Étiquette : République Dominicaine

République dominicaine-Haïti: à la frontière, scepticisme autour du mur à construire

Dajabón (République dominicaine) – Pantalons retroussés aux genoux, chaussures en main, des Haïtiens traversent la rivière Dajabon qui sépare leur pays de la République dominicaine : chaque jour, ils sont des centaines à franchir ainsi la frontière pour aller travailler et échapper aux formalités administratives souvent synonymes de pots-de-vin.

Commerçants, ouvriers agricoles ou dans la construction, employés de maison se rendent chaque matin chez le voisin insulaire plus riche et rentrent chez eux le soir, va-et-vient quotidien sur cette frontière poreuse de 380 km que le gouvernement dominicain veut désormais renforcer par un mur.  

D’ici à deux ans nous voulons mettre un terme aux graves problèmes d’immigration illégale, de trafic de drogue et de transit de véhicules volés que nous connaissons depuis des années“, a déclaré fin février le président dominicain Luis Abinader. 

Quatre points de passage officiels séparent Haïti (11 millions d’habitants) et la République dominicaine (10,5 millions) occupant respectivement l’ouest et l’est de l’île d’Hispaniola. La plupart des Haïtiens n’ont pas de papiers d’identité et seule une minorité obtient un visa qui permet de voyager en bus entre les deux pays. 

→   Lire Plus

RCM – Des bateys de Saint-Domingue au Mali féodal

— Par Selim Lander —

citoyens de nulle partDeux films qui ne se ressemblent guère a priori : un documentaire canadien sur les Haïtiens immigrés en République dominicaine et une fiction tournée au Mali qui raconte les méfaits d’un despote féodal. Un point commun cependant unit les deux films : la dénonciation d’un monde, le nôtre, où le fort exploite systématiquement le faible. Cela prend des formes différentes selon les pays et selon les époques. Le fort d’hier peut se retrouver le faible d’aujourd’hui mais l’exploitation de l’homme par l’homme dénoncée par un Marx qu’on finira bien par prendre à nouveau au sérieux est toujours la règle.

Le triste sort des Haïtiens employés comme des esclaves dans les plantations de canne à sucre de l’autre côté de la frontière et parqués dans des bateys est connu depuis longtemps. S’il y est fait allusion dans Citoyens de nulle part, les Haïtiens sont loin, désormais, d’être tous occupés à la culture de la canne à sucre et le documentaire d’Alexandre Tremblay et Régis Coussot se focalise plutôt sur la décision intervenue en 2013 au terme de laquelle les Haïtiens et plus généralement les personnes d’origine haïtienne devaient être renvoyées en Haïti, y compris donc celles nées à Saint-Domingue, qui ne parlent qu’espagnol et qui n’ont aucun lien avec Haïti.

→   Lire Plus

En République dominicaine, une campagne de haine contre les Haïtiens

— Par Jean-Michel Caroit —
pendaisonLe cadavre d’un jeune Haïtien a été retrouvé mercredi 11 février, pendu à un arbre du parc Ercilia Pepin à Santiago, la deuxième ville de la République dominicaine. La victime, un cireur de chaussures d’une vingtaine d’années, dont la police n’a pu obtenir que le surnom, « Tulile », a été roué de coups et poignardé avant d’être pendu, pieds et poings liés. Ce meurtre a été commis quelques heures après une manifestation anti-haïtienne dans le quartier de Los Ciruelitos, au nord de Santiago. Visage masqué, les manifestants ont brûlé un drapeau haïtien et exigé l’expulsion des migrants venus de la République voisine.

Dix jours plus tôt, quatre journalistes, parmi les plus connus de la télévision dominicaine, ont dénoncé les menaces de mort qu’ils ont reçues d’individus se présentant comme des « patriotes » qui les accusent d’être complices d’un supposé « plan de fusion de Haïti et de la République dominicaine fomenté par la communauté internationale ». Les quatre journalistes, Roberto Cavada, Amelia Deschamps, Juan Bolivar Diaz et Huchi Lora, ont été qualifiés de « traîtres à la patrie » par ces « nationalistes » pour avoir défendu le droit à la citoyenneté de dizaines de milliers de descendants de migrants haïtiens dépouillés de leur nationalité dominicaine par une sentence rétroactive et controversée du tribunal constitutionnel datant de septembre 2013.

→   Lire Plus

Guadeloupe : suspension des manifestations avec la République dominicaine

region_gwadaAnnée de la République dominicaine : la présidente de Région suspend les dernières manifestations

Basse-Terre, le 4 décembre 2013 – La présidente de la Région Guadeloupe, Josette BOREL LINCERTIN décide de suspendre les dernières manifestations de l’Année de la République dominicaine en Guadeloupe.

L’exécutif régional regrette que le dialogue amorcé entre les deux pays le 19 novembre dernier, sur la question de la perte de nationalité des enfants nés de descendants haïtiens sur le sol dominicain depuis 1929, soit rompu.

La présidente du conseil régional réaffirme que la décision prise par le gouvernement dominicain est incompréhensible et doit être réexaminée dans un sens favorable aux personnes concernées. L’exécutif régional soutient toutes les démarches allant en ce sens, et notamment celle du gouvernement du Venezuela, facilitateur sur ce dossier.

Consciente de la présence de nombreux ressortissants haïtiens et dominicains sur le territoire guadeloupéen et afin de maintenir la sérénité autour de ce dossier, Josette BOREL LINCERTIN décide de suspendre jusqu’à la conclusion d’un accord entre les deux parties, les manifestations menées dans le cadre de cette Année de la République dominicaine en Guadeloupe.

→   Lire Plus

Appel au boycott de la République Dominicaine !

PROTESTATION DE L’ASSOCIATION HAITIENNE DES CINEASTES (AHC) CONTRE LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONELLE DE LA REP. DOMINICAINE, PRIVANT TOUS LES CITOYENS DOMINICAINS D’ORIGINE HAITIENNE DE LEUR NATIONALITE.

boycott_rep_dom-2Nous, cinéastes, artistes, hommes et femmes de culture d’Haïti et du monde, sommes particulièrement sensibles aux souffrances de nos frères et sœurs sous quelque latitude qu’ils se trouvent.
La décision 168-13 de la Cour Constitutionnelle de la République Dominicaine privant de leur nationalité tous les citoyens dominicains d’origine haïtienne, nés après 1929, interpelle notre conscience et nous oblige à élever nos voix pour protester contre cette mesure aux conséquences incalculables pour environ 300.000 citoyens dominicains de race noire.
En effet, ce qui pourrait paraître comme un  acte démentiel de temps révolus, vient de s’accomplir en violation de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, qui stipule en son article 15 que tout individu a droit à une nationalité et que nul ne peut être privé de sa nationalité.
Cet acte de la Cour Constitutionnelle, nous rappelle les mesures qui ont précédé le génocide, en 1937 des 30.000 Haïtiens massacrés par le dictateur fasciste, Rafael Leonidas Trujillo, émule d’Hitler.

→   Lire Plus