Étiquette : Kora Véron

« Poreux à tous les souffles du monde »

Une biographie magistrale, dans laquelle revit, depuis ses racines, Aimé Césaire, le poète combattant, auteur de théâtre et homme politique.
« Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir », écrivait dans Cahier d’un retour au pays natal (1939) Aimé Césaire, dont Kora Véron publie une biographie remarquable. Elle explore six périodes de la vie du poète, depuis Fort-de-France, « cul-de-sac royal », puis Normale sup à Louis-le-Grand avec Senghor, les écrits collectifs en revues, « l’Étudiant martiniquais », « l’Étudiant noir », la composition du fameux Cahier, « une forme neuve, non totalisante, non hiérarchisée, non centrée, non symétrique ». La période « Septembre 1939-novembre 1945 » voit le retour en Martinique, la fondation de la revue Tropiques, acte de résistance poétique à la « littérature de hamac ». La rencontre d’André Breton à Fort-de-France, en 1941, joue un rôle déterminant, dont Césaire s’émancipera.

L’ouvrage permet de retraverser l’histoire de son siècle aux côtés du poète flamboyant, également tribun magnifique, ennemi de tout obscurantisme, maire de Fort-de-France cinquante-six ans durant.

→   Lire Plus

Aimé Césaire et le trésor national

— Par Kora Véron —
cesaire_glissantLe titre de l’article de Libération publié le 19 septembre : « Édouard Glissant, un Trésor national aux Journées du patrimoine : Les archives de l’essayiste et poète martiniquais sont exposées en avant-première à la chancellerie, à Paris », tout d’abord, étonne : pourquoi diable le ministère de la Justice expose-t-il les archives d’un écrivain, fût-ce pendant les journées du patrimoine, fussent-elles devenues « trésor national » ? Je vérifie donc la procédure du Code du patrimoine relative aux trésors nationaux sur Légifrance, et bien entendu, la Chancellerie n’est — en droit — aucunement associée à la gestion de ces dossiers. En fait si.
J’aurais voulu connaître également les raisons précises qui ont conduit le ministère de la Culture à classer les archives d’Édouard Glissant comme « trésor national », au-delà de l’annonce publiée sur le site du ministère de la Justice, seule source de cet article. Le Code du patrimoine indique qu’il faut que, préalablement, « un certificat d’exportation » ait été refusé par l’administration française. C’est donc que ces archives auraient été acquises à l’étranger, mais où et par qui ?

→   Lire Plus