Étiquette : Michel Dural

“MISCELLANEES” de l’Adapacs, au Lycée Schoelcher

 

— Par Roland Sabra —

melangesMichel Dural anime le mercredi après-midi dans la salle Aimé Césaire du Lycée Schoelcher l’atelier théâtre de l’ Association pour le Développement des Activités et des Pratiques Artistiques et Culturelles Scolaires (ADAPACS). Ils sont une dizaine de tous âges, enseignants, lycéens mais aussi venus d’autres horizons à s’initier aux joies et aux plaisirs des planches. Selon la coutume de presque tous les ateliers il y a en fin d’année une présentation du travail réalisé. Les 29 et 30 juin 2013 le spectacle proposé s’intitulait “Miscellanées”. Le Larousse nous apprend qu’il s’agit d’un “recueil sur des sujets divers de science et de littérature, d’études, n’ayant aucun lien entre eux. On dit quelques fois miscellanea et plus souvent, mélanges”. Reconnaissons que miscellanées en jette un peu plus que mélanges. Il s’agit donc d’un genre littéraire composé de divers textes dont on cherche parfois le fil conducteur, sorte de mosaïque, assemblage hybride et morcelé qu’il s’agit de faire tenir ensemble. ” Quel est le fil rouge” de ce travail comme le questionneront à plusieurs reprises les comédiens?

→   Lire Plus

Zindziwa, de Lucette Salibur

— Par Michel Dural —.

À la sortie, on n’est pas sûr d’avoir compris ce que Lucette Salibur, auteur et metteur en scène d’un spectacle foisonnant, riche d’inventions et parfois déconcertant, voulait faire. Et c’est très bien ainsi.

ZindziwaCette interrogation sur le sens d’une pièce destinée à un public jeune, mais pas trop, peut surprendre: c’était donc si compliqué que cela? Oui et non, car on est très loin des contes pour enfants formatés et platement univoques, avec les gentils et les méchants, ou bien le bestiaire antillais ou walt-disneyen dont l’imaginaire convenu tend parfois à prendre le jeune public pour un parterre de demeurés.

L’univers de “Zindziwa” est d’emblée résolument moderne, actuel, avec sa musique rude et dérangeante, son peu de lumière. Le plateau est nu, où s’avance un personnage en carton entouré de créatures grisâtres et inquiétantes, lancées dans un ballet où des corps énigmatiques s’agglutinent et se déconstruisent. Saluons dès à présent la chorégraphie inventive du spectacle et le travail des comédiens-danseurs qui accompagnent le jeune héros androgyne de l’histoire dans le dédale de ses interrogations.

Car le personnage-carton sorti de ses boites, dans une seconde naissance plus traumatisante encore que la première, est perdu.

→   Lire Plus

L’île-aux-Chiens, un émouvant récit de vie

Par Laurence Aurry —


 L’île-aux-Chiens est un beau roman de Michel Dural. L’île-aux-Chiens est une petite île de l’archipel de Saint Pierre et Miquelon. C’est là, en 1914, que débute le récit. Dans toute la première partie du roman, un récit au passé, raconté sous la forme d’un journal par un narrateur omniscient, nous permet de suivre Angélique. Elle vient d’épouser Etienne Lamour, elle porte son enfant et elle attend avec angoisse et impatience son retour du front. Elle mettra au monde un petit garçon, Pierre, dont nous observons les premiers pas jusqu’en 1918, date de son départ pour la Bretagne. L’écriture sobre et précise nous donne à voir avec force cette époque révolue et ce lieu étrange de ces colonies d’outre atlantique. Elle nous donne surtout à pénétrer dans des consciences déchirées par les préjugés, l’abandon et le désespoir. Toute cette première partie nous offre un récit bouleversant où les personnages sont saisis de plein fouet par le malheur et l’acharnement du destin, comme si le « Barber », ce terrible vent canadien qui gèle tout ce qu’il touche, prenait plaisir à les tourmenter.

→   Lire Plus

Les premières rencontres dramaturgiques de la Caraïbe

 par Michel Dural* —

theatre_drameDu 22 au 24 octobre 2009, les “1ères Rencontres Dramaturgiques de la Caraïbe” se sont tenues au Lycée Schoelcher dans la salle de théâtre Aimé Césaire, ainsi nommée il y a dix ans, à un moment où ni l’homme Césaire, ni son oeuvre, ni sa pensée ne faisaient l’unanimité à la Martinique. Schoelcher, Césaire, même combat? Le programme de ces “Rencontres…” prévoyait deux Tables Rondes avec comme thèmes “Le théâtre Jeune Public” et “Théâtre et actualité politique”. On ne pouvait rêver meilleur parrainage.
Ni meilleur espace que cette petite salle, avec ses murs noirs, son parquet noir et ses gradins rouges, où, depuis dix ans, les élèves martiniquais passionnés de théâtre apprennent à lire, à regarder, à jouer du théâtre, et à en parler.
Ils étaient là, d’ailleurs, ces élèves, dans les gradins où l’on aurait souhaité voir au moins quelques uns de ceux qui, à la Martinique, ont en charge le développement culturel et la promotion du spectacle vivant.
Ils étaient là sur scène, aussi, puisque c’est l’Option-théâtre du lycée qui ouvrait la manifestation par la lecture-mise en espace de “La robe de Gulnara”, une pièce de l’un des auteurs invités, Ia québécoise Isabelle Hubert.

→   Lire Plus

Théâtre jeune public, entre didactique et poétique?

— Par Michel Dural —

 

L’intitulé du débat a le mérite de soulever des questions, chaque mot y concourant:

theatre_masque-théâtre: quel théâtre? le mot est polysémique, heureusement, on souhaite bien sûr que ce soit du “vrai” théâtre, pas un succédané s’inspirant de Dysneyland ou de la Comtesse de Ségur et de ses niaiseries moralisantes. Mais, ceci dit, y a-t-il nécessité d’un théâtre écrit de manière spécifique pour les enfants? On serait tenté de répondre oui, ne serait-ce que pour trouver un contrepoids au tout-venant télévisuel servi aux gamins qu’on abrutit sans prendre de gants et dont on fait des consommateurs qui ingurgitent en même temps leurs céréales hydrogénées et le flot ruisselant du petit écran. Mais, du coup, que représente le spectacle vivant pour jeunes à côté du géant télévisuel, virtuel mais omniprésent? Ce “David”-là a-t-il la moindre chance devant les “Goliath” du petit écran-plus si petit que ça d’ailleurs- multipliés à l’infini?

Et posons la questions des moyens que nos sociétés- développées ou non- mettent en oeuvre pour préserver l’existence ou développer d’un théâtre vivant accessible au plus grand nombre.

→   Lire Plus