Étiquette : reconstruction

La reconstruction du Lycée Schoelcher

 

  I – BREF RAPPEL HISTORIQUE

 Création du lycée à Saint-Pierre

 Transfert à Fort de France après 1902 (Caserne Bouillé)

 Construction sur le site actuel (1920-1937)

 Transformation en lycée (fin du collège)

 Fermeture de l’internat

 Ouverture des Post-bac (BTS)

 

Du Collège national de Saint- Pierre au Lycée Schoelcher

 L’histoire du lycée Schoelcher nous enseigne qu’il a occupé 3 sites:

 – d’abord la ville de Saint- Pierre jusqu’à la catastrophe de 1902

 – puis la ville de Fort-de-France à l’emplacement de la caserne Bouillé, de 1902 à 1936

 et enfin son site actuel ( initialement appelé Bellevue) à partir de 1937.

 

Quelques dates clés

 1871 Le Conseil Général décide de doter la Martinique d’un établissement secondaire de plein exercice

 Le 6 déc 1880 Un arrêté du gouvernement de la Martinique crée

 le Collège National de Saint- Pierre au lieu dit Mouillage

 Le 2 mai 1881 Un arrêté transforme le Collège National en Lycée.

 Ce lycée comporte à l’époque 80 élèves

 Le 6 avril 1902 Un décret promulgué à la Martinique stipule que le

 Lycée de Saint-Pierre portera désormais le nom du Lycée Schoelcher

  ☛ Le projet réalisé en 1917, il ne sera pas retenu

 

 Dès son transfert à Fort de France il est recherché pour le lycée Schoelcher un terrain en vue de le reconstruire.

→   Lire Plus

Lycée Schoelcher : sous quel régime vivons-nous ?

par Charles Savannah —

L’article 74 n’a pas encore voté que nous sommes déjà contraints de nous demander quel régime nous régit. Il semble pourtant que nous sommes toujours régit par les lois de la République, et que les élus ont été désignés pour répondre aux besoins et aux vœux d’une population….

Le Lycée Schœlcher doit disparaître

Il doit disparaître pour des raisons idéologiques et parce qu’il est l’enjeu d’une lutte politique dans laquelle ses utilisateurs – professeurs, personnels techniques et élèves – n’ont pas accepté de prendre parti !

Des Arguments contradictoires

La première réponse de la Région a consisté à demander au recteur de fermer le lycée et d’éparpiller élèves et professeurs sur les autres lycées de la Martinique.

L’argument utilisé est la dangerosité: il y a urgence, car le lycée est dangereux. Et, à l’appui de cet argument:

· le bâtiment G qu’on a détruit parce qu’il était dangereux.

· le bâtiment G, lorsqu’on l’a détruit se serait écroulé sur lui-même dès la première poussée….

· d’ailleurs, c’est pour mettre les petits Martiniquais à l’abri qu’on a décidé de reconstruire le lycée !

→   Lire Plus

Lycée Schœlcher : le train de la raison peut toujours se remettre sur les rails…

Par le SNES du Lycée Schoelcher 

Au stade où nous en sommes, et concernant le lycée Schœlcher, la dernière malveillance de la Région à l’égard de celui-ci – la demande faite au recteur de supprimer des divisions pour ramener l’établissement à 700 élèves – témoigne bien de l’impasse dans laquelle se trouve la collectivité. L’état d’abandon et par voie de conséquence de délabrement dans lequel a été maintenu le lycée – y compris en investissement de matériel pédagogique moderne ou classique – sous prétexte de reconstruction témoigne de la volonté de faire disparaître le fleuron de la Martinique. Las ! Dans le même temps, la qualité du lycée Schœlcher s’impose régulièrement à tous.
Le jeu dangereux qui a consisté pour la Région à vouloir faire cavalier seul dans la reconstruction du lycée en refusant le terrain fourni par la ville de Fort-de-France – en l’occurrence la CACEM – à l’étang Zabricot – puis en abandonnant l’idée de lycée de transit portée par le SNES du lycée Schœlcher, et enfin en considérant que l’implantation d’un bâtiment de cette ampleur, à cet endroit, pouvait se faire sans collaboration étroite avec la ville de Fort-de-France ; bref, ce jeu dangereux s’est retourné contre ses initiateurs malgré leur ultime tentative d’exploiter politiquement le rejet du permis de construire.

→   Lire Plus

Lycée Schoelcher : le SNES demande des conditions de travail décentes

— Par le SNES Martinique —

” Concernant le lycée Schœlcher et la polémique que tente de lever Marie-Sainte, la position que le SNES du lycée Schœlcher défendra sera la suivante : le SNES, en tant que syndicat, s’est interdit d’intervenir dans le débat de la construction du lycée concernant la conservation de tout ou partie du bâti, sur une reconstruction à l’identique ou moderne. Notre position a été la suivante : nous demandons des conditions décentes de travail pour les élèves et les personnels du lycée.

Concernant l’historique de cette reconstruction il faut rappeler que le Président Marie-Jeanne a toujours été favorable à l’idée de raser le lycée Schœlcher. C’est ce qu’il nous a exprimé dès 2000 lorsque nous avons commencé à batailler pour sa reconstruction. Pour information, la Région réalisait des travaux qui n’ont d’ailleurs pas été terminés, sur le budget de 1998. C’est dire l’intérêt que la collectivité avait à l’égard du lycée. Par la suite, on a vu apparaître – puis disparaître dans les limbes – un document qui se voulait une prospective d’entretien, de rénovation et de construction des lycées de la Martinique.

→   Lire Plus

Penser le patrimoine : le patrimoine, promesse d’avenir

— par Elisabeth Landi —

« de tout paysage garder intense la transe du passage … »
Aimé Césaire, Moi, Laminaire…

 

La démolition et la reconstruction programmée du Lycée Schœlcher suscitent un débat dans la population de la Martinique. Un collectif s’est constitué pour la sauvegarde de ce lycée en tant que patrimoine architectural et culturel de la Martinique. Qu’il y ait débat montre que la perception patrimoniale ne va pas de soi. Comme il y a une perception morale ou une perception esthétique, il y a une perception patrimoniale qui est évolutive et propre à chaque société. Pour certains, le lycée est un fleuron de l’architecture contemporaine dite « moderniste » qu’il faut conserver à tout prix. C’est le symbole de la mémoire de la construction de l’espace public, de la conquête du droit à l’éducation pour lesquels les familles martiniquaises se sont battues depuis deux siècles. Pour d’autres, le bâtiment est vieux, dangereux pour les usagers et ne comporte aucun intérêt esthétique particulier. Il y a bien là le signe d’un malaise, d’une interrogation face à la question de la perception patrimoniale.

→   Lire Plus