Étiquette : Pape François

Avec «Laudato Si’ », le Pape invite à la conversion écologique

— Par Elena Lasida, Jean-Luc Brunin, Nicolas Hulot —

climat_tempMgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre, président du Conseil Famille et Société (photo), Elena Lasida, économiste, chargée de mission pour Justice et Paix, et Nicolas Hulot, envoyé spécial du Président Hollande pour la protection de la planète, ont présenté « Loué sois-tu » (Laudato Si’) l’Encyclique du Pape François sur l’écologie. A l’approche de la (COP21/CMP11), aussi appelée « Paris 2015 », (Vingt-et-unième Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015), le texte cherche à impliquer chacun pour l’environnement, « patrimoine de toute l’humanité ».

Mgr Jean-Luc Brunin : « Pour une conversion écologique »

Premier texte rédigé par le Pape François, l’encyclique Laudato Si’ était « attendue », « alors qu’il y a urgence » et que plusieurs rendez-vous internationaux sont programmés en 2015, notamment l’Assemblée générale de l’ONU à New York (Etats-Unis) en septembre et la Conférence mondiale sur le Climat (COP21) à Paris en décembre.

En remettant la parution de document magistériel dans son contexte, Mgr Brunin a souhaité en souligner la portée universelle, car il s’agit d’un « problème crucial à l’humanité ».

→   Lire Plus

Non, le Pape François n’est pas José Bové!

— Par Mathieu Slama —
pape_ecoloAlors que l’encyclique sur l’écologie paraît ce jeudi, Laurent Joffrin a comparé le Pape à José Bové dans Libération. Une analyse que ne partage pas Mathieu Slama qui rappelle que la position universaliste de l’Église relève d’une conception holiste de l’homme.
Il est absurde d’en vouloir au Pape François de prendre position sur des sujets aussi décisifs que l’immigration et l’écologie. D’abord parce qu’il s’agit de thématiques absolument décisives qui engagent l’humanité tout entière -et, de ce point de vue, l’Église a son mot à dire. Ensuite parce que ces prises de position n’ont rien de surprenant en ce qu’elles s’appuient sur l’un des fondements de la tradition chrétienne: l’universalité de la condition humaine, l’existence d’une humanité partagée.[…]

Quand se pose la question de l’universel, se pose aussitôt après la question de la nation. Les deux concepts entrent inévitablement en contradiction et les débats soulevés par le Pape en sont la parfaite illustration. La question migratoire, comme la question environnementale, relève d’abord de compétences nationales et engage la souveraineté même d’un pays. Appeler, comme le fait le Pape, à un traitement plus humain des migrants ou à une plus grande prise en compte de l’urgence environnementale revient nécessairement à remettre en cause en partie cette souveraineté.

→   Lire Plus

L’argent, le pape et le penseur du « Figaro »

—- Par  Delfeil de Ton —

Comme François avait l’air de s’en prendre aux riches, il fallait bien que quelqu’un les rassure. M. de Kerdrel s’est dévoué.

le_pape_francoisIl en lâche de belles, le nouveau pape. Il passe au Vatican pour le comble de l’original et beaucoup s’y demandent s’il ne va pas carrément reprendre les idées de Jésus-Christ. Faut-il s’en réjouir, faut-il en avoir peur, dans la chrétienté les grands esprits s’interrogent. M. de Kerdrel est de ceux-là. Vous ne savez pas qui est M. de Kerdrel ? Un penseur du «Figaro». La définition devrait vous suffire. Dernier fleuron d’une longue lignée.

L’autre matin, 4 décembre, il entretenait son lecteur de la parole du pape sur la finance. On voyait bien, à le lire, qu’il se sent en devoir de rassurer. Un autre penseur, mais du bord opposé, n’a-t-il pas prétendu que la religion était l’opium du peuple ? Le mot est resté, contenant de la vérité. M. de Kerdrel ne souhaitant pas que cette drogue vienne à être boudée, encore convenait-il que son lecteur, et les lecteurs de ses frères penseurs de France, n’éprouvent pas de la défiance à l’écoute de ce pape au langage si particulier.

→   Lire Plus

Homosexualité, avortement… les prises de position du pape François

A son poste d’archevêque de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio s’est montré avare d’entretiens avec la presse. Mais à travers des lettres ouvertes ou des homélies, il a néanmoins régulièrement pris position sur des sujets de société ces dernières années.

Dans la lignée de Benoît XVI, il est opposé au mariage homosexuel, contre lequel il a mené croisade en 2010. Il est également hostile au mariage des prêtres, à la légalisation de l’avortement, au contrôle des naissances, à l’ordination de femmes, et au droit octroyé aux transsexuels de faire enregistrer ce changement à l’état civil. Par contre, il s’est montré critique en septembre 2012 à l’égard des prêtres qui refusent de baptiser les enfants nés hors mariage, les qualifiant d’« hypocrites ». Dénonçant le néolibéralisme, la corruption, le clientélisme politique et la pauvreté, il est en revanche davantage progressiste en matière sociale.

  • Mariage homosexuel

En 2010, lors du débat sur l’adoption du mariage gay en Argentine, pays où les trois-quarts des habitants sont catholiques, l’archevêque de Buenos Aires qualifie l’homosexualité de « démon infiltré dans les âmes » et estime que le mariage gay est un acte de « guerre contre dieu »

→   Lire Plus