispensable pour accélérer la transition vers d’autres modes de production, et complémentaire au développement d’alternatives aux pesticides.

Lire Plus =>

Nous avons cassé nos frères du BUMIDOM

— Par Yves-Léopold Monthieux —

Selon le philosophe Erasme il est plus facile de convaincre l’homme de cent mensonges que d’une vérité. Alors que la grande faiblesse de la vérité est d’être une, l’histoire affichée du BUMIDOM a été fabriquée dans le bruit des mensonges et la négation de la vérité. L’instrumentalisation du BUMIDOM à des fins politiques est sans aucun doute l’escroquerie intellectuelle et politique la plus grave qu’ait connu la Martinique, de la part de compatriotes à l’endroit d’autres compatriotes.

Dans un article paru en 2013 intitulé « Taubira donne un « coup de vieux » aux indépendantistes », je soulignais la franchise de l’ancienne ministre guyanaise qui disait pourquoi, au lendemain de la décentralisation en Outre-Mer, en 1983, la revendication nationaliste lui était apparue obsolète. La migration d’Etat n’a pas disparu avec la fin du BUMIDOM qui a été immédiatement remplacé par sa fille, l’ANT, puis sa petite-fille, LADOM. Mais l’idée de séparatisme qui justifiait les attaques faites au BUMIDOM ayant fait long feu, il ne fut plus besoin de combattre ses continuatrices.

Lire Plus =>

Plus il y a de femmes aux postes de direction, plus le cours en Bourse s’envole

— Par Sofiane Zaizoune —

L’Observatoire Skema de la féminisation des entreprises a rendu son rapport 2019, et le bilan est sans appel. Alors que la présence des femmes aux postes de direction dope significativement la croissance, elles sont encore largement sous-représentées dans les comités exécutifs.

Femmes au volant, croissance au tournant. D’après l’étude 2019 de l’Observatoire Skema sur la féminisation des entreprises, les femmes dirigeantes sont un moteur de performance pour les entreprises. Pour le démontrer, Michel Ferrary, chercheur-affilié à la Skema Business School de Lille, professeur de management à l’Université de Genève et directeur de l’Observatoire, a créé le Femina Index 15, un portefeuille de valeurs boursières qui réunit les entreprises du CAC40 dont au moins 40% des dirigeants sont des femmes. On y trouve L’Oréal, la BNP Paribas, Hermès ou encore la Sodexo.

Entre 2009 et 2019, le Femina Index 15 affiche une croissance à la Bourse de +240%, contre +43% pour le CAC40. Le Femina Index 10, lui, grimpe à +289%.

Lire Plus =>

Parutions : nouveautés du 20 mai 2019

Le mot littérature, issu du latin litteratura dérivé de littera (la lettre), apparaît au début du xiie siècle avec un sens technique de « chose écrite » puis évolue à la fin du Moyen Âge vers le sens de « savoir tiré des livres », avant d’atteindre aux xviie – xviiie siècles son sens principal actuel : ensemble des œuvres écrites ou orales comportant une dimension esthétique (ex. : « C’est avec les beaux sentiments que l’on fait de la mauvaise littérature » André Gide) ou activité participant à leur élaboration (ex. : « Se consacrer à la littérature »).

 L’histoire des sciences sociales débute avec le siècle des Lumières, autours de 1650, lorsqu’une révolution au sein de la philosophie naturelle a changé le cadre de référence avec lequel les individus jaugeaient de la scientificité. Les sciences sociales sont issues de l’éthique de cette époque et ont été influencées par le long XIXe siècle ( la révolution industrielle et la révolution française, notamment).

Lire Plus =>

« Zanmi », un court métrage de Nadia Charléry à diffuser largement

Belle et sympathique soirée LGBT, après la première du film, le 17 mai

— Par Roland Sabra —

« Zanmi » le court métrage de Nadia Charléry est une réussite. Projeté à Tropiques-Atrium le 17 mai dans le cadre de la journée de lutte internationale contre l’homophobie, il a fait salle comble et n’a pu accueillir tout le monde. D’autres projections sont heureusement prévues. Tourné avec peu de moyens, mais avec une détermination sans faille, le film mobilise des comédiens antillais pour défendre le droit à la différence. Autour de la table du repas qui réunit une douzaine d’amis s’organise un jeu de la vérité. Un convive énonce une affirmation, par exemple je n’ai jamais bu de pastis, et celles et ceux qui sont dans le même cas s’abstiennent de boire tandis que les autres sont tenus de vider leur verre. Ou l’inverse peu importe. Très vite le jeu s’engage sur des thématiques amoureuses et sexuelles, d’autant plus que l’ordonnateur du repas titille un couple de garçons en voulant savoir lequel des deux « fait la femme ».

Lire Plus =>

Et si c’était la solution pour couper l’envie aux moustiques de vous piquer ?

Le moustique est l’ennemi public numéro un de la saison estivale. C’est aussi l’animal qui tue le plus de personnes dans le monde, en transmettant des maladies comme le paludisme. Mais comment échapper aux piqûres de moustiques ? Des chercheurs italiens se sont penchés sur la manière de lui couper l’appétit. Selon eux, il suffirait de lui fournir une repas sucré pour réfréner son envie de piquer.

« Bzzz… » De jour comme de nuit, l’entendre rôder est absolument horripilant. En plus, le moustique est l’animal le plus dangereux de la planète : il est porteur de maladies qui font des ravages (paludisme, dengue, virus Zika, chikungunya) et, durant la saison estivale, il est sans conteste l’ennemi public n° 1. Les scientifiques du monde entier sont toujours en quête d’une solution pour l’empêcher de nous piquer. Et des chercheurs italiens viennent de découvrir une piste intéressante.

Dans une étude publiée le 9 mai dans la revue PLOS Biology, ces scientifiques de l’Université de Milan affirment que l’envie de piquer des moustiques serait refrénée après un repas sucré.

Lire Plus =>

Les directeurs d’hôpitaux et les psychiatres n’ont pas vocation à devenir des auxiliaires de police !

—par Eric Chenut, Vice-président délégué de MGEN (Mutuelle générale de l’Éducation nationale) —

Un récent décret autorise les autorités à croiser deux fichiers : l’un médical, l’autre voué au renseignement. Inacceptable pour la MGEN. Son vice-président délégué, Eric Chenut, explique pourquoi.

Replaçons les choses dans leur contexte. En France, un tiers des hospitalisations en psychiatrie se fait à la demande d’un tiers. Nombreuses sont les familles où un des membres devra connaître une hospitalisation sans consentement dans le cadre de son parcours de soins. La loi du 5 juillet 2011, relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge, a mis en conformité les modalités de soins en psychiatrie définies dans le Code de la santé publique avec les exigences constitutionnelles : pas de restriction à la liberté d’aller et venir sans contrôle systématique du juge judiciaire. La loi pose le principe du consentement aux soins des personnes atteintes de troubles mentaux, énonce l’exception des soins sans consentement et définit ses modalités d’application.

Lire Plus =>

Non à l’intégration forcée et mortelle de notre pays à la France et à l’Europe

— Déclaration du CNCP, MODEMAS, MIRPREOM, PKLS —

Face à la réticence des Martiniquais à participer aux élections européennes, le pouvoir français et ses relais locaux mettent tout en œuvre pour faire croire que l’intégration de notre pays à l’union européenne constitue une chance. Ils font tous miroiter les subventions de l’Europe sensées nous porter la prospérité. Tous font languir sur l’accès au grand marché européen qui permettrait l’écoulement de nos maigres productions.
Il n’y a là rien de bien nouveau.
En réalité l’intégration de notre pays a commencé depuis longtemps et est menée quotidiennement. Les effets négatifs de cette intégration combinée avec ceux de notre situation de colonie de la France soulignent avec force notre état de dépendance avec ses terribles conséquences : Une agriculture coloniale caractérisée par une quasi mono-culture bien profitable au lobby béké de la banane, un mépris total de notre biodiversité, un secteur industriel rachitique, une économie anesthésiée, une dépendance alimentaire renforcée, une importante croissance de l’importation avec le déversement massif de produits européens dans les grandes surfaces qui pullulent avec comme conséquence la disparition de toute production martiniquaise, de nos artisans, de nos cultivateurs, de nos marins pécheurs…
Force est de constater que la politique du président Macron s’inscrit avec virulence dans la continuité de celle de tous ses prédécesseurs, elle sert les nantis et elle aggrave la situation des plus malheureux.

Lire Plus =>

« Défendre la non-discrimination des personnes LGBT, c’est défendre des valeurs universelles d’égalité et de dignité pour toutes et tous. »

— Par Jacques Toubon, Défenseur des Droits —

Télécharger le guide

Agir contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et l’identité de genre

Malgré le renforcement des droits, des politiques publiques et la multiplication des actions menées en faveur des personnes LGBT ces dernières années, les actes et propos LGBTphobes persistent dans la société française. Ils se traduisent par des réactions, avouées ou non, de rejet, d’injures, de discriminations, de harcèlement voire de violences physiques.
Lorsqu’une personne LGBT fait l’objet de rejet, c’est la société dans son ensemble qui souffre d’une régression des valeurs fondamentales autour desquelles elle s’est construite. Dès lors, défendre la non-discrimination des personnes LGBT, c’est défendre des valeurs universelles d’égalité et de dignité pour toutes et tous.
Si le lieu de travail se doit de respecter le droit de la nondiscrimination, il est aussi le centre d’un tissu d’interactions humaines et sociales et joue un rôle important dans la socialisation des individus. La prise en compte des droits des personnes LGBT y est donc essentielle.

Lire Plus =>

« Zanmi », court métrage de Nadia Charlery

Vendredi 17 mai 2019 à 18 h Salle Case à Vent Tropiques-Atrium

Dans le cadre de la journée mondiale des luttes contre les LGBTPHOBIES, projection en avant-première du court métrage ZANMI réalisé par la talentueuse Nadia Charlery.

Cette projection vient couronner des mois de travail, depuis les ateliers « d’écriture de scénario » en octobre dernier, jusqu’au tournage en février pour arriver devant vous ce vendredi 17 mai 2019

ATTENTION : les places étant limitées à 60 personnes, les inscriptions sont obligatoires à kap.caraibe@live.fr
Les entrées se feront sur liste.

La soirée se poursuivra au Garage Popular pour une soirée festive avec diverses animations. Ce sera l’occasion de rencontrer l’équipe de KAP

Lire Plus =>

Colis postaux en Outre-mer : vers une harmonisation du prix avec l’hexagone?

Une proposition de loi signée par plusieurs députés suggère de supprimer la différence entre les prix des colis postaux en métropole et en Outre-mer.

« Une entorse à l’universalité du service postal ». Envoyer un colis postal depuis ou à destination des Outre-mer coûte « plus cher que dans l’Hexagone », ce qui constitue « une discrimination », a dénoncé jeudi le député LFI de La Réunion Jean-Hugues Ratenon. Pour y remédier, il a élaboré une proposition de loi visant à supprimer cette différence de prix au sein du service postal.

Le texte, signé par 37 députés de tous les groupes politiques – dont le président LREM de la délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale Olivier Serva -, fait le constat que les colis postaux de plus de 100 grammes en provenance ou à destination des Outre-mer « connaissent des tarifs très éloignés de ceux envoyés sur le territoire hexagonal » et qu’il s’agit d' »une entorse à l’universalité du service postal ».

Lire Plus =>

Des « petits riens » à l’inacceptable

— Par Anne-Marie Claverie(*) —
Culture Égalité accueillait, à l’hôtel l’Impératrice, vendredi 10 mai, pour une conférence sur le thème des violences faites aux femmes, Anita Warmel, psychanalyste qui accompagne les personnes en souffrance, notamment les femmes victimes de violences, et est l’auteure d’un roman : Je ne dirai plus son prénom, paru dans la collection A mots Ouverts.
Est-il besoin de rappeler que depuis le 1er janvier de cette année, 52 femmes sont décédées, en France, sous les coups d’un homme qu’elles ont eu le malheur d’aimer ? C’est de cet amour-là qu’Anita Warmel nous a entretenu.es, cet « amour de travers » comme elle le nomme, et comme elle a intitulé sa conférence.
L’auditoire a été un peu déstabilisé dans un premier temps par cette approche, mais celle-ci a finalement conduit à un débat riche, émouvant et sensible. L’amour qui isole, qui nous perd. Beaucoup de témoignages et d’interventions venant d’une assistance hétérogène : femmes et hommes de tous âges avec une majorité de jeunes femmes, mères de famille, institutionnel.les… ont permis de confirmer encore une fois l’ampleur du combat à mener pour faire cesser ces injustices ancestrales qui font tant de dégâts.

Lire Plus =>

Aides publiques aux formations politiques des Outre-mer 2018 : le rôle central du Parti Progressiste Martiniquais

— Par Olivier Ernest Jean-Marie —

Lors des dernières élections législatives, les électeurs des 11 et 18 juin 2017 n’ont pas seulement choisi leurs représentants à l’Assemblée nationale. Ils ont aussi déterminé le montant des subventions publiques accordées aux partis politiques pour les cinq prochaines années, soit 40 à 80% de leurs recettes.

Première fraction: le nombre de voix

Cette manne financière publique se décompose en deux fractions. La première est calculée en fonction du nombre de voix obtenues par le parti au premier tour des élections législatives. Chaque voix gagnée au premier tour des législatives de 2017 a rapporté en 2018 un peu plus d’1.64 €.

Lire Plus =>