Étiquette : Jair Bolsonaro

Bolsonaro dit avoir trois alternatives: la prison, la mort ou la victoire

Brasilia – Le président brésilien Jair Bolsonaro a déclaré samedi qu’il avait trois alternatives pour son avenir proche: “Être emprisonné, mort ou victorieux”, lors d’une rencontre avec des évangéliques au cours d’une visite à Goiania, dans le centre du pays.

J’ai trois alternatives pour mon avenir: être emprisonné, être mort ou victorieux. Vous pouvez être sûr que la première alternative n’existe pas. Je fais ce qu’il faut et je ne dois rien à personne“, a déclaré le président, qui cherche à être réélu en 2022, selon des déclarations reproduites par la presse locale. 

Dans un contexte de tensions avec le pouvoir judiciaire, le président s’en est pris une nouvelle fois au Tribunal suprême fédéral (STF) et au Tribunal supérieur électoral (TSE), et a prévenu: “Aucun homme ici sur terre ne va m’intimider“. 

Jair Bolsonaro a subi un revers mercredi, lorsque le président du Sénat brésilien, Rodrigo Pacheco, a rejeté sa demande d’engager une procédure de destitution contre Alexandre de Moraes, l’un des onze juges du STF, et membre du TSE. 

Le différend a débuté il y a plusieurs mois, notamment en raison de la remise en cause par Bolsonaro de la légitimité du système de vote électronique brésilien, en place depuis 1996. 

→   Lire Plus

Brésil: enquête sur des accusations de “prévarication” contre Jair Bolsonaro

Brasilia – Le président brésilien Jair Bolsonaro n’en finit pas de voir sa gestion de la pandémie lui porter du tort. Vendredi, le parquet a ouvert une enquête sur des accusations portées contre lui pour avoir omis de signaler une tentative de corruption dans l’achat de vaccins.

Après la commission d’enquête du Sénat (CPI) qui auditionne depuis deux mois sur la façon dont le gouvernement Bolsonaro a géré la crise sanitaire et ses plus d’un demi-million de morts.

Après le dépôt mercredi à la Chambre des députés du Brésil d’une “super demande de destitution” pour son déni face à l’ampleur de la pandémie, son discours anticonfinement ou les retards dans l’acquisition de vaccins.

Vendredi, c’est une sombre affaire de possible corruption d’un membre du gouvernement dans l’achat de vaccins anti-Covid qui pousse le président brésilien vers de nouvelles turbulences.

Le bureau du procureur général a informé la Cour suprême de l’ouverture d’une enquête sur les événements rapportés” par trois sénateurs qui ont accusé lundi M. Bolsonaro de “prévarication“, a annoncé le parquet dans un communiqué.

→   Lire Plus

Brésil: acculé, Bolsonaro remobilise ses troupes

Rio de Janeiro – En nette baisse dans les sondages face à un Lula revigoré, le président brésilien Jair Bolsonaro entend s’appuyer sur la frange la plus radicale de ses soutiens pour relancer son projet de réélection en octobre 2022.

Le dirigeant d’extrême droite trouve toujours de nouvelles idées pour haranguer ses troupes, friandes de ses écarts de langage et de ses coups d’éclats. 

Il y a deux semaines, il avait survolé une manifestation à Brasilia qui avait rassemblé des milliers de personnes vêtues de jaune et de vert, les couleurs du drapeau brésilien. La plupart des manifestants défilaient sans masque, dans un pays où le Covid-19 a fait plus de 430.000 morts. 

Dimanche dernier, Jair Bolsonaro avait enfourché sa grosse cylindrée bleue pour prendre la tête d’un cortège de motards dans les rues de la capitale brésilienne. 

Et ce samedi, c’est à cheval qu’il devrait faire une apparition lors d’une manifestation d’agriculteurs. 

Le président compte aussi sur le soutien indéfectible d’une partie des évangélistes, qui organisent ce week-end des “Marches de la famille chrétienne pour la liberté“.  

Cet intitulé évoque les marches de 1964 en faveur du coup d’Etat qui a installé une dictature militaire pendant 21 ans au Brésil.

→   Lire Plus

Amazonie : Raoni Metuktire porte plainte contre Bolsonaro pour « crime contre l’humanité »

Le défenseur emblématique de la forêt amazonienne a saisi la CPI, accusant le président brésilien de « persécuter » les peuples autochtones.

Le cacique Raoni Metuktire, défenseur emblématique de la forêt amazonienne, demande à la Cour pénale internationale d’enquêter pour «  crimes contre l’humanité  » contre le président brésilien Jair Bolsonaro, accusé de «  persécuter  » les peuples autochtones en détruisant leur habitat et bafouant leurs droits fondamentaux.

«  Depuis son investiture [en janvier 2019, NDLR], la destruction de la forêt amazonienne s’est accélérée sans commune mesure : augmentation de la déforestation de 34,5 % en un an, taux d’assassinat de leaders autochtones le plus élevé depuis ces onze dernières années, effondrement et menaces des agences environnementales…  » résume la plainte du chef du peuple Kayapo et du cacique Almi Surui, dévoilée samedi par Le Monde et consultée par l’Agence France-Presse. «  Cette situation, la plus dramatique sur ces dix dernières années, résulte directement de la politique d’État développée par le gouvernement de Jair Bolsonaro  », qui vise à «  lever tous les obstacles pour piller les richesses de l’Amazonie  », poursuit la plainte, qui cible aussi plusieurs ministres.

→   Lire Plus

Au cœur des favelas brésiliennes

Brésil : dans la favela, la vie est encore plus dure avec le coronavirus !

D’après « Challenges »

Par AFP le 08/04/2020- Mauro Pimentel

Les habitants de la Cité de Dieu, une favela emblématique de Rio de Janeiro, au Brésil, sont face à un choix impossible : s’ils sortent, ils s’exposent au coronavirus, s’ils restent chez eux, ils risquent de mourir de faim.

Ce quartier populaire de l’ouest de Rio, situé non loin du Parc Olympique qui a accueilli les JO-2016, est devenu célèbre dans le monde entier grâce au film éponyme de 2002. Sur l’affiche originale du film « Cidade de Deus » (« La Cité de Dieu »), on pouvait lire en sous-titre: « Si tu t’enfuis, la bête va t’attraper, si tu restes, elle te dévore ». Un slogan tristement actuel en ces temps de pandémie de Covid-19. Aujourd’hui, dans cette favela on survit grâce à l’aide alimentaire fournie par une ONG, qui distribue les denrées nécessaires aux habitants affectés par les restrictions dues au coronavirus. 

Les favelas regroupent près d’un quart de la population de la ville de Rio de Janeiro, soit 1,5 million de personnes vivant pour la plupart dans des conditions insalubres.

→   Lire Plus