Tournures antillaises ” Culture, littérature et politique “, de Harry Jean

Résumé :
Que le moyen de culture serve de réponse à la question politique (diplomatie de la tournure), cela peut valider le choix illustratif de la couverture de cet ouvrage. De l’ombre à la lumière est posée l’équation entre l’avenir choisi et les institutions devant le garantir.
En fait de revendication mûre, la liberté pour les territoires s’accommode mal d’un calcul de démographie manquante qui assécherait la culture et la valeur des dits antillais…
Il reste que la société antillaise s’affranchit de l’antillanité et de ses avatars. Le particularisme antillais, longtemps évoqué comme promesse ou comme frein, ne sert plus aux combinaisons antillaises de l’évolutionnisme social. Chaque peuple en soi peut prétendre à une fédération naturelle qui, dans un contexte de science et de conscience, ne peut plus nous échapper.
En fait de Rencontre avec nous-mêmes, il s’agit de rattacher l’Existence à une continuité de récit dont nous comprenons le sens et l’intérêt. Les écrivains le peuvent et, tout le monde peut écrire. Autant dire, avec Maryse Condé de retour, que vis-à-vis de la culture nous sommes quittes.
A l’envisager par tous les moyens nécessaires, de quoi parle-t-on, d’une culture sans exigence identitaire militante et qui se construirait en dehors de tout fait national ?

Auteur : Harry JEAN
Né à Pointe-à-Pitre en 1961.
A grandi et vécu à Sainte-Rose. Réside à Trois-Rivières.
Agent de Collectivités locales depuis trois décennies, A travaillé surtout dans le domaine de la Culture.
Est aujourd’hui Référent en Insertion Socioprofessionnelle.
S’intéresse à l’approche textuelle et intertextuelle des phénomènes sociaux et politiques.
Nombre de pages : 264
Format : 155 x 225
Prix : 22,00 euros
ISBN : 978-2-36597-340-3