Tag Archive for Shirley Rufin

Shirley Rufin – Abstractions photographiques sur corps évanescents

— Par Selim Lander —

Shirley RufinQui a dit que la photographie était un art mineur ? Deux expositions récentes à la Fondation Clément, celle de Philippe Virapin[i], l’année dernière, et celle de Shirley Rufin[ii] actuellement en cours démontrent le contraire. Rien de plus dissemblable pourtant entre les approches de ces deux artistes : le premier, plus « photographe », expose des paysages urbains parfaitement reconnaissables, alors que la seconde, plus « plasticienne », retravaille ses clichés dans les bains, sous la presse et dans l’ordinateur jusqu’à faire s’évanouir le sujet initial. Le point commun, c’est, dans les cas les plus réussis, la fête des couleurs chaudes qui jaillissent du fond noir : celui de la nuit chez Virapin, celui de la toile sur laquelle elle photographie ses modèles chez Rufin.

Les œuvres de cette dernière exposées à la Fondation Clément se présentent en effet comme des abstractions pures. Nul moyen, si l’on n’est au préalable averti, de deviner qu’un corps féminin se cache derrière les taches de couleur de ses tableaux photographiques.

Lire Plus =>

Shirley Rufin : à chacun sa chimère. La plasticienne au scalpel

Jusqu’au 19 avril 2015- Case à Léo. Habitation Clément

— Par Christian Antourel  & Ysa de Saint-Auret —

shirley_rufin-2Cette expo au charme outsider, bien en dehors des canons du circuit de l’art sonne l’heure d’une drôle de re création, déconcerte par sa démesure, son  inquiétante étrangeté,  et son panache. Découpées au scalpel, les ambiances vont de vagues de démence, à impressions d’insécurité frontale et stupéfiante. L’artiste y déshabille de façon instinctive le processus de la marginalisation, elle exploite de son mieux tout le registre sémantique de la photographie, et dans sa folle habileté, nous livre la générosité des émotions crues.

Elle est bercée par une avalanche de délires fantasmatiques qu’elle métamorphose en images et en puissance. Elle témoigne d’un nouveau mode de concevoir, dans ce passage révélé par ses sculptures photographiques, toujours temporaires, dans l’espace interchangeable : celui de la galerie dans laquelle elles poursuivent leur conversation muette. Ses photographies, puissamment, noblement, voluptueusement engagées pour témoigner de l’homme dans une logique du pourrissement. La beauté ici est celle d’une approche empirique et sensible sur le tabou de la nudité dans la société martiniquaise, celle là même qui sous-tend une pureté spirituelle et une élégance native dans le rapport au monde.

Lire Plus =>

À chacun sa chimère // Shirley Rufin

shirley_rufinA la Fondation Clément
Exposition individuelle
13 mars -19 avril 2015
Case à Léo

9h-18h, sans interruption

  • Soirée – rencontre

mercredi 11 mars 2014 à 19h

en présence de l’artiste et de Dominique Brebion, membre de l’Aica Caraïbes du Sud

  • Dimanche – découverte

29 mars 2015 à 10h

Animé par l’artiste

  • Catalogue de l’exposition

Texte de Dominique Brebion, membre de l’Aica
Caraïbes du Sud
 ; 28p ;  conception graphique :studio Hexode isbn : 978-2-919649-21-1

 Le travail de Shirley Rufin estbasé sur la  perception du corps et plus particulièrement sur la question du tabou de la nudité dans la société post-coloniale de la Martinique. Shirley Rufin utilise l’image photographique comme une passerelle pour manipuler le réel. Par un procédé chimique qui altère l’image, elle décompose et compose des représentations de fragments lisibles et abstraits de corps. Elle entend proposer une image sensible et non pas une image représentative du corps.

Jeune photographe-plasticienne, Shirley utilise la photographie non comme moyen de représentation mais comme matériau artistique. A 30 ans a déjà participé à d’importantes expositions collectives dans la Caraïbe telle que Caribe expandido en 2011,  Horizons insulaires en 2011 aux Canaries, en République Dominicaine, à Cuba et aussi, en 2013, dans le cadre de la BIAC Martinique.

Lire Plus =>