#noussommestechniciensmartiniquais

Lettre ouverte aux élu(e)s de la CTM

. Légende du trombinoscope :

. Nous, techniciens professionnels “non anonymes”…

. Pour beaucoup c’est une 3ème année d’embauche, pour d’autres le début d’une belle aventure, mais pour tous l’opportunité de faire nos 507 heures indispensables pour conserver notre (fragile) statut d’intermittent.

. Alors OUI une série comme Tropiques criminels, pérennise des emplois directs et indirects et dynamise la filière.

. Et OUI il nous faut continuer à acquérir de l’expérience, se former pour monter en compétences et développer la prometteuse filière du cinéma et de l’audiovisuel en Martinique.

**************

. Collectif des Techniciens, Comédiens, Figurants et Prestataires « Visibles »

. Chers élu(es)

. Le 06/05/2021 nous avions, par une lettre transmise à travers les réseaux sociaux, réagi à chaud à la « lettre anonyme » que vous avez reçue juste avant la plénière, fustigeant les conditions de travail, dont nous étions soi-disant victimes, sur le tournage de la série « Tropiques Criminels ». Aujourd’hui nous souhaitons, profiter de la prochaine plénière, pour nous adresser directement à vous, dans l’objectif de rétablir la vérité, en témoignant de la réalité du terrain et vous interroger, à propos de votre décision. Aussi, nous souhaitons que vous preniez conscience du risque et des conséquences que le refus d’accorder la subvention à l’employeur, qu’est pour beaucoup d’entre nous de la filière Audiovisuelle et Cinéma de Martinique, la société « Federation Entertainment »

. Nous, Technicien(ne)s, Comédien(ne)s, Figurant(e)s, engagés et Prestataires Martiniquais, sur le tournage de la Saison 3 de la Série « Tropiques Criminels », condamnons fermement les propos tenus, dans une lettre qui vous aurait été adressée, par un certain « collectif d’artistes, comédiens, acteurs et techniciens de la culture », dans lequel nous ne nous reconnaissons absolument pas.

. Lettre, de surcroît anonyme, ayant circulé quelques jours, avant la plénière, sur les réseaux, à l’encontre de la demande d’aide financière de « Federation Entertainment », pour la Saison 3 de la série « Tropiques Criminels », aide déjà accordée par la CTM aux 2 premières saisons, sur lesquelles la plupart d’entre nous étions déjà employés.

. Cette lettre avait-elle réellement pour but d’influencer le vote des élus de l’Assemblée de la Collectivité, lors de la plénière du Mercredi 5 Mai 2021, ou était-ce un prétexte ? Quoiqu’il en soit, cet objectif a malheureusement été atteint, la subvention de 500 000€, proposée pour cette nouvelle saison, ayant totalement été rejetée, sans même une alternative de révision à la baisse. Vous vous êtes prononcés sur une offre de 0€, traduisant votre refus de reconnaissance de la redynamisation et la consolidation de notre filière. Nous vous rappelons que cette aide financière, à hauteur seulement de 6% du budget global de la production, ne contribue qu’en partie au paiement de nos salaires.

. Nous ne comprenons pas cette décision, quand, en factuel, la moitié de l’équipe de tournage est constituée de martiniquais qualifiés, occupant des postes, à l’écriture du scénario, au casting, à la production, à la mise en scène, à la régie, à la vidéo, au son, à la lumière, à l’électricité, à la machinerie, à la décoration, aux costumes.

. Vous faisiez référence « aux artistes qui souffrent », cette série, c’est aussi chaque année, une possibilité d’exercer et de visibilité pour une quarantaine de comédiens martiniquais, auxquels se rajoutent nos comédiens installés en France et plus de 500 figurants rémunérés.

. N’oublions pas tous nos prestataires locaux, soit la restauration du tournage, assurée par un « chef » martiniquais, les loueurs de matériel cinéma, de véhicules, de logistique, les transporteurs, les agents de sécurité, les restaurants, les hébergeurs, les propriétaires de décors, les loisirs, qui, en ces périodes d’absence de tourisme, y trouvent une forme de compensation.

. Cette série est un réservoir de plus de 624 heures de travail effectuées en 4 mois, garantissant aux intermittents martiniquais d’assurer leur statut, si fragile surtout en ces temps et aux non-intermittents de pouvoir accéder à ce statut. Pour rappel, ce statut d’intermittent permet aux détenteurs de pouvoir être indemnisés, en période de non-activité.

. Nous tenons également à porter à votre connaissance que la société « Federation Entertainment », productrice de la série, nous assure des salaires, sur la base de la Convention Collective de l’Audiovisuel.

. Le courrier anonyme, mis à part, nous ne comprenons pas ce refus d’accompagner ce genre de production, lorsque dans la réalité du secteur, les productions ne sont pas légions en Martinique, permettant de pérenniser les emplois de la filière. Une production de telle envergure, une première sur le territoire, permet d’offrir des perspectives à celles et ceux qui voudraient embrasser les métiers de l’Audiovisuel et du Cinéma.

. Plutôt que cette chasse aux sorcières faite à la série « Tropiques Criminels », an nou gadé kò nou an fas et posons-nous la question de savoir si nous avons ici suffisamment de techniciens compétents à tous les postes, si nous avons un réservoir suffisant de comédiennes et comédiens formés « au jeu face à la caméra », car, oui, en constat de professionnels, il nous manque des compétences et nous en faisons les frais sur le terrain. C’est ainsi que les productions se renforcent des celles qui nous font défaut. KISA NOU JA FÈ POU SA? KISA NOU KONTÉ FÈ POU SA? En représentants et porte-paroles des martiniquais, ne pensez-vous pas que la solution était dans la consultation de gens d’expérience et de terrain du secteur, avant la prise d’une telle décision ? Qui nous a consulté ? Vous avez mis en place une Commission du Film, un Bureau d’Accueil des Tournages (BAT), a-t-il été consulté ?

. Chers élus de l’Assemblée de la CTM, qui vous êtes prononcés sur ce refus, mise à part une délégation des élues la Culture, accompagnant le Président du Conseil Exécutif, combien d’entre vous êtes venus sur le tournage constater le travail que nous faisons? Nous vous avons entendus débattre et polémiquer sur le contenu de la série, mais avez-vous ne serait-ce qu’une fois regardé un épisode de la série? Avez-vous compris, quant au titre, qu’il ne s’agit que de FICTION, soit irréel ? Combien ont pris le temps de comprendre le second degré de lecture, développant des thèmes tels, le harcèlement en milieu scolaire, l’homophobie, la protection des animaux, l’IVG, la non-acceptation de femmes dirigeantes dans une société machiste, qui se veulent universels et faisant partie de nos réalités. Nous vous invitons à prendre le temps de réellement en regarder le contenu, y voir la valorisation de notre Martinique, à travers les images sublimées et, par la même, le travail que nous offrons, en vous connectant au site « france.tv », à la rubrique « replay ».

. En attendant, la décision de celles et ceux qui ont voté contre cette subvention, vient sûrement de couper l’herbe sous les pieds de plusieurs mères et pères de familles Martiniquaises, leur ôtant l’assurance d’une embauche pérenne qu’ils avaient obtenue. Prenez-en bien conscience et nous restons très attentifs aux solutions que vous avez, sans doute, réfléchies et que vous nous réservez, pour palier à cette fin de collaboration que vous avez prononcée.

. A l’écoute de vos propositions !

. Cette lettre est signée par les Professionnels de la filière Audiovisuel et Cinéma de Martinique, engagés sur le tournage de la série « Tropiques Criminels » Saison 3, pour la plupart depuis la Saison 1.

. FLORENCE COMBALUZIER SCÉNARISTE

. GWENOLLA BALMELLE SCÉNARISTE

. FREDERIK FOLKERINGA SCÉNARISTE

. BASTIEN BLOCKX ADMINISTRATEUR DE PRODUCTION ADJOINT

. NOÉMIE NOYON 2ème ASSISTANTE RÉALISATEUR

. FABIEN REYMOND 2ème ASSISTANT RÉALISATEUR-RÉPÉTITEUR

. CHARLES BLAIS 2ème ASSISTANT RÉALISATEUR-REPÉREUR

. BENOIT RABILLE 3ème ASSISTANT RÉALISATEUR

. NADIA CHARLERY DIRECTRICE DE CASTING

. BÉNÉDICTE CLARIGET DIRECTRICE DE CASTING

. DORALINE GARCIA ASSISTANTE FIGURATION

. FRANCESCA MIREDIN RÉGISSEUSE ADJOINTE

. ERIC SCHAUER REGISSEUR & CHARGÉ DE REPÉRAGES

. HARLEM ARMEDE ASSISTANT RÉGISSEUR ADJOINT

. ANNAÏG LE GARREC ASSISTANTE RÉGISSEUSE ADJOINTE

. THÉO SARDAIGNE ASSISTANT RÉGISSEUR ADJOINT

. ARTHUR BONFILS ASSISTANT RÉGISSEUR ADJOINT

. EVA LEROUX RÉFÉRENTE COVID

. FRÉDÉRIC PARUTA ASSISTANT OPÉRATEUR ADJOINT

. DIDIER ADREA 1er ASSISTANT SON

. ALEXANDRE PASTEL 2ème ASSISTANT SON

. GIANNY TALALAY 2ème ASSISTANT SON

. ELISIA DOUILLET RÉGISSEUSE EXTÉRIEUR DECO

. YOHANN LAMON ASSISTANT DÉCO

. THOMAS PILON ASSISTANT DÉCO

. JEAN MARC CLEMENTE MENUISIER TRACEUR

. LILA THIGHERSTINE PEINTRE

. FRANCK DOBBELS RIPEUR

. MICHAELLE CHENARD COSTUMIÈRE

. MICKAELLE MERLIN HABILLEUSE

. LAURA DE SOUZA HABILLEUSE

. ANTOINE PETON MACHINISTE

. PASCAL BELFAN MACHINISTE

. THIERRY VOLTIGEUR ELECTRICIEN

. FRANTZ LONÉTÉ GROUPMAN

. JEAN MICHEL OREL ELECTRICIEN

. ULRICK OREL ELECTRICIEN

. FLORENT XERRI OPÉRATEUR DRONE

. MATHIEU GUITTEAUD PHOTOGRAPHE

. MARIE JULIE BREDAS RESPONSABLE CANTINE

. NICOLAS LECURIEUX & JEFF MAGGI LOUEUR DE MATÉRIEL CINÉMA

. YONEL FOUCHAN SOCIETE DE CONVOYAGE, GARDIENNAGE & SECURITE

& les techniciens-stagiaires, les nombreux comédiens (+ 70) et figurants (+ 600)