Étiquette : sénégal

Youssou N’Dour et Idylle Mamba, pour la paix en Centrafrique

— Par Alexis Campion —

one_africaOne Africa, nouvelle chanson du ministre-chanteur Youssou Ndour en duo avec la chanteuse centrafricaine Idylle Mamba, est un cri pour la paix entre chrétiens et musulmans en Centrafrique.
Toujours ministre-conseiller du président de la République du Sénégal Macky Sall, mais dernièrement libéré des portefeuilles de la Culture et du Tourisme qu’il a tous deux expérimentés en moins de deux ans, Youssou Ndour veut revenir à ses activités artistiques. Cet hiver en tournée dans son pays, il  serait aussi sur le point de se consacrer à l’écriture et à l’enregistrement d’un prochain album… Dans l‘immédiat, c’est au nom de la paix en Centrafrique qu’il veut se faire entendre.
« La situation là-bas m’a meurtri », nous a confié le chanteur de passage à Paris le 13 février. « Comme tout le monde, en regardant à la télé les images terribles venues de la Centrafrique, j’étais abasourdi. Comment l’Afrique peut-elle encore tolérer de telles situations au 21e siècle? Je me suis souvenu de la tournée Amnesty de 1989, à laquelle j’avais participé avec Peter Gabriel, je me suis dit qu’il fallait se bouger. 

→   Lire Plus

Amath Dansokho : « Derrière les guerres en Afrique, la guerre économique »

amath_dansokho« Avec la religion universelle qu’est devenu le capitalisme, on a encouragé l’émergence d’oligarchies bâties sur le détournement des ressources publiques. »

Le Sénégalais
 Amath Dansokho
 est une figure de la gauche africaine. Ministre d’État, l’ancien secrétaire général du Parti 
de l’indépendance et du travail, réputé pour son franc-parler, décrypte les engagements militaires français 
sur le continent.

Avec l’opération « Sangaris » en Centrafrique, la France est une nouvelle fois engagée militairement sur le continent. Comment jugez-vous cette posture de gendarme de l’Afrique ?
Amath Dansokho. Apparemment, c’est pour la bonne cause… Ces pays, le Mali, puis la Centrafrique, étaient confrontés à des situations catastrophiques. Il fallait une force pour enrayer le cycle des violences de masse. Dans ces circonstances, la France est apparue comme une force luttant contre des tortionnaires, des assassins de la pire espèce. Dans le cas du Mali, on voit mal quelle autre force organisée et puissante aurait pu arrêter l’avancée des djihadistes, des forcenés qui veulent imposer leur modèle de société par la mort et la violence. C’est ce qui explique le large soutien apporté à l’opération « Serval » au moment de son déclenchement.

→   Lire Plus