Sciences Sociales

« Phoque le réchauffement climatique »

« Réchauffez les cœurs, pas la planète », « Phoque le réchauffement climatique », « La planète est plus chaude que ta meuf »… Tous ces slogans ont été affichés dans le défilé pour le climat, organisé vendredi 22 février, et auquel environ un millier de jeunes ont participé. Un chiffre en hausse par rapport au vendredi précédent. Il faut dire que cette opération accueillait l’adolescente suédoise Greta Thunberg, devenue l’égérie de la lutte contre le réchauffement climatique.

La jeune fille, qui s’installe tous les vendredis devant le Parlement suédois pour réclamer plus d’actions du gouvernement contre le réchauffement climatique, a inspiré des milliers de jeunes qui ont manifesté entre autres en Allemagne, Australie, Grande-Bretagne et donc en France.

« Sauve la Terre, mange un lobbyiste »
Encadrés par des forces de l’ordre en nombre, les jeunes manifestants sont partis de la place de l’Opéra à Paris avec des pancartes dont les slogans attirent l’attention : « Sauve la Terre, mange un lobbyiste » ou « Water is coming ».

Lire Plus =>

Climat, justice sociale : mobilisation générale le 21 septembre

RV Gare du TCSP à 9h 30 le 21 septembre 2019 à Fort-de-France

RDV Gare du TCSP de la pointe Simon à 9h 30 après la marche contourne le CV par le canal Vassaur, puis on passe par BD Gal de Gaulle pour arriver à la Savane, Tee shirt blanc, avec des casseroles ou tout autre instrument qui permet de faire du bruit voir mieux de la musique ensuite arrivée pic nique sur la savane !!! Covoiturez ou prenez les transports en commun SVP !!

Canicules, sécheresses, inondations, incendies, ouragans, fonte des glaces… Tout s’emballe. Le début d’année 2019 a apporté une fois de plus la preuve que les conséquences des changements climatiques sont sans cesse plus graves.

En France et dans le monde, depuis des mois, la mobilisation pour le climat bouillonne. 72% de la population demande un état d’urgence climatique, des voix de tous horizons se font entendre. Il est temps d’agir, il est indispensable d’agir, maintenant, de façon massive, nous le savons tous et toutes.
Pourtant, face à cette exigence de justice, le gouvernement tergiverse, parle, multiplie les postures grandiloquentes, mais n’agit pas, ne met rien en oeuvre.

Lire Plus =>

Aurore Evain : « S’attaquer aux violences symboliques de la domination masculine »

—Propos recueillis par Caroline Flepp —

Du Moyen Age jusqu’à ce que la révolution française le bannisse, le terme matrimoine était utilisé. Il aura fallu attendre le XXIéme siècle pour qu’enfin il reprenne vie. Ainsi depuis 2015, les Journées du Matrimoine permettent de mettre en valeur des scientifiques, autrices, compositrices, peintres, sportives… Aurore Evain, actrice, autrice de théâtre, metteuse en scène, chercheuse est la personne qui en France a réellement sorti le concept de matrimoine de l’ombre.

Comment définissez-vous le matrimoine ?

Le matrimoine représente, étymologiquement, les biens culturels transmis par les «mères», c’est-à-dire l’héritage culturel légué par les femmes, au fil des générations. Rendre visibles les femmes dans l’histoire culturelle et artistique consiste à s’attaquer aux violences symboliques de la domination masculine, sans doute les plus puissantes, car les plus insidieuses, celles qui se cachent et se transmettent dans l’inconscient et la mémoire collectives.

Ce mot fut dans l’usage courant dès le Moyen Âge et tout au long de l’Ancien Régime. Si on le considère comme un néologisme, il n’a pas de sens en effet.

Lire Plus =>

Journées du matrimoine : redécouvrir nos ancêtres créatrices

Depuis 2015, le matrimoine s’impose pour éclairer la face cachée de notre héritage culturel. Nouveau coup de projecteur pour les journées 2019 !

« On n’est pas que des muses ! » Tel est le credo des Journées du matrimoine, qui ont lieu ce week-end, en Auvergne-Rhône-Alpes, en Île-de-France et en Normandie. Depuis 2015, ces journées sont organisées par l’association HF afin de compléter les Journées du patrimoine. Ces dernières étant majoritairement consacrées à des œuvres masculines, elles oublient une très grande partie de notre héritage culturel, celui créé par des femmes.

« L’égalité entre femmes et hommes dans la culture passe par la valorisation de l’héritage des femmes artistes et intellectuelles d’hier », affirme l’association HF. Et l’égalité, on en est loin. Les femmes ne représentent ainsi que 1% des compositrices et 7% des cheffes d’orchestre. Manque de goût pour la musique ? Pas du tout !  Elles constituent 55% des élèves des conservatoires. La situation est semblable dans le théâtre ou la danse : elles ne représentent que 13% des chorégraphes programmé.e.s.

Lire Plus =>

Le matrimoine

Aux grandes femmes la matrie reconnaissante

Notre héritage culturel est composé de notre patrimoine (ce qui vient des pères) et de notre matrimoine (ce qui vient des mères). En réhabilitant la notion de matrimoine, le mot comme les femmes qui le composent, nous nous réapproprions l’héritage culturel qu’on nous vole : nous retrouvons dans la chambre de notre culture une autre bibliothèque, celle des compositrices, des conteuses, des clownesses, des plasticiennes…

Démocratisons les arts et la culture par l’égalité
Les inégalités femmes-hommes invraisemblables, au fort pouvoir symbolique, perdurent dans les arts et la culture. Elles soulèvent un véritable problème de démocratie : Quelles représentations offrir à notre société ? Ses secteurs professionnels respectent-il les principes de partage et de libre accès voulus par le dispositif public ? Comment les oeuvres qui y sont produites peuvent-elles parler du monde, si les femmes, qui constituent plus de la moitié de la population, n’y prennent qu’une part aussi minime ?
En luttant contre les discriminations en matière de représentation femmes-hommes et en général contre toutes formes de discriminations liées au sexe, aux origines ou aux parcours des artistes et des professionnel·le·s, HF prétend contribuer à ce que le secteur artistique et culturel soit l’expression d’une société en mouvement, soucieuse d’égalité et de démocratie.

Lire Plus =>

Près d’un tiers des retraités ne réclament pas l’intégralité de leur pension

32% des retraités de la génération 1942 oublient de réclamer une partie ou la totalité de la pension à laquelle ils ont droit, souligne une étude de la Drees.

Alors que plusieurs professions se mobilisent contre la réforme des retraites souhaitée par l’exécutif, une étude revient sur les pensions dont bénéficient nos aînés. Et ses conclusions ont de quoi surprendre : près d’un tiers des retraités «oublient» de liquider une petite partie de leur pension, voire ne la réclament pas du tout, une négligence qui entraîne pour eux un manque à gagner de plusieurs dizaines d’euros par mois, indique une étude publiée mardi par la Drees, le service statistique du ministère de la Santé. Quelque 24% des retraités nés en 1942 bénéficiaient, à 70 ans, de «seulement une partie des pensions» auxquelles ils avaient droit, précise le service statistique des ministères sociaux. Au total, 32% des retraités oublient de réclamer une partie ou la totalité de la pension à laquelle ils ont droit.

Ce non-recours correspond le plus souvent à des régimes qu’ils ont «quittés depuis de nombreuses années, et dans lesquels ils ont acquis peu de trimestres ou de points retraite», mais cela entraîne pour ces personnes un manque à gagner d’environ 40 euros brut par mois en moyenne.

Lire Plus =>

World clean up day : opération nettoyage de la nature ce week-end

World Clean Up Day est un mouvement mondial, lancé par l’association à but non lucratif Let’s do it Fundation ayant pour objectif la lutte contre la pollution à travers des nettoyages citoyens.

L’association a été créée en 2008 en Estonie.
Teeme Ära (2007-2008)

En 2007, Rainer Nolvak participait à des nettoyages citoyens organisés par des associations diverses en Estonie. C’est en 2008 qu’il décide de créer le mouvement Let’s Do it! (« Teeme Ära » en Estonien), qui avait pour concept de motiver toute la population estonienne à participer à un seul nettoyage, pour que le problème soit résolu en une journée. Le 3 Mai 2008, plus de 10,000 tonnes de déchets ont été ramassé par 50,000 volontaires.
Let’s do it! World (2008-2017)

Entre 2008 et 2011, le mouvement prend de l’ampleur dans les pays Baltes puis dans ceux de l’Europe de l’Est. Durant cette période, Let’s do it! développe plusieurs applications mobiles pour la géolocalisation des décharges sauvages.

Depuis 2012, plusieurs actions sont lancés au niveau mondial, avec plus ou moins de succès selon la région du monde.

Lire Plus =>

« Pensée politique » par Roland Tell

Pensée Politique n°10 ..

L’œil du monde martiniquais regarde de plus en plus vers la mort politique de ses dirigeants actuels, qui souffrent, il est vrai, d’une cancéreuse envie de pouvoir personnel. Certes, la jeunesse, bien vivante, à l’esprit rebelle, ne va pas les pleurer, à la mort provoquée de leurs mandats, dans les urnes électorales ! Alors, en sa première nouvelle séance à venir, la cloche de la nouvelle assemblée, où qu’elle soit, donnera avis au peuple martiniquais, qu’ils ne sont plus là, pour lui interdire ambition de progrès et de bien commun. Les citoyens iront-ils jusqu’à les confondre à la glaise des cimetières, ou aux cendres de la crémation ? En tout cas, ils ne les pleureront pas dans leurs pensées, pour plus vite les oublier, car leurs tristes noms périront avec leur mort politique.
Certes, ils vont partir dans les railleries citoyennes, sans louange ni mérite, leurs noms à jamais ensevelis dans les pauvres productions de leur vie politique. Déjà longtemps humiliés par le long repos de leur idéologie respective, comme couchée sur un lit mortuaire, où celle-ci a aussitôt expiré, à jamais consumée par les pratiques de feu de la démagogie, par quoi elle fut nourrie tout au long de la future défunte alliance.

Lire Plus =>

XL Airways arrête ses ventes de billets

Confrontée à de «grandes difficultés financières», la compagnie s’est déclarée en cessation de paiements et demande son placement en redressement judiciaire. Les vols du week-end sont maintenus, mais certains pourraient être annulés à partir du 23 septembre.

Quelques jours après le placement en liquidation judiciaire d’Aigle Azur, la compagnie aérienne française XL Airways a annoncé ce jeudi sur son site internet qu’elle arrêtait toutes les ventes de billets dès ce jeudi 19 septembre en raison de «grandes difficultés financières». La direction de la compagnie a «pris la décision de déclarer l’entreprise en cessation de paiements et d’enclencher une procédure de redressement judiciaire», précise-t-on dans un communiqué.

Les vols prévus ce week-end seront maintenus, poursuit la compagnie, mais certains vols sont «susceptibles d’être annulés à partir du 23 septembre». «Les passagers sont invités à vérifier le statut de leurs vols, notamment les passagers effectuant un vol retour après cette date», indique encore la compagnie.

Depuis plus d’un an, la compagnie cherchait des repreneurs pour tenter de trouver une solution à ses problèmes financiers.

Lire Plus =>

Le « Repair Café » du Lamentin !

Brunch de la Réparation le samedi 28 septembre 2019 de 9h à 13h

Un Repair Café (littéralement café de réparation) est un atelier consacré à la réparation d’objets et organisé à un niveau local sous forme de tiers-lieu, entre des personnes qui habitent ou fréquentent un même endroit (un quartier ou un village, par exemple).

Ces personnes se rencontrent périodiquement en un lieu déterminé (par exemple un café, une salle des fêtes ou un local associatif) où des outils sont mis à leur disposition et où ils peuvent réparer un objet qu’ils ont apporté, aidés par des volontaires. Les objectifs de cette démarche alternative sont divers : réduire les déchets, préserver l’art de réparer des objets, transmettre des connaissances, venir en aide aux ménages rencontrant des difficultés financières ou renforcer la cohésion sociale entre les habitants des environs.

Aider à réparer gratuitement n’importe quel objet cassé, abîmé ou en panne, que ce soit un objet électrique, un vêtement, un meuble ou tout autre bien domestique, c’est l’objectif des Repair Cafés. Entre les ordinateurs, grille-pains, déshumidificateurs, valises, appareils à raclette, lampes frontales, machines à coudre, aspirateurs et babyphones, un Repair Café a des allures de cabinet de curiosités !

Lire Plus =>

L’insurrection du Sud et la justice coloniale

— Par Huguette Bellemare pour Culture Egalité —

L’Insurrection du Sud

Bref rappel des faits, Rôle des femmes

Septembre 1870, 22 ans après l’abolition : Un jeune artisan noir au travail, Lubin, est cravaché par un colon blanc qui estime qu’il ne lui cède pas le passage assez rapidement. Lubin porte plainte, mais il est débouté. Quelques jours après, il se fait justice. Il est alors condamné à 7 ans de bagne en Guyane. La population s’indigne, se solidarise avec lui et profite de la défaite de Sedan et de la proclamation de la 3e République pour réclamer justice. C’est le début d’une insurrection qui mobilise pendant 5 jours la petite paysannerie noire, et au cours de laquelle un béké particulièrement nostalgique de l’esclavage, Codé, est tué et des plantations, pillées et / ou incendiées.

Les femmes (très jeunes, en général) jouèrent un rôle important dans dette révolte. On connaît surtout le nom de Lumina Sophie, de Rosanie Soleil et de Madeleine Clem, mais il y en eut bien d’autres. Même si les autorités judiciaires (et un peu aussi leurs compagnons de lutte) s’efforcèrent de réduire leur participation au rôle d’appoint traditionnel, elles n’en payèrent pas moins par de lourdes peines (prison, déportation) la grande peur infligée aux possédants.

Lire Plus =>

La réalité existe-t-elle ?

— Par Michel Pennetier —

Don Quichotte prenait les moulins à vent pour des chevaliers géants. Le héros de Cervantes, c’est nous-mêmes quand nous idéalisons le monde et le fantasmons. Mais son serviteur qui incarne le bon sens, un plat réalisme qui ne se pose guère de question, c’est tout autant notre attitude quotidienne. Dans notre vie ordinaire, nous ne sommes pas assez hardis pour nous interroger sur la réalité de la réalité. Nous ressentons cette question comme assez « unheimlich » , d’une inquiétante étrangeté, nous ne sommes plus chez nous. Ce sentiment nous gagne quand nous percevons quelque dérangement, quelque incongruité dans le quotidien. Faisons appel aux philosophes qui pour la plupart ont tenté d’asseoir le concept de réalité sur des bases solides. Ma méditation ne sera qu’une promenade à la Montaigne à travers les pensées. Promenade un peu éprouvante à cheval comme l’aimait mon auteur préféré au cours de laquelle nous espérons garder notre assiette, c’est-à-dire rester bien assis en selle et ne pas perdre la tête.

Celui qui nierait absolument l’existence de la réalité serait dans une position philosophique et existentielle quasi intenable.

Lire Plus =>

Innovation et indice du bonheur régional brut sont désormais les clés de l’avenir économique et politique des Antilles.

— Par Jean-Marie Nol, économiste —
Le problème de la Guadeloupe et la Martinique actuellement, c’est qu’elles appliquent un modèle politique et économique qui a été conçu initialement pour développer les activités tertiaires à partir des transferts publics, ce qui implique que le problème actuel de mal développement ne va pas aller en s’arrangeant, car avec la réduction attendue de la dépense publique, ainsi que l’émergence de la révolution numérique et l’intelligence artificielle ce modèle de société de la départementalisation est d’ores et déjà condamné dans le temps. Et pourtant, nul remise en cause sérieuse à l’horizon. De fait,  l’être humain a besoin d’entrer dans des impasses pour mieux comprendre les enjeux de demain . Les impasses peuvent soit finir sur un chaos généralisé, soit permettre d’initier autre chose. Le chaos social est tout à fait possible en Martinique et en Guadeloupe : une sorte de cocotte-minute d’incertitudes et d’inquiétudes est en train de miner les âmes et les consciences. Le problème aujourd’hui n’est pas de se réjouir de cela, mais de voir ce qu’on peut tirer de cette évolution.

Lire Plus =>

Quel devenir pour la Collectivité Territoriale de Martinique?

— Par Pierre Alex Marie-Anne —
Assurément pas la poursuite du train-train actuel ,dans une configuration institutionnelle inchangée!
Tous ,à quelques bords politiques qu’ils appartiennent dressent le même constat: cela ne marche pas!; un Pouvoir confisqué par un hyper-Président ,omniscient et omnipotent qui réduit l’ensemble des conseillers territoriaux au rang de simples exécutants ,dénués de toute capacité d’initiative et d”innovation.
Face à ce constat, chacun y va de ses propositions de réforme ou d’amélioration ; mais peut-on vraiment corriger ce qui est fondamentalement vicié?
Cette construction alambiquée ,échafaudée sous la pression du PPM, avec la complaisance coupable du Président de la République de l’époque contrevient au résultat sans ambiguïté de la consultation populaire des 10 et 24 janvier 2010 rejetant l’idée d’autonomie.
Elle s’évertue à concilier ,au moins dans la forme,deux logiques contradictoires : celle de l’intégration, caractérisée par le principe de l’identité législative de l’article 73 de la Constitution ,et celle de l’autonomie associée à la règle de la spécialité législative contenue dans l’article 74 d u même texte fondateur.

Lire Plus =>

Les syndicats d’EDF vent debout contre le projet Hercule

Grève unitaire le 19 septembre 2019

Communiqué de la CSEM CGTM ci-après

Les représentants du personnel d’EDF ont présenté un «front uni» contre le projet de réorganisation de l’entreprise baptisé «Hercule» avant une journée de grève unitaire le 19 septembre, lors d’une conférence de presse mercredi du comité central d’entreprise. «Cette unité est d’autant plus remarquable que nous avons des élections professionnelles en novembre», a observé Philippe Page Le Merour (CGT). «La journée du 19 septembre vise aussi la réforme des retraites qui remet en cause le régime des Industries électriques et gazières (IEG)», a-t-il souligné, prédisant une «forte mobilisation». CGT, CFDT, FO et CFE-CGC dénoncent unanimement un projet «financier» qui «découpe EDF pour faire la part belle à la concurrence» en scindant la production et la commercialisation.

Le projet Hercule, présenté dans ses grandes lignes le 20 juin aux syndicats, créerait d’un coté un «EDF bleu» comprenant le nucléaire, les barrages hydroélectriques et le transport de l’électricité et de l’autre un «EDF vert» avec Enedis, EDF Renouvelables, Dalkia, la direction du commerce, les activités d’outre-mer et de la Corse d’EDF.

Lire Plus =>

France Alzheimer Martinique : « Pour une société plus inclusive »

Journée Mondiale Alzheimer le 21 Septembre 2019

Halte aux idées-reçues
Conséquence du vieillissement, maladie génétique, pathologie ne touchant que la mémoire… Autant d’idées-reçues sur la maladie qui faussent l’image que se fait le grand public de celle-ci et dont souffrent les familles. Clarifier ce que sont la maladie d’Alzheimer et ses conséquences, c’est nourrir la réflexion sur la manière dont devraient être considérées les personnes malades. Cette étape est essentielle pour ensuite agir et redonner aux personnes la place citoyenne qui est la leur.
Mieux « faire comprendre » pour mieux « inciter à agir » : c’est tout l’objet pour France Alzheimer Martinique de cette 26ème Journée mondiale de lutte contre la maladie Alzheimer. Et si l’initiative se renouvelle chaque année elle en appelle à un engagement à long terme.

Samedi 21 septembre 2019 : 26ème Journée Mondiale de la maladie d’Alzheimer

Conférence à la Mairie de Schoelcher (salle des délibérations) de 09h00 à 13h00.

Thème : « Tout savoir sur la maladie : prise en charge des proches, droits des aidants ».

Interventions :

  • Dr Max CHARLES NICOLAS, Gérontologue : « La maladie Alzheimer ».

Lire Plus =>

Passer de l’Odyssi à l’Eaudela

— Par Florent Grabin de l’Association écologique Puma —

Dans les années 80, nous avons, avec Pierre DAVIDAS, dénoncé publiquement la situation de l’Eau en Martinique, dans l’association écologique A.P.P.E.L.S, tout a été dit, malheureusement nos prévisions nous rattrapent aujourd’hui, la population est excédée par les très nombreuses coupures dans la distribution de l’Eau.

À la demande de différents usagers de ce précieux et indispensable produit, nous allons vous livrer des éléments qui vous permettront de sortir de la logique de ces très nombreux récupérateurs qui perturbent l’information sur les problèmes de l’Eau.

La réserve de notre Eau se trouve majoritairement dans le Grand Nord de la Martinique, elle est principalement captée sur la Rivière la Capote au Lorrain, puis lavée dans l’usine de production de Vivé, enfin avant d’être mise dans le réseau de distribution elle reçoit une charge de chlore comme désinfectant ; à ce propos nous avons pendant des années combattu cette formule, pour enfin obtenir une chloration intermédiaire durant le transport jusqu’à Saint Anne.

Le 5 avril 2009, il y a eu un déboîtement sur la canalisation en fonte de 800 mm de diamètre, constituant la branche maîtresse Nord-Atlantique d’adduction d’eau potable de l’usine de Vivé, passant sur la propriété de Bernard BALLY à Séguineau au Lorrain ; la fuite pendant plus de 10 heures de 15000 m3 d’eau a engendré un glissement de terrain concernant au départ 2.5 ha de terres agricoles dévastées ; à ce jour, soit 10 ans après, la réparation reste toujours en suspens.

Lire Plus =>

Le racisme vu par Lilian Thuram et Pierre Ménès

Par Yves-Léopold Monthieux —

On ne parle jamais du racisme qu’à ses dépens. Quel que soit le bout par lequel on aborde le succès on risque de s’y blesser. Et il y a toujours des gens à blesser dans le propos ‘’metaraciste‘’. C’est ainsi que les prudents que sont les politiques se contentent souvent de rouler des yeux d’horreur pour signifier leur condamnation du racisme. Pourtant, avec une périodicité de plus en plus rapprochée se pose la condition des Noirs dans la société française. Rien n’indique que la solution est proche quoi qu’on ne puisse y tendre sans en parler. C’est comme les objets à double tranchant, les courageux qui s’y risquent deviennent souvent des cibles. 

Lilian Thuram et Pierre Ménès connaissent un brin sur le monde sportif, domaine où les contacts entre des Blancs et des non-Blancs sont des plus spectaculaires. Il n’y a pas mieux pour parler aux Blancs des Noirs, et des Noirs aux Blancs, qu’un Noir qui se sent français et dont cette qualité ne lui est pas contesté par les Blancs.

Lire Plus =>

Pas d’envers « racisme anti-blanc » au racisme anti-noirs.

— Par Max Dorléans du GRS —

Une polémique s’est récemment développée en France à partir de propos tenus par l’ex-footballeur professionnel Lilian Thuram sur la question du racisme anti-noirs et anti-arabes. Racisme anti-noirs et anti-arabes, sont-ils le symétrique de ce que certains nomment « racisme anti-blancs » ?

La chose est bien connue chez nous. Il suffit qu’un martiniquais (noir), pointe par exemple, en réunion de travail (surtout dans une réunion de direction et de cadres d’administration ou d’entreprises où l’immense majorité des présents sont blancs (métropolitains ou békés) – un problème particulier de vision du quotidien, ou porte une appréciation identitaire et/ou historique (colonialisme, question béké et rapport de classe et d’inégalités sociales, énoncé d’un comportement ou discours méprisant, arrogant ou condescendant d’un chef blanc…) pour expliquer une situation ou un phénomène, pour se voir aussitôt taxer d’« anti-blanc », de raciste primaire, de révolutionnaire ou d’anticolonialiste, de xénophobe, quand bien même il s’agirait d’un vrai partisan du système en place, d’un démocrate ou d’un humaniste sincère et clairvoyant .

Ainsi, dans le monde d’aujourd’hui, dans la France et l’Europe actuelles, évoquer en étant soi-même noir ou arabe, le racisme anti-noirs et anti-arabes, conduit presque inévitablement sinon fatalement, à se voir taxer par certains blancs, de « raciste anti-blanc », d’écorché vif et complexé, de frileux, d’ultra susceptible, dès lors qu’il est fait état ou dénoncé un racisme et des pratiques racistes bien réels, à l’origine de vraies souffrances, de vraies douleurs et de réels complexes.

Lire Plus =>

Parutions : nouveautés du 15 septembre 2019

L’histoire des sciences sociales débute avec le siècle des Lumières, autours de 1650, lorsqu’une révolution au sein de la philosophie naturelle a changé le cadre de référence avec lequel les individus jaugeaient de la scientificité. Les sciences sociales sont issues de l’éthique de cette époque et ont été influencées par le long XIXe siècle ( la révolution industrielle et la révolution française, notamment). Les sciences sociales se sont développées à partir des sciences (expérimentales et appliquées), de savoirs existants, de pratiques normatives, et ce, dans un élan et une vision de progrès social lié à des groupes sociaux donnés.

Le terme de science sociale apparaît pour la première fois en 1824 dans l’ouvrage de William Thompson (1775-1833), An Inquiry into the Principles of the Distribution of Wealth Most Conducive to Human Happiness; applied to the Newly Proposed System of Voluntary Equality of Wealth.

Les débuts des sciences sociales au 18e siècle se reflètent dans la grande encyclopédie de Diderot, avec des articles de Jean-Jacques Rousseau et d’autres pionniers. L’émergence des sciences sociales se reflète également dans d’autres encyclopédies spécialisées.

Lire Plus =>

Les nourritures du futur

Insectes, algues, poudre, fromage végétal. La Croix vous présente ces aliments qui commencent à prendre place dans vos assiettes et qui pourraient nourrir la population mondiale dans quelques années.

1 / Les repas en poudre, plus d’efficacité, moins de plaisir

Les saveurs vont de « légumes du jardin » à « banane chocolat » en passant par « café » et « tomates à la provençale ». Sur la liste des ingrédients : farine d’avoine, graisse végétale, sucre, vitamines et minéraux, arômes artificiels et parfois un peu de fruits ou de légumes. La formule est conçue pour fournir un tiers des besoins quotidiens en nutriments.

Lire Plus =>

La population martiniquaise laissée sans protection.

— Par Pierre Alex Marie-Anne —
L’actualité quotidienne est désormais marquée par l’annonce de faits divers sanglants et de rixes meurtrières dont le dénominateur commun est l’usage irraisonné des armes à feu; l’espace martiniquais est devenu scène de western où se joue régulièrement” règlement de comptes à ok corral”.
Un premier constat : les opérations “déposez les armes “,qui ne touchent que les citoyens honnêtes, restent inopérantes pour combattre ce véritable fléau.
Deuxième constat: à l’évidence ce n’est ni par le Port ni par l’Aéroport, sous surveillance constante , qu’elles sont introduites dans l’île.
Quant à l’analyse des causes de ce phénomène , les avis divergent: pour certains son origine socio-économique, ne fait pas de doute ,il s’agirait des conséquences prévisibles de la marginalisation progressive de larges couches de la population , vouées à la précarité et à l’extrême pauvreté avec comme corollaire le développement de la violence et de la délinquance.
Pour d’autres , l’explication principale ,de nature philosophique, tient à la dérive de nos sociétés modernes dites” libérées “ où la soif de jouissance et le culte absolu de l’argent-roi , ont pris le pas sur toute autre considération, réduisant à néant la notion de responsabilité individuelle ou collective ; à cet égard, ils pointent du doigt les coups redoublés portés aux traditionnelles structures d’encadrement qui garantissaient ,vaille que vaille ,un certain “ vivre ensemble” ( la famille ,la morale ,la religion,l’éducation parentale ou même le service militaire); il y aurait donc urgence à stopper cette course à l’auto-destruction sociétale et à entreprendre la déconstruction de ce modèle de “bad boy”, propagé complaisamment par des médias en mal d’audience.

Lire Plus =>

Violence juvénile : engageons le débat de fond!

— Par Marie-Laurence Delor —

Je veux d’abord saluer la volonté commune affichée de nos députés et sénateurs (cf. déclaration commune du 29 juillet 2019 à l’initiative du Maire de Fort-de-France) – qui nous a tant fait défaut sur d’autres dossiers cruciaux – de ne parler que d’une seule voix face au fléau de la violence qui endeuille tant de familles et les plonge dans la détresse. Si l’exigence d’une « solution globale », au delà de l’urgence, fortement exprimée par nos parlementaires dans leur déclaration commune est une position à laquelle on ne peut que souscrire, elle se trouve, malheureusement, quelque peu biaisée par une posture qui me semble équivoque, puisqu’on à l’air de s’en remettre complètement à Paris, et par une tonalité sécuritaire dominante. C’est là, on peut le présumer, la marque d’une absence de stratégie territoriale localement et collectivement pensée, l’aveu d’une impuissance à influer sur le cours des choses. C’est sans doute cela, qui associé à sa propre inertie, explique que la société civile martiniquaise est encore dubitative, d’autant que « le mal » continue à progresser…

Il faut, j’en suis absolument convaincue, engager le débat de fond pour lever toutes les hypothèques.

Lire Plus =>

Région de Mopti au Mali : demande d’aide alimentaire d’urgence

République du Mali
Un peuple – Un but – Une foi

Région de Mopti
Cercle de Bankass
Commune Rurale de Kani-Bonzon

MONSIEUR LE MAIRE DE LA COMMUNE RURALE DE KANI-BONZON

Kani-Bonzon le 16 Août 2019

Objet: Demande d’Aide Alimentaire d’urgence

A Monsieur le président de l’association UN JARDlN AU MALl

J’ai l’honneur de venir très respectueusement vous solliciter pour un appui alimentaire ou financier qui permettra l’achat de vivres afin de secourir les déplacés venus se réfugier à Endé et les familles diminuées de ma commune, menacées de famine en cette période de soudure ( août et septembre) 2019 . L’insécurité due aux attaques terroristes (djihadistes) et aux affrontements intercommunautaires au Pays Dogon a eu comme conséquence dans la commune : une vingtaine de morts ; une dizaine de personnes disparues ; des pertes énormes de bétail ; une école incendiée; et l’arrivée de 578 personnes sur les 1000 déplacés au pays Dogon ; 16 familles – soit 127 personnes sans ressource ni aucun bien -sont accueillies à Endé dans les 4 quartiers.

Lire Plus =>

Portable à l’école : enseignants et surveillants peuvent vous le confisquer.

Portable à l’école : le point

C’est l’une des questions de la rentrée : le portable est-il interdit ou autorisé dans les écoles, les collèges et les lycées ? Pour tout comprendre sur l’utilisation du portable en classe, dans la cour de récréation ou dans les couloirs, on vous explique les règles en 1 minute.

Que dit la loi ?

Depuis 2018, l’utilisation du portable est interdite à l’école.

École maternelle, primaire et collège

L’usage du portable est interdit jusqu’au collège. Mais le règlement peut prévoir des exceptions pour un usage pédagogique.

Les enseignants et surveillants peuvent vous les confisquer.

Lycée

Au lycée, l’utilisation du portable est autorisée. Mais le règlement peut en interdire l’usage dans certains cas (en classe par exemple), sanctions à la clé.

Dans tous les cas, les élèves en situation de handicap peuvent les utiliser si leur état de santé le nécessite.

Et aussi

Fournitures, programmes, bac 2021, téléphone portable, calendrier des vacances… : tout comprendre sur la rentrée scolaire 2019

Publié le 12 septembre 2019 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Lire Plus =>